1 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
1e mes propres records. De ce lent effort naît une modestie que je m’enorgueillis un peu de connaître ; et de cette volonté d’un
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Montclar (février 1927)
2e à en faire reproche à l’auteur. Cette espèce de modestie de l’allure est rare autant que sympathique, dans le temps que sévit
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
3heraient, il met une sourdine. Car il sait que la modestie est la vertu de choix du classicisme. Et qu’il est le dernier de nos
4 qu’il est le dernier de nos classiques… Pareille modestie est, d’ailleurs, signe de force : les critiques auxquels il adressa l
5isant et sans vénération. Complaisant à sa propre modestie. Et, par là même, d’une étrange indiscrétion. Gide saura-t-il rester
4 1932, Le Paysan du Danube. Note
6vulgaire, prend l’aspect d’une assez prétentieuse modestie. Comment, après cela, l’auteur du Paysan du Danube oserait-il assurer
5 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
7se pour une explication. Je crains bien que cette modestie ne soit un peu trop ambitieuse. Car l’hypothèse de travail [p. 30] qu
6 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
8oûts et d’habitudes qui ne comporte ni orgueil ni modestie, [p. 634] ni aucune espèce de valeurs morales, de même que la digesti
7 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
9atique la pensée distinguée de l’action. Voilà sa modestie, — et le siècle passé n’a pas manqué de qualifier cette vertu de scie
10 petits riens, à je ne sais quelle affectation de modestie… à je ne sais quelles insolences, en passant, quand il s’agit de trav
11 de conventions d’écoles, de doutes minutieux, de modestie pédante, dont le vrai but, même inconscient, est de rendre suspecte t
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
12uels. Or, si les religieux ne se sont pas tus par modestie, ce qui ne me paraît pas croyable de la part d’hommes qui faisaient a
9 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
13rs de l’Europe. Mais n’allons pas confondre cette modestie, dont Spitteler parlait si noblement, avec la vue bornée des [p. 9] «
10 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
14aturel, avec toutes ses curiosités, son admirable modestie et ses malices, son sens rythmique de la langue toujours si fermement
11 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
15’on le flatte, rompu aux stratagèmes de la fausse modestie la plus intéressée et d’une sympathie méthodique inlassablement déver
12 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
16activisme [p. 125] de Faust. Au lieu d’y voir une modestie virile, et un refus de la speculatio maiestatis, ils y distinguent la
13 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
17aturel, avec toutes ses curiosités, son admirable modestie et ses malices, son sens rythmique de la langue toujours si fermement
14 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
18 un certain cynisme. Peut-être aussi une certaine modestie de l’individu, qui se voit concrètement réduit à sa juste et minime i
15 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
19ur moi, je crains une duperie moins naïve dans la modestie cartésienne. Car enfin où prend-on dans le monde rien qui soit « clai
16 1948, Suite neuchâteloise. IV
20e sa vie et source de sa vraie richesse. De là sa modestie frappante, sa tolérance acquise non sans luttes, mais sa fermeté dans
17 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
21 exister au moins autant. Avouons-le, sans fausse modestie : ce ne serait déjà pas si mal ! ⁂ Je me propose d’examiner quelques-
18 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
22mais pas dans ce monde-ci, qui ne pardonne pas la modestie si elle n’est pas feinte, et n’admire guère que ceux qui ont pris la
19 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux mille volumes sur l’Europe (février 1963)
23 est improvisé et manque un peu de rigueur, ou de modestie. Enfin et surtout, ils sont dépourvus pour la plupart de ce style de
20 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
24omment faire valoir les succès d’une morale de la modestie ? La Suisse refusant de parler en faveur de sa propre formule, il res
25 On donnerait l’heure au monde entier, et pour la modestie on ne craindrait plus personne. Cette image convenue de la Suisse de
21 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
26t voici un passage très significatif : Par notre modestie, nous témoignons aux grandes puissances notre reconnaissance de ce qu
27ous mêler à leurs sanglants différends. Par notre modestie, nous payons à l’Europe blessée le tribut qu’il convient de payer à l
28payer à la douleur : le respect. Enfin, par notre modestie, nous nous excusons. « S’excuser de quoi ? » Quiconque s’est jamais t
29mède à ses névroses de prospérité. C’est dans une modestie trop commode, un peu lâche, que réside sa pire tentation et vraiment
22 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
30omment faire valoir les succès d’une morale de la modestie ? La Suisse refusant de parler en faveur de sa propre formule, il res
31 On donnerait l’heure au monde entier, et pour la modestie, on ne craindrait plus personne. [p. 303] Cette image convenue de la