1 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
1Mais cette fois tout est concrétisé en hommes, en meurtres, en décrets. Qu’il décrive la vie intense et instable des acteurs du
2 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
2e et toute règle « générale ». Il va commettre un meurtre, et c’est parce qu’il l’accepte qu’on l’appellera le père des croyant
3 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
3nes ! — qu’une cour d’assises occupée à juger des meurtres dont le vol est le mobile. Je dis qu’il ferait un meilleur travail éd
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
4maison des hommes, devaient accomplir un exploit (meurtre d’un étranger ou chasse glorieuse) pour acquérir le droit de se marie
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
5èse ! Une fureur dialectique s’empare de Sade. Le meurtre seul peut rétablir la liberté, mais le meurtre de ce qu’on aime, puis
6Le meurtre seul peut rétablir la liberté, mais le meurtre de ce qu’on aime, puisque c’est cela qui nous enchaîne. On ne tue bie
7ns maintenant avec cette clé la défense morale du meurtre telle que la présente Dolmancé dans la Philosophie dans le Boudoir :
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
8es classiques de la guerre, la violence, après le meurtre du [p. 284] Roi — action sacrée et rituelle dans les sociétés primiti
7 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
9 clair et décisif. À l’épreuve de la guerre et du meurtre, nos illusions, immédiatement châtiées, se dénoncent comme illusions.
8 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
10ines ! — qu’une cour d’assise occupée à juger des meurtres dont le vol est le mobile. Je dis qu’il ferait un bien meilleur trava
9 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
11ppelle son discours à la Chambre, au lendemain du meurtre de Matteotti — était en réalité un « tory de gauche », selon le mot d
10 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
12r la mort de Staline. Or, selon qu’il s’agit d’un meurtre concerté, ou d’une disparition providentielle, obéissant aux desseins
11 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
13èvement des biens, les prisons, les tortures, les meurtres, et par les actions de grâce rendues à Dieu (lisez : au Kremlin) pour
14râce rendues à Dieu (lisez : au Kremlin) pour ces meurtres ? C’est donc au nom de la tolérance que Voltaire conclut à la dissolu
12 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
15utenant de police Enrique Despaigne, accusé de 53 meurtres, fut gratifié d’un sursis de trois heures, à la demande des opérateur
13 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
16 pense s’acquérir de l’honneur par l’incendie, le meurtre et la guerre devrait pouvoir se réclamer d’une juste cause, sinon l’o
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
17Incendies, des violences, des cruautez, & des meurtres que souffrent tous les jours les malheureux Habitans des Frontières d
15 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
18, les usurpations, les révoltes, les guerres, les meurtres, qui désolent journellement ce respectable séjour des sages, ce brill
16 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
19ombat, la justice sans l’échafaud, la vie sans le meurtre, la forêt sans le tigre, la charrue sans le glaive, la parole sans le
17 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
20ait de provoquer des révolutions locales, grèves, meurtres et sauvages intrigues politiques. On comprend donc pourquoi, lorsque
18 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
21ins de ses épisodes (le chapeau sur la perche, le meurtre d’un bailli). Il comprend mieux que Kopp (aveuglé par son admiration
22Pomme, du Chapeau emplumé, du Saut libérateur, du Meurtre du Tyran par un Simple au cœur pur — ont composé un archétype nationa
19 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
23li de mensonges et d’ignorance dans le peuple, de meurtres et d’adultères chez les princes, de simonie et d’hypocrisie chez les
20 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
24 lis : « L’auto est devenue l’instrument légal du meurtre. Nos autorités ont capitulé depuis longtemps devant ce chaos. » Et pl