1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’autre œil (février 1927)
1ns furent commis au soin d’engendrer cet adorable monstre. Ils se réunissent parfois autour d’un feu et le contemplent un certa
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
2 [p. 18] 2. Description du monstre Le service militaire me permit de retrouver quelques-unes de ces réal
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
3 [p. 22] 3. Anatomie du monstre Ayant épanché un peu de ma rancune, à seule fin de montrer pour quell
4 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
4-on s’émerveiller ? Mais déjà Freud expliquait le monstre, les chaires le dénonçaient, et les précieuses trouvaient cela d’un r
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
5s opposer un distinguo : en tant qu’astronome, ce monstre, cet amphibie plus exactement, est un homme du xxe siècle que l’idéa
6 » Mais le chrétien, qui sait un peu ce qu’est ce monstre, se demande, songeant à l’Europe, s’il y aura dix justes dans Sodome.
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
7s les désigner sans fraude. Un bel assortiment de monstres ! (J’ai lu le journal après dîner.) Et tous les accessoires de leurs
7 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
8’accueille. Hé quoi ! dit-on, en face de tous ces monstres menaçants, vous n’avez rien à proposer que votre chétive personne ? V
8 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
9’accueille. Hé quoi ! dit-on, en face de tous ces monstres menaçants, vous n’avez rien à proposer que votre chétive personne ? V
9 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
10chise, ni précision) comme une espèce de vertébré monstre, invisible, mystérieusement répandu et vaporisé dans les choses afin
10 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
11, cette insensible et peu croyable distraction du monstre moi, qui suffit bien à l’éternelle vigilance pour me pousser un peu p
11 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
12es. « Hé ! quoi, nous dit-on, en face de tous ces monstres menaçants et criminels, nous le reconnaissons, mais qui dominent notr
12 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
13n peuple empoisonné (p. 19). Cette généalogie des monstres germaniques obsède décidément nos universitaires. Elle relève d’un na
13 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
14s de personnages, des familles et des isolés, des monstres, des bourgeois, des paysans, une belle jeune fille de la noblesse, un
14 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
15isme, et déclaré que l’État est le plus froid des monstres froids. À part cela, il reste son exaltation de la volonté humaine, d
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
16rge délivrée par un jeune paladin.) Blessé par le monstre, Tristan est soigné de nouveau par Iseut. Un jour, cette princesse dé
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
17utres, dans le Dit de Chiceface. Chiceface est le monstre fabuleux qui ne se nourrit que de femmes fidèles, aussi est-il d’une
18la mort non substantielle est amoureuse Et que le monstre maigre te conserve Ici pour être ton amant dans la ténèbre ? Par crai
19irait de son amour ? Cet Alidor serait un curieux monstre ! Disons plutôt qu’on voit trop bien ce qu’il essaye de nous dissimul
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
20aux xviie et xviiie siècles, sera de dominer le monstre mécanique, afin de sauver autant que possible le caractère humain de
18 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
21ui paraissaient aussi mystérieuses que celles des monstres antédiluviens. La population de l’Europe a plus que doublé en cent an
22n écrivant : « L’État est le plus froid parmi les monstres froids. » Mais à part ces deux solitaires, personne ne sut ou n’osa v
19 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
23ais ». Puis, si notre tiédeur suffira pour que le monstre de la guerre nous vomisse… Mais ceci est une autre histoire.) On fera
20 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
24ui paraissaient aussi mystérieuses que celles des monstres antédiluviens. La population de l’Europe a plus que doublé en cent an
25n écrivant : « L’État est le plus froid parmi les monstres froids. » Mais à part ces deux solitaires, personne ne sut ou n’osa v
21 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). Neutralité (3 mai 1940)
26ais ». Puis, si notre tiédeur suffira pour que le monstre de la guerre nous vomisse… Mais ceci est une autre histoire que je n’
22 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
27u’il rejette aussitôt qu’avilie, et qui mourra du monstre mis au monde. Monstrueuse création du mensonge, car le mensonge, par
23 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
28asardeuse de moyens nouveaux, elle fait lever des monstres autour de nous. Imaginons une similitude assez exacte : si nos animau
29gende indienne, dans l’ère de l’Accroissement des Monstres. Les pires sottises et les thaumaturgies les plus grossières sont des
30satiété. Mais nous serons occupés à fabriquer des monstres. Non point parce que nous sommes méchants, mais parce que nous sommes
24 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
31eul tout le mal de notre temps, et qu’il était un monstre avec lequel nous n’avions vraiment rien de commun. « Voyez, je ne sui
25 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
32i arrivent pas. La radio, la presse, les meetings monstres, l’invitent à prendre une part sensible — en imagination — aux grands
33 mœurs étranges, plus mystérieuses que celles des monstres antédiluviens, dont elles partagent d’ailleurs toute l’instabilité. L
26 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
34qu’il rejette aussitôt qu’avilie et qui mourra du monstre mis au monde. Monstrueuse création du mensonge, car le mensonge, par
27 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
35i arrivent pas. La radio, la presse, les meetings monstres, l’invitent à prendre une part sensible — en imagination — aux grands
28 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
36nchise ni précision) comme une espèce de vertébré monstre, invisible, mystérieusement répandu et vaporisé dans les choses afin
29 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
37galomanie, extravagants, sentimentaux entourés de monstres sadiques, souvent sadiques eux-mêmes et avec quelle joie entièrement
30 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
38es. Paysage de déluge où s’enlisent, fumants, des monstres antédiluviens. Une falaise de granit se dresse près de la voie. Nous
39qu’il ait terminé ses études. La plupart sont des monstres modestes. J’en ai vu un qui mangeait un sandwich et c’était un specta
31 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
40 directeurs de conscience, [p. 189] plutôt que de monstres précieux. Cependant, il faut commencer par être un monstre, si l’on v
41récieux. Cependant, il faut commencer par être un monstre, si l’on veut mériter quelque maîtrise. Toute création est en soi mon
32 1946, Lettres sur la bombe atomique. 5. Ni secret, ni défense
42ar la bombe atomique. Ils essaient d’enchaîner le monstre avec des agrafes de dossiers : c’est un secret que nous garderons, c’
33 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
43es. Paysage de déluge où s’enlisent, fumants, des monstres antédiluviens. Une falaise de granit se dresse près de la voie. Nous
34 1946, Combat, articles (1946–1950). Ni secret ni défense (19-20 mai 1946)
44ar la bombe atomique. Ils essayent d’enchaîner le monstre avec des agrafes de dossiers : « C’est un secret que nous gardons, c’
35 1947, Doctrine fabuleuse. 16. Le feu
45ble, et qui veut tout manger. C’était le Vide, le Monstre fut admis. Et le Monstre leur fit craindre le Feu, l’ennemi de l’Eau,
46ger. C’était le Vide, le Monstre fut admis. Et le Monstre leur fit craindre le Feu, l’ennemi de l’Eau, en leur disant que le Fe
47ein mais crée le vide, nourrissant malgré lui les monstres et le feu. Et à la voie négative des mystiques, témoins du Vide parmi
36 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
48alomanie, extravagants, sentimentaux, entourés de monstres sadiques, souvent sadiques eux-mêmes et avec quelle joie entièrement
37 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
49 reconnaître nos enfants. Leur exil en a fait des monstres à nos yeux. Pourtant le capitalisme industriel et le libéralisme poli
38 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
50e concentration d’œuvres fameuses, qu’on les juge monstres ou merveilles, ne peut pas rester sans effets sur les créateurs, le p
51notion nouvelle d’optimum ? Faut-il se faire soit monstre, soit vedette ou bien tenter de se faire classique ? Autre paralogism
39 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
52ière vue. « Mon éducation puritaine avait fait un monstre des revendications de la chair » 71 . Non seulement c’était mal, mais
53cience, il se scinde en deux êtres distincts : le Monstre ne le trouvera plus ! Il ne saura plus où le prendre ! Je suis Trista
40 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
54 n’est pas le bien en soi, car il peut devenir un monstre.) [p. 224] Pour aimer, il faut être deux, dit la sagesse des nations
41 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
55 séducteur son flanc de neige, Europe, devant les monstres pullulant sur la mer et les pièges qui l’environnaient, pâlit de son
56orces, déchirer, briser avec le fer les cornes du monstre tant aimé. Sans pudeur, j’ai abandonné les pénates paternels, sans pu
42 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
57 du princeps unicus qu’il appelle, mais bien du « monstre aux têtes multiples » qu’il dénonce : le nationalisme. La tâche prop
58ls naufrages dois-tu être agité ! Tu es devenu un monstre aux multiples têtes, et tu te perds en efforts contradictoires. Tu es
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
59en fait de plus que suffire à peine à contenir le monstre… On a parlé ici, messieurs, du danger que court l’Europe de la part d
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
60la terre de ses tyrans, de ses brigands et de ses monstres, à dompter les fleuves, à assainir les vallées, à percer les montagne
45 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
61 n’est pas le bien en soi, car il peut devenir un monstre.) Pour aimer, il faut être deux, dit la sagesse des nations. Et cela
46 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
62t en sa sensibilité », et qu’il décrit comme « un monstre aux multiples têtes qui se perd en efforts contradictoires », reviend
47 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
63e nos universités, l’on ne trouve qu’une sorte de monstre, assemblage de pièces et de morceaux que seuls les vêtements tiendrai
48 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
64e nos universités, l’on ne trouve qu’une sorte de monstre, assemblage de pièces et de morceaux que seuls les vêtements tiendrai
49 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
65» ; et malgré les pamphlets qui maudissaient « le monstre horrible, infâme et répugnant de la neutralité » 36 , l’opinion génér
50 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
66es de l’époque. « Ô genre humain, tu es devenu un monstre aux multiples têtes ! » s’écrie Dante dans son traité De la Monarchie
51 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.2. Préface à « L’Œuvre du xxe siècle »
67e concentration d’œuvres fameuses, qu’on les juge monstres ou merveilles, ne peut pas rester sans effets sur les créateurs, le p
68notion nouvelle d’optimum ? Faut-il se faire soit monstre, soit vedette — ou bien tenter de se faire classique ? Autre paralogi
52 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
69es de l’époque. « Ô genre humain, tu es devenu un monstre aux multiples têtes ! » s’écrie Dante dans son traité De la Monarchie
53 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Le testament de Tristan (14-15 novembre 1970)
70. Il l’a délivrée de haute lutte en terrassant le monstre, qui la tenait captive. Il l’a ramené au mari légitime, à ce roi Marc
54 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
71ences d’État, c’était « ce plus froid de tous les monstres froids » 1 , ce robot manipulant impunément les passions nationales p
55 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). C.J.B. l’Européen, 1891-1974 (printemps 1974)
72mbattable en passant par le grand physicien et le monstre sacré du cinéma, qui ne sont, après tout, que des spécialistes. « C.J
56 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
73noubliablement, nomma « le plus froid de tous les monstres froids », n’est pas une créature mythologique. Il est en fait la résu
57 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
74r les fumées sortant du « puits de l’abîme », les monstres cuirassés qui tuent le tiers des hommes, et les montagnes qui s’effon
58 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
75up par le même Chaplin, Le Dictateur. Non pas un monstre pittoresque comme Attila ou Gengis Khan, mais un petit bourgeois décl
76eut périr par le fait du « plus froid de tous les monstres froids » que la majorité des hommes d’aujourd’hui tient encore malgré
59 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
77ls naufrages dois-tu être agité ! Tu es devenu un monstre aux multiples têtes, et tu te perds en efforts contradictoires. Tu es
60 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
78elle. Satan, c’est l’animal au sang froid, plus « monstre froid » que l’État même selon Nietzsche. Jamais distrait par la pitié
61 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
79ls naufrages dois-tu être agité ! Tu es devenu un monstre aux multiples têtes… » L’attentat d’Anagni, fomenté par Philippe le B