1 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
1à l’Europe ? Il y a là des pages d’un accent très noble et courageux mêlé, parfois, d’une certaine amertume, où de Traz quitt
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
2me nocif pour tout ce qu’il y a d’authentiquement noble en chaque homme. Si les fils du peuple souffrent moins d’un tel régim
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
3y a peu de bourgeois en Hongrie. Il y a de petits nobles déclassés, des juifs, des paysans, des communistes, de grands nobles,
4es juifs, des paysans, des communistes, de grands nobles, et des tziganes. D’ailleurs, le bourgeois supporterait difficilement
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
5ne condamnation, mais celui, combien plus amer et noble, du consentement aux lois de la vie. Seule épreuve qui permette de no
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
6e son grand idéal. Que pouvait-il y avoir de plus noble que de [p. 627] partager la vie quotidienne des gens de la campagne.
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
7 à ce spectacle étrange d’une vie toute pleine de nobles penchants et d’affections élevées, tandis que déjà la conscience étei
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
8y a peu de bourgeois en Hongrie. Il y a de petits nobles déclassés, des juifs, des paysans, des communistes, de grands nobles,
9es juifs, des paysans, des communistes, de grands nobles, et des tziganes. D’ailleurs, le bourgeois supporterait difficilement
8 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
10Le Parlement ! Qu’a-t-il fait des hommes les plus nobles ? Dans l’un des derniers cahiers de Maurice Barrès on trouve une tris
9 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
11es résistances, et provoquer des adversaires plus nobles. Est-ce que tout se ramène à des querelles de gros sous ? Est-ce que
10 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
12 marxisme est pour le chrétien un adversaire plus noble, plus représentatif de l’athéisme conséquent, que le fascisme. Il vau
11 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
13veut autonome et conscient. La définition la plus noble de l’individu nous est fournie à ce moment par Socrate, lorsqu’il nou
12 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
14, sinon qu’ils vivent bien ! On se souvient de la noble réponse de ce proscrit de la Révolution auquel on demandait à son ret
15ns la misère. C’est ce renversement des valeurs « nobles » qu’il ne cesse de reprocher au christianisme. Voici comment il le d
13 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
16glise somptueuse paraît le Très Vénérable et Très Noble Premier Prédicateur Général de la Cour, le favori élu par la bonne so
14 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
17 d’un style savant et poli, coupé de « véhémences nobles » et de trivialités qualifiées, et vous aurez une idée du comique de
15 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
18dé que d’une manière exclusive et belliqueuse… Un noble effort ne peut s’appuyer que sur une pleine et ferme confiance en soi
19it apparaître digne et grand ; son âme a perdu la noble dureté qui donne au sérieux toute sa force. Fr. H. Jacobi Nietzsche
20 C’est ainsi qu’il exprime dans un style vraiment noble et tragique, parfois aussi d’une turbulence maladive, la situation ty
16 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
21up, et qui viennent comme par hasard justifier la noble impuissance de la pensée ! Ce qu’on célèbre sous le nom d’esprit, c’e
17 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
22liers, marièrent leurs filles de préférence à des nobles, et acquirent autant que possible un titre de noblesse en achetant un
18 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
23 violents, qui sont aussi, par malheur, les moins nobles, — aussitôt la raison s’émancipe et bientôt elle nous rend ses esclav
19 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
24s deux langues, c’est la vulgaire qui est la plus noble (harum quoque nobilior est vulgaris : parce qu’elle nous est naturell
25ielle…) Mais parmi les idiomes vulgaires, le plus noble sera celui [p. 70] qui se conformera le mieux à la grammaire originel
26mmaire », il deviendra une rhétorique, un langage noble, [p. 71] le signe de la distinction des clercs. Et ce n’est plus la v
20 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
27amais de s’excuser des mots abstraits, des termes nobles auxquels il faut bien recourir lorsqu’on veut dénoncer les duperies q
28Ramuz en veut à l’école, aux journaux, au langage noble, aux objets de vitrine, à la poésie poétique, à nos formes habituées.
21 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
29ut y a son fini, tout sert et semble destiné à un noble usage… » — Commentons : La noblesse est dans l’usage. Pas de noblesse
30pes d’hommes durs, intellectuels bannis ou petits nobles déclassés ; le triomphe implacable de Lénine ; l’enthousiasme du plan
31l compose, il n’accepte que des matériaux purs et nobles. Il s’accomplit enfin dans l’œuvre d’art, se comportant vis-à-vis de
22 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
32rampe monumentale coupée régulièrement de marches nobles. La rampe conduit à une vaste terrasse herbue. Une maison de maîtres
23 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
33ut y a son fini, tout sert et semble destiné à un noble usage… » Commentons : la noblesse est dans l’usage. Pas de noblesse s
34pes d’hommes durs, intellectuels bannis ou petits nobles déclassés, le triomphe implacable de Lénine, l’enthousiasme du plan d
24 1937, Esprit, articles (1932–1962). Robert Briffaut, Europe (janvier 1937)
35al — il y a bien une centaine de personnages tous nobles ou riches — finira certainement dans le marxisme : l’auteur l’y pouss
25 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
36rampe monumentale coupée régulièrement de marches nobles. La rampe conduit à une vaste terrasse herbue. Une maison de maître d
26 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
37ur-soldat, type Cincinnatus, est exproprié par le noble sénateur, propriétaire de vastes terres. Voici comment. Cincinnatus,
27 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
38s plaisir que je ne me trompais pas. J’ai revu le noble escalier, les pièces aux meubles rares de la maison de Goethe, plus i
28 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
39 siècle provençal, l’amour était considéré comme noble. Non seulement il ennoblissait mais encore il anoblissait : les troub
40us du rêve de [p. 661] Nerval, l’apparition d’une noble Dame dans le paysage des souvenirs d’enfance : Blonde, aux yeux noir
29 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
41teur la haine farouche de tout ce qui est beau et noble. Le génie seul a les yeux si perçants, le génie [p. 117] seul pouvait
30 1938, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Le Poète et le Vilain (novembre 1938)
42e. Nos codes ne prévoient pas que l’assassin d’un noble sera puni plus sévèrement que n’eût été ce noble assassinant un serf.
43 noble sera puni plus sévèrement que n’eût été ce noble assassinant un serf. Même l’indulgence pour les riches a cessé d’être
44il doit lui chanter un poème. S’il s’adresse à un noble, trois poèmes. Si c’est à un vilain, il faut que le barde chante jusq
45s requêtes au roi. — Oui, dit le poète, mais sans nobles, sans rois, peut-il y avoir des vilains ? p. 2 z. « Le Poète et
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
46nos mystiques les plus lucides ? Érotique au sens noble, et mystique : que l’une [p. 58] de l’autre soit cause ou effet, ou q
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
47iffé ! Et ces deux strophes d’Arnaut Daniel — un noble qui se fit jongleur errant, et dont les romanistes assurent que les p
48 soumis à toute ruine », et tourmentés en enfer. Noble Amour a promis qu’il en serait ainsi, là sera la lamentation des dése
49insi, là sera la lamentation des désespérés. Ah ! noble Amour, source de bonté, par qui le monde entier est illuminé, je te c
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
50téressantes analogies de fond et de forme. a) Le noble langage d’Amadis, ses métaphores érotiques, ses subtiles préciosités
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
51 là où la vie sociale ne se prête plus aux formes nobles, ne fournit plus les beaux symboles de la grande féodalité. Ce mutism
52r comme le sommeil à la vie. Ce n’est pas la plus noble part, et l’homme vigoureux préférera toujours veiller à dormir. Voic
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
53mbats un caractère individuel et l’apparence d’un noble sport ». Mais dans le courant du xve siècle, l’on se met à combattre
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
54 siècle provençal, l’amour était considéré comme noble. Non seulement il ennoblissait mais [p. 304] encore il anoblissait :
55uvenez-vous du rêve de Nerval, l’apparition d’une noble Dame dans le paysage des souvenirs d’enfance : Blonde, aux yeux noir
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
56c une extrême maturité, après avoir ouï plusieurs nobles dames, ait à passer pour vérité constante et irréfragable. Donné l’an
38 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
57veut autonome et conscient. La définition la plus noble de l’individu nous est fournie à ce moment par Socrate, lorsqu’il nou
39 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
58glise somptueuse paraît le très vénérable et très noble Premier Prédicateur général de la Cour, le favori élu par la bonne so
40 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
59amais de s’excuser des mots abstraits, des termes nobles auxquels il faut bien recourir lorsqu’on veut réfuter les duperies qu
60ntermédiaires de la culture, les assurances d’une noble origine, un système délicat de conventions et de prudences. Ramuz com
61Ramuz en veut à l’école, aux journaux, au langage noble, aux objets de vitrines, à la poésie poétique, à nos formes habituées
41 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
62 de la grande salle. Il vient nous prêter sa voix noble, agrémentée d’un léger sifflement, mais il garde pour lui son port de
42 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
63inéluctables. Le désir de justice sociale est une noble passion, la socialisation de l’industrie est une mesure économique pa
43 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
64 tous les ordres. Elle est « ce qu’il y a de plus noble dans le corps tout entier et dans l’homme ». Je la rapproche alors de
44 1948, Suite neuchâteloise. III
65rment la première division ; ces Conseillers sont Nobles. La seconde comprend les quatre Châtelains de Landeron Boudry, Valtra
45 1948, Suite neuchâteloise. IV
66humain en plaçant aux racines des arbres les plus nobles, au lieu d’un demi-dieu, d’un héros ou d’un saint, un singe au nature
46 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
67fils d’un drapier devenait drapier ; le fils d’un noble, officier ; le fils d’un paysan, paysan. Aujourd’hui, il peut devenir
47 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
68ques oligarchiques. Un certain nombre de familles nobles, anoblies, ou [p. 40] patriciennes, y exerçaient une sorte de pouvoir
69rangers. Il ne s’agissait pas de mercenaires. Les nobles qui possédaient un régiment ne se louaient pas à un gouvernement, mai
48 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
70s vient de se tenir dans la même ville et la même noble Salle des Chevaliers. Le Congrès de 1948 avait pour mission de donner
49 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
71a chaise électrique, mais n’importe, la cause est noble et l’angoisse qu’on traduit, réelle et populaire. Derrière cette camp
50 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
72on — révolution individuelle — libère tout homme, noble ou esclave, des liens sacrés de la caste ou du clan ; en même [p. 64]
51 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
73] chaise électrique, mais n’importe, la cause est noble et l’angoisse qu’on traduit, réelle et populaire. Derrière cette camp
52 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
74 que l’âme ? Je ne prends pas le mot dans le sens noble et vague, et encore moins dans le sens religieux que lui donnent tant
53 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
75onsidéré comme la règle. Par cette ténacité d’une noble croyance, maintenue malgré des réfutations si fréquentes qu’elles son
76t de Nietzsche, elle désigne déjà cette passion « noble » qui dès le xiie siècle a fait porter au premier rang les valeurs d
77é européenne — doit être nécessairement d’origine noble. On sait que son invention doit être attribuée aux chevaliers-poètes
78 de donner la vie au monde plastique du mythe. Ce noble subterfuge permet alors à la musique d’assouplir ses allures aux ryth
79 et Don Juan domine tout. Wagner n’est plus « mon noble compagnon d’armes » mais « l’asphyxie par le rabâchage de toutes les
80 qu’à la faveur du refoulement temporaire de la « noble » passion dont parlait Nietzsche, pendant le siècle des lumières. « C
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
81it, elle se leva, et alla chercher ses compagnes, nobles filles de son âge, nées la même année qu’elle, qui plaisaient à son c
82e célébreront tes noces. Et je te rendrai mère de nobles fils, qui tous, parmi les hommes, seront porteurs de sceptre. » Il di
55 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.4. Cadmus ou la quête d’Europe
83nisèrent la Béotie et y firent souche et de leurs nobles dynasties des « Cadméens » procèdent nombre des lettrés qui, comme Bi
56 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
84 et la Grèce doit être étendu à des rapports plus nobles que ceux de la nature corporelle. Le jeu mutuel de plusieurs caractèr
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
85’accord des prélats, des princes, des grands, des nobles et de nos docteurs en droit divin et humain, à cet acte d’alliance, d
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
86oques, de correspondances érudites, de polémiques nobles ou virulentes. « L’Europe en un seul corps », comme la décrit Guillau
87igieuse, profondément européenne — est exaltée en nobles phrases ; mais l’union des Européens, mesure politique immédiate, n’e
59 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
88rne » dira de lui Montesquieu. Fils d’un riche et noble amiral qui l’envoya très jeune en [p. 101] France apprendre le métier
60 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
89ion des habitants au Christianisme, c’est que les nobles ne veulent point admettre que les gens du peuple sont hommes comme eu
61 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
90gique. Tout tient aux races. La première, la plus noble des races, vient naturellement du nord de l’Asie. Les Russes en tienn
62 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
91lus belle partie de l’Europe, les forces les plus nobles de l’Humanité étouffent encore sous le poids de tous ces résidus de l
63 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
92ocales tient à tous les sentiments désintéressés, nobles et pieux. Quelle politique déplorable que celle qui en fait de la réb
64 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
93es, des évêques, des comtes et des seigneurs, des nobles et des gens libres, auxquels se joignirent plus tard à mesure qu’elle
94ui, en tant qu’empereur, avait poursuivi les plus nobles buts dans un combat qu’il mena infatigablement ; l’homme qui, dans so
95ndeur ; même dans la capitale de l’empire turc un noble ennemi honora par un service funèbre public la mémoire du grand monar
96onsciemment ce qu’il y a de plus grand et de plus noble. Cette période de l’histoire, que nous pouvons appeler tragique, est
97 la grandeur : la décadence de l’humanité la plus noble qui ait jamais fleuri et dont le retour sur la terre est l’objet de v
65 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
98ssement, qui enverrait dans l’arène les deux plus nobles peuples de la civilisation, causant leur perte à tous les deux ; je v
99ndividuelle que le résumé tourbillonnant des plus nobles illusions de son temps. Dénoncé par le vieux Metternich comme un dang
100éfigure les grands thèmes d’espérance et les plus nobles anticipations qui vont nourrir pendant un siècle toute l’éloquence de
101rces réelles, leur confiant l’accomplissement des nobles tâches que comporte cet idéal, il sera, du moins je l’espère, plus ré
102e le comprendra toujours pas. L’Europe a créé les nobles types du Français, de l’Anglais, de l’Allemand, mais de son homme fut
103endant dans l’étude des temps passés une des plus nobles occupations. Le passé n’est rien d’autre que l’histoire de la vie et
104 secrètes de toutes espèces, telles qu’une époque noble n’en a jamais eu, surtout l’accès aux labyrinthes des civilisations i
66 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
105qu’elle a l’éternité… Elle demeure dans nombre de nobles intelligences de toutes les parties du monde, qui dispersées et isolé
67 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
106pose « une sorte d’États-Unis d’Europe 325  : Ce noble continent est le foyer des grandes races ancestrales de l’Occident. I
68 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
107onsidéré comme la règle. Par cette ténacité d’une noble croyance, maintenue malgré des réfutations si fréquentes qu’elles son
108t de Nietzsche, elle désigne déjà cette passion « noble » qui dès le xiie siècle a fait porter au premier rang les valeurs d
109é européenne — doit être nécessairement d’origine noble. On sait que son invention doit être attribuée aux chevaliers poètes
110 de donner la vie au monde plastique du mythe. Ce noble subterfuge permet alors à la musique d’assouplir ses allures aux ryth
111 et Don Juan domine tout. Wagner n’est plus « mon noble compagnon d’armes » mais « l’asphyxie par le rabâchage de toutes les
69 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
112 qu’à la faveur du refoulement temporaire de la « noble » passion dont parlait Nietzsche, pendant le siècle des Lumières. Co
70 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
113ont régies par des assemblées régulières groupant nobles, libres et serfs, les Landsgemeinde. Or, il se trouve que ces commune
71 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.3. « La Suisse est née de la révolte de pâtres libertaires contre le despote autrichien »
114Attinghausen, dès 1291 landamman à vie d’Uri ; le noble Arnold de Silinen, fils de chevalier, également d’Uri, en attendant q
72 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
115it encore au xvie siècle qu’un sport brutal mais noble et même presque sacré, dont la tauromachie nous donne quelque idée. L
116uisses. Dès la fin du xviie siècle, les familles nobles des cantons et les ambassadeurs des pays étrangers éprouvent de crois
117 des hiérarchies qui séparent désormais officiers nobles et troupiers. L’esprit d’aventure est frustré. La bravoure et l’explo
73 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
118st dire qu’ils furent donnés à des officiers déjà nobles, ou en tout cas, appartenant à des familles aptes à gouverner dans le
119n plus héréditaire d’un petit nombre de familles, nobles ou non. Neuchâtel est un cas spécial, à cause des princes. Le château
120, note l’Anglais William Coxe 31 , « tout citoyen noble et qui, par choix, veut conserver son titre de noblesse, est exclu sa
74 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
121 des titres divers, hommes utiles au sens le plus noble et penseurs engagés dans une communauté (qui souvent dépassait [p. 19
75 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
122 s’arrêter avec l’intention de nous y tenir ? Aux nobles troubadours de Grandson et de Neuchâtel ? À Guillaume Tell, qui est t
76 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
123 des titres divers, hommes utiles au sens le plus noble et penseurs engagés dans une communauté (qui souvent dépassait leur p
77 1966, Preuves, articles (1951–1968). André Breton (novembre 1966)
124 de la grande salle. Il vient nous prêter sa voix noble, agrémentée d’un léger sifflement, mais il garde pour lui son port de
78 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
125 fils d’un drapier devenait drapier, le fils d’un noble, officier, le fils d’un paysan, paysan. Aujourd’hui, il peut devenir
79 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
126drait une directive ministérielle animée des plus nobles intentions. Ce qu’il s’agit d’inspirer à l’élève, c’est le respect de
80 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
127a liberté — étant manière de parler plus ou moins nobles, ou pure et simple captatio démagogique. Mais je vois aussi que seuls
81 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
128 liberté — étant manières de parler plus ou moins nobles, ou pure et simple captatio démagogique. Mais je vois aussi que seuls
82 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
129 liberté — étant manières de parler plus ou moins nobles, ou pure et simple captatio démagogique. Mais je vois aussi que seuls
83 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe et le sens de la vie (25-26 avril 1970)
130 liberté — étant manières de parler plus ou moins nobles, ou pure et simple captatio démagogique. Mais je vois aussi que seuls
84 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
131c les châtelains du Languedoc ni rien espérer des nobles dames qu’ils célébraient, et qui étaient pour la plupart au moins « c
132ristocratie de la région, à cet exode général des nobles dames, y compris sa première et sa deuxième femmes, ainsi que sa prop
85 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). C.J.B. l’Européen, 1891-1974 (printemps 1974)
133egard porté sur les êtres, non seulement les plus nobles mais chose plus rare, les plus ennoblissants de notre siècle. Du prin
86 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Contribution à une recherche éventuelle sur les sources de la notion d’engagement de l’écrivain (printemps 1978)
134es résistances, et provoquer des adversaires plus nobles. Est-ce que tout se ramène à des querelles de gros sous ? Est-ce que
87 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
135en, le Philosophe Chinois, le Persan railleur, le Noble Ottoman — aux ricanements de Voltaire, aux nostalgies de Rousseau, au