1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1x visiteurs venus pour contempler la victime d’un miracle. — C’était l’époque des amateurs de ruines. Je suis descendu au bord
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Colin, Van Gogh (août 1925)
2vangélisation, fondent des groupes dissidents. Le miracle, c’est que le plus sauvage génie ait choisi un être de cette espèce p
3 Vincent. M. Colin n’a pas cherché à expliquer ce miracle. Il nous laisse à notre émotion devant le spectacle d’une œuvre qui n
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926)
4uste que bizarre. Il sait bien d’ailleurs que les miracles les plus étonnants sont ceux de la lumière. « Le mystère se passe en
4 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
5’étudiants et de professeurs suisses et français. Miracle qui nous fit croire un instant à la fameuse devise de la Révolution.
5 1926, Articles divers (1924–1930). L’Atmosphère d’Aubonne : 22-25 mars 1926 (mai 1926)
6 permît à « l’atmosphère » de s’établir. Alors le miracle apparut, grandit. Le miracle, c’est l’esprit d’Aubonne. C’est ce mira
7 s’établir. Alors le miracle apparut, grandit. Le miracle, c’est l’esprit d’Aubonne. C’est ce miracle tout ce qu’il y a de plus
8t. Le miracle, c’est l’esprit d’Aubonne. C’est ce miracle tout ce qu’il y a de plus protestant — mais oui, M. Journet — et je n
6 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
9e palais de glaces en miniature, sorte de boîte à miracles où sous un éclairage très net, mais inusité, l’objet le plus banal se
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’autre œil (février 1927)
10h Décembre L’époque s’ouvre où l’on attend un miracle pour la fin de la semaine. « Messieurs, disait Dardel, y a pas à tort
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
11 [p. 124] Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927) i Surprendre est peu de chose, il faut transplanter. M
12ur une plaque de verre, vue par-dessous. Quelques miracles qui suivent sont embrumés dans mon souvenir par le rayonnement de la
13 rigueur ; toute bizarrerie détourne du véritable miracle auquel nous assistons. Mais de pareils défauts sont presque inévitabl
14t admirer dans les films de René Clair un sens du miracle assez bouleversant. Et je ne parle pas du miracle genre conte de fée,
15miracle assez bouleversant. Et je ne parle pas du miracle genre conte de fée, comme le Voyage imaginaire en montre (beaucoup tr
16onnante que dans le réel ; ce n’est pas encore un miracle de ciné. Et les fées paraissent vieux jeu avec leur baguette, pour mo
17ée ma chambre en tournant un commutateur. Le vrai miracle du cinéma, c’est, par exemple, l’éclosion d’une rose, un homme qui co
9 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
18pudeur, et qui doute enfin de l’impossibilité des miracles ! Quelles voluptés plus subtiles et plus aiguës ? On vaincra jusqu’à
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
19, et même Edmond Gillard, et même, et surtout, un miracle. Et puis, ils ont des vieux un peu là, du grand Arthur-Alfred-Albert
11 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Princesse Bibesco, Catherine-Paris (janvier 1928)
20 roman, il n’y a plus seulement la femme, avec le miracle perpétuel de sa sensibilité. Il y a encore [p. 122] la princesse, le
12 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
21ent sa raison, l’empêchent de protester contre le miracle. Parmi tous ses mots fous, noms, baisers, appels qui reçoivent en mêm
13 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
22le respect des statistiques. Nous savions que les miracles ne trompent que les illettrés, mais qu’il convient de s’incliner deva
23rés, mais qu’il convient de s’incliner devant les miracles de la science appliquée. On nous faisait voir tout au long de notre h
14 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
24 d’idéalistes pratiques d’en faire sortir le beau miracle d’une civilisation aux ordres de l’Esprit. Mais il faudrait que dès m
15 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cassou, La Clef des songes (août 1929)
25n, qui inventerait sa vérité. Ce serait un de ces miracles de liberté dont nous avons besoin pour croire que le monde actuel n’e
16 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
26 fabrique, soit qu’il se décrive comme un lieu de miracles le plus souvent malencontreux, ou qu’il invente des animaux dont la c
17 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
27de sentimentalisme et de passion, et c’est là son miracle. Si tu n’as pas le sens de la musique, conserve quelque espoir de t’e
28on l’espoir bien fou d’y retrouver l’émotion d’un miracle imminent… ou moins encore : l’image, née en rêve, d’une plaine, d’un
18 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
29u capitaine. Au dessert, chacun y va de son petit miracle. Jaloux et Dick conversent en danois. Quatre anciens Bellettriens cél
19 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
30re des liqueurs transfigurantes, — il faudrait un miracle d’amour qui fasse pousser un grand cri à un homme qu’on verrait alors
31ment stupide, applaudit, poliment enivré. Mais le miracle se poursuit. C’est maintenant Hugo von Hofmannsthal qui apparaît comm
32a nuit qui nous possède encore, nous assistons au miracle hostile. Elle se tait. Alors je me tourne vers ce visage très blanc o
20 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
33de sentimentalisme et de passion, et c’est là son miracle. Si tu n’as pas le sens de la musique, conserve quelque espoir de t’e
34on l’espoir bien fou d’y retrouver l’émotion d’un miracle imminent. Ou moins encore : l’image, née en rêve, d’une plaine, d’un
21 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
35x visiteurs venus pour contempler la victime d’un miracle. — C’était l’époque des amateurs de ruines. Je suis descendu au bord
22 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
36u capitaine. Au dessert, chacun y va de son petit miracle. Edmond Jaloux et Dick conversent en danois. Quatre anciens Belletrie
23 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
37se dressaient aussitôt. Le premier, c’étaient les miracles. Aussi bien, se méfiait-on de plus en plus de ces miracles, pour s’at
38 Aussi bien, se méfiait-on de plus en plus de ces miracles, pour s’attacher au seul caractère de Jésus. Mais alors, n’était-ce p
24 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
39t pas de nous fournir une explication probante du miracle ; elle se trahit elle-même quand elle s’y essaie. Dire que « Christ e
25 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
40ns. Il n’a pas ri — comme Sarah, sa femme — de ce miracle. Et maintenant Dieu lui commande d’offrir Isaac en sacrifice ! Abraha
26 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
41 même d’expérience ! N’est-ce pas au récit de ses miracles que je l’ai reconnu ? Un miracle, voilà une expérience, une sublime e
42au récit de ses miracles que je l’ai reconnu ? Un miracle, voilà une expérience, une sublime expérience ! Et combien édifiante 
43eur venu de Dieu ; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui. Jésus lui répondit : En vérité,
44périence ! » disent-ils. Que font-ils donc de Ses miracles, et des actions de ses apôtres, celles que j’ai vues et que j’atteste
45nt le savait-il ? Parce qu’on lui avait dit quels miracles faisait Jésus. C’étaient bien là des expériences, n’est-ce pas ? Et l
27 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
46tre vocation chrétienne braque nos regards sur le miracle d’une justice et d’une vérité déjà descendue sur la terre ? Tous les
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
47ielles. Alors il met son espoir et sa foi dans ce miracle qui résoudrait seul le conflit du calcul et du rêve, du matériel [p. 
29 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
48 en Allemagne aussi bien qu’en URSS. Cet appel au miracle est le signe certain, sinon d’une mauvaise conscience, en tout cas d’
30 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
49: car la foi sauve, mais le crédit aussi fait des miracles ! Ils ont recouru aux « lois » pour dégager leur responsabilité, tout
50utes selon qu’il faut juger, respectivement, d’un miracle ou d’une pauvre habileté ; tous ceux qui, de leur horoscope, concluen
31 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
51 Le grand prestige de l’Église catholique, et son miracle, ce fut d’unir entre ses mains, durant des siècles, l’autorité spirit
52 et le pouvoir organisé. Nous ne reverrons pas ce miracle. C’est que nous héritons d’une faillite sociale, c’est-à-dire d’une c
32 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
53ielles. Alors il met son espoir et sa foi dans ce miracle qui résoudrait seul le conflit du calcul et du rêve, du matériel et d
33 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
54s humbles œuvres pourront jamais nous garantir ce miracle : que l’Écriture parle, qu’elle parle clairement, ici et maintenant,
34 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
55des discours de leurs chefs ont été consignés par miracle : ils ne le cèdent en rien, pour l’ampleur de leurs vues sur le monde
35 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
56r jour ! » (Il voulait dire : scandaleux. Mais un miracle est un scandale, après tout. Tradition laïque.) L’autre jour, dans l’
36 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
57t s’en indigne, et refuse de marcher !) Le vrai « miracle », ici, c’est le parti romanesque que Selma Lagerlöf a su tirer du my
58et Anna Svärd, « distinguée entre toutes » par le miracle, et qui l’accepte avec humilité. Et cinquante autres personnages, des
37 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
59des discours de leurs chefs ont été consignés par miracle : ils ne le cèdent en rien pour l’ampleur de leurs vues sur le monde,
38 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Gösta Berling, par Selma Lagerlöf (novembre 1937)
60 Suède éclaire à sa façon les arrière-plans de ce miracle : « Il y a mille ans que le peuple suédois est son propre maître. Tou
39 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
61vraie, et le prouver. Les faux dieux font de faux miracles ; mais les sceptiques et les malins sont destinés à les prendre au sé
40 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
62is pas sans espoir. Les faux dieux ne font pas de miracles. Je ne me lasserai jamais de le répéter — c’est mon delenda Carthago 
41 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
63e qui m’est alliée, — pour toute la vie, voilà le miracle du mariage. Une vie qui ne veut plus que mon bien, parce qu’il est co
42 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
64u’il ne s’y mêle aucune trace de hargne, c’est un miracle qui défie l’époque. M. de Lacretelle, dans sa préface, déclare fort j
43 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une révolution refoulée (juillet 1938)
65t-il Français ? Je voudrais me tromper, croire au miracle. Je préfère opposer un pessimisme actif à tant d’espérances bernées.
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
66t donnée comme trompant Dieu lui-même, puisque le miracle s’opère 6  ! Enfin, ce jugement étant acquis, la reine passe pour inn
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
67 propos de la littérature galloise que « c’est un miracle qu’elle contienne des éléments de religion brittonique : elle s’est f
68manisé, puis colonisé par les Irlandais » 85 . Le miracle est cependant attesté par un grand nombre d’incidents mis en œuvre pa
69communient » dans la passion. En lieu et place du miracle eucharistique, de la transsubstantiation des espèces matérielles et d
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
70la fatalité du philtre.) Céladon s’avance, mais ô miracle, les lions et les licornes se dévorent, le ciel s’obscurcit, le tonne
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
71ie qui m’est alliée — pour toute la vie, voilà le miracle du mariage. Une vie qui veut mon bien autant que le sien, parce qu’il
48 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Le bon vieux temps présent (20 mars 1939)
72ance, gardant seulement l’arrière-conscience d’un miracle. Elle est encore une œuvre d’art qui n’agit que par l’atmosphère, par
49 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
73 Claus » qui est exalté : on parle surtout de ses miracles, de son ascèse, de ses visions, et même parfois des prophéties [p. 26
74e cellule, auprès d’une minuscule chapelle. Et le miracle, préparé dès son enfance, se réalise : Nicolas s’aperçoit soudain qu’
75 dans une séance secrète les conseils de Nicolas. Miracle ? Ou résultat d’une combinaison particulièrement « politique » dont l
50 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
76 Zwingli. Tous ces auteurs admettent et louent le miracle du jeûne prolongé de Nicolas. Seul le mystique luthérien Sébastien Fr
77 n’est jamais le résultat de nos calculs, mais le miracle de Dieu seul, et la victoire de Sa miséricorde. p. 8 b. « Nic
51 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
78s le péché, l’irrémédiable « consonance » dont un miracle seul peut nous sauver, en même temps qu’il sauvera ou restaurera l’hu
52 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
79 et nettes. Nul disparate en tout cela : voilà le miracle hollandais. Je ne crois pas que la lumière fauve et le grenat des faç
80ts peuples protestants de l’Europe ont réalisé ce miracle de l’équilibre entre l’un et le divers. Ils ont la charge de créer le
53 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
81 d’utopie où toutes les luttes s’apaiseraient par miracle, mais un monde où les luttes nécessaires n’aboutissent pas mécaniquem
54 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
82 d’utopie où toutes les luttes s’apaiseraient par miracle, mais un monde où les luttes nécessaires n’aboutissent pas mécaniquem
55 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
83is prévoir le déroulement fatal du siècle — et le miracle continu de la charité sera seul cause d’une création de liberté qui l
56 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
84iques. De même que nous disions, en présence d’un miracle du bien : trop beau pour être vrai ! nous disions en présence de cert
85estes la vérité du cœur humain, ses abîmes et ses miracles. Soyez nice, dit la bourgeoisie. Pour être nice, elle ne se rend pas
86ernelle dans le temps : ainsi l’Incarnation et le miracle. Caricaturé par le Diable, l’absurde est au contraire la fixation d’u
57 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
87és. C’est, je crois, parce que, dans le monde, un miracle paraît plus qu’ailleurs improbable. 43. Mr. Time, l’homme d’affaire
58 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
88pes d’une morale pure et désintéressée, serait un miracle. Dieu, qui ne doit de miracle à personne et qui n’en fait point d’inu
89téressée, serait un miracle. Dieu, qui ne doit de miracle à personne et qui n’en fait point d’inutiles, emploie pour rétablir l
90lcul, mais nous ne pouvons rien, à jamais, sur le miracle perpétuel qui fait coïncider la justice et la joie, les pures spécula
91 cet accent suffit à me rendre à ma force, par ce miracle le langage est restauré dans sa puissance originelle et créatrice. Un
59 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
92nes. ⁂ De même que nous disions, en présence d’un miracle du bien : trop beau pour être vrai ! nous disions en présence de cert
60 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable X : Le Diable homme du monde (17 décembre 1943)
93és. C’est, je crois, parce que, dans le monde, un miracle paraît plus qu’ailleurs improbable. p. 2 p. « Les tours du Dia
61 1946, Journal des deux Mondes. 1. Le bon vieux temps présent
94isance, gardant parfois l’arrière-conscience d’un miracle. Elle est encore une œuvre d’art qui n’agit que par l’atmosphère, par
62 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
95 et nettes. Nul disparate en tout cela : voilà le miracle hollandais. [p. 43] Je ne crois pas que la lumière fauve et le grenat
96ts peuples protestants de l’Europe ont réalisé ce miracle de l’équilibre entre l’un et le divers. Ils ont la charge de créer le
63 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
97homme qui peut se lever, qui peut marcher, est un miracle. Tu te lèves et tu rentres tranquillement par cette porte-fenêtre ouv
64 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
98 plus stupides qu’une vache au seuil de l’ère des miracles précis. Le xxe siècle est abruti sous trois rapports : les sens, l’e
65 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
99t sa raison et l’empêchent de protester contre le miracle. Parmi tous ses mots fous, noms, baisers, appels qui se donnent en mê
66 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
100 temps qui, à dire vrai, me manque. » Eh bien, le miracle de l’esprit n’est-il pas justement de créer par quelque opération mag
67 1948, Suite neuchâteloise. VII
101! Mais si ce soir une femme venait à moi comme le miracle que j’attends, je lui dirais : c’est un malentendu. Je suis dépareill
68 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
102 monde depuis cent ans, elle vit paisiblement. Le miracle est patent. Va-t-il durer ? La Suisse est-elle une survivance ou bien
69 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
103! Mais si ce soir une femme venait à moi comme le miracle que j’attends, je lui dirais : c’est un malentendu. Je suis dépareill
70 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
104s. Si le produit qui émerge de leurs débats a par miracle forme humaine et valeur proprement culturelle, ce sera bien grâce aux
71 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
105creusait entre les deux groupes linguistiques. Le miracle fut que la violence des passions politiques n’ébranla pas l’unité de
72 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
106s. Si le produit qui émerge de leurs débats a par miracle forme humaine et valeur proprement culturelle, ce sera bien grâce aux
73 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
107 pas en regarder les conditions. Ils attendent un miracle des Bermudes, mais ils n’attendent plus rien d’eux-mêmes. Ils semblen
108chacune de ces choses reste possible moyennant un miracle, pas autrement. Mais les miracles ne se produisent jamais là où perso
109ble moyennant un miracle, pas autrement. Mais les miracles ne se produisent jamais là où personne n’est disposé à les recevoir e
74 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
110u’il dure ? — La vie n’est jamais qu’une suite de miracles. p. 1 q. « Trois initiales : trois questions, trois réponses »,
75 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
111 le monde de la preuve par l’effet matériel : les miracles d’abord (changer l’eau en vin, ou guérir un paralytique) puis les exp
76 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
112manière décisive de ce qu’il faut bien appeler le miracle européen. Ce qui a fait de cette péninsule la conscience et le cœur d
77 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
113 : apparition d’un dieu ou d’un héros, sacrifice, miracle, massacre, coïncidence extraordinaire ou « hasard » prévu par les rit
78 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
114 mariage par exemple, cet amour devrait opérer le miracle de « faire du différent l’égal », créant ainsi la possibilité d’une c
79 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
115ensée des hommes d’aujourd’hui et leur action. Le miracle est qu’il y ait des formes ! Qu’il y ait de la consistance, des paysa
80 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
116s païens) se fondent sur preuves, allèguent leurs miracles, et chacun presume que la sienne est la meilleure. Je n’ay pas entrep
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
117ologique, politique et morale ; mais avant que ce miracle soit accompli, tous les hommes qui ont un cœur et qui lui obéissent,
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
118ns ni les autres n’avaient présents à l’esprit le miracle de ce continent, ni le miracle plus fragile encore qu’était [p. 309]
119ents à l’esprit le miracle de ce continent, ni le miracle plus fragile encore qu’était [p. 309] sa chance dans le monde. Cette
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
120t s’éclaircira ; nous verrons enfin apparaître le miracle d’une société animale, une parfaite et définitive fourmilière ». 269
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
121cien Testament dont les héros, les guerres et les miracles, étaient devenus, depuis Luther, leur véritable Antiquité. Du côté ca
122ste Gierke. … Lorsque l’imperium romanum fut, par miracle, devenu chrétien, l’empereur descendit du rang de dieu au rang de rep
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
123e et l’on admettra qu’il n’a pas fallu moins d’un miracle du génie européen pour que les ponts entre le passé et le présent ne
124ux mille ans d’histoire ayant abouti à ce nouveau miracle qu’est l’étonnante marée technique qui déferle sur le monde. En indi
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
125partout et spontanément, transformerait comme par miracle toute la scène, et ferait de l’Europe, en peu d’années, une terre aus
87 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
126 mariage par exemple, cet amour devrait opérer le miracle de « faire du différent l’égal », créant ainsi la possibilité d’une c
88 1961, La Vie protestante, articles (1938–1978). Bilan simple (29 décembre 1961)
127Unis, d’où je reviens, il n’est question que du « miracle européen ». C’est un fait : la montée vers une prospérité sans précéd
89 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
128terrissage en Italie du Sud réussit également par miracle, l’avion sans freins s’arrêtant au bout de la piste devant les ambula
90 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
129ser deux mois aux États-Unis. On n’y parle que du miracle européen. Journaux, hebdos, revues, gros livres, milieux universitair
91 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
130 la sécurité des citoyens sont de purs et simples miracles ; que le monde est une jungle atomique, l’humanité dans sa très grand
131 j’en croie mes yeux, la confiance règne. Mais ce miracle est si bien déguisé en exacte banalité que les Suisses le prennent po
132 communauté peu [p. 273] croyable mais vraie — ce miracle qu’il faut traduire en formules désormais communicables, et qu’il fau
92 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
133le », où l’on peut être sûr qu’il n’y aura pas de miracle. Le congrès de Montreux Je venais de rentrer en Europe après six ans
93 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
134e. Ne serait-ce pas là, peut-être, son plus grand miracle ? p. 137 25. La Conférence de Bâle sur L’Europe et le Monde, co
94 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.7. Pour une politique de la recherche
135manière décisive de ce qu’il faut bien appeler le miracle européen, et qui n’est pas lisible sur les cartes, mais seulement dan
95 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
136 la mode, aux innovations qu’aux routines, et aux miracles qu’aux abus. (C’est peut-être pourquoi elle reste si vivante ?) 2. Le
96 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
137xe siècle se trouvent vraiment former, comme par miracle, des entités économiques intelligibles. Je ne sais si les problèmes p
97 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
138 siècles, se trouvent vraiment former, comme par miracle, des entités économiques intelligibles. Je ne sais si les problèmes p
98 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
139 siècles, se trouvent vraiment former, comme par miracle, des entités économiques intelligibles. Je ne sais si les problèmes p
99 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe et le sens de la vie (25-26 avril 1970)
140e siècle, se trouvent vraiment former, comme par miracle, des entités économiques intelligibles. Je ne sais si les problèmes p
100 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
141société occidentale subitement déscolarisée — par miracle ou par accident imprévisible — ne tombe en proie aux modes successive