1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
1du ton des Lettres persanes : le Chinois s’étonne non sans quelque aigreur, et critique avec un mépris tranquille ; le Français
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Montclar (février 1927)
2 de son progrès moral. C’est ainsi qu’il consent, non sans une imperceptible satisfaction, l’aveu d’une fondamentale indifférenc
3 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
3goût ! Cependant le jeune homme agitait ses ailes non sans une ingénue fierté. Mais au courant d’air s’enrhuma le grand-papa. On
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
4up, à trois heures de l’après-midi par exemple, — non sans angoisse… 4. De midi à quatorze heures On voyage de nos jours d’une
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
5ins critiques de cette exposition se sont demandé non sans ironie où était le calvinisme dans tout ceci. Eussent-ils posé, à pro
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
6 possède un sens critique assuré qu’elle applique non sans acuité aux pratiques anglicanes. On serait tenté de soupçonner ici qu
7 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
7ût allemand, tels sont les éléments qui composent non sans paradoxe ce recueil de « motifs » romantiques et de frissons anarchiq
8 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
8aternellement la belle effarée, et nous sortîmes, non sans avoir délivré le homard qui, laissé au vestiaire, y était l’objet de
9 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
9up, à trois heures de l’après-midi par exemple, — non sans angoisse. [p. 74] iv De midi à quatorze heures On voyage de nos j
10 1932, Esprit, articles (1932–1962). À l’index (Première liste) : Candide (octobre 1932)
10e que M. Abel Faivre nous montre, chaque semaine, non sans sadisme, dans l’exercice de cette avarice ou de cette férocité spécia
11 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
11icier réclama pour Martin le maximum de la peine, non sans avoir cité une pensée de Pascal en l’attribuant à Pasteur. On peut n’
12. André Philip, défenseur de Martin, lui répondra non sans violence : « C’est faux ! Vous faites de la théologie, et vous ne fai
12 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
13 avec les éléments, avec l’effroi du monde. On a, non sans comique, loué « cet artiste raffiné » d’avoir su « se ravaler au nive
13 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
14ue troisième terme dans lequel elle s’annulerait, non sans soulagement, mais bien vers l’acte créateur par où la personne accède
15s les deux procèdent ? Langage affreux, dira-t-on non sans raison. Traduisez-nous un peu tout cela dans notre parler quotidien.
14 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
16res à coller sur sa jambe de bois. On se demande, non sans scepticisme d’ailleurs, s’il admettra un jour qu’il conviendrait auss
15 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Pourquoi ils sont socialistes (juillet 1933)
17tion. Seule position « pratique », affirment-ils, non sans une sincérité qui fait peine. Car des deux attitudes proprement socia
16 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
18ge humain, et nous en parlons objectivement, mais non sans parti pris. Et voilà qui paraît à beaucoup un paradoxe bien irritant.
17 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
19res à coller sur sa jambe de bois. On se demande, non sans scepticisme d’ailleurs, s’il admettra un jour qu’il conviendrait auss
18 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
20ervant, ces raisons que l’on s’efforce de donner, non sans maladresse, avant d’assumer un devoir qui paraîtrait, en temps normau
19 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
21des Eugène de Cocteau, où nous voyons gesticuler, non sans grandiloquence, des savants astronomes, des phrénologues, des herbori
20 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
22x qui savent ce qu’ils affirment ! Que ce soit un non sans pathos, car l’affirmation seule est grave. C’est à l’homme qu’il faut
21 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
23y substituer au respect de la vérité, soupçonnée, non sans quelque raison, d’être parfois « anti-vitale » ? — « Pensée insupport
22 1935, Présence, articles (1932–1946). Autour de Nietzsche : petite note sur l’injustice (novembre 1935)
24onne, y compris cette justice dont nous pensions, non sans ingénuité, détenir la mesure ? L’intelligence alors ? L’intelligence
23 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
25t grossièrement, les autres « se désintéressant » non sans un hochement de tête sur la plèbe qui les admire. Et comment cette pa
24 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
26s ferme la bouche ! » J’avais parlé longtemps, et non sans fièvre. Je m’arrêtai soudain, plutôt confus de ma véhémence. Les jeun
25 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
27issements », écrit M. de la Rocque. Et il ajoute, non sans logique : « J’ai imposé la priorité au plan d’action ». Mais qu’est-c
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
28les excitées des meetings communistes symbolisent non sans pittoresque l’impudeur d’une caste impuissante, abandonnée à des curi
27 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
29mpromis social » à la nécessité duquel concluent, non sans soulagement, les moralistes unanimes de la collection Alcan, mais don
28 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
30uoi tous les hommes la désirent-ils obscurément — non sans angoisse ! — de toute la force de l’humanitas qui malgré tout subsist
29 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
31ec des éléments tirés du caractère vaudois. On a, non sans comique, loué cet « artiste raffiné » d’avoir su se « ravaler au nive
30 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sur l’esprit incarné (février 1936)
32lercs est apparue, M. Benda s’y applique pourtant non sans bonheur, curieusement suivi sur ce point par ses contradicteurs de dr
31 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
33ervant, ces raisons que l’on s’efforce de donner, non sans maladresse, avant d’assumer un devoir qui paraîtrait, en temps normau
32 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
34s ma vie, entre les derniers jours passés à Paris non sans fièvre et cette arrivée au soleil dans une liberté naïve et nue, pauv
33 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
35nt exclus de la communauté locale, nous assistons non sans une gêne croissante, au développement furieux de notre esprit critiqu
34 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
36ons, donne à la thèse adverse toutes ses chances, non sans ironie toutefois, et sait enfin conférer à son choix la force et la s
35 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
37n’y en ait pas. Et tous les prudents d’applaudir, non sans apparences de raison : on a commis tant de crimes au nom de la vérité
38ons, donne à la thèse adverse toutes ses chances, non sans ironie toutefois, et sait enfin conférer à son choix la force et la s
36 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
39t politique et culturel, et qu’on nous reprochait non sans aigreur, quand il ne faisait pas sourire les réalistes, le voilà repr
37 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
40s ma vie, entre les derniers jours passés à Paris non sans fièvre, et cette arrivée au soleil dans une liberté naïve et nue, pau
38 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Chançay (mars 1937)
41nt une partie d’échecs. (Et l’on en fit beaucoup, non sans philosopher sur le plus exactement symbolique de tous les jeux.) L’un
39 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
42ent ni rester ni partir), il en vient à me parler non sans une vive nostalgie de l’œuvre de rapprochement franco-allemand qu’il
43ropos de Giono, qu’ils adorent, et qu’ils jugent, non sans raison, plus proche des idéologies préhitlériennes que du socialisme
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
44oman, précisément ? Question que l’on dira naïve, non sans une inconsciente sagesse : c’est qu’on pressent qu’elle n’est pas san
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
45d’un problème dont nous avons souligné jusqu’ici, non sans une volontaire partialité, l’un des aspects seulement, et le plus con
46ents décisifs de l’action : a) il met en relief, non sans férocité, le caractère évidemment blasphématoire de l’épisode du Juge
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
47n réelle de la littérature courtoise, et raillait non sans désespoir les rêveries de ses contemporains, adonnés à une illusion d
48. 237] en moins mystérieux ; enfin Racine l’abat, non sans avoir reçu dans cette lutte avec l’ange mauvais la plus douloureuse b
49lle pouvait exprimer nos instincts naturels, mais non sans les dévier, tout insensiblement, vers quelque au-delà de plus en plus
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
50il demeura toujours fidèle. Et Sabatier remarque, non sans profondeur, que la charité franciscaine obtint sans faire couler le s
44 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
51nte de confondre l’homme et Dieu. Troxler esquive non sans adresse la difficulté et le choix : pour lui, le rêve est « tantôt un
52t en lui, et que peut-être lui fit la Vie même. » Non sans lucidité, Moritz a su dépeindre l’état de conscience qui naît de cet
45 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
53née. Il semblait que la chrétienté se regroupait, non sans résignation, autour du siège de Saint-Pierre raffermi dans sa Primaut
54ur tour utilisent cette image et la transforment (non sans supprimer la tiare papale) en une vision de la Trinité. Les historien
46 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
55 féconde carrière qu’il parvint à cette décision, non sans avoir mûrement pesé son acte et obtenu le consentement des siens. Nou
47 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
56de notre volonté d’autonomie. Elles nous forcent, non sans brutalité, à dire enfin ce qui naguère allait sans dire, à dire pourq
57 Hugo à laquelle je ne puis m’empêcher de penser, non sans malice, vous allez le voir, lorsque j’entends vanter avec intempéranc
58i-même ou aux autres, ceux-là penseront toujours, non sans raison, que la liberté risque de se confondre avec l’anarchie. Ils n’
48 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
59 s’expose parfois au reproche de prendre position non sans légèreté sur des problèmes infiniment complexes (tel le communisme, n
49 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
60 largement répandu en Europe, et qui s’intitulait non sans une curieuse présomption : « Nous sommes tous coupables. » Je veux di
61 sentiments religieux qu’elle dirige vers le vide non sans grandiloquence. Combien de milliers de réfugiés ont pleuré en passant
50 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
62 plus « couverts » par des actes, dont il espère, non sans raison, qu’elle [p. 208] achèvera mieux que les pires tyrannies d’ahu
51 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
63ions, donne à la thèse adverse toutes ses chances non sans ironie toutefois, et sait enfin conférer à son choix la force et la s
52 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
64nte de confondre l’homme et Dieu. Troxler esquive non sans adresse la difficulté et le choix : pour lui, le rêve est « tantôt un
65t en lui, et que peut-être lui fit la vie même. » Non sans lucidité, Moritz a su dépeindre l’état de conscience qui naît de cet
53 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
66 bye bye ! négligent… Je m’étais à peine habitué, non sans plaisir, à cette suppression générale de nos cérémonies, précautions
54 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
67vue. Et c’est elle qu’il avait tenté de prévenir, non sans succès, en particulier par sa politique de bon voisinage avec l’Améri
55 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
68ropice aux aveux. V. ex-cagoulard, ayant raconté, non sans verve, comment ses camarades et lui-même, avant la guerre, organisaie
56 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
69ici la limite des fameuses libertés américaines ; non sans angoisse. Point de bohème en Amérique. C’est la misère totale ou le n
57 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
70t d’une vieille maison de pierre brune, et quitté non sans soulagement mon hôtel. [p. 157] Un plancher bleu foncé, des murs bla
71 soir-là, je n’avais rien à dire, et me demandais non sans angoisse ce que l’on peut bien avoir à dire, en général, quand on se
58 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
72st-ce que Paris a été bombardé ? me demandent-ils non sans inquiétude. — Et New York donc ? Si vous y connaissez des chambres li
59 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
73 le pire à chaque instant. Tout cela, nous disent non sans raison les gouvernants, n’est que le résultat déplorable mais fatal d
60 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
74s sont des compromis, des accords minima, obtenus non sans peine et forcément trop généraux. Mais il y a plus. L’erreur commise
61 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
75dans un ordre d’urgence. Et soudain je me demande non sans angoisse : n’est-on pas en train de préparer, politiquement, la derni
62 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
76s y sont installés carrément, et ils l’exploitent non sans une sorte de bon sens pour que le plus grand nombre en tire le plus d
63 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
77st-ce que Paris a été bombardé ? me demandent-ils non sans inquiétude. — Et New York donc ? Si vous y connaissez des chambres li
64 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
78n persuader quand je m’aperçois, et cette fois-ci non sans terreur, que la femme du banquier, elle aussi, n’a presque pas touché
79déjeuner, Madame. —  Vous non plus… » Je poursuis non sans peine : « Si nous allions prendre quelque chose dans un restaurant ?
65 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
80ppé) dans la forme, si je puis dire, où il les a, non sans peine, énoncées. — Harry veut me tuer (Harry, c’est son manager)… Veu
66 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
81un bye bye négligent… Je m’étais à peine habitué, non sans plaisir, à cette suppression générale de nos cérémonies, précautions
67 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
82vue. Et c’est elle qu’il avait tenté de prévenir, non sans succès, en particulier par sa politique de bon voisinage avec l’Améri
68 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
83iot, André Breton, et l’existentialisme parisien, non sans sévérité, malgré tant de boissons dès qu’on se rencontre… L’atmosphèr
69 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
84politiques, qu’il lit à plat ventre sur le tapis, non sans poser force questions qui gâtent le plaisir du père. Sur quoi la peti
85s demandez. Sachez attendre longtemps la réponse, non sans chercher ailleurs tout ce qui peut se présenter. Restez cordial devan
86s y sont installés carrément, et ils l’exploitent non sans une sorte de bon sens pour que le plus grand nombre en tire le plus d
70 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
87prétentions divinisées, et à les taxer sobrement, non sans humour à l’occasion. J’ai souvent proposé cette petite parabole à mes
88vant l’apparence d’un calembour, mais qui formule non sans [p. 47] bonheur, je crois, l’attitude d’engagement et de solidarité q
89et effet principal de mettre en évidence, [p. 50] non sans éclat, l’existence d’un esprit européen, seule base sérieuse de la Fé
71 1948, Suite neuchâteloise. III
90le détail, qui tient deux pages. Coxe en conclut, non sans hésitation, que l’autorité législative semble résider « à la fois dan
72 1948, Suite neuchâteloise. IV
91 souvenirs, ces ascendances ? Rien, dit l’époque, non sans irritation. Une science assez récente, mais déjà démodée, pensa rédui
92De là sa modestie frappante, sa tolérance acquise non sans luttes, mais sa fermeté dans le conseil ; son accueil aux idées nouve
73 1948, Réforme, articles (1946–1980). Roger Breuil qui vient de mourir était un grand romancier protestant (13 mars 1948)
93la nôtre ; cet effacement de l’individu, avouant (non sans humour) bien des incertitudes, comme pour mieux renvoyer à ce qui les
74 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
94ur les cheveux et sur le front en triples traits, non sans l’avoir mêlée d’un colorant jaune d’or ou vermillon. ⁂ Quartier purem
75 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
95 les voyageurs du temps. Il y faisait ses Pâques, non sans ostentation, et ne se privait pas de haranguer le bon peuple à la sor
76 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
96t grand éducateur est parti en claquant la porte, non sans avoir déclaré vertement qu’il avait cessé de croire à ce qu’il dirige
77 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
97, réunie en cercle (Ring) sur une place publique, non sans un grand déploiement de cérémonies religieuses, de serments et de pro
78 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
98e drame, et il y a réussi, puisqu’il peut écrire, non sans amertume : « Elle a choisi le cri, j’ai gardé la douleur », tandis qu
79 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
99t grand éducateur est parti en claquant la porte, non sans avoir déclaré vertement qu’il avait cessé de croire à ce qu’il dirige
80 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
100 les voyageurs du temps. Il y faisait ses Pâques, non sans ostentation, et ne se privait pas de haranguer le bon peuple à la sor
81 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
101e jouer sans se mettre en prise ». Littré ajoute, non sans sévérité : « Cette position témoigne chez l’adversaire d’une si grand
82 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
102en, contre toute attente, c’est l’URSS qui gagne, non sans avoir reçu des coups très rudes, et alors l’Europe perd la face en [p
83 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
103e contraire. On juge ses vues « superficielles », non sans raison, car ce sont celles qu’on lui attribue. Mais on admet pourtant
84 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
104 contre ses propres inventions, et les assimiler, non sans dégâts sociaux, en restant à peu près elle-même dans l’ensemble. Mais
85 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
105et les impresarios qui ont repris cette fonction, non sans la modifier dans le sens commercial que l’on sait. Dès lors le mécéna
86 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
106ue et la Russie. De chacune d’elles on a pu dire, non sans raison, qu’elle était « en réalité » une description sociale, morale
107es années où Ulrich avait cherché sa voie seul et non sans insolence, le mot de sœur avait été chargé pour lui d’une nostalgie v
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
108aux yeux de la morale. Quelques-uns le proclament non sans solennité. Plusieurs autres l’ignorent, ou refuseraient de l’admettre
88 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — h. Pour une mythanalyse de la culture
109deçà du Bien et du Mal, sans lois ni dogmes, mais non sans symboles gouvernant notre vie émotive, la mythologie mène son jeu, — 
89 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
110ue et la Russie. De chacune d’elles on a pu dire, non sans raison, qu’elle était « en réalité » une description sociale, morale
111es années où Ulrich avait cherché sa voie seul et non sans insolence, le mot de sœur avait été chargé pour lui d’une nostalgie v
90 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
112t il croit y avoir réussi, puisqu’il peut écrire, non sans amertume : « Elle a choisi le cri, j’ai gardé la douleur », tandis qu
91 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
113eur et parfait de ce temps l’a découvert un jour, non sans stupeur : Il y a un autre monde, mais il est dans celui-là. 128
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
114sprit, et qui va l’arracher par la violence, mais non sans l’aide de Zeus lui-même. Le thème du songe où deux femmes se disputen
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.4. Cadmus ou la quête d’Europe
115ende de Japhet se recouperaient donc en ce point, non sans qu’il en résulte de nouvelles incertitudes et complexités, puisque Eu
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
116eu plus tard avec son habituelle courtoisie, mais non sans scepticisme. Il écrit à l’Abbé, en 1715 : [p. 120] J’ai fait enfin
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
117erniers États catholiques continuèrent à végéter, non sans se ressentir insensiblement de l’influence [p. 215] pernicieuse des É
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
118 son grand dessein, Leibniz tenter de l’inclure — non sans réserves — dans l’ensemble spirituel de l’Europe, William Penn l’acce
119e point de finir. Elle nous demandera notre aide, non sans quelque droit, elle l’exigera, nous ordonnant de la lui accorder ; el
120estion. Si Renan plus que Ranke croit au progrès, non sans se faire à son sujet quelques illusions rationalistes (ainsi dans L’A
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
121enne au xxe siècle, celle des Six, sera baptisée non sans quelques raisons « L’Europe Charlemagne ». 2° Le Germanisme, avec son
122 de la culture s’opposent, sur [p. 348] ce sujet, non sans violence, durant la période dite de l’entre-deux-guerres (1919-1939).
98 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
123t ainsi la nationalité polonaise », remarque-t-il non sans fierté. Pour la Pologne : succès et revers Enfin de retour à Londre
124 Sitôt de retour en Europe, Retinger reprend — et non sans succès semble-t-il — son action personnelle auprès des gouvernements
125 un médecin lui prescrivit un long voyage en mer. Non sans d’incroyables difficultés et intrigues ingénieuses, Retinger réussit
99 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
126enèse du phénomène Europe, le christianisme. Mais non sans nous poser cette question difficile que je vais laisser sans réponse 
100 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
127nt pour embêter de Gaulle, qui a pourtant présidé non sans grandeur à la liquidation d’un empire colonial ? Nous avons mieux à f