1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’autre œil (février 1927)
1a fuite de Bec-de-Gaz, lequel s’éteignit dans les neiges. Un jour, on s’aperçut que cette chose avait recommencé, qu’on appell
2 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
2rt. Les chauffeurs faisaient les cent pas dans la neige fraîche ou s’accoudaient à la banquette d’une boutique à « Würstel »
3 je me balançais d’un pied sur l’autre dans de la neige fondante, tout en croquant une de ces saucisses à la moutarde qu’on a
4eurs passèrent à toute vitesse, m’éclaboussant de neige et de titres dépourvus de sens. Je dormais debout. p. 105 l. « U
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
5 3 sur 10 à Sylvie pour avoir trouvé : « Quand il neige, c’est comme des petits morceaux de vouate. » Il est évident que Sylv
4 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
6ais ! » La rue est sale à cause de la fonte de la neige (une boue ocre, épaisse, on envie les bottes que portent les femmes),
5 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
7squ’en ma voisine, je reconnais la Jeune fille de neige. On la sent prête à fondre de tendresse au premier regard. Mais non,
6 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
8vert. Les chauffeurs battaient la semelle dans la neige [p. 49] fraîche ou s’accoudaient à la banquette d’un kiosque à « Würs
9si, je me balançais d’un pied sur l’autre dans la neige fondante, tout en croquant une de ces saucisses à la moutarde qu’on a
10eurs passèrent à toute vitesse, m’éclaboussant de neige et de titres dépourvus de sens. Je dormais debout. (Vienne, 1928)
7 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
11squ’en ma voisine, je reconnais la Jeune fille de neige. On la sent prête à fondre de tendresse au premier regard. Mais non,
8 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alexandre, par Klaus Mann (septembre 1932)
12 inépuisables, du profil de plâtre, des boules de neige et du « dialecte du cœur ». p. 477 h. « Alexandre, par Klaus Man
9 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une main, par C. F. Ramuz (juin 1933)
13etrouvée 26 . Et Ramuz, apaisé, regarde tomber la neige : les choses ont de nouveau leur sens. Ramuz parle de lui, c’est la p
10 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
14isage de belette » qui enterre son enfant dans la neige avec une sorte d’innocence animale. La superstition rôde dans ces cam
15monieuses ou durement rabrouées par le sort, « la neige tombe, effaçant toutes traces », symbole d’une miséricorde lumineuse,
11 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
16isage de belette » qui enterre son enfant dans la neige avec une sorte d’innocence animale. La superstition rôde dans ces cam
17monieuses ou durement rabrouées par le sort, « la neige tombe, effaçant toutes traces », symbole d’une miséricorde lumineuse,
12 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
18 et j’essayais de me rendre compte… Au dehors, la neige et la brume. Plus loin, la frontière, des tranchées, des hommes en tr
19nt que mes camarades monteraient la garde dans la neige, d’autres hommes seraient assis dans une salle bien chauffée, et je l
13 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
20pier portant : « Je vous l’avais bien dit ! » Une neige de papiers multicolores descendait lentement du haut des gratte-ciel,
14 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
21osphère de méfiance paysanne et tatillonne. Et la neige molle qui couvre le pays rend la moindre démarche épuisante… [p. 117
15 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
22o de notre jeunesse, volupté du regard. Reine des neiges, Dame des rêves de l’adolescence, femme la plus célèbre du monde, idé
16 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
23ura où nous avons à préparer des positions. Et la neige fondait dans la boue. J’arpentais mon secteur, d’un groupe à l’autre,
17 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
24Je n’en suis sorti que pour racler et déblayer la neige accumulée sur le trottoir et dans l’allée. Il y en avait un bon demi-
18 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
25 ? 20 mars 1942 Pluie torrentielle et fonte des neiges. Les nonnes ne sortent plus, ou sont peut-être tombées dans la cour.
19 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
26de bouts de bois et d’éclats de verre. Des tas de neige noircissent au rebord des trottoirs. Les enfants qui ne jouent plus à
27t ou mal vidés dans ce quartier, débordent sur la neige entre les escaliers de quatre marches qui conduisent aux portes d’ent
20 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
28s tard, nous avons rejoint l’hiver, un ouragan de neige horizontale, sur le désert des forêts canadiennes aux lacs gelés. Nou
21 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
29de bouts de bois et d’éclats de verre. Des tas de neige noircissent au rebord des trottoirs. Les enfants qui ne jouent plus à
30t ou mal vidés dans ce quartier, débordent sur la neige entre les escaliers de quatre marches qui conduisent aux portes d’ent
22 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
31rrière de parc public, descend, s’éloigne dans la neige bien gelée où ses pas lentement s’enfoncent et se marquent. Je la rej
23 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
32ant : I told you so ! (Je vous l’avais dit !) Une neige de papiers multicolores descendait lentement du haut des gratte-ciel,
24 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
33o de notre jeunesse, volupté du regard, Reine des neiges, Dame des rêves de l’adolescence, femme la plus célèbre du monde, idé
25 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
34de bouts de bois et d’éclats de verre. Des tas de neige noircissent au rebord des trottoirs. Les enfants qui ne jouent plus à
35t ou mal vidés dans ce quartier, débordent sur la neige entre les escaliers de quatre marches qui conduisent aux portes d’ent
26 1948, Suite neuchâteloise. VI
36tes pendant le séjour qu’il fit au Locle, dans la neige… Neuchâtel semble se prêter à ces parenthèses du sort, à ces conjonct
27 1948, Suite neuchâteloise. VII
37. Contre les flancs du noir Monte Baldo coiffé de neige, sur l’autre rive, un orage s’illumine par moments, et dans l’échappé
28 1948, Suite neuchâteloise. VIII
38ble à aucun autre ; une connaissance intime de la neige ; le désir des pays chauds ; et un petit lièvre. Je me souviens de ce
29 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
39. Contre les flancs du noir Monte Baldo coiffé de neige, sur l’autre rive, un orage s’illumine par moments, et dans l’échappé
30 1949, La Vie protestante, articles (1938–1978). Printemps de l’Europe (29 avril 1949)
40 les barrières entre nos peuples fondraient comme neige sous le soleil d’avril. Imaginez ce grand jardin de l’Europe où vous
31 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
41n mode de formation. La Suisse, c’est la boule de neige. Trois petits cantons qui se donnent la main. Et puis, une oscillatio
32 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
42s. « L’homme volant » de Vinci devait semer de la neige sur les villes accablées par l’été : l’avion bombarde nos cités. Les
33 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
43s. « L’homme volant » de Vinci devait semer de la neige sur les villes accablées par l’été ; l’avion bombarde nos cités. Les
34 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
44 assombri des pelouses le fleuve silencieux d’une neige de fleurs. À ce point, la passion fait place à la présence, la souffr
35 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
45 assombri des pelouses le fleuve silencieux d’une neige de fleurs. À ce point, la passion fait place à la présence, la souffr
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
46i Europe confia au taureau séducteur son flanc de neige, Europe, devant les monstres pullulant sur la mer et les pièges qui l
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
47jours, d’autres emplois que d’aller prendre de la neige à la cime des monts pour la jeter, pendant les jours de chaleur, sur
38 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
48 conduire les classes de la même manière dans les neiges du Grand Nord, sous les tentes de l’Asie centrale, dans les quartiers
39 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
49ouvent leurs regards se perdent sur ces champs de neige au loin, or et rose dans la lumière de l’après-midi. Par-dessus le ta
40 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
50a lu, avec beaucoup d’autres, sous une tempête de neige : Aujourd’hui, ce n’est plus aux frontières qu’il faut monter la gar
41 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
51tile. 20 mars Pluie torrentielle et fonte des neiges. Les nonnes ne sortent plus, ou sont peut-être tombées dans la cour.