1 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
1grois. Enfin, l’Autriche, puissance catholique et multinationale, pourrait servir de rempart à l’Europe contre l’expansion russe. Pour
2 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
2s régionaux, et la formation d’entités régionales multinationales à l’échelle de l’Europe — toutes propositions qui étaient encore prop
3 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
3s régions, créations d’organismes de coopérations multinationales du type [p. 3] de la Regio Basiliensis, unions professionnelles et in
4 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
4s appelées encore périphériques, de leur vrai nom multinationales. Exemples : le triangle Maastricht — Liège — Aix-la-Chapelle, et la R
5 un peu moins efficaces. — L’exemple des régions multinationales met en évidence la nécessité de parvenir dans les plus brefs délais a
6ticiper à des dynamismes. Ainsi, dans des régions multinationales apparaîtront des forces de rayonnement divergentes : la Romandie pour
7-Nation et à elles-mêmes au cas où elles seraient multinationales. [p. 181] R. — Les régions vont progressivement former entre elles u
5 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
8es régions, création d’organismes de coopérations multinationales du type de la Regio Basiliensis, unions professionnelles et industrie
6 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
9fs régionaux et la formation d’entités régionales multinationales à l’échelle de l’Europe — propositions proprement impensables pour un
7 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
10s, créations d’organismes de coopérations [p. 14] multinationales du type de la Regio Basiliensis, unions professionnelles et industrie
8 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
11nstruisent des réacteurs, nous constatons que les multinationales sont seules capables d’assurer nos indépendances nationales. Aussi lo
9 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
12prises 159 , mais simultanément à la formation de multinationales, la grande entreprise nationale se découvre de plus en plus mal adapt
13 faudrait agir : circulation automobile, sociétés multinationales, pollution. Dans la revue d’une association nationale qui entend repr
10 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
14e-ci se joue de lui, en réalité, par le biais des multinationales. S’il n’y avait plus d’États-nations, et une monnaie commune pour l’E
15ations, et une monnaie commune pour l’Europe, les multinationales deviendraient des sociétés de production comme les autres. Elles perd
11 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
16 que le travail ; en partie au transfert (par les multinationales) de nos technologies aux pays du tiers monde ; enfin à une certaine l
17ix », puis des Neuf ou des Douze. Les progrès des multinationales s’inscrivaient dans cette prétendue « nécessité » économique. L’ère d
12 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
18gard (procédé auquel recourent habituellement les multinationales). La seconde mesure générale étant de confier à des agences continent
13 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
19e de la main-d’œuvre à bon marché, qui permet aux multinationales européennes, exportatrices de technologies, de faire des bénéfices tr