1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1ble mélancolie. Les étudiants le rencontrent, qui montent au [p. 356] Séminaire protestant : il leur fait de grandes révérences
2 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
2un jeune pasteur français, on descendit — ou l’on monta suivant M. A. Léo — du domaine de la pensée pure dans celui de l’acti
3 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
3ges rouges et le vert dur des berges : un malaise montait dans l’air plus frais, avec l’odeur du limon. Nous marchions vers ces
4 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
4e même. Puis elle me laisse, parce que le lait va monter. Alors, dans ma chambre, avant d’aller souper, je m’abats sur mon lit
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
5etit arrachement, comme précisément un enfant qui monte pour la première fois… Je me disais encore : Si je prends cet ascense
6oute dans l’ascenseur descendant… Il aurait fallu monter, mais l’idée de vous trouver peut-être assise en face de votre bel am
7 je n’avais pas pris de numéro, je ne pouvais pas monter. Je finissais par vous voir partout. Chaque visage de femme révélait
8visage à l’intérieur se pencher vers la vitre… Je montai. Il n’y avait que des dames. Personne ne parlait. La jeune femme qui
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
9 en regardant au plafond. Après deux tangos, nous montions ensemble dans une chambre d’hôtel où l’on ne voyait d’abord qu’un bou
7 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Marguerite Allotte de la Fuye, Jules Verne, sa vie, son œuvre (juin 1928)
10u. Pour ce coup, voilà qui ne m’empêchera pas d’y monter, il suffit que cet obsédant capitaine Nemo soit à bord, je soupçonne
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
11c’est le genre distingué de la bourgeoisie qui se monte le cou. p. 57 13. Économistes et philosophes : ces Messieurs n’a
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
12 n’a pas renoncé à convaincre le réel de mystère. Montant au Rozsadomb par ce matin brûlant, je savais bien que j’obéissais à c
13barrière, une cour vide ; on prend le sentier qui monte en zigzag à travers des jardins dont les arbustes sèchent, vers une e
14, ville sans ombre, sans arbres, et nous [p. 419] montons vers la maison du poète, sur un coteau. Trois chambres boisées entour
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
15pable de suivre Jésus. Une autre fois, à midi, il monta sur le sommet d’une montagne en face du mont Maya et pria Dieu de lui
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
16plus les espérances de la religion, et l’âme, qui montait autrefois, est retombée sur la terre et l’anime de tout l’effort qu’e
12 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
17connaître l’existence légale… Je préférai soudain monter dans un express. Pour guérir de Descartes, il n’est que d’aimer en vo
13 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
18aussi de vrais messieurs et de vraies dames : ils montent et descendent de toutes parts, du haut des grands escaliers que décor
19e cèdent les amarres des pelouses, tout le jardin monte sans fin [p. 62] dans le frisson désespéré de l’aube, — et nous, au b
14 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
20 n’a pas renoncé à convaincre le réel de mystère. Montant au Rozsadomb par ce matin brûlant, je savais bien que j’obéissais à c
21barrière, une cour vide ; on prend le sentier qui monte en zigzag à travers des jardins dont les arbustes sèchent, vers une e
22es basses, ville sans ombre, sans arbres, et nous montons vers la maison du poète, sur un coteau de vignes. Trois chambres bois
15 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
23ble mélancolie. Les étudiants le rencontrent, qui montent au Séminaire protestant : il leur fait de profondes révérences…   La
16 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
24rêt. Vers le soir, j’étais bien perdu. La lumière montait vers la cime des arbres, aux lisières d’une forêt de Parsifal, et les
25aventureuses. Je sortirai dans les rues vides, je monterai jusqu’au signal, voir le pays sous la lune, je choisirai une maison i
26… Nouvel arrêt. Mais cette fois c’est une fée qui monte, une grande jeune fille nette aux yeux bleu-vert, au teint de princes
17 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
27e façade de grès Louis XV. Nous la longeons, nous montons une rampe pavée qui s’engage sous un porche couvert aux colonnes engu
28ux plient. Dresser des étalons en liberté, et les monter à poil. Jouer à football avec les hérissons du parc. Capturer des can
18 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
29venir de la guerre. Aujourd’hui, des imprécations montent de toutes les parties de la terre contre une chrétienté qui, loin d’a
19 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
30venir de la guerre. Aujourd’hui, des imprécations montent de toutes les parties de la terre contre une chrétienté qui, loin d’a
20 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
31Jutland. Un jour, accablé par la misère, il était monté sur un petit tertre et il avait maudit le Dieu tout-puissant qui le l
21 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
32es racistes, matérialistes et théocratiques » qui montent à l’assaut d’une Europe décadente, il ajoutait ces quelques phrases d
22 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
33vski. Prenons-y garde, une nouvelle constellation monte au zénith de notre âge. Il s’agit maintenant d’interpréter son signe.
23 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
34st excellent ! » À ce coup, je sentis le rouge me monter au front, et j’éclatai : « Non ! non ! et non ! ce n’est pas excellen
24 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
35ations.   2. — Le rôle de toute culture, c’est de monter la garde autour de la mesure vivante d’une civilisation. Par « mesur
25 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
36e douter que tous nos petits Richelieu avortés ou montés en graine (disons : un Mandel, un Flandin) trouvent jamais le tonus n
26 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
37 artisanales, piocher la terre, scier du bois, ou monter des jouets mécaniques ; ne veut pas dire non plus que le contact prof
27 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
38n d’un livre est d’environ 300 gr. on voit que le montant de certains débits peut atteindre un chiffre imposant. Ainsi donc si
39erte. Et cette perte, selon les contrats, peut se monter à des dizaines de milliers de francs. Il n’est donc plus question, ma
28 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
40e au flambeau terminée, on rallume. L’instituteur monte à sa chaire et annonce qu’il va prononcer, comme chaque semaine désor
41age, sans application précise aux choses, etc. Ne montons plus au ciel du second Faust que par ces allées de Ferrare ! 18 déc
42 moyens d’arrêter ses méfaits. Bref, lorsque vous montez dans l’autocar, vous êtes renseigné, vaille que vaille, sur les facte
43 terre en désordre et dépouillée. Les salades ont monté, le carré de pommes de terre est dévasté ! J’ai entrouvert la porte d
29 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
44 d’auto, des cris de coq. L’odeur du raisin foulé monte de la cour, et remplit l’ombre bleue sous le tilleul immense et les l
45 eaux et de la terre, dans un chaos brillant d’où montent des vapeurs d’aube d’été. « Un vrai temps de Pâques ! » me crie Simar
46ur la couverture, et elle explique que c’est pour monter « là-haut », pour s’aider ! 8 mai 1935 Il y a eu du bruit toute la
47 du monde. Des initiés naturellement. Personne ne monte jamais là-haut, ni maréchaussée ni gabelle. Nous aurions des fusils e
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
48rnasse, ces bouffées de chaleur insupportable qui montent du trottoir bleu huileux, ces premiers regards qui se dérobent… Un ou
31 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
49e au flambeau terminée, on rallume. L’instituteur monte à sa chaire et annonce qu’il va prononcer, comme chaque semaine désor
50age, sans application précise aux choses, etc. Ne montons plus au ciel du second Faust que par ces allées de Ferrare ! 18 décem
51ion du capitalisme en général. Bref, lorsque vous montez dans l’autocar, vous êtes [p. 847] renseigné, vaille que vaille, sur
32 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
52ns, patriotiques, anticléricaux, le long desquels montent, l’un pinçant l’autre, le calicot et la grisette, vers un génie préte
33 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
53 eaux et de la terre, dans un chaos brillant d’où montent des vapeurs d’aube d’été. « Un vrai temps de Pâques ! » me crie Simar
54ur la couverture, et elle explique que c’est pour monter « là-haut », pour s’aider ! 8 mai Il y a eu du bruit toute la nuit. V
55du monde. Des initiés, naturellement. Personne ne monte jamais là-haut, ni maréchaussée ni gabelle. Nous aurions des fusils e
34 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
56réveiller un mort »… Mais les appareils les mieux montés subissent les lois de l’inertie. Les ressorts peu à peu s’écrasent. N
35 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
57n à propos d’un numéro de revue allemande. Le ton monte. Cela va se gâter, car il y a toute une bibliothèque au fond de la ma
58ment — les yeux au ciel — et le Horst Wessel Lied monte sourdement du parterre. « Les camarades que le Front Rouge et la Réac
59rer sous les voûtes d’une halle sonore — quand il monte et se perd dans une belle nuit d’été, vers le ciel vide ! Minuit. La
36 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
60ls arrivaient dans un village, par petits groupes montés sur des camions mettaient le feu à la Bourse du Travail, extorquaient
37 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
61 acquiesce au désir ! Je vais y entrer, je vais y monter, je vais y être « transporté » ! La sempiternelle illusion, la plus n
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
62an meurt. Iseut la blonde débarque à cet instant, monte au château, embrasse le corps de son amant, et meurt. [p. 31] 5. Én
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
63comme dans le ciel », car l’amour est la voie qui monte par degrés d’extase vers l’origine unique de tout ce qui existe, loin
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
64e, âpre et sévère qui fait que tout penser secret monte droit à mon front où tous le voient : aimer une chose mortelle, avec
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
65 acquiesce au désir ! Je vais y entrer, je vais y monter, je vais y être « transporté » ! La sempiternelle illusion, la plus n
42 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
66lamer la nécessité d’une réforme. On l’avait fait monter sur le bûcher au mépris de la parole donnée. Il semblait que la chrét
67 peu, les pèlerins deviennent plus fréquents, qui montent au Ranft pour voir l’ermite fameux. Les uns poussés par la curiosité,
68es successives. Pendant la nuit, le curé de Stans monte au Ranft, et il adjure le solitaire de tenter un dernier effort. On n
43 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
69ommes se feraient tuer, pendant que mes camarades monteraient la garde dans la neige, d’autres hommes seraient assis dans une salle
70es sont partout. Or maintenant, de cette angoisse monte un appel, le formidable et inconscient appel des masses vers une comm
44 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
71ous maintient à hauteur d’homme. (Pas question de monter jusqu’à l’ange ; nous avons bien assez à faire à ne point retomber à
45 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
72pel au dictateur Or maintenant, de cette angoisse monte un appel, le formidable et inconscient appel des masses vers une comm
46 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
73es de milliers [p. 323] d’hommes tiennent encore, montant la garde aux derniers sommets libres, autour du trésor de la Suisse.
47 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
74rfait, sous l’œil amical de trois cents policemen montés. On circulait sans nulle peine autour du building du Times, sur leque
75x de majorité. » Je n’oublierai pas la rumeur qui monta lentement des masses, à mesure que la nouvelle faisait le tour du bât
48 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Souvenir de la paix française (15 mars 1941)
76s et des blés aux bords du plateau de la Brie. Je montais vers Périgny par un sentier fort raide entre les ronces, aboutissant
49 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
77ires des douanes et du Service d’immigration pour monter à bord du navire : nous approchons d’Ellis Island. En Europe et dans
50 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
78 d’allumer un cigare de grand prix, dont la fumée montait comme un encens et devait être en bonne odeur à l’Éternel, car cet ho
79élancolie, mais il entend les hymnes derrière lui montant du chœur resplendissant, dans l’espace et le temps consacrés. Serait-
80vous conservez la possibilité à chaque instant de monter ou de redescendre. Plus vous montez et plus l’effort devient pénible,
81ue instant de monter ou de redescendre. Plus vous montez et plus l’effort devient pénible, et plus l’abîme vous tente, mais l’
82 aller. Vous « arriverez » plus vite que ceux qui montent, et dans des lieux plus riches et populeux. Mais vous avez perdu la l
83s et populeux. Mais vous avez perdu la liberté de monter ou de descendre à votre choix. Vous êtes pris dans un mécanisme à sen
84 faire mieux que Dieu, « se faire un nom » à eux, monter au ciel par leurs propres moyens pour y devenir des dieux à leur mani
85ciment ; d’autres encore n’étaient chargés que de monter les matériaux, d’autres de bâtir les murs, de charpenter, ou de crépi
86me on le vit récemment en Illinois : des ouvriers montaient une maison préfabriquée avec une telle rapidité que l’un d’eux resta
87rie ne se montra mieux armée pour les détruire. « Montez ! dit le Diable, et soyez comme des dieux, oubliez votre mesure d’hom
88, oubliez votre mesure d’hommes ! » Mais, plus on monte et mieux on tombe. Allez chercher maintenant les responsables ! Vous
89 sot espoir que Dieu nous y oublie, soit que l’on monte dans les nues ou qu’à l’inverse on se renfonce dans la stupidité best
51 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable XI : Le Diable dans nos dieux (24 décembre 1943)
90. Il venait d’allumer un bon cigare dont la fumée montait comme un encens et devait être en bonne odeur à l’Éternel, car cet ho
52 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
91Jutland. Un jour, accablé par la misère, il était monté sur un tertre et il avait maudit le Dieu tout-puissant qui le laissai
53 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
92t, la vitesse ou la lenteur folle, les objets qui montent et volent au lieu de tomber, les déformations expressives, les superp
54 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
93e n’avoir su prendre parti entre ces deux ardeurs montées jusqu’à la haine ? En Suisse, 2 mai 1939 Combien oseraient avouer q
55 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
94violent et toute marche prolongée. Février 1940 Monté hier au Gothard, pour une affaire de service. Ce haut lieu de la Suis
95colline de Wassen surmontée d’une église blanche, montait encore par des lacets immenses, passait enfin à notre hauteur, puis c
96t des blés, aux bords du plateau de la Brie. Nous montions vers Périgny par un sentier fort raide entre les ronces, aboutissant
56 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
97se la guerre. Derrière notre maison, des prairies montent jusqu’aux lisières de la forêt de sapins couronnant le Gurten. Toutes
98ons ont passé sous la fenêtre, tous feux éteints, montant lentement vers le Gurten. Pas d’autre bruit. Me suis recouché pensant
57 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
99 gares, ils reconnaissent des amis, les prient de monter pour les accompagner jusqu’à la station prochaine, leur offrent une p
100r réveil désorienté dans une chambre nouvelle. Je monte sur le pont et ne le reconnais pas, encombré de bagages, noirci d’hum
101légère, s’éclairent dans les profondeurs embuées, montent et fusent comme des orgues, de toutes parts. Et de nouveau la « sensa
58 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
102 et le paysage y sont partout sensibles. Les rues montent et tournent, épousant les collines. Le sol des plaines environnantes
59 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
103) ⁂ Sur un horizon d’incendie, ce cheval au galop monté par un gaucho tout noir, c’est l’Argentine des cartes postales, mais
104 petit gratte-ciel du Retiro va disparaître. Nous montons vers l’hiver américain. 7 novembre 1941, en mer Saudades do Brazil
60 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
105egarde cette partie du boulevard Saint-Michel qui monte vers l’Observatoire. Elle est déserte et sombre. Pas un seul [p. 155]
106 Pas d’autre restaurant dans ce quartier. Je suis monté sans dîner chez mes amis. Je n’en ai pas de plus charmants dans toute
107À deux heures du matin, si tout a bien marché, je monterai chez « Saint-Ex » faire une partie d’échecs et l’écouter parler des m
61 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
108 dans les bosquets au bout d’une longue allée qui monte entre des barrières blanches. « Et vous verrez ce qu’elle en a fait !
109 noires. Je n’en ai jamais vu d’aussi grands, ils montent jusqu’aux fenêtres du deuxième étage. Une odeur écœurante vient de la
62 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
110se dresse sur quatre pieds de fonte : il faudrait monter sur une chaise pour y entrer. De la cuisine on passe par une baie san
111 de pouvoir rentrer chez moi par l’escalier qu’on monte à pied ; et surtout de ne plus voir le dos d’un portier galonné dans
63 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
112 dénouée dans les hauteurs du ciel arctique, nous montâmes en spirale à 5000 mètres, au-dessus d’une mer morte de glace. J’allai
64 1946, Lettres sur la bombe atomique. 11. Tous démocrates
113’est-ce pas le symbole même de l’idéalisme : tout monte et s’épanouit vers le ciel ! Notez que dans ce système, la démocratie
65 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
114 et le paysage y sont partout sensibles. Les rues montent et tournent, épousant les collines. Le sol des plaines environnantes
115se dresse sur quatre pieds de fonte : il faudrait monter sur une chaise pour y entrer. De la cuisine, on passe par une baie sa
116 dans les bosquets au bout d’une longue allée qui monte entre des barrières blanches. — Et vous verrez ce qu’elle en a fait !
117 noires. Je n’en ai jamais vu d’aussi grands, ils montent jusqu’aux fenêtres du deuxième étage. Une odeur écœurante vient de la
66 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
118 dénouée dans les hauteurs du ciel arctique, nous montâmes en spirale à 5000 mètres. J’allais écrire : « L’avion s’élance pour f
67 1946, Combat, articles (1946–1950). Tous démocrates (22 mai 1946)
119’est-ce pas le symbole même de l’idéalisme : tout monte et s’épanouit vers le ciel ! Notez que, dans ce système, la démocrati
68 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
120 dans les bosquets au bout d’une longue allée qui monte entre des barrières blanches. « Et vous verrez ce qu’elle en a fait !
121 noires. Je n’en ai jamais vu d’aussi grands, ils montent jusqu’aux fenêtres du deuxième étage. Une odeur écœurante vient de la
69 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
122x jaunes du Danube, puis ces ruelles de Buda, qui montent sur les flancs d’un énorme rocher en pleine ville, que domine la stat
70 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
123rfait, sous l’œil amical de trois cents policemen montés. On circulait sans nulle peine autour du building du Times, sur leque
124x de majorité. » Je n’oublierai pas la rumeur qui monta lentement des masses, à mesure que la nouvelle faisait le tour du bât
71 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
125t, la vitesse ou la lenteur folle, les objets qui montent et volent au lieu de tomber, les déformations expressives, les superp
126es — et jamais on n’a si mal lu. Les tirages sont montés, pour les grands best-sellers, de 300 à 800 000 exemplaires au départ
72 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
127l ne vous cachera ni ses opinions sociales, ni le montant de ses revenus ou de ses économies, ni ses histoires d’amour, ni ce q
128omme c’est souvent le cas, on publiera de même le montant de son traitement, ou le détail de ses contrats avec la presse et la
73 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
129se dresse sur quatre pieds de fonte : il faudrait monter sur une chaise pour y entrer. De la cuisine, on passe par une baie sa
74 1948, Suite neuchâteloise. VII
130x du village viennent donner la sérénade. Et nous montons à ce balcon sur l’eau, accroché aux très hautes murailles qui sans ra
131le caresse en passant l’épaule des collines, elle monte, elle embrase longtemps d’une sereine incandescence les Alpes déployé
75 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
132x du village viennent donner la sérénade. Et nous montons à ce balcon sur l’eau, accroché aux très hautes murailles qui sans ra
133le caresse en passant l’épaule des collines, elle monte, elle embrase longtemps d’une sereine incandescence les Alpes déployé
76 1951, Preuves, articles (1951–1968). Culture et famine (novembre 1951)
134ihar, vingt millions d’habitants meurent de faim. Montez à la tribune d’un congrès d’écrivains et proclamez « qu’il y a de l’i
77 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
135leure. Diminuer la méfiance, augmenter non pas le montant mais le rendement de l’aide américaine, réduire les préjugés, et sauv
78 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
136leure. Diminuer la méfiance, augmenter non pas le montant mais le rendement de l’aide américaine, réduire les préjugés, et sauv
79 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
137 la voit mal. Car les bergers de bonne heure sont montés sur l’Alpe. D’où se voit, d’où se découvre un monde immense de pics,
138é la Suisse — c’est que les gens d’en bas étaient montés en haut. Pour le pâturage, pour la chasse, mais aussi pour le simple
139r la chasse, mais aussi pour le simple plaisir de monter. Et qu’arrivés au but, ils ont goûté l’ivresse [p. 10] des sommets, l
140— entre les hautes parois de sa prison. Mais s’il monte sur la montagne… Alors, cette ivresse des sommets. L’intuition de la
80 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
141tribune, résume chaque projet. Plusieurs citoyens montent ensuite sur l’estrade pour prendre la parole, discuter, suggérer des
81 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
142passé de 9 à 17,4 milliards. Si l’on soustrait le montant des impôts directs, qui ont triplé durant la même période, on constat
82 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
143des parents ; le fils est donc censé connaître le montant de celle-ci et ses variations, d’année en année. Les droits du père s
83 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Prix européen de littérature n’a pas été donné en 1956 (juin-juillet 1956)
144rs un total de droits plusieurs fois supérieur au montant nominal du Prix. Aujourd’hui, les circonstances ont évolué. Il devien
84 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
145de leur place ; l’horreur d’un monde étranger lui monte au cœur. Cette horreur saisira toujours celui qui respecte en l’homme
85 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
146d’une certaine situation d’ensemble ou d’un appel monté du monde antique : nul ne peut démontrer qu’il soit venu « à son heur
86 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
147p vaste. Du vide social créé par l’individualisme monte l’appel à l’ordre à tout prix. Et l’Ordre s’établit, par décrets mili
87 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
148 et formulable en lois. Or, tandis que le Progrès montait nécessairement, la plupart des évolutions que nous essayons de mesure
88 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
149— et son œuvre, en partie posthume, ne cessera de monter à l’horizon mondial de la littérature européenne. Le comique dévastan
150enir : C’était dans un tramway. Une petite fille monta, elle avait peut-être douze ans, en compagnie d’un père très jeune ou
151 vide les porta. L’instant demeura immobile, sans monter ni descendre. Agathe et Ulrich ressentirent un bonheur dont ils ne sa
89 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
152mme les révélateurs de ce qui se trouve en jeu et monte à la conscience, derrière ces apparences triviales. Émetteurs de mess
90 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
153, et son œuvre, en partie posthume, ne cessera de monter à l’horizon de la littérature européenne. Le comique dévastant, la lu
154nir : « C’était dans un tramway. Une petite fille monta, elle avait peut-être douze ans, en compagnie d’un père très jeune ou
155 vide les porta. L’instant demeura immobile, sans monter ni descendre. Agathe [p. 68] et Ulrich ressentirent un bonheur dont i
91 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
156 celui qui doit être l’Exception : Au soldat qui monte la garde aux frontières, est-il permis de se marier ? Un tel soldat o
92 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
157Où nous verrions contradiction, antinomie, ils ne montent pas sur leurs grands chevaux théologiques, mais chacun suit sa voie,
93 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
158 sont sur la terre, mais lorsqu’il a été semé, il monte… et pousse de grandes branches, en sorte que les oiseaux du ciel (les
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
159. Comment va-t-il évoluer ? Nous verrons ce culte monter vers le nord, se répandre peu à peu dans l’Hellade entière. De Crète,
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
160unier, ils s’aideraient tous deux machinalement à monter sur l’arbre pour cueillir des prunes, et que deux petits coquins de l
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
161 très considérable — des dépenses des peuples. Le montant de cette réduction, pour chaque nation, devrait être stipulé par le T
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
162us les degrés d’un seul bond, mais qu’il faut les monter progressivement, et les uns après les autres. Le peu qu’on possédait
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
163 et que les meneurs du jeu de l’Histoire laissent monter : La cause de toutes vos erreurs, messieurs (l’orateur s’adresse aux
164à moins que l’Europe ne devienne russe. Et le ton monte : La Russie est quelque chose de tout à fait à part, ne ressemblant
165t national » en fait partie, de même l’anarchisme montant — : ce phénomène aboutira probablement à des résultats que les naïfs
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
166s de l’inventeur : nous savons que l’homme volant monté sur son grand cygne (il grande uccello sopra del dosso del suo magnio
100 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
167 celui qui doit être l’Exception : Au soldat qui monte la garde aux frontières, est-il permis de se marier ? Un tel soldat o