1 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
1st sale à cause de la fonte de la neige (une boue ocre, épaisse, on envie les bottes que portent les femmes), encombrée de p
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
2anube contourne, la basilique élève une coupole d’ocre éclatante, immense et froide, dominant cette plaine onduleuse dont le
3 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
3anube contourne, la Basilique élève une coupole d’ocre éclatante, immense et froide, dominant cette plaine onduleuse dont le
4 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
4nostalgie. Le soir vient dans un luxe américain d’ocres, de roses, d’argents et d’éclats d’or sur les fenêtres des usines. De
5 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
5nostalgie. Le soir vient dans un luxe américain d’ocres, de roses, d’argents et d’éclats d’or sur les fenêtres des usines. De
6 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
6nostalgie. Le soir vient dans un luxe américain d’ocres, de roses, d’argents et d’éclats d’or sur les fenêtres des usines. De
7 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
7ais synthétiquement occidentale, tout éclatante d’ocres, de briques vernies, de blancs bleutés et de luxueux reflets aux vitr
8 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
8ne place de bourg aux maisons peintes en rouge et ocre, hérissées d’enseignes baroques. Les façades blanches de l’Engadine.
9 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
9ffiti aux larges traits gris et noirs, ou soudain ocre rouge, qui décorent les demeures grisonnes ; ces grands chalets de bo
10 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
10ne place de bourg aux maisons peintes en rouge et ocre, hérissées d’enseignes baroques. Les façades blanches de [p. 308] l’E