1 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
1rraient orienter nos recherches à cet égard : La non-violence de la victime, écrit l’auteur, agit comme le manque d’opposition phys
2 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
2er l’ordre du monde. De là, sans doute, l’idée de non-violence, forme de résistance la plus profonde à l’étrangeté néfaste de l’enne
3 1961, La Vie protestante, articles (1938–1978). Bilan simple (29 décembre 1961)
3’Inde a perdu la face, en tant que champion de la non-violence. À Cuba, les États-Unis ont perdu la face en tant que champions de la
4 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
4as de casser des œufs pour faire une omelette. La non-violence, pour moi, est le vrai processus de la création organique, dans notre
5 dans notre monde humain, social ou psychique. La non-violence est ouverture au monde et à l’autre, tandis que toute violence, en de
5 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
6casser des œufs pour faire une bonne omelette. La non-violence est le processus de la création organique, dans l’ordre humain tant s
7dans l’ordre humain tant social que psychique. La non-violence est l’ouverture au monde, à l’autre, tandis que toute violence, en de
8s’exerce en fin de compte à nos dépens. Certes la non-violence est exclusive de toute espèce de brutalité, mais non pas de certains
6 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
9es groupes ethniques, sur le non-alignement et la non-violence. 2. Vers une politique de l’environnement, une politique de l’équili