1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1s d’une extraordinaire diversité — peut-être trop nombreuses — qui composent ce gros volume. Les points de vue sont si différents,
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Otto Flake, Der Gute Weg (septembre 1929)
2éficie de cette vision. Je ne saurais résumer les nombreuses péripéties de son dernier roman sans exposer et discuter toutes les i
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
3 transfiguré par la lumière et que reflétaient de nombreuses glaces. Les fenêtres que j’ouvris firent tourner des soleils sur les
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
4je sais qu’à droite comme à gauche, ils sont plus nombreux qu’on ne le pense, ceux qui refusent d’être complices dans cet attent
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
5 leur essor de chérubins du parti au cours de ces nombreux banquets de cercles locaux où se fondent les réputations, où se « bap
6 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
6fense de l’Occident. L’ange s’enfuit par l’un des nombreux trous de leurs raisonnements. [p. 27] L’inspiration Comme le poète
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
7on Empédocle, note M. Babelon, Hölderlin écrit de nombreux essais philosophiques.) Le tragique de Hölderlin, c’est qu’il parvien
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
8s le contraire, mais M. Nizan est de ces gens, si nombreux aujourd’hui, (Freud, etc.), qui croient que le pire est toujours le p
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
9ture pour l’imagination. On goûtera les citations nombreuses que l’auteur a su introduire et commenter avec la discrétion et souve
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
10t encore des enfants et ils sont grands5 beaux et nombreux, racés et fades. Cette société n’a peut-être pas encore oublié que la
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
111929 Les habitants de la maison me paraissent peu nombreux, mais sait-on bien d’où il peut en sortir encore — sans compter les f
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
12s. Le travail aux champs se fait par équipes très nombreuses, à grand renfort de chevaux de trait, car la nature marécageuse du so
13 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
13e désormais irrecevable. Ce parti peut être aussi nombreux que l’on voudra, il peut représenter la grande majorité des prétendus
14 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
14asser) jusqu’au Neue Volk marxiste (Vitus Heller) nombreux sont les groupements politiques, résolus à la rupture, qui se réclame
15 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
15n effet de surprise par l’emploi d’un style poli, nombreux, toujours plein d’onction, parfois même de pompe. Tel est le premier
16 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
16« ligne générale » de la démission philosophique. Nombreux sont, parmi nos penseurs salariés, ceux qui prennent au sérieux la my
17 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
17mne, ou si elle le revendique. C’est un des tours nombreux que peut jouer la fameuse dialectique hégélienne. Les réalisations ma
18 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
18e désormais irrecevable. Ce parti peut être aussi nombreux que l’on voudra, il peut représenter la grande majorité des prétendus
19 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
19t le dernier livre d’André Breton fournit de trop nombreux exemples. On est frappé d’abord par une certaine noblesse du port, pa
20 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
20e presse d’opposition, une population civile plus nombreuse que la militaire, un gouvernement faible et des vieillards puissants.
21 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
21ment le risque de leur erreur, que pour ceux plus nombreux qui louvoient dans d’habiles tolérances. À voir certaines complaisanc
22 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
22e presse d’opposition, une population civile plus nombreuse que la militaire, un gouvernement faible et des vieillards puissants.
23 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
23 le rythme singulier de sa production ; de là ses nombreux masques et pseudonymes, de là aussi l’impétuosité sans scrupules de s
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
24ités de la Marine, qui animait de ses concerts de nombreuses fêtes villageoises. Tout cela s’est dissous quand les hommes sont par
25rements : elle assure à chacun de ses membres une nombreuse suite pour leur « dernier voyage ». L’autre, c’est la Société Coopéra
25 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
26 Blessés du Poumon ; — la Fédération des Familles nombreuses. Cette dernière amicale d’« accidentés » est sans doute la plus à pla
26 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
27ctions françaises apparaissent parallèlement à de nombreuses études de revues sur Nietzsche : le Zarathoustra et la Volonté de Pui
27 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
28risation de ces derniers. Les enfants de familles nombreuses sont forcés de se livrer, comme ouvriers agricoles, aux fermiers des
28 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
29 moi les faces d’agents de la Gestapo, qu’on sait nombreux. Rien n’empêchera que nous soyons ici des frères en communion avec l’
29 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
30 l’Ancien Testament, par exemple, une descendance nombreuse est signe d’élection, tandis que pour saint Paul, celui qui reste vie
31s traitait comme des égaux. On peut citer de très nombreux exemples de vilains armés chevaliers parce qu’ils savaient chanter l’
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
32as de peine à démontrer qu’il existe en Orient de nombreuses tendances occidentales ; et l’inverse. (Mais je ne fais pas ici une h
33se à la cortezia la mystique de l’Amour divin. De nombreux commentaires du Cantique des Cantiques sont écrits pour les nonnes de
34 s’il n’avait gardé dans nos vies, au travers des nombreux avatars dont nous allons décrire la procession, une virulence intime,
35ques d’origine très nettement celtique, bien plus nombreux et plus exactement identifiables que dans les Romans de la Table rond
36bien toléré chez les Celtes, comme l’attestent de nombreux documents.) La coutume du potlatch, don rituel ou plutôt échange de d
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
37rs ces symboles. Cervantès ne cite point les très nombreux romans de « chevalerie célestielle » qu’on lisait de son temps avec p
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
38s il dit aux peuples voisins : — Nous sommes trop nombreux dans nos frontières, j’exige donc des terres nouvelles ! — et c’est l
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
39 l’Ancien Testament, par exemple, une descendance nombreuse est signe d’élection [p. 298] tandis que pour saint Paul, celui qui r
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
40t 1204 ! Dans les cités avoisinantes, il y eut de nombreux soulèvements et émeutes occasionnés par le conflit religieux. D’autre
41e nouvelles communautés religieuses. » Elles sont nombreuses — des centaines de mille, selon le pape Jean xxii, en 1321 — dans tou
35 1939, La Vie protestante, articles (1938–1961). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
42ation catholique deviendront de beaucoup les plus nombreuses. (La première en date, celle du jésuite Jacob Gretser, fut jouée à Lu
36 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
43ttendent pour agir que nous soyons « suffisamment nombreux ». 13. Pour former une communauté, il vaut mieux n’être qu’une douzai
37 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
44ples. (Mais oui, vous en avez, et je les souhaite nombreux : car avec de [p. 765] tels maîtres, ils auront bientôt fait de retro
38 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
45e spontanée et universelle. Et ses effets sont si nombreux, si quotidiens, qu’on finit par ne plus les voir. Il est admis, dans
39 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
46’une vocation de la Suisse vis-à-vis de l’Europe, nombreux sont ceux qui crient à l’utopie. Eh bien, j’estime qu’un chrétien est
40 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
47 si je persiste en mon projet de lui consacrer de nombreuses pages. Le premier tour du Diable est son incognito. Dieu dit : Je sui
41 1946, Journal des deux Mondes. 11. Intermède
48ennuis. Débrouillez-vous. Et puis, vous êtes trop nombreux, on ne peut pas s’occuper de chacun de vous. Et c’est bien vrai. Nous
49cun de vous. Et c’est bien vrai. Nous étions trop nombreux. En France, en Suisse aussi, avant la guerre, nous trouvions qu’il y
42 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
50 clandestins qui nous parviennent de plus en plus nombreux nous parlent du peuple de France ; et des films tournés à Hollywood o
43 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
51 une vraie Ligue des Peuples, préparons-nous à de nombreux voyages. La SDN ressemble à l’ONU comme le négatif d’un cliché au pos
44 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
52 Que penser de ces États-Nations, de plus en plus nombreux, qui se referment sur eux-mêmes et sur leur budget militaire, qui se
45 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
53ise se « ferme » sur elle-même. D’où les schismes nombreux, dès cette époque, dans les Églises calvinistes. Une Église qui préte
46 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
54gtemps que nous désirions vous voir, et seuls les nombreux déplacements que nécessite votre carrière… [p. 26] X. Asseyez-vous,
47 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
55ve qu’on le charge officiellement de le réaliser. Nombreux sont les professeurs, les industriels, les financiers, les avocats ou
56anière. Or ces agences d’État à initiales sont si nombreuses (quelques milliers) ; si provisoires (elles durent de trois ans à tro
48 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
57Église [p. 97] protestante-épiscopale (bien moins nombreuses) sont surtout citadines et fashionable. Quant à la fameuse multiplica
58ermons du lendemain, nouvelles des missions et de nombreuses activités sociales, programmes de musique sacrée, annonces détaillées
59me social assez complexe. Mais il dispose d’aides nombreuses : un suppléant souvent, un chef de chœur, les présidents des divers c
49 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
60résolution, enfin le Message final du Congrès. De nombreuses réunions préparatoires eurent lieu à Paris, à Genève, à l’abbaye de R
50 1948, Suite neuchâteloise. VII
61t la proue de l’Isola Bella, vaisseau de rêve aux nombreux ponts chargés de dieux, passagers immobiles, un bras levé… J’habite a
51 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
62du monde. Vos cordons de douanes ne sont pas plus nombreux, ni moins strangulatoires, que ne l’étaient les nôtres. Et vos économ
52 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
63ne réponse, ou une question ? (mai 1952) d Plus nombreux qu’ils ne voudraient le croire sont ceux qui nous répètent, depuis vi
53 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-USA (août-septembre 1952)
64al de notre Bulletin de juin-juillet a suscité de nombreux échos. Une trentaine de quotidiens et de revues du Continent l’ont re
54 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Conférence de compositeurs, critiques musicaux et exécutants (décembre 1952-janvier 1953)
65 les compositeurs, qui avant la guerre avaient de nombreuses occasions de se rencontrer et d’établir des contacts internationaux,
66rs, puisqu’ils ne sont pratiquement pas joués. De nombreux problèmes de critique musicale, qui devraient être discutés sur un pl
67d’autres domaines artistiques profitent depuis de nombreuses années. Organisation Le Centre européen de la culture invitera à Ro
55 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
68mposait de treize cantons souverains, flanqués de nombreux alliés, villes libres, abbayes, vallées et pays sujets. La transforma
56 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
69Conseil fédéral, bien qu’ils ne soient guère plus nombreux aux chambres que les socialistes, lesquels n’ont obtenu qu’un seul si
70i des Indépendants. Les radicaux ont été les plus nombreux aux Chambres durant près d’un siècle, de 1848 à 1943. Les socialistes
57 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
71es universités cantonales, à vrai dire, sont fort nombreuses : sept pour un pays de 4,5 millions d’habitants, et pour un nombre d’
58 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
72tant. Il existe au contraire un parti catholique, nombreux et discipliné, de tendance conservatrice 43 et « fédéraliste ». (Pré
59 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
73ifiquement suisse a donné lieu à des études aussi nombreuses que peu concluantes dans leur ensemble, les unes cherchant à définir
74itées d’anciens patois, ne [p. 166] sont pas plus nombreuses qu’en n’importe quelle autre province du domaine français. Malgré cel
60 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
75de document de ce genre qui ne soit le produit de nombreux compromis, et qui n’engage des risques éventuels pour l’une ou l’autr
61 1955, Preuves, articles (1951–1968). De gauche à droite (mars 1955)
76vue du personnalisme. Depuis quelques années, ses nombreux rédacteurs ont tenté de rejoindre la ligne communiste. S’ils ne sont
62 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
77s allemands, et de ces derniers aux fondateurs de nombreuses industries modernes. Léonard Euler, piétiste de Bâle, ne fut pas seul
78ncerne en fait les ouvriers « taylorisés » (moins nombreux aujourd’hui que les prisonniers des camps dans les nations soumises a
63 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
79merie devient toujours plus gros, les images plus nombreuses, et l’on peut craindre qu’à la fin elles ne remplacent complètement l
80es » ne cessent de devenir plus complexes et plus nombreuses. La durée des études ne cesse de s’étendre vers la première enfance (
64 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Ce n’est pas au pied du mur… (juin-juillet 1956)
81voquées par le Centre dans différents pays, et de nombreuses participations de nos collaborateurs à des réunions extérieures. Chac
65 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Prix européen de littérature n’a pas été donné en 1956 (juin-juillet 1956)
82 œuvres de second ordre — ou déjà refusées par de nombreuses maisons d’édition. Quant aux manuscrits encore inédits mais déjà acce
66 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
83lectuels sont des Hellènes ou des Alexandrins. De nombreux éléments rituels du mithraïsme ont passé dans nos liturgies, comme le
67 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
84e cosmos actuel. Je dis « cosmos actuel », car de nombreux savants nous parlent déjà d’un mouvement de diastole et de systole de
68 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
85, Il t’a donné les clés ; et tu as été obéi en de nombreuses terres et tu as acquis grand honneur et renom parmi les chrétiens ! Q
86era pas un obstacle à de grandes choses : Il a de nombreux et très grands châteaux. Abraham avait plus de cent ans quand il enge
69 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
87s allemands, et de ces derniers aux fondateurs de nombreuses industries modernes. Léonard Euler, piétiste de Bâle, ne fut pas seul
88erne en fait les ouvriers « taylorisés », — moins nombreux aujourd’hui que les prisonniers des camps dans les nations soumises a
70 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
89s, alertant des ressources humaines toujours plus nombreuses et profondes. Prenons un exemple brûlant. La bombe H est un « risque 
71 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 12. La quête sans fin
90ix. Mais un dernier combat l’oppose au parti plus nombreux de ceux qui le tenaient pour mort et condamné. Et soudain la Sagesse
91ros : Fils de Laerte nourri du Ciel, Ulysse aux nombreux artifices, calme-toi ! Ne poursuis pas cette guerre civile ! Crains d
72 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
92tions déchaînés. Que des intellectuels — pas trop nombreux d’ailleurs — aient été les premiers à vouloir notre union prouve en f
73 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
93e cosmos actuel. Je dis « cosmos actuel », car de nombreux savants nous parlent déjà d’un mouvement de diastole et de systole de
74 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
94ue tous ses voisins. Sa neutralité l’a sauvée. De nombreuses institutions internationales viennent s’établir chez nous. L’Organisa
95ontinent, un mouvement d’opinion se forme dans de nombreux pays, dès 1945, en faveur d’une union des États européens. Les buts d
96e par ses divisions douanières et par la perte de nombreuses colonies. 3. L’idée d’une union européenne se répand rapidement. Les
75 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
97autres. Beaucoup les approuvent entièrement. Mais nombreux sont aussi ceux qui souhaitent : — soit d’atténuer l’insistance sur «
76 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
98lement mesurables… Le Centre a cependant lancé de nombreux projets, pour la plupart réalisés. Certes, toutes ses fusées ne sont
77 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
99onprez et Schouten, il a déjà [p. 11] organisé de nombreux stages d’information pour éducateurs et publié un bulletin régulier e
78 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
100trise n’exerçait d’autres sanctions, sur les trop nombreux visiteurs, que celles d’un bref regard pénétrant de malice, d’un écla
79 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
101 que les esprits créateurs resteront toujours peu nombreux, et relativement isolés. Mais qui sait s’ils sont aujourd’hui plus ou
102ais qui sait s’ils sont aujourd’hui plus ou moins nombreux qu’hier ? Le grand nombre de vedettes célébrées par la presse et la r
103me et responsabilité. Les motifs d’optimisme sont nombreux et solides, nous en avons administré les preuves. Quant à savoir si l
80 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Heinz Gollwitzer, Europabild und Europagedanke (septembre 1959)
104 lecteur allemand sera frappé par les étroites et nombreuses connexions que relève l’auteur entre la pensée d’un Herder, d’un Kant
81 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
105trise n’exerçait d’autres sanctions, sur les trop nombreux visiteurs, que celles d’un bref regard pénétrant de malice, d’un écla
82 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — i. L’amour selon les évangiles
106st une pécheresse. Jésus lui dit : [p. 269] Ses nombreux péchés ont été pardonnés, car elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui
83 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
107ntraîne pas absolument… La preuve en est dans les nombreux mariages qui ne peuvent avoir d’enfant. C’est pourquoi la première ra
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
108raie foi) de païens et de convertis toujours plus nombreux, qui porte en bloc le nom d’Europe. L’origine japhétique de l’Europe
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
109’un marécage, et qu’il y a par ailleurs divers et nombreux peuples qui habitent beaucoup d’autres contrées semblables. C’est ic
110es qui ont le caractère pacifique, étant les plus nombreuses, la paix a fini par y prévaloir universellement, d’autant qu’on peut
111ire à elle-même, puisque, à côté d’une population nombreuse de cultivateurs et de citadins, elle compte beaucoup de [p. 40] solda
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
112écrit : En ce temps-là, Pépin était le prince de nombreuses régions et cités d’Europe. (Il orthographie Eoruppa.) Mais voici le
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
113facilite rien … Mais si ces cités et ces princes nombreux, ne reconnaissant pas de supérieurs au monde qui exercent la justice
114ts : il nous [p. 67] paraît que le justifient les nombreux rapprochements que cette lecture suggère avec les circonstances de no
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
115. Cependant ces guerriers illustres sont bien peu nombreux en comparaison de ceux de l’Europe : c’est en Europe en effet que l’o
116excellé dans tous les genres et ils seraient plus nombreux encore si l’on pouvait ajouter tous ceux dont le temps jaloux a effac
117ique de Carthage. Car les grands hommes sont plus nombreux dans une république que dans une monarchie. Dans l’une la vertu est p
118ns compter le royaume de Macédoine, il y avait de nombreuses républiques qui toutes ont eu des hommes remarquables. L’Italie a eu
119’être vaincus, ils n’aient pas donné le jour à de nombreux hommes illustres. Il en a été de même dans les Gaules et dans l’Espag
120 Scythes vinrent et se partagèrent l’empire en de nombreux États, mais la vertu n’a pu y renaître : d’abord, parce qu’il est dif
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
121out autre, en écrivant sa Grande Didactique et de nombreux traités spéciaux, à créer la science de l’éducation en Europe. Mais s
122 dans lequel je vais énumérer quelques-uns de ces nombreux et réels bienfaits qui découleraient de cette proposition pour la pré
123nécessité et de la valeur de ce privilège par les nombreux arrêts qu’ils subissent en cours de route ; et surtout ceux qui ont f
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
124ord d’argument contre certains voisins. De là les nombreux mythes de compensation qui se développent au xviiie siècle : le Bon
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
125essivement les paysans robustes de la Russie, les nombreuses armées de l’Allemagne, la vaillante noblesse de France, et les intrép
126elle a déjà fait passer ses institutions avec ses nombreuses colonies. III. Le froid, la pauvreté, l’habitude des dangers et de la
127ns touchans de sa subsistance, affluait un peuple nombreux : là, une industrie créatrice de jouissances appelait les richesses d
128vaient plongé l’élite du siècle : Ils furent peu nombreux parmi les peuples des temps passés ceux qui connurent comme il convie
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
129éenne contemporains de la Révolution En dépit des nombreuses déclamations des Conventionnels invoquant le nom de l’Europe, pas un
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
130nce presque complète de relations réciproques. Si nombreux soient les siècles qui ont passé sur ces peuples, si grands les chang
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
131nt chacun parlait sa propre langue et montrait de nombreux traits qui lui étaient essentiellement propres. D’autant plus courage
132 et bombardements soient nécessaires, item que de nombreux ministres perdent la raison… Mais nul ne peut savoir combien de temps
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
133e du monde avec nos miasmes. Sont-ils donc si peu nombreux, les gens capables de lire l’inscription sur le mur que tracent notre
134re art et notre musique actuels ? Si peu [p. 319] nombreux, les gens capables de méditer sur la mort de la mélodie profondément
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
135ois réputées « fatales » de notre décadence.) Les nombreux « retours à l’orthodoxie » qui animent le débat intellectuel, entre l
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
136es Grecs ? Au surplus, lorsque nous éprouvons les nombreuses insuffisances de la culture européenne moderne, nous nous demandons d
137l germanique. Les Germains ne furent jamais assez nombreux pour le conquérir. Parler d’invasions germaniques et même de grandes
138drich Heer conclut : Toujours et encore, dans de nombreuses publications sur l’Europe et le christianisme, revient ce dangereux l
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
139e » dont on parle tant et qui se manifeste par de nombreux symptômes de dévitalisation n’est pas un sombre destin, ni une impéné
140nte. C’est là le seul projet politique, parmi les nombreux qui ont été formés après la guerre, qui ne se soit pas perdu et dissi
141l’abondance, la variété et la richesse humaine de nombreux types d’Européens, depuis les Irlandais jusqu’aux Grecs et des Portug
99 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
142merie devient toujours plus gros, les images plus nombreuses, et l’on peut craindre qu’à la fin elles ne remplacent complètement l
100 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
143es contacts nécessaires de ce côté. Après d’assez nombreux voyages clandestins — dont l’un le conduit jusqu’en Autriche, un autr
144Pologne luttant pour se libérer de la Russie. Les nombreux traits de caractère mexicain qu’il conte dans ses notes révèlent qu’i