1 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
1entiellement de nous. Tout homme porte en soi les microbes de presque toutes les maladies imaginables. Et cet ennemi qui nous me
2 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
2 homme porte dans son corps (et dans son âme) les microbes de toutes les maladies connues, et de bien d’autres. Anéantir les sig
3 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
3t accoutumé, établissant une sorte d’équilibre du microbe et de la maladie. Mais s’il le communique à un être plus faible, ou p
4 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
4 homme porte dans son corps (et dans son âme) les microbes de toutes les maladies connues, et de bien d’autres. Anéantir les sig
5 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
5rs de tous ordres modérer leurs ardeurs ; que les microbes vont faire la paix avec les globules blancs, et les tigres devenir vé
6 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
6ux de notre décadence. Une sainte alliance de nos microbes ne me paraît pas le moyen de sauver notre santé. Une sainte alliance
7 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
7ur on ira jusqu’à la Lune. » Il prévoit aussi les microbes, quelques sens inconnus de l’homme, et Vénus habitée « par une autre
8 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
8 Neutres entre le pompier et l’incendie, entre le microbe et la maladie ! On ne voit guère quelles considérations philanthropiq
9 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
9 Neutres entre le pompier et l’incendie, entre le microbe et la maladie ! On ne voit guère quelles considérations philanthropiq
10 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.3. Naissance du Centre
10ce qu’il nous faut défendre. On peut détester les microbes, mais cette opinion ne les tue pas. Pasteur aussi détestait les micro
11inion ne les tue pas. Pasteur aussi détestait les microbes, mais il a su les employer, les enrôler, pour ainsi dire, au service