1 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
1araître ; en sorte qu’on pût faire l’économie des motivations complexes, contradictoires, inavouables, que détectent les psychologu
2 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
2urs unique, incomparable, et très secret dans ses motivations, puisqu’il se produit justement à l’instant où un homme se voit privé
3 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
3osition néo-manichéenne, obéissent en cela à deux motivations qu’il importe de distinguer. 1° L’idée chrétienne que le mal est dans
4 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
4osition néo-manichéenne, obéissent en cela à deux motivations qu’il importe de distinguer. 1° L’idée chrétienne que le mal est dans
5 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
5e d’être doublement limitée dans sa nature et ses motivations. Elle serait strictement militaire, non pas morale, ni même économiqu
6 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
6est que plus frappant d’observer à quel point les motivations spirituelles du mariage diffèrent et même se contredisent chez saint
7 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
7pposent, nolens volens. Prendre conscience de ces motivations dans des cas bien concrets mais exemplaires, peut aider à mieux prend
8 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
8Occident n’avait-elle été que le prétexte — ou la motivation réelle ? Gide avait-il seulement cédé à ce curieux besoin (dont il se
9 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
9ch Gruner, de Berne, spécialiste de l’analyse des motivations du parlement : Avec la formation de ce que l’on a appelé une société
10ommunautés. Il n’avait pas pour but final et pour motivation première la création d’un État en soi et pour soi, mais l’utilité de
10 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
11te » des « soi-disant chrétiens ». Toutefois, ces motivations spirituelles ou civiques, puritaines ou progressistes, éveilleraient
11 1969, La Vie protestante, articles (1938–1978). La lune, ce n’est pas le paradis (1er août 1969)
12ril, je le répète, une gaminerie. Il y a d’autres motivations, tout de même. Une motivation de curiosité, naturellement, et de reco
13e. Il y a d’autres motivations, tout de même. Une motivation de curiosité, naturellement, et de record technique — battre les Russ
14l’a envoyé découvrir l’Amérique pour cela. Or les motivations réelles de Christophe Colomb étaient d’un tout autre ordre — on peut
15u après lui, on y a recruté des esclaves. Mais la motivation était d’un ordre complètement différent. Je voudrais vous poser une a
12 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
16 absence supprimerait, en fait, non seulement les motivations, mais le sujet même de la politique en question. ⁂ Le but de la compo
13 1971, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Pourquoi j’écris (30-31 janvier 1971)
17s équipes de la TV) de l’enquête méfiante sur nos motivations. Les écrivains ont développé contre elle une série de réactions de ma
18ai pourquoi, la cause finale qui agit comme vraie motivation. Mais si je n’avais pas écrit d’abord sans cause, je ne saurais pas é
19s pour mouvoir : ma cause finale devient ma vraie motivation, et me libère de toutes les causes intimes, trop intimes. ⁂ Arrivé au
14 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
20nditionnés dans les pays totalitaires. (Ces trois motivations existant à vrai dire partout, mais assez inégales.) Quel que soit le
15 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
21le perd par rapport à ses propres desseins, à ses motivations inconscientes souvent ; parmi lesquelles je vois le désir de faire fa
16 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
22ire dramatise d’une manière exemplaire toutes les motivations formulées jusqu’ici. Il implique tous les éléments du cercle de la cr
17 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
23s les mouvements totalitaires, et plus encore des motivations psychologiques de ceux qui s’y convertissent, ne saurait être admise
18 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
24s dont le poids leur apparaît aussi lourd que les motivations incompréhensibles. Gouverner, c’est en somme conduire les hommes coll
25à tous les degrés, dans toutes ses articulations, motivations, finalités, et justifications de la volonté de puissance et d’elle se
19 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
26de liberté, fût-elle sexuelle, mais leur degré de motivation religieuse. Fourier se fût bien moqué des puritains d’Oneida et de Mo
27ersée sur toute la Terre, aussi longtemps que ses motivations, ses valeurs, ses finalités seront vraiment communes et partagées. Ca
20 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
28 tous âges d’un mouvement régionaliste. Que leurs motivations soient très diverses on s’en apercevra bientôt, et l’on jugera que ce
29 l’on jugera que ces diversités mêmes rendent ces motivations valables — à la seule condition qu’aucune ne soit tenue pour exclusiv
30 historique et psychologique des jugements et des motivations conscientes ou non, dans le climat social et culturel de telles régio
31préparation à la guerre atomique, ses plus fortes motivations à revendiquer les Régions. J’ai dit plus haut tout ce qu’a mobilisé l
21 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Conditions d’un renouveau (automne 1978)
32 fonction de sujet responsable. II Derrière ces motivations de rejet du moi, du sujet, de la personne, je vois un rejet non pas d
22 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
33e point zéro du mouvement pour l’Europe unie, des motivations toutes nouvelles, imprévisibles il y a dix ans, se voient propulsées
23 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
34ojets porteurs d’avenir, capables de redonner une motivation européenne à notre opinion publique. Projets possibles, possibilités
24 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
35erté dans le monde de demain. Revendications et motivations Reste à savoir quelles sont leurs revendications — celles qu’ils décl
36s — celles qu’ils déclarent — et quelles sont les motivations profondes — pas toujours bien conscientes — qui animent leur lutte. T
37besoin de participation civique est sans doute la motivation la plus fondamentale qui soit commune à tous les types de régions. Ce
38nction tombe, et ne subsistent réellement que les motivations d’action commune sur le plan civique sur un territoire donné. Il en v
39le phénomène régional dans son ensemble puise ses motivations essentielles dans une réaction contre les progrès de la centralisatio
25 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
40tte compétition ? D’où la faiblesse frappante des motivations que l’on observe dans nos populations quant à une éventuelle défense