1 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
1âcher la proie pour l’ombre que de tendre vers ce modèle. Dirais-je que c’est ma sincérité d’y aller par les moyens les plus e
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
2ail n’a qu’une valeur éducatrice : s’il n’est pas modèle, il est absurde. Mais où sont à l’école les modèles de ce qu’on nomma
3odèle, il est absurde. Mais où sont à l’école les modèles de ce qu’on nommait autrefois la belle ouvrage ? On va supprimer les
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
4e que son entourage ne peut plus lui donner : des modèles de pensées. Un entraînement de l’esprit, au lieu d’une somme de conna
4 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
5 tout humanisme paraît enclin : celle de créer un modèle de l’homme. Peut-être a-t-il existé un modèle gréco-latin, un canon d
6 un modèle de l’homme. Peut-être a-t-il existé un modèle gréco-latin, un canon de l’âme aussi bien que du corps. Il est possib
7n, depuis toujours : il le nomme péché.) Tous les modèles que l’homme se propose ont ceci d’insuffisant : qu’ils peuvent être a
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Jullien du Breuil, Kate (avril 1930)
8rande bourgeoisie pour une gamine qui lui sert de modèle dans son atelier. Autour de cet incident, assez émouvant, on entrevoi
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
9res ressemblent à ces peintres sous les traits du modèle. Cet air de famille qu’ont tous les personnages peints par Rembrandt,
7 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
10ule exactitude des pensées —, nous connaissons le modèle immortel, le Livre de Job. Il serait curieux d’en suivre la filiation
8 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
11s bruits de mon village » qui servira [p. 914] de modèle aux écoliers futurs. Mais lorsqu’il stigmatise les méfaits des « gran
9 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
12 ainsi toutes les nuances, avec un art égal à son modèle. On voudrait pourtant qu’il lui donne parfois libre carrière, qu’il n
10 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
13homme seul. Croire en l’homme, c’est croire en un modèle à quoi les hommes pourraient ou devraient s’égaler. Mais quelle sera
14devraient s’égaler. Mais quelle sera la valeur du modèle que l’homme peut imaginer de lui-même ? Elle ne sera jamais que relat
15 imaginé dans un absolu existant. Le plus sublime modèle et le plus attirant, l’imagination la plus dynamique de l’homme parfa
11 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
16 nombre de vertus officielles, et qui prenne pour modèle le Citoyen-Respectable ou le Travailleur en soi. Mais une morale qui
12 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
17ui nous apprennent à écrire, qui nous donnent les modèles, qui prévoient les déformations nécessaires de l’écriture courante. I
13 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
18er. Elle se cherche une tradition, plutôt que des modèles d’importation récente. Il ne faut pas oublier que la France est le pa
14 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
19l. Lui-même ne s’est jamais comparé qu’aux grands modèles apostoliques : à saint Paul, à Luther, mais pour se condamner. Il aff
15 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
20e trente-six morales contradictoires et autant de modèles qu’ils voudraient égaler, et cependant ils suivent la coutume bourgeo
16 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
21binaison d’un atome. Mais il nous faut laisser ce modèle mécanique, puisqu’aussi bien la personne en elle-même n’est passible
17 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
22 nombre de vertus officielles, et qui prenne pour modèle le Citoyen-Respectable ou le Travailleur en soi. Mais une morale qui
18 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
23alon, où est la mesure commune, et qui connaît le modèle idéal ? Le malfaisant nationalisme n’est rien d’autre qu’une rational
19 1935, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). René Guisan : un clerc (1935)
24eur d’un pamphlet fameux voulait nous donner pour modèle du clerc qui ne trahit pas. Mais une figure presque parfaite d’intell
20 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
25que ordre, il importe avant tout de distinguer le modèle simple qui détermine l’échelle des valeurs. Lorsque nous agissons en
26e, mais l’élégance et la conformité aux meilleurs modèles antiques 28 . La mesure cesse d’être un outil. Elle se distingue de s
21 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
27ôle sur son parler, qu’elle ne rapporte plus à un modèle unique, et qu’elle ne soumet plus à un but unanime. Si bien que les é
22 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
28xes pour l’exprimer ou l’inventer, on chercha des modèles et des trucs dans les littératures bourgeoises, au hasard des tendanc
23 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
29derne » que des moyens. Et c’est précisément à ce modèle scientifique que se conforment l’art, les lettres et la philosophie m
30e cas d’un mauvais peintre, qui ferait à tous ses modèles des yeux écarquillés parce que les siens sont tels. Ainsi les portrai
31là-même de son visage, qu’une reproduction de ses modèles qui nous importent assez peu. Cette particularité de la nature humain
32milliers d’étudiants, c’est cela qui constitue le modèle calligraphique de la pensée moderne. Ces milliers d’étudiants enseign
24 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
33e leurs problèmes intellectuels peuvent servir de modèle à l’homme d’action, moyennant une « réalisation » au sujet de laquell
34 des problèmes qu’ils traitent, non point par des modèles flatteurs ? Plus simplement encore, et sans juger des réussites, comb
35e style s’ordonne à sa fin, et non plus à de bons modèles. Et qu’il rappelle à la situation, au lieu de rappeler des sources. Q
36 qui se souvient d’une éternité raisonnable, d’un modèle qu’il pourrait imiter. L’homme, en tant qu’homme est bien un créateur
25 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
37t dans le visage qui conditionne le regard, et se modèle selon les prises du regard. (En allemand, le seul mot Gesicht signifi
38nature des choses qu’il évoque, non point sur les modèles rhétoriques que l’école nous a mis dans la tête. Presque toutes les s
26 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
39xes pour l’exprimer ou l’inventer, on chercha des modèles et des trucs dans les littératures bourgeoises, au hasard des tendanc
27 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
40sa vraie force. Car de l’auteur tout comme de son modèle légendaire, nous voyons bien que « ses ruses sont aussi ses plus chèr
41 moins les pages sur Barrès, peut-être à cause du modèle, peut-être aussi à cause de l’influence qu’il exerce encore sur Petit
28 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
42une doctrine n’est-ce pas justement d’offrir un « modèle » d’action juste et bienfaisante ? Et si personne ne veut plus s’occu
29 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
43r la France, les nations jeunes, faute d’un autre modèle, se laisseront engager dans des imitations monstrueuses du jacobinism
44ricatures brutales, artificielles, épouvantent le modèle lui-même ? Fédéralisme : dernière chance de la paix ! Qu’on se le dis
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
45ème actuel. [p. 110] Notre pensée nous donne des modèles d’ordre que la société toute défaite qui est la nôtre ne paraît plus
46he, joue le rôle d’un objet exemplaire : c’est un modèle de composition disciplinée et organique. Iphigénie ou Les affinités é
47s en soi, objectives : car prétendant à servir de modèles, de telles œuvres auraient d’autant moins de puissance exemplaire et
48rer, elles resteraient des « utopies ». Les seuls modèles que nous puissions prétendre offrir, ce sont les preuves de notre eng
31 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
49recevoir les signes certains de la joie. Voilà le modèle de toute simplicité, de toute richesse reçue dans la pauvreté, mais a
32 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
50 toujours terne et même conventionnelle comme ses modèles à la distance où elle les voit. Je crains qu’elle n’intéresse que les
33 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
51xemples qu’il ne convient pas de prendre pour des modèles, mais dont l’évocation fera sentir que, dans toute Révolution se prod
34 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
52r la France, les nations jeunes, faute d’un autre modèle, se laisseront engager dans des imitations monstrueuses du jacobinism
53ricatures brutales, artificielles, épouvantent le modèle lui-même ? Fédéralisme : dernière chance de la paix ! Car les efforts
35 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
54s, leur imposant un régime centraliste inspiré du modèle français. 2. Sur quoi se basaient les revendications hitlériennes ? —
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
55ables ? Comment peuvent-ils nous présenter tel un modèle de chevalerie ce Tristan qui a trompé son roi par les ruses les plus
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
56stantielle. Mais seulement une communion, dont le modèle est dans le mariage de l’Église et de son Seigneur. Cela suppose une
57ne des xie et xiie siècles avait pu fournir des modèles : tout compte fait, cela ne se tient pas, car les troubadours, paraît
58ux rives de la mer civilisatrice, naquit le grand modèle occidental du langage de l’amour-passion. 10. Vue d’ensemble du phé
59la dernière génération expliciteront ce que leurs modèles avaient chanté. « Ce n’est plus de l’amour courtois, si on le matéria
60es choix, Gottfried révèle beaucoup mieux que ses modèles l’importance proprement religieuse du mythe dualiste de Tristan. Mais
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
61ique ; qu’il redécouvre leur nécessité ; qu’il se modèle spontanément à la ressemblance du « sublime » qu’elles ont su rendre
62pique et romanesque de la France du Nord comme le modèle universel de toute prose narrative, et Brunetto Latini extrait de Tri
63s qui finit beaucoup plus mal — se rapprochant du modèle primitif — l’on arrive à Jean-Paul, à Hölderlin, à Novalis. Dans la p
64taille. La fameuse « pièce à trois personnages », modèle de presque tous les auteurs dramatiques de la Belle Époque, c’est sim
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
65 et des amours d’une pureté angélique à servir de modèle aux races futures ! (On dirait que Rimbaud a lu cela…) Je ne prends p
40 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
66-là même qu’avec combien de raison vous offrez en modèle à vos disciples. (Mais oui, vous en avez, et je les souhaite nombreux
41 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
67e Rembrandt ressemblent autant à Rembrandt qu’aux modèles qui posaient devant lui. Ils nous décrivent le regard d’un génie, bie
42 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
68eur héroïsme civique et militaire, et qui sont un modèle pour l’Europe ». Oui certes, mais ici encore, n’ayons pas peur d’y re
69digne d’être exposée, et en bonne place, comme un modèle valable pour l’Europe de demain. Voilà un travail immédiat. Nul besoi
43 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
70 ces anges ou démons ailés dont ils trouvaient le modèle en Assyrie. Ce sont les rabbins qui ont écrit le livre d’Énoch, où l’
44 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
71p. 112] degrés de la société. Elles offraient des modèles dans l’art de courtiser un supérieur, de dominer un inférieur, et d’o
45 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
72re, menace d’impliquer l’active complicité de son modèle. Jakob Boehme raconte qu’on demandait à Satan : Pourquoi es-tu sorti
46 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
73et d’une utilité générale, il peut nous offrir le modèle, la formule et comme le thème dynamique d’une médiation plus vaste :
47 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
74l. Lui-même ne s’est jamais comparé qu’aux grands modèles apostoliques : à saint Paul, à Luther, mais pour se condamner. Il aff
75s qu’à imiter, l’acte demeure un pur possible, un modèle d’acte, une abstraction, c’est-à-dire quelque chose que nous pouvons
76la foi, mais c’est peut-être simplement singer un modèle flatteur et rassurant. Et pourquoi ? Parce que le chemin est invisibl
77 du moraliste, que de prétendre imiter [p. 76] le modèle que ses yeux voient et que sa chair perçoit (à la lecture des Évangil
48 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
78ulière des choses qu’il évoque, non point sur les modèles généraux que l’école nous a mis dans la tête. Presque toutes les sing
79it représente un dialogue entre le peintre et son modèle. Mais comment distinguer la part de chacun des interlocuteurs ? La si
80z d’aigle, ce n’est guère celui que les photos du modèle nous montrent. Le nez est d’ordinaire l’élément le plus impersonnel d
49 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
81 jouer le personnage d’une secrétaire d’après les modèles de l’écran. Il semble qu’elles imitent leur rôle, par l’extérieur, pl
82uger du « bien écrire » sinon par référence à des modèles anciens. (Que de pastiches dans nos lettres modernes !) Bien écrire,
83pent point les avenues à angle droit. Hors série, modèle de grand luxe, elle s’orne d’arbres, de silence et de grands portiers
50 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
84les acteurs à succès, les écrivains célèbres, les modèles des grands couturiers, ou les [p. 205] chefs cuisiniers des palaces.
51 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
85 d’un ton suave, quelque chose qui ressemble à un modèle de la bombe atomique pour les enfants ? » La vendeuse ouvrit la bouch
52 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
86bien de rétablir un équilibre « humain », sur les modèles récemment présentés par MM. Hitler et Staline. Je m’en tiens là dans
87ernières assises dans le pays qui lui offrait son modèle, mais qui est le seul encore, ou presque, à ne point faire partie de
53 1946, Lettres sur la bombe atomique. 8. Un salon atomique
88assent l’imagination — et la Bombe m’en paraît le modèle accompli — n’intéressent ou n’inquiètent que superficiellement. À vra
54 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
89qu’il prétend réglementer ses énergies d’après un modèle uniforme, qu’elles soient latines ou anglo-saxonnes, socialistes ou c
90u anglo-saxonnes, socialistes ou capitalistes. Ce modèle est celui de l’État totalitaire, qui est l’état de guerre en permanen
55 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
91ts, l’autre de députés des peuples. (Je prends le modèle courant. Il faudrait l’ajuster.) Le cabinet que ces chambres éliraien
56 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
92 comme le Père et moi sommes un », qui établit le modèle même de l’union dans la distinction des personnes ? Posons ces questi
57 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
93us devez voir que cette réalité n’est pas quelque modèle académique ni un canon universel… Le peintre. Je vois : ce n’est pas
94 elle se résout en résignation. Le sujet cède, se modèle peu à peu à l’objet qu’il a choisi par hasard, par nécessité ou par a
58 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
95ité, des cartes postales en couleurs montrant les modèles mêmes du commun. Vous voyez le risque que je cours ! L’agent. Tous c
96rende un homme à la fois distingué et conforme au modèle admis. Encore ne suis-je pas sûr du second point. Car la conformité a
97s sûr du second point. Car la conformité aux bons modèles relève plutôt de la correction. Mais la politesse véritable relève de
98 faillirait très certainement s’il recourait à un modèle déjà connu, fût-ce le plus grand. L’agent. Je vois que vous êtes un
59 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
99ots. Ainsi les lois formulées par la science, ces modèles d’expression claire, se réfèrent en réalité à des formes courantes du
60 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
100ndre plus vite que l’Europe, à moindres frais, le modèle stalinien. Cette absence d’opposition réelle, ce manque de tension cr
61 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
101e me permettrais, dans ce cas, de lui suggérer le modèle du Christian Science Monitor, du New York Times ou du Herald Tribune.
102New York Telegram : tous les articles sur le même modèle ! Vous donnez la dépêche d’une agence en cinq lignes. Puis, en plus p
103uit au xxe siècle copie scrupuleusement les bons modèles gothiques.) Je remonte la Cinquième Avenue, en partant de Washington
62 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
104s juge de la valeur d’une œuvre par référence aux modèles anciens : si elle s’en rapproche, on la dit bien écrite. Si elle en d
63 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
105ar excellence. Nous le voyons, dans ses plus purs modèles, crucifié entre ces contraires qu’il a d’ailleurs lui-même définis :
64 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
106e jeune homme consistait à le rendre conforme aux modèles collectifs et sacrés, fixés par les dieux implacables de la fécondité
107mener le jeune homme à son autonomie, au-delà des modèles tout faits, le rendre apte à juger par lui-même, l’émanciper. L’éduca
108 pourrait que gêner le rendement du stakhanoviste modèle. Cette passion, donc, qui nous paraît si « naturelle », est en réalit
109rent imiter les voisins. Je dis seulement que les modèles dont ils disposent pour leur conduite morale et dans les arts, demeur
65 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
110e l’autre côté des Alpes, et leur apportaient les modèles des alliances nouées par les communes lombardes. La dernière en date
66 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
111ion, l’on eût assisté à la naissance d’un premier modèle, en réduction, d’université européenne. Il faut croire que le besoin
67 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
112ce et pourtant universelle dans ses conclusions ; modèle de certitude dans ses déductions, et pourtant née à chaque instant du
113 créateur — un étonnant pouvoir de relèvement, un modèle de reconstruction, une ouverture très large aux grands courants du mo
68 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
114écente avec la Section culturelle hollandaise, un modèle de « cahier des charges » a été élaboré. Sitôt mis au point, il sera
69 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
115Ronde n’a pas dressé les plans d’une civilisation modèle. Mais elle a déclaré que le devoir et le salut des Européens consista
116es Européens consistait aujourd’hui à édifier des modèles neufs de société — valables pour eux-mêmes d’abord, mais aussi pour l
70 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
117ronde n’a pas dressé les plans d’une civilisation modèle. Mais elle a déclaré que le devoir et le salut des Européens consista
118 Européens consistaient aujourd’hui à édifier des modèles neufs de société — valables pour eux-mêmes d’abord, mais aussi pour l
71 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux notes sur la souveraineté nationale (mai 1954)
119 citer en exemple. Mais combien savent comment ce modèle d’un système politique fédéral a pris naissance en 1848 ? Jusqu’à cet
72 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
120 du même mythe. Par le moyen de la culture et des modèles qu’elle offre au sentiment, ce mythe a pénétré nos vies, et même si n
121L’irruption de la foi dans une vie figure donc le modèle spirituel de toute révolution occidentale. Mais il y a plus. Le chris
122de la conversion à la révolution, c’est-à-dire du modèle spirituel au phénomène politique et social, ne semble pas aller de so
73 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
123n des Pères et de leurs conciles. Il fut aussi le modèle suprême de la polarité impensable mais vraie, qui exige, dès qu’on l’
124es procèdent d’une commune origine, dont le grand modèle historique fut montré comme objet de la foi par les Pères du Concile
125 de notre science. Certes, on ne peut dire que le modèle théologique ait précédé la découverte des antinomies du réel : le con
74 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
126tion, quand elles se seraient donné celui de leur modèle. Signe du conflit permanent qui les sous-tend et les gauchit perpétue
127l’ordre de Saint-François, la chevalerie, — et ce modèle de l’unité dans le divers qu’est la musique, cette plus pure création
75 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
128 du même mythe. Par le moyen de la culture et des modèles qu’elle offre au sentiment, ce mythe a pénétré nos vies, et même si n
129L’irruption de la foi dans une vie figure donc le modèle spirituel de toute révolution occidentale. Mais il y a plus. Le chris
130de la conversion à la révolution, c’est-à-dire du modèle spirituel au phénomène politique et social ne semble pas aller de soi
76 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
131religieuses. Il y a la foi d’abord et son premier modèle : Abraham partit « sans savoir où il allait », obéissant à une vocati
77 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
132 163] Pères et de leurs conciles. Il fut aussi le modèle suprême de la polarité impensable mais vraie, qui exige, dès qu’on l’
133es procèdent d’une commune origine, dont le grand modèle historique fut montré comme objet de la foi par les Pères du Concile
134 de notre science. Certes, on ne peut dire que le modèle théologique ait précédé la découverte des antinomies du réel : le con
78 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
135ystématique et prétend procéder par exclusion des modèles fournis par l’Histoire. Il n’y a pas de progrès dans les arts, qui ne
79 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
136isme), elle peut donner au monde la formule et le modèle d’un dépassement fécond du cadre national. Voilà pourquoi les partisa
80 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
137a Suisse, petite unité politique bien compacte et modèle de civisme. On passe en cinq minutes d’un canton à un autre. Leurs ha
81 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
138 — Que voulez-vous que j’en fasse ? Céline est le modèle de votre Henry Miller, qui ne le vaut pas toujours, sauf dans Sexus p
82 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
139z le Conseil fédéral Suisse, lui dis-je, c’est le modèle même de la stabilité. Et, comme il semblait un peu vague, je lui rapp
83 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
140re du régime politique au pouvoir. Ainsi Tristan, modèle du chevalier, est contraint de violer le sacré féodal, devient traîtr
84 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
141eule exactitude des pensées — nous connaissons le modèle immortel, le Livre de Job. Il serait curieux d’en suivre la filiation
142ppuyé — et l’on devinait alors qu’ils étaient les modèles des personnages de ses Dialogues et récits physiognomoniques, officie
85 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
143cès européen des livres de poche, conçus selon le modèle du pocket book anglais et du paper back américain. Un seul chiffre su
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
144l. La Trinité est composée de trois Personnes. Le modèle de toute personne humaine est donné par l’Incarnation du Christ fils
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
145e du régime politique au pouvoir. Ainsi, Tristan, modèle du chevalier, est contraint de violer le sacré féodal, devient traîtr
88 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
146eule exactitude des pensées — nous connaissons le modèle immortel, le Livre de Job. Il serait curieux d’en suivre la filiation
147ppuyé — et l’on devinait alors qu’ils étaient les modèles des personnages de ses Dialogues et récits physiognomoniques, officie
89 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
148ident, en formant, dès les premiers Conciles, ses modèles de pensée en tension : Incarnation, Personnes divines à la fois disti
149d’évoquer nous apparaissent alors comme autant de modèles d’une énergétique de l’amour, ou comme autant d’effets de son action
150vers d’une « mort à soi-même » transfigurante. Ce modèle de l’amour et du vrai moi instaure le normal, le sublime, et la probl
90 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
151le moi d’autrui, l’amour du prochain constitue le modèle créateur de toute communauté, et l’image organisatrice d’une biologie
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
152e av. J.-C.) : [p. 19] elles ne font qu’imiter le modèle de Moschos, que nous avons tenu à citer en entier parce qu’il figure
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
153& un Congrez perpétuel à peu près sur le même modèle, ou des Sept Souverainetés de Hollande, ou des treize Souverainetés d
154p; les Sociétez que je donne comme des espèces de modèles ; qu’après tout Henri IV avoit pû se tromper en croyant possible ce q
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
155la barbarie, du moins les monuments du génie, les modèles du goût peu consultés, peu suivis, furent conservés dans les mains de
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
156 de particulier et vouloir le considérer comme un modèle, que ce soit la littérature chinoise, ou serbe, que ce soit Calderon
157es Nibelungen ; mais quand nous avons besoin d’un modèle, il nous faut sans cesse retourner vers les anciens Grecs dont les œu
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
158-il de la France et de l’Espagne, ces aînées, ces modèles de l’État national fortement constitué et qui ne veut rien devoir à p
159t concevoir une « nationalité européenne » sur le modèle des Nations souveraines et uniformes qui composent l’Europe ? Le prob
160’évolution du temps exige, devra se fonder sur le modèle de l’union allemande, qui exclut toute hégémonie d’un de ses États. A
161aine des arts plastiques et littéraires, sont des modèles inégalés. Son héritage compte, autant par ce que nous avons en commun
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
162s, — là est quelque chose d’européen. Rome est le modèle éternel de la puissance organisée et stable. Vint ensuite le christi
163iade. Achille, l’idole de l’Antiquité, le premier modèle d’Alexandre le Grand, fut le Siegfried des Grecs, héros juvénile, for
164l’esprit. C’est pourquoi il est le précurseur des modèles de l’humanité à venir : du chevalier médiéval et du gentleman de notr
165emment tendance à se servir du présent comme d’un modèle parfait permettant de juger le passé, et à considérer toute l’histoir
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
166 morale millénaire reposant sur l’ordre du monde, modèle de l’ordre social, offrit pendant des siècles l’image d’un semblable
167par excellence. Nous le voyons dans ses plus purs modèles, crucifié entre ces contraires qu’il a d’ailleurs lui-même définis :
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
168ses formes et en développant, à leur tour, sur le modèle de la propagande occidentale, une propagande nationaliste ; mais pers
99 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
169ident, en formant, dès les premiers Conciles, ses modèles de pensée en tension : Incarnation, personnes divines à la fois disti
170d’évoquer nous apparaissent alors comme autant de modèles d’une énergétique de l’amour, ou comme autant d’effets de [p. 598] so
171vers d’une « mort à soi-même » transfigurante. Ce modèle de l’amour et du vrai moi instaure le [p. 600] normal, le sublime, et
100 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
172n accord général existait quant à savoir sur quel modèle il s’agissait de former l’individu. Il n’en va plus de même aujourd’h
173 cahiers, pas de bavardages — était conçue sur le modèle militaire (celui du drill, des alignements au cordeau, du silence dan