1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1e entre Art et Morale, Pensée et Action… Ces deux moralistes adonnés à la culture et à la libération du moi paraissent bien les an
2l est l’état d’esprit de la plupart de nos jeunes moralistes. Le mot de paradoxe serait bien pauvre pour expliquer ce besoin de po
2 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
3ntherlant, plutôt stoïcien, celui-là. Et c’est un moraliste de grande race, qui peut nous mener à des hauteurs où devient naturel
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
4tit jugement dernier de ses personnages, comme le moraliste s’arroge le pouvoir de séparer le bien du mal parmi les actions d’aut
5ent visiblement, force les faits, agit comme un « moraliste » désireux de justifier une thèse plus que de faire comprendre la réa
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
6nse pas qu’il faille opposer aux suggestions d’un moraliste trop subtil les vaniteux verdicts d’une moralité toute faite. Je ne m
7e n’apparaissent pas plus souvent chez d’autres « moralistes » c’est que ceux-ci sont moins intelligents, moins conséquents que M.
5 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
8une valeur métaphysique alors qu’il garde pour le moraliste latin la signification d’un accident social réductible à l’ordre impo
6 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
9 classe son auteur dans la lignée de ces fameux « moralistes français » auxquels nous pardonnons souvent d’être des romanciers ass
10ançais moyen, « protestant » devint synonyme de « moraliste ». Était-ce qu’il y avait dans l’accent de ces docteurs-là quelque ch
11 ne pouvait s’exprimer que dans la forme du roman moraliste (forme qui par ailleurs flattait un penchant traditionnel de l’esprit
12récusait la grâce autant que le péché. La censure moraliste est avant tout peureuse. Elle « craint » la vérité ; non point au sen
13l. Ainsi Rousseau le libertaire doit et peut être moraliste, tandis que Calvin l’orthodoxe ne saurait l’être sans renier le fonde
14lence, en démence : Nietzsche. Ainsi l’atmosphère moraliste a tué les germes de l’imagination créatrice chez les protestants, qui
7 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
15, et meurt là où vit la foi. Au bien vulgaire des moralistes, Jouhandeau oppose le mal ; à celui-ci le Bien ; d’où naissent le dés
8 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
16es par la mort éternelle. Qu’un philosophe, qu’un moraliste, parle de choix, de risque et d’acte, ces mots désignent des réalités
9 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
17ristianisme inconscient. C’est là une illusion de moraliste. Nos actes ne valent que dans la mesure où ils sont faits pour Dieu,
18 lucidité d’un La Rochefoucauld et de l’école des moralistes sceptiques français. Toutes les hypocrisies que ces moralistes ont dé
19eptiques français. Toutes les hypocrisies que ces moralistes ont décelées dans nos beaux sentiments, toute cette critique reste va
10 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
20nsondable Providence » mise en action au gré d’un moraliste qui se donne l’air de l’avoir bel et bien sondée ? Ce serait un conte
11 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
21simplifier encore et dire : il y a d’une part les moralistes bourgeois — mais personne ne croit plus à la morale bourgeoise — d’au
12 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
22nsondable Providence » mise en action au gré d’un moraliste qui se donne l’air de l’avoir bel et bien sondée ? Ce serait un conte
13 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
23s traduits en trois rubriques : le philosophe, le moraliste, le politique. Je ne vois pas de meilleur moyen [p. 251] de donner au
14 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
24ence. — Nous sommes des psychologues, non pas des moralistes. » Ces incroyants nous ont peuplé le monde de divinités impuissantes,
25ssité duquel concluent, non sans soulagement, les moralistes unanimes de la collection Alcan, mais dont ils ne peuvent définir le
15 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
26nventés, admis, parfois même prêchés. Le laïcisme moraliste n’en a pas du tout le monopole : tout catholique se doit, en bonne lo
16 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
27omme on pouvait le prévoir, le niveau baisse… Les moralistes se récrient en vain : l’éditeur répond qu’il faut vivre ! Règne de la
17 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
28st qu’il dépend de l’être et non de l’avoir : les moralistes de tous les temps l’ont répété, et notre temps n’apporte rien qui doi
29tre, c’est un des lieux communs les plus usés des moralistes : mais personne ne peut plus le croire, à l’âge du film et du roman —
18 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
30ent trahie : eritis sicut dei. Infinie naïveté du moraliste qui prétendait détourner l’homme de cette voie mortelle, divinisante,
31ne chance de grandeur. (Comme la passion !) ⁂ Les moralistes et certains sociologues (dont Engels) ont essayé de prouver que la mo
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
32s. Et peut-être que la fonction du philosophe, du moraliste, du créateur de formes idéales, est simplement d’accroître la conscie
33ssion moins inhumaine plus acceptable aux yeux du moraliste. Inférieur en ceci à Béroul, il sera le premier responsable de la dég
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
34st qu’il dépend de l’être et non de l’avoir : les moralistes de tous les temps l’ont répété, et notre temps n’apporte rien qui doi
35tre, c’est un des lieux communs les plus usés des moralistes : mais personne ne peut plus le croire, à l’âge du film et du roman —
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
36ent trahie : eritis sicut dei. Infinie naïveté du moraliste qui prétendait détourner l’homme de cette voie mortelle, divinisante,
37 une chance de grandeur. (Comme la passion !) Les moralistes et certains sociologues ont essayé de prouver que la monogamie est na
22 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
38ement dans la coutume. L’immoraliste est comme le moraliste un ennemi vigilant de l’instinct : car s’il le glorifie c’est par esp
23 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
39uait pas qu’elles étaient sans commune mesure. Au moraliste qui s’indignait, il aurait simplement répondu que les affaires sont l
24 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
40ralisme et ruiner les bases de la Suisse. Que nos moralistes s’en souviennent, et que nos conformistes ne l’oublient pas ! 8. Into
25 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
41uait pas qu’elles étaient sans commune mesure. Au moraliste qui s’indignait, il aurait simplement répondu que les affaires sont l
26 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
42 connaître le Bien et le Mal. Les psychologues et moralistes modernes, en nous montrant que notre bien et notre mal sont relatifs,
43al, tel que le conçoivent les prédicateurs et les moralistes d’aujourd’hui. Ce serait un excellent calcul, pour les deux raisons q
44catalogués 8 . Pour les autres, je les laisse aux moralistes, prédicateurs, législateurs ou dictateurs chargés de nous rappeler le
27 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
45encontrez de grands savants, des philosophes, des moralistes, des écrivains connus dans le monde entier : neuf fois sur dix ces ma
46pas ici le lieu de se demander au nom de quoi nos moralistes de la passion pourraient combattre les doctrines nationalistes ? 51
28 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
47t que nous considérons le Christ avec des yeux de moralistes, comme une personnalité morale de premier plan qu’il ne resterait plu
48Parce que c’est un blasphème de l’homme pieux, du moraliste, que de prétendre imiter [p. 76] le modèle que ses yeux voient et que
29 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
49nventés, admis, parfois même prêchés. Le laïcisme moraliste n’en a pas du tout le monopole : tout catholique se doit, en bonne lo
30 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
50ent j’étais romancier ! Car les catégories d’un « moraliste français » sont les moins traduisibles dans leur langue, à moins [p. 
31 1946, Lettres sur la bombe atomique. 3. Le point de vue moral
51mble s’être rangé à cet avis. Ainsi discutent les moralistes, les réalistes, et les cyniques (variété myope de l’espèce réaliste).
32 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
52e vide, parle pour ne rien dire et se comporte en moraliste, non point en homme de sens. Au contraire, celui qui la considère dan
33 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
53ement dans la coutume. L’immoraliste est comme le moraliste un ennemi vigilant de l’instinct : car s’il le glorifie, c’est par es
34 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
54is peu. Nous essayons, mais en phrases banales de moralistes tardivement ressaisis, d’évaluer les conquêtes futures. Signe évident
35 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
55alité Je mets en fait que le puritanisme, hérésie moraliste issue en Angleterre de la Réforme calvinienne, et transplantée dans t
56 en affadissant la vie, provisoirement. Entre les moralistes puritains qui tentaient follement de faire « comme si » l’instinct se
36 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
57nne n’a plus, et mieux écrit sur l’amitié que les moralistes français, de Montaigne à Paul Valéry. Tandis qu’en Amérique, il vous
37 1948, Suite neuchâteloise. VI
58tion, Philippe Godet pour Madame de Charrière. Un moraliste [p. 61] au style subtil et naturel, Félix Bovet. Mais la littérature
38 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
59 d’être aussi sage ? On en revient à la maxime du moraliste. Je voudrais en déduire des conclusions qu’André Siegfried s’est inte
39 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
60On dirait qu’il le voit avec quelque distance. Un moraliste en somme, mais sans foi religieuse, et qui remplace les dogmes par qu
40 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
61ns ses calculs de la largeur d’un océan, mais nos moralistes le condamnent pour avoir voulu consciemment servir les desseins de Wa
41 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
62’érotisme au xxe siècle Chrétiens traditionnels, moralistes laïcs, rationalistes libéraux et communistes orthodoxes s’unissent po
42 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — g. Parenthèse sur le sens des mots
63] très naïvement, tout à leur passion poétique ou moraliste retournée, qui leur cache trop souvent les « faits de la vie » — comm
43 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
64ment dans la coutume. L’immoraliste est, comme le moraliste, un ennemi vigilant de l’instinct : car s’il le glorifie, c’est par e
44 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
65. 170] comment l’entendait-il, l’assumait-il ? En moraliste qui se jugeait et condamnait, ou en naturaliste qui se constatait ? L
45 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
66, sans lequel point d’amour du prochain. Tous les moralistes du monde s’accordent avec les spirituels dans leur condamnation de l’
67de cette condamnation ne sont pas les mêmes : les moralistes jugent au nom de la société, les spirituels au nom de l’amour. Nous n
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
68tesquieu mais dans une vue plus historique, moins moraliste : il entend tirer de l’évolution de Rome des conclusions instructives
47 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
69, puis Renaissante ; elle met au premier rang les moralistes français et la musique non romantique, les valeurs dures, nettes, san
48 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
70, sans lequel point d’amour du prochain. Tous les moralistes du monde s’accordent avec les spirituels dans leur condamnation de l’
71de cette condamnation ne sont pas les mêmes : les moralistes jugent au nom de la société, les spirituels au nom de l’amour. Nous n
49 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
72ve des faits, qui nous dit cela, mais un éloquent moraliste, Jean-Paul Sartre ; et sa fureur ne jaillit pas d’un quelconque exame
50 1963, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Mais qui est donc Denis de Rougemont (7 novembre 1963)
73anisme. Au mot « humaniste », je préfère le mot « moraliste ». … illustrée par son livre : Politique de la personne. — Politique
51 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
74 l’indépendance avec le siècle seulement) par des moralistes et philosophes protestants tels qu’Alexandre Vinet et Charles Secréta
52 1969, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Non, notre civilisation n’est pas mortelle ! » (30-31 août 1969)
75x. C’est à l’essayiste, au philosophe lyrique, au moraliste imaginatif, de tenter d’agir sur l’époque dans la mesure où elle est
53 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.5. Pronostics 1969 (une interview)
76x. C’est à l’essayiste, au philosophe lyrique, au moraliste imaginatif, de tenter d’agir sur l’époque dans la mesure où elle est
54 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
77gués, il refuse de vivre en Allemagne, exalte les moralistes français et la musique de Carmen contre les pangermanistes et Wagner.
55 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
78à prendre des vues justes. Si je mérite le nom de moraliste, c’est dans la mesure où j’ai cherché à rendre mon lecteur plus respo