1 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
1uste. Nietzsche non plus. Qu’importe le nom qu’un observateur « impartial » voudra donner à ma justice combattante. p. 1 g.
2 1935, Esprit, articles (1932–1962). Roger Breuil, Les uns les autres (avril 1935)
2l les a vus tout autrement que ne l’eût fait un « observateur » : non dans leur pittoresque, mais dans leur vie intime, leurs relat
3 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
3statation de cet échec s’impose non seulement à l’observateur étranger que je suis, mais aux chefs des partis dictatoriaux eux-même
4 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
4mpartialité nécessaire du clerc, réduit au rôle d’observateur indépendant. Cette impartialité, je le répète, est la vertu de l’inte
5 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
5statation de cet échec s’impose non seulement à l’observateur étranger que je suis, mais aux chefs des partis dictatoriaux eux-même
6 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
6toutefois cette similitude, relevée par plusieurs observateurs : la révolution hitlérienne, de même que la révolution française, ne
7 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
7ons à surmonter. [p. 698] Quoi qu’en pensent des observateurs trop pressés ou intéressés, il existe une « génération » d’écrivains
8 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
8toutefois cette similitude, relevée par plusieurs observateurs : la révolution hitlérienne, de même que la révolution française, ne
9 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
9 curieusement négligé par la presque totalité des observateurs européens de l’Amérique. Ouvrez le New York Times : vous y trouverez,
10 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
10 se posait alors à l’inquiétude de quelques rares observateurs était la suivante : « Comment se peut-il que des individus deviennent
11 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
11es réactions locales, en prenant soin de situer l’observateur dans le temps, dans l’espace, et dans ses circonstances. (Encore ai-j
12 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
12ns les diverses dénominations, qui peut frapper l’observateur. Une promenade dans Manhattan commencera de nous en convaincre. Du
13 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
13aux images que pourrait se former du phénomène un observateur non-savant. Maintenant, ces phrases dans leur ensemble composent un d
14t. Il est très juste qu’elle paraisse absurde à l’observateur raisonnable. Le critique. Le propre d’une vision pareille, c’est qu’
14 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
15be sa tête va tomber mais ne tombe jamais. Pour l’observateur non prévenu, tout se passe comme si le désir de Tantale suffisait à r
15 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
16ns les diverses dénominations, qui peut frapper l’observateur. Une promenade dans Manhattan commencera de nous en convaincre.   On
17u curieusement négligé par presque. tous les bons observateurs européens de l’Amérique. Ouvrez le New York Times : vous y trouverez,
16 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
18 ou le premier abcès de fixation, se révèlent à l’observateur de l’Europe d’après-guerre. J’en mentionnerai quelques-uns rapidement
17 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
19née suivante, des États généraux de l’Europe. Les observateurs envoyés par le United Europe Committee déclarèrent que le président d
20es ici présents, ne sont encore, hélas, que des « observateurs ». Attendons : le Congrès commence à peine. L’Histoire seule dira le
18 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
21 a près de cent ans. Aujourd’hui, ce qui frappe l’observateur en Suisse, c’est la présence quasi universelle de l’industrie. Un cin
19 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
22résentants d’autres mouvements venus en qualité d’observateurs. Les envoyés du United Europe Committee nous informèrent que le prési
20 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
23qui vient de se passer nourrit l’espoir. L’un des observateurs américains qui assistait aux travaux de l’Assemblée, et qui a pu voir
21 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
24germaniques. Un des plus récents et des meilleurs observateurs des institutions suisses, M. André Siegfried, ayant assisté à la Land
25ue semble jusqu’ici couronnée de succès. Nombre d’observateurs étrangers ont été frappés par l’allure très particulière des débats a
22 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
26urrence avec les cotonnades anglaises : déjà, les observateurs étrangers s’étonnent du haut degré d’industrialisation de la Suisse.
23 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
27, au point d’y provoquer une crise aiguë, que les observateurs étrangers ne sont pas les seuls ni les premiers à détecter. Un nombre
24 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
28ent de spire mouvante qui en résulte à nos yeux d’observateurs distants. Ceci encore : tous les passés durent en chacune des phases
25 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
29la tolérance que j’ai dite, et qui effraye tant d’observateurs. Avant de nous effrayer à notre tour, essayons de bien voir ce qui se
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
30ient mobiles comme du vif argent : à en croire un observateur contemporain, ils aimaient tant la nouveauté qu’ils faisaient de leur
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
31 le « cimetière européen 263  », fut sans doute l’observateur le plus pessimiste de la fatalité nationaliste ; et c’est à lui que 1
28 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
32, au point d’y provoquer une crise aiguë, que les observateurs étrangers ne sont pas les seuls ni les premiers à détecter. Un nombre
29 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
33 autarcique. Vers la fin du siècle, tous les bons observateurs de cette évolution, Jacob Burckhardt, mais aussi Dostoïevski, Ernest
30 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
34administrent les rites… En fait, et aux yeux d’un observateur non prévenu, jugeant seulement sur ce qu’il nous voit faire, il sembl
31 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
35tions de la recherche ? En fait, et aux yeux d’un observateur non prévenu, jugeant seulement sur ce qu’il nous voit faire, il sembl
32 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
36 donnerai deux exemples typiques, empruntés à des observateurs étrangers, témoins directs et objectifs de l’état de choses qui règne
33 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
37aux étaient pour la plupart oligarchiques, et les observateurs étrangers qui venaient de s’enthousiasmer pour les légendes de Tell e
38 de la Suisse moderne parce [p. 90] qu’il fut bon observateur de l’Europe pendant l’entre-deux-guerres : Les cantons, incapables d
34 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
39té chez les peuples germaniques. Un des meilleurs observateurs des institutions suisses, André Siegfried, ayant assisté à la Landsge
40grands journaux de la Suisse alémanique. Nombre d’observateurs étrangers ont été frappés par l’allure très particulière des débats a
35 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
41ir ? Quand cette question se trouve posée par des observateurs étrangers, elle irrite sourdement les Suisses — contre ceux qui la po
36 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
42u à la simple et naïve complaisance, qui frappe l’observateur de ce pays. Quand un homme d’État français dit d’une œuvre, d’un prod
37 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
43e. Mais tandis que l’UEF imaginait tout cela, les observateurs des mouvements européens non fédéralistes, présents à Montreux, pensa
44ves ici présents ne sont encore, hélas ! que des “observateurs”. « Attendons : le congrès commence à peine. L’histoire seule dira
38 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
45 monde » ? Ce qui semble effrayer beaucoup de ces observateurs, c’est l’idée que s’il devait en aller ainsi demain, les Églises et l
39 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
46résentants d’autres mouvements venus en qualité d’observateurs. Les envoyés du United Europe Committee nous informèrent que le prési
40 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
47re les directions de la recherche ? Aux yeux d’un observateur non prévenu, jugeant sur ce qu’il nous voit faire, il semblerait que
41 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
48qu’une étourderie aux yeux de l’historien et de l’observateur des cultures, mais c’est un dernier refuge pour les nationalistes. Or
49, au point d’y provoquer une crise aiguë, que les observateurs étrangers ne sont pas les seuls ni les premiers à détecter. Un nombre
42 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Le testament de Tristan (14-15 novembre 1970)
50e lier son sort. Un suicide politique, dirent les observateurs. Mais ici le personnage prend ses vraies dimensions qui sont celles d
43 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
51s limitées à des quarts d’heures symboliques. Les observateurs non alsaciens relèvent d’ailleurs tous que les Alsaciens ont commencé
44 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Denis de Rougemont, l’amour et l’Europe » (3-4 mars 1973)
52ette observation fût « dépassée ». Mais le Nouvel Observateur, qui la cite, ajoute : « Trente-cinq ans plus tard, il y a sûrement u
45 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
53cipants actifs (qu’entourent quelques centaines d’observateurs, experts, futurologues et journalistes du monde entier) 30 délégués s
46 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
54r et de calculer des phénomènes indépendants de l’observateur, comme une collision sidérale, mais de déterminer les conditions de t
47 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
55r et de calculer des phénomènes indépendants de l’observateur, comme une collision sidérale, mais de déterminer les conditions de t
48 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
56osait alors [p. 189] à l’inquiétude de trop rares observateurs était la suivante : — Comment se peut-il que des individus « normaux 
49 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
57de l’énergie. Tout ou presque semble indiquer à l’observateur objectif que rien ne se fera, ni ne convaincra ni ne s’imposera au xx
50 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
58de l’énergie. Tout ou presque semble indiquer à l’observateur objectif que rien ne se fera, ni ne convaincra, ni ne s’imposera au x
51 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
59ui les habitants de la péninsule Europe. Tous les observateurs lucides de l’époque l’ont senti. Tous nous répètent qu’il s’agit déso
52 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
60que la crise du Mouvement européen. Aux yeux d’un observateur extérieur, ce qui manque le plus à l’Europe actuelle, ce sont de vrai
53 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
61, 800 délégués des pays de l’Europe de l’Ouest et observateurs des pays frères de l’Est. Parmi eux siégeaient 16 anciens présidents
62 consultative du Conseil de l’Europe, puis treize observateurs des pays non membres de la CECA. Ainsi se trouva constituée l’Assembl