1 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
1n d’autres termes, le mensonge français n’est pas mythique. Il ne crée ni ne fausse rien d’essentiel à la réalité. [p. 19] Le s
2 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
2ise. Mais cet affleurement mystérieux de la forme mythique, le poète en tout temps a le pouvoir de le susciter dans son œuvre, c
3 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
3xacte de nos démissions personnelles : genèse des mythiques lois de l’économie, de l’histoire. Lorsque l’homme renonce à créer, s
4 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
4xacte de nos démissions personnelles : genèse des mythiques lois de l’économie, de l’histoire. Lorsque l’homme renonce à créer, s
5 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
5tre sujet de son action, qui l’abandonne aux lois mythiques de l’histoire. Kierkegaard au contraire nous répète : « La subjectivi
6 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
6tateurs ou d’hommes de main au service d’un idéal mythique et vaguement défini. Nous voulons être, et nous serons de plus en plu
7 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
7ncée et une culture socialiste encore utopique ou mythique, mais qui agit déjà comme telle, ne fût-ce qu’en précisant les traits
8 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
8ait-on pas à la grandeur, même ou surtout la plus mythique, quand on y sacrifie ses aises immédiates ? Difficultés actuelles, op
9 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
9 de citoyens l’écho de cette mystérieuse et toute mythique « mentalité populaire ». En vérité, ce qu’il retrouve, c’est l’écho d
10 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
10ans le plan culturel. C’était substituer aux lois mythiques les hommes réels, les petits groupes d’hommes qui font la loi. C’étai
11ait-on pas à la grandeur, même ou surtout la plus mythique, quand on y sacrifie ses aises immédiates ? Difficultés actuelles, op
11 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
12 omniscience du Duce, etc.) Toutes ces puissances mythiques deviennent l’objet anormal de ses croyances spontanées et immédiates.
12 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
13 omniscience du Duce, etc.) Toutes ces puissances mythiques deviennent l’objet anormal de ses croyances spontanées et immédiates.
13 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
14ter : « Vous attribuez des justifications parfois mythiques à des réalités qui se sont constituées par le jeu d’intérêts et de ro
14 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
15e l’abondance ou la prospérité) ou irrationnel et mythique (comme la race pour les nazis). D’une manière générale, la commune me
15 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
16Et plus rien ne compte en regard de la révélation mythique. (Pas même la couronne s’il est roi.) Voilà le vrai « mariage d’amour
17ture n’est plus même exemplaire. Seul le Don Juan mythique échappait à cette consomption. [p. 664] Mais Don Juan ne connaît pas
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
18qu’on voie transparaître en filigrane cette forme mythique. Comme une grande image simple, comme une sorte de type primitif de n
19 n’a pu trouver la moindre trace. Un autre aspect mythique de la légende de Tristan, c’est l’élément sacré qu’elle utilise (Appe
20sacré — voilant le secret qu’il exprime, le roman mythique de Tristan posséderait-il au même degré les qualités contraignantes d
21interviennent dans le roman qu’à titre d’obstacle mythique et de figures rituelles de rhétorique. Sans elles, la fable n’aurait
22 mythe sous sa forme première, mais de l’exigence mythique à laquelle répondait le Roman. Élargissant notre définition, nous app
23 les inspirés. De cette influence et de sa nature mythique, la preuve est d’ailleurs immédiate. Elle nous sera donnée ici même p
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
24illeurs très fortement pénétré de représentations mythiques iraniennes. En particulier, il empruntait aux doctrines avestiques — 
25’on y trouve incorporés des éléments religieux et mythiques d’origine très nettement celtique, bien plus nombreux et plus exactem
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
26 et sur l’esprit de certains hommes le personnage mythique de Don Juan peut s’expliquer par sa nature infiniment contradictoire.
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
27crale. C’est un équivalent sportif de la fonction mythique du Tristan telle que nous la définissions : exprimer la passion dans
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
28Et plus rien ne compte en regard de la révélation mythique. (Pas même la couronne s’il est roi.) Voilà le vrai « mariage d’amour
29ure n’est plus même exemplaire. Seul, le Don Juan mythique échappait à cette consomption. Mais Don Juan ne connaît pas d’Iseut,
21 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
30ter : « Vous attribuez des justifications parfois mythiques à des réalités qui se sont constituées par le jeu d’intérêts et de ro
22 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
31out cela revient à dire que le Diable est un être mythique, une réalité de l’esprit. Dès lors, si l’on me dit : « Le Diable n’es
32 croie cette abstraction plus vraie que la figure mythique. Le tour est subtil et requiert un peu d’astuce spirituelle, de notre
33chanalyste confondu Un dernier mot sur la réalité mythique de Satan : Je voudrais corriger par la vertu d’un doute les conclusio
23 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
34ces Signes. L’affleurement mystérieux de la forme mythique, le poète en tout temps a le pouvoir de la susciter dans son œuvre, à
24 1947, Doctrine fabuleuse. Orientation
35set de l’Évangile du jour, dont l’usage est alors mythique, au sens où je l’entends ici. Il m’a semblé que le rapprochement de c
25 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
36gie n’était pas dans l’avenir, mais dans le temps mythique des origines ; le Paradis datait d’avant l’évolution. L’idée que le l
26 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
37Et il est vrai que toutes ces choses — réelles ou mythiques d’ailleurs — sont pour lui autant de mystères, dont il ne connaît le
27 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
38us à rien, mime encore ce mouvement de la sagesse mythique, quand il dit pour se rassurer que « l’histoire se répète », ou plus
39r toutes » — voici ruiné d’un coup tout l’édifice mythique des protections de l’âme contre le temps de l’Histoire. Il s’agit d’u
40éliminée par des représentations archétypiques et mythiques du cours des choses humaines, ressenti [p. 130] comme semblable à cel
28 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
41us à rien, mime encore ce mouvement de la sagesse mythique, quand il dit pour se rassurer que « l’histoire se répète », ou plus
42r toutes » — voici ruiné d’un coup tout l’édifice mythique des protections de l’âme contre le temps de l’Histoire. Il s’agit d’u
43éliminée par des représentations archétypiques et mythiques du cours des choses humaines [p. 407] ressenti comme semblable à celu
29 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
44e veux me taire.   Ainsi réduits à leur diagramme mythique — on aura reconnu les personnages du drame, ces Tristan séparés d’une
30 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
45 je veux me taire. Ainsi réduits à leur diagramme mythique — on aura reconnu les personnages du drame, ces Tristan séparés d’une
31 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
46 deux tensions pures. Le grand jeu des puissances mythiques y révèle mieux qu’ailleurs ses lents mouvements d’approche, d’émergen
47imer. [p. 158] Dans la pureté de leur expression mythique, l’extraversion de Don Juan et l’introversion de Tristan anéantissent
32 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
48prédit le Songe est donc purement historique, non mythique. Ce sont des réalités plus générales et plus anciennes d’un millénair
33 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
49’Asie, l’Afrique et l’Europe. Cette tripartition mythique de la terre va dominer toute la géographie du Moyen Âge. Elle se fond
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.4. Cadmus ou la quête d’Europe
50rouver Europe » ! C’est la poursuite de son image mythique qui fait découvrir aux cinq frères sa réalité géographique, et fait b
35 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
51gue trois étapes dans le passage de la conception mythique et géographique [p. 36] au plan politique et « culturel » : l’étape d
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
52ts non comme les défenseurs d’une Romania devenue mythique, ni de l’Occident en général, ni de la Papauté, ni de leur « nation »
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
53cette époque heureuse appelée l’âge d’or, au sens mythique du mot, n’a jamais existé et n’existera jamais, on s’abstient de suré
38 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
54 deux tensions pures. Le grand jeu des puissances mythiques y révèle mieux qu’ailleurs ses lents mouvements d’approche, d’émergen
39 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
55maines d’aimer. Dans la pureté de leur expression mythique, l’extraversion de Don Juan et l’introversion de Tristan anéantissent
40 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
56tivité à certaines « révélations » symboliques ou mythiques, — c’est-à-dire psychiques ou psychologiques, comme nous le dirions a
41 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
57l’on peut en tirer : c’est en poursuivant l’image mythique de l’Europe que les navigateurs phéniciens découvrirent sa réalité gé
58géographiques, d’ambitions impériales, de science mythique et de nostalgie de la quête que résume d’un seul coup l’aventure exem
42 1962, Esprit, articles (1932–1962). Lettre à Jean-Marie Domenach, à propos de « Sartre et l’Europe » (mai 1962)
59 ne traitait pas de l’Algérie, ni de « l’Europe » mythique qu’injurie Sartre, mais du rôle de l’Europe historique dans le monde,
43 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
60me les eût épouvantés. Ils admiraient les Suisses mythiques de Jean-Jacques et de Schiller. Mais un Anglais qui voyageait en Suis
44 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
61s fédératif. Refuser cela au nom d’une conception mythique de la souveraineté absolue serait le plus sûr moyen de perdre l’indép
45 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
62du développement et de l’implantation de ce motif mythique ou archétypique en Suisse. La première histoire imprimée de notre Con
63 ait imposé à toute l’Europe cette interprétation mythique des origines de la Confédération, plusieurs écrivains suisses avaient
64illaume Tell (1843), tout en éliminant les traits mythiques de la légende (la flèche dans la pomme, par exemple) défend l’histori
65sible de la tradition, et de concilier les motifs mythiques avec le motif historique de l’ouverture du col du Saint-Gothard (Die
66prit des Suisses, et pas ailleurs, que les motifs mythiques, connus un peu partout, de l’Archer infaillible, de la Pomme, du Chap
46 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
67gie n’était pas dans l’avenir, mais dans le temps mythique des origines. L’idée que le lendemain puisse apporter des innovations
68tivité à certaines « révélations » symboliques ou mythiques — c’est-à-dire à la construction d’attitudes psychologiques, comme no
47 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
69enir est notre affaire. Et non pas celle des lois mythiques derrière lesquelles nous essayons de nous cacher, et qui ne sont que
48 1977, L’Avenir est notre affaire. Introduction. Crise de l’Avenir
70 que l’homme, depuis le singe ou depuis le jardin mythique des origines, durant quelques dizaines de milliers de siècles, n’avai
49 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
71n de l’homme. Or, dès son origine, dans sa genèse mythique, je la vois liée à l’agressivité humaine : ce vol du feu par Prométhé
50 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
72re. C’est la crise de la Puissance (matérielle et mythique à la fois) en vue de la guerre, crise de la religion commune aux troi
51 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
73enir est notre affaire. Et non pas celle des lois mythiques derrière lesquelles nous essayons de nous cacher, et qui ne sont que
52 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
74 entre mots et concepts, institutions et opinions mythiques, d’où la difficulté que nous éprouvons à penser dans leur réalité des
53 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
75ntre une droite et une gauche plus symboliques et mythiques que réelles, mais qui procèdent sans relâche à la condamnation global
54 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
76re les intellectuels qu’il n’est que l’expression mythique des terreurs intimes d’hommes simples et qui n’ont pas lu Freud. Ains