1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
1. Un grand principe de violence commandait à nos mœurs. … et nous portant dans nos actions à la limite de nos forces, notre
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
2oit connue d’avance et stérilisée par la loi, les mœurs et l’habitude. Nous n’avons aucun remords d’avoir déçu cette catégori
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
3ureté extrême qui est l’état économique ». Si les mœurs sont occidentales, les habitants, eux, viennent de tout l’Orient. « O
4 1932, Le Paysan du Danube. Note
4 [p. 9] Note Certain public égaré par les mœurs éditoriales attend des jeunes auteurs qu’ils se présentent avec l’ass
5 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
5réalisables qu’au sein d’un ensemble organique de mœurs, de climat et d’ambitions collectives, ensemble que, tout indépendamm
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
6l y juge du monde en général, de la religion, des mœurs, de l’histoire, [p. 135] et de ses voisins en particulier. La « Gnädi
7 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
7en dehors de la grâce, c’est-à-dire la police des mœurs, l’éducation bourgeoise et ces blasphématoires « hygiènes de l’esprit
8 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
8ête européenne sous ce titre significatif : « Les Mœurs et l’Esprit des nations 41 . » Et l’on pense au titre de cet [p. 139
9 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
9erner imaginairement transposée dans nos [p. 130] mœurs. Personne encore ne sait ni ne prétend savoir ce que serait un fascis
10ciellement l’idéal national que la culture et les mœurs de l’élite devenaient impuissantes à incarner aux yeux du peuple 43 .
10 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
11ci. On sait comment cette notion a passé dans les mœurs au cours du xviiie siècle, à la faveur des théories rationalistes et
11 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
12 et Jaurès. Leurs doctrines sont passées dans les mœurs, c’est pourquoi vous pensez qu’elles n’étaient pas « philosophiques »
12 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
13littérature romanesque décrit depuis cent ans nos mœurs et nos malheurs avec une croissante application à la stupidité, j’ent
13 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
14ci. On sait comment cette notion a passé dans les mœurs au cours du xviiiᵉ siècle, à la faveur des théories rationalistes et
14 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
15e respect de toutes les diversités d’opinions, de mœurs, de traditions régionales. Il ne s’agit pas d’uniformiser, mais d’opé
16 révolution qu’il faut à tous : la révolution des mœurs et de la culture, la révolution anti-bourgeoise, anti-capitaliste, an
17eu féconde, s’ils ne sont pas en rapport avec les mœurs, avec les sentiments, avec les intérêts généraux des hommes à qui ils
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
18lors certains « signes très simples » communs aux mœurs et aux coutumes [p. 69] et au langage, et qui servaient à mesurer et
16 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
19libéraux et le ils des collectivistes ? Selon nos mœurs et notre vocabulaire, n’est-il pas, lui aussi, un être « abstrait »,
17 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
20ienfaits de cette unité. Elle est passée dans vos mœurs, à tel point que vous n’en êtes même plus conscients. Vous criez au n
18 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
21sse. — Je note à l’usage d’un futur historien des mœurs que la presse « de droite » reflète assez exactement la mentalité et
22’est encore l’aveu d’une inadaptation cruelle aux mœurs et coutumes de ce temps ; ou bien l’on écrit simplement pour gagner s
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
23ont du même niveau social, sans doute parents, de mœurs et de langage pareils. S’ils s’opposent, c’est que l’un est avare et
20 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
24oles, la tentation de copier nos voisins dans les mœurs politiques et dans la presse, tout cela menace et compromet non seule
21 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
25sses de l’autre, étaient les vrais fondements des mœurs. Seulement, il y a cette différence profonde entre le jacobinisme et
26exception. La portée de cette révolution dans les mœurs est soulignée chaque semaine par l’organe universitaire du Parti, le
22 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
27ienfaits de cette unité. Elle est passée dans vos mœurs, à tel point que vous n’en êtes plus même conscients. Vous criez au n
23 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
28a camarade Zetkin, le chef décrit ce désastre des mœurs, et il proteste avec toute l’énergie d’un « révolutionnaire professio
29sion.) Vingt ans plus tard, le « redressement des mœurs » s’est opéré, non par quelque sursaut vertueux, non par l’initiative
30 pour première tâche de surmonter cette crise des mœurs. On commença par opposer à l’idéal antisocial de « bonheur » et de « 
24 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
31un malheur. La société où nous vivons et dont les mœurs n’ont guère changé, sous ce rapport, depuis des siècles, réduit l’amo
32n et Iseut. Au travers du désordre extrême de nos mœurs, dans la confusion des morales et des immoralismes qui en vivent, aux
33 rapporter à ce mythe certaines confusions de nos mœurs. Étymologie des passions, moins décevante que celle des mots, puisqu’
34cher d’enlever Iseut et d’obéir à son destin. Les mœurs du temps sanctionnent le droit du plus fort, elles le divinisent même
35is est né d’une réaction à l’anarchie brutale des mœurs féodales. On sait que le mariage, au xiie siècle, était devenu pour
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
36ontradiction flagrante entre les doctrines et les mœurs. Serait-ce alors dans le fait même de cette contradiction flagrante q
37mythe ? 5. Contrecoup du christianisme dans les mœurs occidentales Pour introduire plus de clarté dans ce dédale dialectiqu
38paraît au xiie siècle entre les doctrines et les mœurs, une première conclusion peut être formulée dès à présent : L’amour-p
39’une vision de la femme entièrement contraire aux mœurs traditionnelles — la femme se voit élevée au-dessus de l’homme, dont
40de sermons plus chrétiens que les leurs, et leurs mœurs étaient pures… » Ce jugement rachète en partie les calomnies de l’Inq
41 fondamentaux de son Église. Quant à la pureté de mœurs des Cathares, nous avons vu qu’elle traduisait des croyances fort dif
42onsidérons 49 . L’un des meilleurs historiens des mœurs médiévales, J. Huizinga, nous propose sur ce point des exemples topiq
43« surréalistes » qu’ait connues l’histoire de nos mœurs… Qu’on se rappelle ce seigneur jaloux qui tue le troubadour favori de
44insi feinte, une habitude réelle ni un reflet des mœurs », mais seulement « un hommage « religieux » (et formaliste) rendu pa
45comparaisons littéraires. Mais certains traits de mœurs nous incitent à des rapprochements plus précis. On se rappelle que Tr
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
46l point oubliée comme hérésie, et passée dans les mœurs comme poésie, que les mystiques chrétiens utiliseront ses métaphores
47hant de la religion qui l’a créée, passe dans les mœurs, et devient langage commun. Maintenant, quand un mystique veut exprim
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
48D’une influence précise de la littérature sur les mœurs D’une manière générale, il est bien difficile de vérifier l’influence
49uotidienne d’une époque. « La musique adoucit les mœurs ? » Je n’en sais rien, et personne ne saurait le démontrer. Et la pei
50ature peut se vanter d’avoir agi sur les [p. 191] mœurs de l’Europe, c’est à coup sûr à notre mythe qu’elle le doit. D’une ma
51rature, au contraire, est la voie qui descend aux mœurs. C’est donc la vulgarisation du mythe, ou pour mieux dire : sa « prof
52e roman comique, qui annonce le roman de [p. 205] mœurs, qui annonce le naturalisme polémique du dernier siècle. Mais je ne c
53ogique. « Cela fait, conclut-il, une inégalité de mœurs qui est vicieuse. » Ne nous étonnons point de cet aveuglement de l’au
54 voudra, d’une première éclipse du mythe dans les mœurs et la philosophie. La mise en ordre (pour ne pas dire mise au pas) de
55 partir de ce xviie siècle « rationnel » que nos mœurs se séparent des croyances religieuses (comme l’avait proposé Confuciu
56ériterait un chapitre, mais son influence sur les mœurs ne s’est guère fait sentir que deux siècles plus tard. (Il a fallu qu
57pprennent moins sur la descente du mythe dans les mœurs, que les romans de série, le théâtre à succès, enfin le film. Le vrai
58ait-ce la fin du romantisme ? Le spectacle de nos mœurs n’autorise pas cette conclusion. Car la crise actuelle du mariage bou
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
59 — inconsciemment bien entendu — d’un ensemble de mœurs et de coutumes dont la mystique courtoise a créé les symboles. Or pas
60ociale, un besoin d’autant plus impérieux que les mœurs sont plus féroces. Il faut élever l’amour à la hauteur d’un rite, la
61rale courtoise ne parvint guère à transformer les mœurs privées des hautes classes, qui demeuraient d’ « une rudesse étonnant
62chap. xix) que cette période, du point de vue des mœurs et de leur littérature, se définit par une dernière tentative de myth
63rre. D’une part, dans les pays démocratiques, les mœurs se sont assouplies à tel point qu’elles tendent à n’offrir plus d’obs
64 et de problématique sentimentale. L’anarchie des mœurs et l’hygiène autoritaire agissent à peu près dans le même sens : elle
65ituant le conflit du mythe et du mariage dans nos mœurs, le second décrivant une attitude que je donne bien moins pour la rép
29 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
66a camarade Zetkin, le chef décrit ce désastre des mœurs, et il proteste avec toute l’énergie d’un « révolutionnaire professio
67sion.) Vingt ans plus tard, le « redressement des mœurs » s’est opéré, non par quelque sursaut vertueux, non par l’initiative
68r pour première tâche de surmonter cette crise de mœurs. On commença par opposer à l’idéal antisocial de « bonheur » et de « 
69n en croit les descriptions de l’état présent des mœurs de la jeunesse en URSS. Le nazisme appartient au passé. Pourtant la t
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
70ond à une érotisation sans précédent des [p. 360] mœurs ? S’il fallait inférer des métaphores courtoises « grossières » aux m
71érer des métaphores courtoises « grossières » aux mœurs des troubadours, ma déduction serait inverse de celle des savants mod
31 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
72 compromettre un certain équilibre social que les mœurs ont pour but de maintenir, cet équilibre étant d’ailleurs bon ou mauv
32 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
73s, dont les économistes se sont mis à étudier les mœurs étranges, qui paraissaient aussi mystérieuses que celles des monstres
33 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
74oles, la tentation de copier nos voisins dans les mœurs politiques et dans la presse, tout cela menace et compromet non seule
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
75poque récente, et plus ou moins contaminé par les mœurs politiques françaises. L’idée même de parti, d’ailleurs, est anti-sui
35 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
76ous sommes déjà plus ou moins hitlérisés dans nos mœurs et dans nos pensées. Mais cela n’excuse pas Hitler. Loin de là ! Cela
77c’est sans doute au détriment de la stabilité des mœurs.) Or ce système ne fonctionne pas sans illusions, compensées par auta
78 où le sens spirituel s’endort, la correction des mœurs devient un idéal, la verdeur de langage passe pour une inconvenance,
79tire pas à [p. 108] conséquence. Il règne sur nos mœurs et sur notre opinion publique 18 . Nous oublions que la conséquence d
36 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
80préféré par le Diable à ces milieux bohèmes et de mœurs relâchées qui se disent volontiers damnés. C’est, je crois, parce que
81s, dont les économistes se sont mis à étudier les mœurs étranges, plus mystérieuses que celles des monstres antédiluviens, do
82mêmes principes dont s’autorise l’anarchie de nos mœurs privées. Toutefois les partisans du romantisme maintiendront que l’am
83t. L’importance démesurée de « l’amour » dans nos mœurs, moins comme réalité que comme arrière-pensée, allusion perpétuelle e
84ant une pruderie morbide du langage et des bonnes mœurs, est certes pour beaucoup dans la crise sexuelle dont souffre encore
85gulier accord : les opinions supercélestes et les mœurs souterraines. » S’il y a quelque chose de démoniaque dans la femme, c
86me mal placé. Tous ces facteurs ont créé dans nos mœurs un malaise fondamental. Une espèce de révolte sourde anime la femme c
37 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
87 sa « grande stratégie » dans la confusion de nos mœurs. À nous l’effort, à Dieu l’issue et le jugement. Si nous perdons tout
88les claires, — bref : tout ce qui caractérise les mœurs politiciennes de nos pseudo-démocraties et les goûts de leur « grand
38 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
89ant une pruderie morbide du langage et des bonnes mœurs, est certes pour beaucoup dans la crise sexuelle dont souffre toute l
39 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable X : Le Diable homme du monde (17 décembre 1943)
90préféré par le Diable à ces milieux bohèmes et de mœurs relâchées qui se croiraient volontiers damnés. C’est, je crois, parce
40 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
91re vie même, avec la Vie ! Certes, l’anarchie des mœurs et des idées s’accroît d’une anxiété de jour en jour plus justifiée,
41 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
92 quoique bien proche, n’est pas sensible dans les mœurs de ce pays comme elle le fut longtemps en France, et le reste [p. 141
93 de ne point songer à lui lorsqu’on entrevoit les mœurs de ce gratin, d’ailleurs sans titres de noblesse, sauf par alliances.
42 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
94 compromettre un certain équilibre social que les mœurs ont pour but de maintenir, cet équilibre étant d’ailleurs bon ou mauv
43 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
95 plus gaspilleur ; plus puritain et plus libre de mœurs. L’Amérique ne se définit pas. Elle ne s’explique pas dans l’ensemble
44 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
96s dégager d’un séjour de six ans en Amérique. Les mœurs sexuelles de l’Europe peuvent être définies comme un jeu très complex
97tant de tourner ces règles sans les détruire. Les mœurs sexuelles de l’Amérique ne sont point si faciles à définir. Comment e
98ce en Amérique, détermine de nos jours encore les mœurs sexuelles du Nouveau Monde. J’ajouterai qu’elle les détermine princip
99ette liberté, qui entraîne une grande licence des mœurs chez les jeunes gens, l’Européen s’étonne de ne point trouver trace d
100uelle. Les avantages et les dangers de l’état des mœurs que l’on vient d’esquisser donneraient matière à tout un livre. Mais
101t le plus intéressant de l’évolution actuelle des mœurs américaines, c’est qu’on y pressent un avenir qui sera sans doute cel
45 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
102ais c’est le contraire de l’hypocrisie, et de nos mœurs. Quant à l’attitude américaine vis-à-vis de la question sexuelle — ma
103 mal vu Quelques points de comparaison entre les mœurs de l’Amérique et de l’Europe. Les jugements de la morale courante, e
104ns ce domaine, présente un tel contraste avec les mœurs des Européens qu’on perd l’espoir de jamais faire comprendre les uns
46 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
105 nous, resurgit aujourd’hui chez nous et dans nos mœurs — avec moins de virulence, peut-être, c’est-à-dire d’une manière moin
106nt dans les musées et bibliothèques mais dans les mœurs et les coutumes aussi, dans les habitudes du langage et dans l’intimi
47 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
107vait complaisants ou serviles dans le domaine des mœurs [p. 92] et de la culture, elle y perdrait autant que nous. L’Europe a
108qui traduise en politique, dans l’économie et les mœurs, l’idée de l’homme commune aux peuples de l’Europe : ni l’individu sa
48 1950, Lettres aux députés européens. Troisième lettre
109e pour le mal, d’ailleurs, il imite à la fois nos mœurs et nos objets, nos procédés d’art et de construction, de transport et
49 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
110r, qui a marqué et marque encore profondément les mœurs suisses. Il ne s’agissait nullement, à cette époque, d’établir une ég
111 la place publique, décrivaient les terres et les mœurs étrangères, et apprenaient à leurs enfants des chansons du régiment.
50 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
112t les débats des Grands Conseils. L’influence des mœurs politiques latines, l’éloquence, le sectarisme des partis, ne se mani
113 la langue, la culture, la race, la religion, les mœurs, le droit, l’économie, le parti politique au pouvoir. En Suisse au co
51 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
114exercent une forte pression conservatrice sur les mœurs. Les lois cantonales, si elles rendent la séparation facile, supposen
115 de cette histoire ; et moins d’une similitude de mœurs que de l’empreinte laissée par les leçons d’instruction civique, qui
52 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
116 bouleversé aussi radicalement notre habitat, nos mœurs, et la continuité de nos caractères nationaux. La question qui se pos
53 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
117nouir ce grand projet. » (Voltaire, Essai sur les mœurs.) L’idée du canal sera reprise par les Français : projets de Girardin
54 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
118ictions apparentes. Nos mystiques ne font pas nos mœurs, en Occident. Ils se fondent sur la négation de nos croyances commune
55 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
119 bouleversé aussi radicalement notre habitat, nos mœurs, et la continuité de nos caractères nationaux. La question qui se pos
56 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
120la morale, comme désarmer, se fédérer, régler les mœurs, modifier le régime politique. C’est la formule fédéraliste, contrair
57 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
121ura Affranchissement du pays de Gex Essai sur les Mœurs, Dictionnaire philosophique, Tancrède, Irène.   Le voilà, l’écrivain
58 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
122on livre… Ce faux, bien entendu, n’est pas signé. Mœurs courantes, me dit-on, on ne répond pas à cela. Je pense à cet ami qui
59 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
123maine des arts une remarquable transformation des mœurs. Dix mille fois plus de gens voyagent, cent mille fois plus écoutent
124r et pour le pire, la musique est entrée dans nos mœurs quotidiennes, débordant infiniment les petits cercles de l’élite qui
60 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
125s et avec les principes générateurs des lois, des mœurs, des arts et des croyances ; enfin, la faiblesse du support matériel
61 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pool européen d’éditeurs (février 1958)
126tables rondes, d) Histoire européenne, e) Arts et mœurs. Deux ouvrages commandés par le Pool et déjà en cours de rédaction do
62 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
127aradoxe — ses objets, différents selon l’état des mœurs. Point de passion concevable ou déclarée en fait, dans un monde où to
128ux tabous sexuels, curieusement respectés par nos mœurs en transition rapide du sacré primitif vers une hygiène scientifique 
129el réduit le roman aux dimensions d’un tableau de mœurs à la Hogarth. On partage les irritations de l’auteur, on acclame sa s
130Le totalitarisme soviétique et le conformisme des mœurs dans les démocraties de l’Occident ne sont plus défendus sans scrupul
63 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
131 1955 : l’idée de coopération est entrée dans les mœurs, même culturelles. Les associations se sont multipliées : Instituts d
64 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
132d’hui, et même les primitifs de la Polynésie, aux mœurs si douces, observent tous des rites plus cruels l’un que l’autre, afi
65 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
133 musique et la poésie, le roman, la piété, et les mœurs. Tout cela se passait dans les élites cultivées, — les jongleurs et p
134ente à propager ses effets bouleversants dans les mœurs de la masse inculte et dans les habitudes de pensée. Le travail de dé
135ussi ce qui le tente. Devant « l’indiscipline des mœurs » et la « pornographie » qui en serait la cause, il se sent indigné e
66 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
136aradoxe — ses objets, différents selon l’état des mœurs. [p. 48] Point de passion concevable ou déclarée en fait, dans un mo
137ux tabous sexuels, curieusement respectés par nos mœurs en transition rapide du sacré primitif vers une hygiène scientifique 
138l, réduit le roman aux dimensions d’un tableau de mœurs à la Hogarth. On partage les irritations de l’auteur, on acclame sa s
139Le totalitarisme soviétique et le conformisme des mœurs dans les démocraties de l’Occident ne sont plus défendus sans scrupul
67 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
140 compromettre un certain équilibre social que les mœurs ont pour but de maintenir, cet équilibre étant d’ailleurs bon ou mauv
68 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
141on, plutôt que la revendication d’une liberté des mœurs, qui appartient à la « morale des esclaves. » Maintenant l’on compre
69 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — i. L’amour selon les évangiles
142uenter de préférence ; or ce sont les « hommes de mœurs impures » que saint Paul ordonne à ses disciples non seulement de « n
70 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — ii. Misère et grandeur de saint Paul
143tenir, sous le nom de religion, des règlements de mœurs « toujours bons pour la masse », et sans doute défendables, voire néc
71 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
144pe fût portée, ne représente pas mal à propos les mœurs et naturel des Européens. Il est d’un courage un peu élevé, insolent,
145u facile de l’expliquer par l’histoire et par les mœurs. Sitôt méditerranéen, le mythe Europe passe en Crète. Il y devient le
72 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
146es-ci rendent l’homme agreste, et dépouillent ses mœurs de douceur et d’aménité. Par la même raison, je les regarde donc comm
73 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
147cause de toutes nos erreurs, nous considérons les mœurs des hommes et les événements, nous ne trouverons nulle part le monde
148en connaissent et comprennent les coutumes et les mœurs. D’autre part, nous disons et voulons que nous, roi de France, avec l
74 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
149ainsi le droit des gens a pu s’introduire par les mœurs dans tout le genre humain. 81 Dans l’immense production intellectu
150ns entièrement viciées, et, ensuite parce que les mœurs nouvelles introduites par la religion chrétienne sont telles que l’ho
151uvait un prince semblable à Dieu ; cependant, les mœurs des hommes étant ce qu’elles sont, les États de grandeur moyenne (mod
75 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
152e-Orient [p. 127] c’est d’abord le Japon dont les mœurs rappellent Rome au temps des guerres puniques ; c’est le même esprit
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
153esprit de l’Europe a toujours été contraire à ces mœurs ; et, dans tous les temps, ce que les peuples d’Asie ont appelé punit
154ême religion, par un même droit des gens, par les mœurs, par les lettres, par le commerce, par une sorte d’équilibre qui est
155ne [p. 138] société réelle qui a sa religion, ses mœurs, ses coutumes, et même ses lois, dont aucun des peuples qui la compos
156par la pente générale de prendre les goûts et les mœurs des Français ». Au cosmopolitisme à la mode, il oppose un particulari
157 forment le génie, le caractère, les goûts et les mœurs d’un peuple, qui le font être lui et non pas un autre… Il n’y a plus
158nt les mêmes goûts, les mêmes passions, les mêmes mœurs, [p. 141] parce qu’aucun n’a reçu de forme nationale par une institut
77 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
159e j’ai décrits sembloient devoir donner les mêmes mœurs aux habitans de l’Europe, en les conduisant de la barbarie à la civil
160ompatriotes, à qui ils pouvoient supposer que les mœurs et les institutions intérieures étoient parfaitement connues ; en con
161vient de le faire Voltaire dans son Essai sur les Mœurs et comme le fera bientôt Jean de Müller. C’est le centre de référence
162uiront point le système des arts, des lois et des mœurs, qui distinguent si avantageusement les Européens et leurs colonies.
163es de liberté, ou au moins de modération ; et les mœurs générales du siècle ont introduit quelques sentiments d’honneur et de
164e et pour la défense. Mais la corruption de leurs mœurs et de leurs lois fit disparaître insensiblement cette supériorité. La
165 monde à des peuples si différens de cultes et de mœurs, depuis ceux de l’Asie antique jusqu’aux plus récens de l’Europe, ce
78 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
166dans la similitude des religions, des lois et des mœurs qu’on observe à travers toute l’Europe : au fond, elles sont toutes p
167 toutes ces sources s’était composé un système de mœurs et d’éducation qui était à peu près le même dans toute cette région d
79 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
168ité des constitutions, des lois, des langues, des mœurs, des caractères nationaux, qui a fait de chaque pays et nation un « t
169s l’un des premiers à mettre en valeur l’unité de mœurs et la similitude des institutions dans l’Europe médiévale, en dépit d
170 de l’Ebre, une similitude de constitutions et de mœurs qui le remplit d’autant plus d’admiration qu’elle s’accompagne d’une
171 façon de vivre, son organisation [p. 190] et ses mœurs particulières, qui aime avec dévouement la patrie et tout ce qui est
172i l’Europe à la force de l’épée, y implantant ses mœurs et sa conception de la justice. S’il en est ainsi, je vois deux coura
173ation, d’une musique, d’un art, d’une sagesse des mœurs, d’une science qui forment le patrimoine du sud-ouest européen. Quant
80 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
174iste que par un vif attachement aux intérêts, aux mœurs, aux coutumes de localité, nos soi-disant patriotes ont déclaré la gu
175du, pour ainsi dire, dans une opinion commune des mœurs opposés ; et, rapprochant des ennemis, elle en a fait des nations dan
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
176 générale et anti-chrétienne qui s’opéra dans les mœurs, qu’une habile anarchie, et qu’une confusion symétriquement organisée
177s, sous une forme tout à fait locale, suivant les mœurs de la nation et les usages de la vie ; de même qu’ils étaient basés s
178yé sur une forme artificielle, mais bien dans les mœurs consacrées par le temps et l’habitude, ou en un mot, dans le sentimen
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
179de l’Orient, dont il a reçu l’origine et pris les mœurs, le gouvernement russe est concentré dans le cabinet du prince ; il p
180 font naître des races liées par le climat et les mœurs, et qui s’affranchissent chaque jour davantage de tout milieu défini
181, et dans leurs intérêts immédiats, et dans leurs mœurs, et dans leurs ambitions. L’Europe [p. 308] n’a pas de chance. Tous s
83 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
182on, plutôt que la revendication d’une liberté des mœurs, qui appartient à la « morale des esclaves ». Maintenant, l’on compr
84 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
183, une connaissance insuffisante du pays et de ses mœurs politiques, trop peu d’attention donnée à la variété des forces anima
85 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
184ier n’ont autant progressé dans l’âme et dans les mœurs des peuples hier encore colonisés. Mais voici le troisième grand fait
86 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
185ation technique et adaptation de la technique aux mœurs et aux croyances religieuses ; évolution des arts, etc. ; [p. 17] —
87 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
186 sans peine. L’introduction si désirable dans nos mœurs universitaires d’une année sabbatique de type américain, permettrait
88 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
187 Un livre à l’ancienne mode sur les paysages, les mœurs et les relations humaines. Si vous pouviez parler aussi du secret des
89 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
188elé le visage de l’ancienne Suisse, et marqué ses mœurs et coutumes. Lorsque vous remontez en direction des Alpes la route qu
189ises, dans un petit pays d’une grande violence de mœurs. Et l’admirable est bien qu’il en soit né un style unique d’architect
90 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
190isse. Ce mot domine nos diversités de langage, de mœurs, de religion, d’industrie ; ce mot avec tout le cortège d’idées qui l
91 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
191torités de la ville. Le Valais, grande vallée aux mœurs violentes, et les vieilles villes de culture et de commerce de Genève
192t les débats des Grands Conseils. L’influence des mœurs politiques latines, l’éloquence, le sectarisme des partis ne se manif
193de l’existence : langue, culture, race, religion, mœurs, droit, économie et parti politique au pouvoir, avec effet rétroactif
92 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
194étaient pas moins connus pour la licence de leurs mœurs que pour l’austérité patriarcale de leurs principes. Les chroniques i
195 les indignations de Jeremias Gotthelf contre les mœurs des paysans bernois (qui loin d’exiger d’une jeune fille la preuve de
196ds ensembles urbains. Ce n’est pas l’anarchie des mœurs qui menace la Suisse, c’est plutôt une espèce particulière de conform
197romande ; il a déterminé une grande partie de nos mœurs, notre exigeant souci moral et notre méfiance pour les cérémonies, — 
198 (galon de bon tireur) et dont les maisons et les mœurs ne ressemblent à rien au monde ; aussi d’Einsiedeln, et de l’effarant
199in parler français, cette connaissance intime des mœurs, des réflexes, de la Stimmung du peuple auquel l’œuvre allait s’adres
200 de cette histoire ; et moins d’une similitude de mœurs que de l’empreinte laissée par les leçons d’instruction civique, qui
93 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
201onclusions bien nettes. Et dans son essai sur les mœurs, Voltaire dira : « Il faut convenir que l’histoire de la pomme est bi
94 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
202ciologiques : l’influence de la technique sur les mœurs, le problème de l’équilibre humain dans le monde technique, l’urbanis
95 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
203listes, étatiques) sont protégées surtout par nos mœurs et coutumes, par l’esprit dans lequel on interprète les règlements, p
96 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
204 1955 : l’idée de coopération est entrée dans les mœurs, même culturelles. Les associations se sont multipliées : instituts d
97 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
205comme pour le mal, il imite à la fois [p. 59] nos mœurs et nos objets, nos procédés d’art et de construction, de transport et
98 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
206sans peine. L’introduction, si désirable dans nos mœurs universitaires, d’une année sabbatique de type américain, permettrait
99 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
207néma leur fait voir de leurs yeux nos villes, nos mœurs, le cadre de nos vies et notre luxe matériel, quelque peu idéalisé. D
100 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.7. Pour une politique de la recherche
208mais seulement dans l’histoire de l’esprit et des mœurs. Nommons cela, pour simplifier, culture, et du même coup, nous aurons