1 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
1s de mes éloges, même sincères ? Ils n’ont jamais mis en question la nécessité de leur genre de vie, et verraient une sorte d’inconvena
2 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
2sation, en un temps où elle se trouve brutalement mise en question, posent eux-mêmes si peu de questions, ou de si minimes. Je lis un ar
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
3répondre, car c’est une question personnelle. Une mise en question réelle. Je la cherche. [p. 845] Ce qu’il faut pour légitimer un syst
4 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
4ermanente. [p. 96] Elle provoque sans répit cette mise en question personnelle que signifie la coefficience en nous-mêmes de la thèse et
5 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
5otre temps, c’est sans doute le besoin qu’il a de mettre en question les questions elles-mêmes. Nous nous refusons, de plus en plus, à dis
6 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
6eux subordonné, et le chrétien peut sans cesse le mettre en question. Il n’en va pas de même pour l’incroyant qui joue tout sur la politiq
7 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
7otre temps, c’est sans doute le besoin qu’il a de mettre en question les [p. 112] questions elles-mêmes. Nous nous refusons, de plus en pl
8 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
8répondre, car c’est une question personnelle, une mise en question réelle. Je la cherche. Ce qu’il faut pour légitimer un système d’idée
9 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
9ait erreur sur la personne. Si la personne est la mise en question d’un je par un tu, donc une rencontre, cette rencontre n’a lieu que d
10 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
10res.      Mais cette vision de l’homme sans cesse mis en question par l’Autre, n’est-ce point encore la vision de Dostoïevski ? Ses hér
11ils posent des questions, c’est qu’eux-mêmes sont mis en question. Quand ils cherchent, c’est qu’eux-mêmes sont cherchés et trouvés ».
11 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
12, il devient à son tour un problème, il se trouve mis en question. Il faut voir, en effet, que la situation qui donne lieu à la proposi
13ent bien faire. Et personne à ma connaissance n’a mis en question leur sérieux, ce qui précisément me paraît remarquable. L’accueil fla
12 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
14the. L’exigence fondamentale Toute œuvre qui ne met pas en question notre situation personnelle dans l’univers ne sert de rien à l’humani
15ient à l’abri du réel ; le réel se révolte et les met en question ; alors ils se rejettent vers le matérialisme, croyant ainsi rattrape
16hique de la serve pensée est seule passible d’une mise en question réelle, irritante et peut-être féconde. Où sont les responsables ? Ce
13 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
17ur la personne. Si la personne est au principe la mise en question d’un je par un tu, donc une rencontre, cette rencontre n’a lieu que d
14 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
18mme en question. M. Monod part au contraire d’une mise en question de « Dieu » par la conscience morale de l’homme. L’opposition apparaî
15 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
19ensée ailleurs que dans la fuite devant ce qui la met en question. Programme : Ne plus rien écrire sans tenir compte de l’existence du
20nde c’est au monde que nous donnons tort. Nous le mettons en question, nous démasquons son arbitraire, nous refusons les règles de son jeu,
16 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
21ative est inévitable dans le régime présent. Elle met en question tout un monde qui ne nous laisse plus de choix qu’entre un rationalis
22r dans cette réaction déplorable. Mais ce qu’elle met en question, d’autre part, c’est la légitimité d’une pensée isolée, d’un monologu
23 oblige à conclure, une histoire vraie. Cela vous met en question, cela vous invite à comparer les situations… À cause de la solidarité
17 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
24éjà vous étiez prêt à lui donner, qui se trouvent mises en question par sa méfiance paysanne. Cela n’est pas sans irriter certains. Pour
25tionales. Ce que personne n’a jamais eu l’idée de mettre en question parmi nous. Par exemple, demande Ramuz : Avons-nous autre chose à dir
18 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Le bon vieux temps présent (20 mars 1939)
26e d’une insouciance… C’est tout cela que vient de mettre en question l’usurpateur du Hradschin. Et dès lors qu’il l’a mis en question, et
27 l’usurpateur du Hradschin. Et dès lors qu’il l’a mis en question, et qu’il nous force au « réalisme » à sa manière, le charme est détr
19 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
28gne très certain d’une crise — et d’une crise qui met en question les fondements mêmes de la culture en Occident. Je voudrais vous mont
20 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
29éjà vous étiez prêt à lui donner, qui se trouvent mises en question par sa méfiance paysanne. Cela n’est pas sans irriter certains. Pour
30tionales. Ce que personne n’a jamais eu l’idée de mettre en question parmi nous. Par exemple, demande Ramuz : Avons-nous autre chose à dir
21 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
31ne très certain d’une crise, — et d’une crise qui met en question les fondements mêmes de la culture en Occident. Je voudrais vous mont
22 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
32onde. 6. La foi n’est pas une solution, mais la mise en question de nos problèmes Simplement parce qu’elle introduit dans notre vie l’
23 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
33sation, en un temps où elle se trouve brutalement mise en question, posent eux-mêmes si peu de questions, ou de si minimes. Un court ess
24 1946, Journal des deux Mondes. 1. Le bon vieux temps présent
34e d’une insouciance… C’est tout cela que vient de mettre en question l’usurpateur du Hradschin. Et dès lors qu’il l’a mis en question et q
35 l’usurpateur du Hradschin. Et dès lors qu’il l’a mis en question et qu’il nous force au réalisme à sa manière, le charme est détruit d
25 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
36s ce qu’elle a d’unique, dans sa réalité qui nous met en question, n’oublions pas que toute réalité, à toute époque de l’histoire des h
26 1946, Journal des deux Mondes. 11. Intermède
37naccepté, dans la dépossession profonde, dans une mise en question générale au pire moment, à l’heure de moindre résistance. Notre angoi
27 1946, Esprit, articles (1932–1962). « Un divorce entre le christianisme et le monde ? » (août-septembre 1946)
38éponse. Mais c’est l’enquête elle-même qu’il faut mettre en question. On n’imagine pas saint Paul proposant un questionnaire sur le fossé
28 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
39nc à la prise de conscience, et donc d’abord à la mise en question de tous les résultats et de toutes les valeurs. Or ce sont là les con
40iberté fondamentale de la culture, son pouvoir de mettre en question les valeurs régnantes et les activités officielles, se voit niée, pun
29 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
41fédération. Certes, l’autonomie des cantons n’est mise en question par personne. Elle reste totale au point de vue de l’éducation et de
30 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
42 a affirmé la nécessité du dialogue fécond, de la mise en question réciproque dans la tolérance mutuelle, et d’une morale civique europé
31 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
43 a affirmé la nécessité du dialogue fécond, de la mise en question réciproque dans la tolérance mutuelle, et d’une morale civique europé
32 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
44érents soient-ils, sur les problèmes fondamentaux mis en question. Je le voyais écrire sans cesse, résumant certaines déclarations, for
33 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
45e foi véritable s’il ne peut pas supporter d’être mis en question par les faits ; et toute quête de Dieu se rend en même temps la tâche
46 à ma question dernière dissimule un refus d’être mis en question par autre chose que « le monde » et la mathématique. Tout s’explique
34 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
47omphe d’un des camps sur l’autre, mais bien à une mise en question des deux attitudes confrontées ? Pour nous autres, ce serait assez. C
35 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
48oppe en lui un sens critique qui lui permettra de mettre en question les « résultats » mêmes qu’on lui a fait apprendre. Au lieu de croyan
36 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
49nace, ou ne l’était pas encore 14 . Il ne pouvait mettre en question la paix romaine. L’Occident n’est pas né comme on nous dit que naisse
37 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
50e foi véritable s’il ne peut pas supporter d’être mis en question par les faits ; et toute quête de Dieu se rend en même temps la tâche
51 à ma question dernière dissimule un refus d’être mis en question par autre chose que le monde et la mathématique. Tout s’explique et s
38 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
52 par un arrêt de l’action normale : échec brutal, mise en question soudaine, emprisonnement, confrontation avec la mort. Telle est bien
39 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
53t là de la vraie liberté d’esprit, une parole qui mettait en question la foi même en la vérité 56  » On ne peut aller plus loin, on ne peut
40 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
54trent vraiment en conflit qu’à la faveur de cette mise en question comme par un Tiers, oui : dans ce Tiers exclu de ses amours réside sa
41 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
55 à différents degrés d’éveil de la conscience… 2. Mise en question par l’expérience vécue. — Dans le roman de Raja Rao qu’on vient de ci
42 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.1. Sur plusieurs siècles de silence « européen »
56e l’Empereur, pas plus que le Pape, ne songeait à mettre en question : il ne voulait qu’en disposer. De l’extérieur vient une autre menace
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
57 voir se manifester) ni, à plus forte raison, une mise en question de l’excellence de notre civilisation, qu’elles paraissent au contrai
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
58e Montesquieu, de Voltaire et de Rousseau peut se mettre en question, se comparer, et le fait pour la première fois dans l’histoire mondia
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
59en de plus contraire à l’Europe qu’un refus de la mettre en question, de la comparer objectivement aux autres, et de lui donner tort, cas
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
60ope dans la civilisation mondiale ne saurait être mise en question. Si Renan plus que Ranke croit au progrès, non sans se faire à son su
47 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
61paix de la certitude systématique en faveur d’une mise en question qui ne cesse jamais. La logique de la science s’ouvre à l’irrationnel
48 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
62 ne naît pas de sa propre affirmation, mais de la mise en question de l’univers. Comme de l’Angleterre de la bataille de Londres, disons
49 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
63t là de la vraie liberté d’esprit, une parole qui mettait en question la foi même de la vérité. 130 On ne peut aller plus loin, on ne pe
50 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
64 à différents degrés d’éveil de la conscience… 2. Mise en question par l’expérience vécue. — Dans le roman de Raja Rao qu’on vient de ci
51 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
65tait isolable du reste du Monde — qui pourtant la met en question, ou parfois même vise expressément à détruire ses fondements politiqu
52 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
66forcément partielles, pouvant à tout instant être mises en question, radicalement, par d’autres disciplines, et qui ne peuvent défendre l
53 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
67nt partielles, susceptibles à tout instant d’être mises en question, radicalement, par d’autres disciplines, et qui ne peuvent défendre l
54 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
68 protégés premièrement contre des États qui ne la mettaient pas en question en 1914, et deuxièmement contre un dictateur qui s’en moquait en 1939
55 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
69es cinq rapports ont une vertu commune qui est de mettre en question les clichés de l’économisme pur et d’un philanthropisme naïf. Ce sont
56 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
70 européenne comporte aussi un apprentissage de la mise en question non seulement de la manière dont les règles sont appliquées, mais des
57 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
71 de vie, d’autres s’en chargent. Elle est là pour mettre en question cet ajustement trop parfait, pour l’exposer sans cesse à la question
72ude éthique — règles et rites invariables, jamais mis en question. Les scientifiques, demain, [p. 29] vivront eux aussi dans la certitu
58 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut réinventer l’Université (29 juin 1968)
73e ; dans l’autre, on se livrera à une perpétuelle mise en question de chaque discipline par les autres (et c’est ce qu’on peut nommer :
59 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
74rètement obsédée par un rêve d’autarcie, et cette mise en question, voire en accusation, de la formule stato-nationale élaborée par le x
60 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.3. Naissance du Centre
75l’Europe d’aujourd’hui, c’est-à-dire d’une Europe mise en question dans son existence même, matérielle et morale, d’une Europe qui ne pe
61 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.3. Conclusions sur l’avenir et la liberté de la culture
76e fonction dans la cité est menacée, notre avenir mis en question. Nous sommes là pour vous avertir, pour vous montrer que nous sommes
62 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
77avons posé la nécessité du dialogue fécond, de la mise en question réciproque dans la tolérance mutuelle. Et cela nous a conduits à esqu
63 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
78 européenne comporte aussi un apprentissage de la mise en question non seulement de l’application des règles, mais des règles elles-même
64 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
79nt partielles, susceptibles à tout instant d’être mises en question par d’autres disciplines, et qui ne peuvent défendre leur « vérité »
65 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
80rètement obsédée par un rêve d’autarcie, et cette mise en question, voire en accusation, de la formule stato-nationale élaborée par le x
81re générale au sens actif du terme (instrument de mise en question et de réorientation permanente de la société) et l’acquisition d’un s
66 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
82er du matérialisme capitaliste et communiste à la mise en question du sens même de nos vies et des vrais buts de nos activités communaut
67 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
83rètement obsédée par un rêve d’autarcie, et cette mise en question, voire en accusation, de la formule stato-nationale élaborée par le x
68 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
84er du matérialisme capitaliste et communiste à la mise en question du sens même de nos vies, et des vrais buts de nos activités communau
69 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
85er du matérialisme capitaliste et communiste à la mise en question du sens même de nos vies et des vrais buts de nos activités communaut
70 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe et le sens de la vie (25-26 avril 1970)
86er du matérialisme capitaliste et communiste à la mise en question du sens même de nos vies, et des vrais buts de nos activités communau
71 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
87que d’autres membres de notre société occidentale mise en question, ils éprouveront le besoin de s’orienter eux-mêmes dans la situation
72 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
88ational, interdisant toute objection, voire toute mise en question sérieuse, empêche la prise de conscience de tant d’absurdités flagran
89interdiction tacitement prononcée par l’École, de mettre en question leur formule : elle est tabou. Rechercher d’où ils viennent dans le t
73 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
90] — le choc vaut mieux que l’équilibration ; — la mise en question vaut mieux que la mise en ordre. Au total, la modernité est ce qui do
74 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
91 », j’ai essayé de formuler mes objections et mes mises en question selon le schéma suivant que je reconstitue : 1. — On s’était adressé
75 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
92interdiction tacitement prononcée par l’École, de mettre en question leur formule : elle est tabou. Rechercher d’où ils viennent dans le t
93utiliser à des fins égoïstes, mais sans jamais le mettre en question. Cette distance entre le Pouvoir et les réalités humaines et naturell
76 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
94n ne conçoit même pas qu’ils puissent être jamais mis en question — comme les impôts et le service militaire — et en vue d’objectifs do
77 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
95 naturellement accéder la première au stade de la mise en question des idées directrices du « progrès industriel », c’est-à-dire de la c
78 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
96itudes provisoires qui [p. 233] ne soit née de la mise en question, voire de la négation de celles qui précédaient. Le doute est le prem