1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
1e n’attends rien de rien. » Riez-en donc, pantins officiels, et vous repus, et vous, dubitatives barbes. Je viens d’entendre la v
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
2tradiction sur toute la ligne avec l’enseignement officiel. Les promoteurs de ces mouvements tentent la gageure de réformer l’éc
3 sont pour me plaire ; un grignotement du système officiel qui pourrait bien un jour l’atteindre au cœur, et je vois tout ce que
4truction publique, qu’ils trahissent leur mission officielle. Ils éduquent de futurs anarchistes  8 , bravo ! Mais ce qu’on leur a
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
5 thèse. Elle est glorifiée dans tous les banquets officiels par des orateurs émus et il y aurait une insigne hypocrisie à feindre
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
6 israélite. Il y a, bien entendu, une littérature officielle destinée à remplir les revues bien pensantes. Elle traite de sujets «
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
7alisme scientifique de M. Brunschvicg, philosophe officiel des lumières. De quelles prises, en effet, dispose cet idéalisme ? se
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
8Le Moment et les Attaques contre le christianisme officiel ne peuvent être comparés qu’aux Provinciales. Kierkegaard est le Pasc
9 [p. 352] et les Attaques contre le christianisme officiel furent l’acte de Kierkegaard. Après cet acte, il mourut. Comme Hamlet
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
10chappant d’un programme admirable, nourrissant et officiel, il a bien fallu que je recherche le chemin du Rozsadomb. « Vous n’y
11 israélite. Il y a, bien entendu, une littérature officielle destinée à remplir les revues bien pensantes. Elle traite de sujets «
8 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
12r, c’est la philosophie avec grand P, la doctrine officielle de la Sorbonne, cette pensée fabriquée [p. 481] par des bourgeois, po
9 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
13ette absurdité essentielle, cette mortelle, cette officielle dissociation de la pensée et de l’action apparaît particulièrement fl
10 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
14s du Second Faust peut aussi faire figure de sage officiel parmi les philistins. Le somnambule est désormais protégé par une cot
11 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
15endus croyants, l’élément le plus voyant, le plus officiel et le plus puissant de la chrétienté, — il n’est pas le christianisme
16appel aux églises en tant que corps constitués et officiels 1 . Non, en présence du scandale de la chrétienté embourgeoisée, patr
12 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
17s’assure à moins de frais. Sinistre farce. Morale officielle de la Troisième République, de l’Amérique et des Soviets. Nous croyon
13 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
18, sur demande, des précisions et les numéros de l’Officiel. D’ailleurs ce serait un jeu d’allonger la liste et de montrer — sans
14 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
19ans notre siècle un monstrueux complexe de bêtise officielle, et qui n’a plus de cesse qu’il n’ait été loué par ses plus conscient
15 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
20endus croyants, l’élément le plus voyant, le plus officiel et le plus puissant de la chrétienté, — il n’est pas le christianisme
21 [p. 102] Églises en tant que corps constitués et officiels 24 . Non, en présence du scandale de la chrétienté embourgeoisée, pat
16 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
22ne par la brutalité — sinon toutefois au mensonge officiel. Et quand l’État tiendrait la vérité, il en fait un mensonge dès qu’i
23que suppose, que favorise tout au moins, un culte officiel des héros ? — Le héros vrai n’imite personne. Il n’est conforme qu’à
17 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
24une morale qui impose un certain nombre de vertus officielles, et qui prenne pour modèle le Citoyen-Respectable ou le Travailleur e
18 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
25s’assure à moins de frais. Sinistre farce. Morale officielle de la Troisième République, de l’Amérique et des Soviets. Nous croyon
19 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
26ront, avec une extrême violence, le christianisme officiel et les évêques qui avaient loué [p. 603] ses premières œuvres, il se
27ssion, ce fut son attaque contre le christianisme officiel, au nom du Christ de l’Évangile. Il avait terminé les études de théol
20 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
28une morale qui impose un certain nombre de vertus officielles, et qui prenne pour modèle le Citoyen-Respectable ou le Travailleur e
21 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
29 là, n’est-ce pas, ce qu’on veut à Commune, revue officielle du PC. Il veut que le langage s’assouplisse au point de pouvoir intég
22 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
30rès efficace dans la pratique, car l’enseignement officiel de la Troisième République a su répandre une doctrine de l’esprit tou
31’elles croient le savoir. C’est que la caricature officielle, scolaire, académique, parlementaire, encombre tout l’horizon populai
32euses. Il est donc irréalisable sous un patronage officiel. Exposer les dernières inventions mécaniques, ouvrir une bibliothèque
23 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
33es, Académies, Éducation nationale, Encyclopédies officielles, Instituts de propagande, revues d’un certain monde ou même de deux,
34ne civilisation ; non point toujours son principe officiel, mais son principe effectivement puissant, et honoré de sacrifices qu
24 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
35its sacrés de la conscience. Telle étant la pâtée officielle, le point de vue de l’Ordre nouveau nous oblige à poser les deux ques
25 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
36en Allemagne de son ascendance juive.) La culture officielle aura pour premier objectif de développer exclusivement les qualités s
37ions » qui traduiront souvent en termes de morale officielle l’incompréhension artistique des membres du Parti, ou certaines rancu
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
38istique à cet égard. Chaque progrès de la culture officielle s’y traduit par un recul de la culture proprement [p. 118] dite : aus
27 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
39uments de travail, d’usages sociaux, de contrôles officiels (examens, diplômes et titres) qu’on ne saurait définir aisément parce
40abiles tolérances. À voir certaines complaisances officielles, on croirait en effet que plusieurs de nos clercs, fort bourgeois par
28 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
41e n’est pas un télégramme, c’est une notification officielle d’avoir à verser sans délai la somme de 67 fr. 25 restant due sur l’e
29 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
42ctobre 1936. C’est donc un manifeste, et un texte officiel. Il convient d’en parler avec sérieux. Tout d’abord quelques citation
30 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
43t de l’Académie française. Ces deux illustrations officielles exercent leur sagacité sur l’œuvre d’un illuminé que toutes les acadé
31 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
44s voici que quatre ans plus tard, le porte-parole officiel du parti communiste français publie une sorte de discours-programme i
32 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
45e n’est pas un télégramme, c’est une notification officielle d’avoir à verser sans délai la somme de francs 67,25, restant due sur
33 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
46pris l’habitude du geste par lequel tout discours officiel doit réglementairement se terminer. 6 novembre 1935 Les premiers jo
34 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
47pinion personnelle qu’il expose, mais la position officielle du Parti et du Führer. » À la suite de ce discours, l’étudiant et deu
35 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
48t partisane de l’histoire : c’est la version très officielle des historiens fascistes eux-mêmes. Une seule fois, nous apprennent-i
49ion entre civils et militaires, selon la doctrine officielle dite de la nation armée. Mussolini l’a très bien dit : « La disciplin
50. Il faut savoir la deviner sous les rodomontades officielles et sous les vantardises effrénées de la propagande totalitaire. Tout
36 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
51ge de visites en haut de forme et « déclaration » officielle, est aussi démodée que les crinolines. Et la majorité des couples n’é
37 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
52une collectivité délirante. Sur la foi d’affiches officielles promettant aux internés une libération rapide, Kuncz écrit à des pers
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
53te et diffuse. Profanées et reniées par nos codes officiels, elles sont devenues d’autant plus contraignantes qu’elles n’ont plus
54 chérissons ce malheur, cependant que nos morales officielles et notre raison les condamnent. L’obscurité du mythe nous met donc en
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
55ù elles se virent condamnées par le christianisme officiel. Et c’est ainsi que l’amour-passion, forme terrestre du culte de l’Ér
56 l’amour embellit son objet », et que la beauté « officielle » n’est pas un gage d’être aimé. Mais le platonisme dégénéré, qui nou
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
57ulations civiles. En dépit des efforts du lyrisme officiel, d’une certaine littérature et de l’imagerie populaire, le retour du
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
58ge de visites en haut-de-forme et « déclaration » officielle, est aussi démodée que le corset. Et la majorité des couples n’éprouv
42 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
59oins rassurantes que les discours patriotiques et officiels ? Figurez-vous que vous êtes, en cet instant, devant un poste de radi
43 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
60 nous affirmer que cette « éternité » est la base officielle de notre politique. Dans ce cas, notre politique reposerait sur une f
44 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
61 gouvernants, des hommes d’affaires, des penseurs officiels et des bourgeois moyens, a refusé pendant cent ans d’envisager ? Pour
45 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Erreurs sur l’Allemagne (1er mai 1940)
62e pacte hitléro-stalinien la présentait en termes officiels. 3. M. Maurice Muret, dans la Gazette du 27 avril a fort bien réfuté
46 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
63 par le New Deal, et il vient de recevoir l’appui officiel de John C. Lewis, chef de la fraction syndicaliste la plus « rouge »
47 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
64ant que l’équivoque flatteuse, le ronron du style officiel, le gâtisme des fins de banquet ; et quand nous sommes abêtis de disc
65es grands orateurs, les remplacer par des disques officiels ; ils pourront brûler tous les livres ; ils pourront fusiller les pro
48 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
66s du Second Faust peut aussi faire figure de sage officiel parmi les philistins. Le somnambule est désormais protégé par une cot
49 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
67ront, avec une extrême violence, le christianisme officiel et les évêques qui avaient loué ses premières œuvres, il se vit aband
68ssion, ce fut son attaque contre le christianisme officiel, au nom du Christ de l’Évangile. Il avait terminé ses études de théol
69 différence ? « L’apôtre Paul avait-il un emploi officiel ? — Non, Paul n’avait pas un emploi officiel. — Avait-il une autre ma
70ploi officiel ? — Non, Paul n’avait pas un emploi officiel. — Avait-il une autre manière de gagner beaucoup d’argent ? — Non, il
71définition du sérieux absolu. « Le christianisme officiel ne ressemble pas davantage au christianisme du Nouveau Testament que
50 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Les résultats de la guerre (21 décembre 1945)
72s du nom se réclament aujourd’hui par les bouches officielles. Cette idée, c’est l’unité des peuples de la planète, c’est le rêve d
51 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
73siècle, par exemple, pouvait croire aux doctrines officielles de sa confession et en même temps admirer Wagner, Whitman, ou Renoir,
52 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
74qu’un prolétaire ! » ⁂ [p. 60] La clé du langage officiel hitlérien est des plus simples. Il suffit de changer chaque terme en
75ient-ils ? ⁂ Quand j’entends certains personnages officiels appeler l’esprit à la rescousse pour « barrer la route au fascisme »,
53 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
76 recule devant l’arme capitale… Pas un seul appel officiel 14 n’a fait naître une seule grande et violente espérance, un seul d
54 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
77 Lord Cecil… Un tiers de salle, un ton d’obsèques officielles mais sans tristesse. Ce fut une glorieuse journée, comme disent les A
78ovisais à part moi le discours que nul, parmi les officiels, ne se risquait à prononcer : « Messieurs, nous voici réunis pour cél
55 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
79s-y, et imaginons ! Voici la base scientifique et officielle de quelques idées folles que je conçois. La bombe d’Hiroshima, transp
56 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
80s du nom se réclament aujourd’hui par les bouches officielles. Cette idée, c’est l’unité des peuples de la planète, c’est le rêve d
57 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
81al des Nations Unies, comme elles restent l’idéal officiel de la paix. Mais j’ai remarqué qu’assez [p. 73] peu de personnes sont
82le se voit partout mise en échec par des censures officielles ou commerciales, la misère règne, la police règne, et les vainqueurs
58 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
83sage du dialecte cantonal, en haine de l’allemand officiel ; et la méfiance glaciale que je m’attirais en parlant le hochdeutsch
59 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
84 lord Cecil… Un tiers de salle, un ton d’obsèques officielles mais sans tristesse. Ce fut une glorieuse journée, comme disent les A
85rovisai à part moi le discours que nul, parmi les officiels, ne se risquait à prononcer : « Messieurs, nous voici réunis pour cél
60 1946, Combat, articles (1946–1950). Bikini bluff (2 juillet 1946)
86es point été sans effet. Ce qu’on sait, de source officielle, c’est que l’amiral Blandy se déclare satisfait. « L’expérience, décl
87à fait aussi bien, comme le révèlent les rapports officiels publiés la semaine dernière. Les habitants de Londres, de New York, d
61 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Deux presses, deux méthodes : l’Américain expose, le Français explique (4 avril 1946)
88at et de l’union syndicale, dont les déclarations officielles seront citées in extenso. Pas de polémique contre un autre journal
62 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
89at et de l’union syndicale, dont les déclarations officielles seront citées in extenso. Ainsi la controverse réelle est exposée, pi
90, le premier parce qu’il est devenu un personnage officiel, le second parce qu’il fait de grosses ventes, et des ponts d’or à Ho
91t de jeunes femmes nommées editors, dont la tâche officielle est de récrire les manuscrits ; personne n’échappe à leur sollicitude
92s et marquant la mesure. Puis vient le groupe des officiels et des bannières, indiquant le but et le sens du cortège. Puis la fou
63 1947, Le Figaro, articles (1939–1953). Le droit d’opposition (3 avril 1947)
93qu’à hurler avec les loups, à réciter les slogans officiels, elle est vide. La libération de la misère. Je pense qu’elle s’est ra
64 1947, Carrefour, articles (1945–1947). La France est assez grande pour n’être pas ingrate (26 novembre 1947)
94gard des États-Unis. Je ne parle pas des discours officiels, mais des conversations et de beaucoup d’articles, de jugements que n
65 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
95 Londres, dernièrement, contre la participation « officielle » de ses membres aux États généraux de La Haye. Mais le fait est que
96ont jamais demandé, à aucun parti, une délégation officielle. Et le fait est que malgré le refus des socialistes [p. 121] de donne
66 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
97ster, essayera de dépasser le plan des absurdités officielles. Parmi les mesures que défendent la plupart des fédéralistes, signalo
67 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
98n question les valeurs régnantes et les activités officielles, se voit niée, punie, qualifiée d’immorale. Mais d’autre part, dans n
99plus aujourd’hui qu’un appendice aux déclarations officielles, un ornement peut-être vain, un luxe des classes possédantes, ou un e
100ie de l’appareil étatique, et des copies de l’art officiel de nos grands-pères. Caricatures évidemment ; mais ce n’est point par
101onseil de l’Europe vient d’accorder son patronage officiel. M. Winston Churchill a proposé, devant l’Assemblée de Strasbourg, la
68 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
102de soviétique se doit de rejeter avec une horreur officielle l’idée non scientifique, bourgeoise et individualiste de l’amour roma
69 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
103dation, un comité, une organisation plus ou moins officielle ou privée.) Ceci dans une Europe qui proclame sans relâche sa méfianc
70 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Présentation du Centre européen de la culture (mars 1952)
104s plus directs, sans attendre l’avis des pouvoirs officiels qui s’occupent normalement d’autre chose. Le Centre veut grouper ceu
71 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
105res, ceux qui, en un mot, ont l’âme naturellement officielle. Si l’on veut que les échanges redeviennent ce qu’ils ont toujours ét
106hilosophie, naquirent sans le secours des experts officiels. Mais l’État est intervenu, des frontières ont été posées, et la cult
72 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
107dation, un comité, une organisation plus ou moins officielle ou privée.) Ceci dans une Europe qui proclame sans relâche sa méfianc
73 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
108treprises que nous sentons dans certains milieux, officiels ou privés, politiques ou même « européens » d’étiquette. Parfois, nou
74 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
109ons, au cours des siècles suivants, puis l’entrée officielle des cités romandes et du Tessin (de langue italienne) portèrent le no
75 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
110ette Constitution mérite non seulement l’épithète officielle de « fédérale » mais encore celle de « fédéraliste », et cela pour un
111n sans apprêts. L’usage courant des trois langues officielles contribue sans nul doute à ralentir les réactions et réflexes verbaux
76 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
112ratique, dans lequel, par définition, l’idéologie officielle ne pourrait jouer de rôle notable. Quelques-uns des plus grands mathé
77 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
113ionnelles d’agitation. Cet apaisement, cette paix officielle, traduisent-ils une compréhension mutuelle plus profonde ? On peut en
114 si la religion n’est présentée dans les discours officiels que sous l’espèce de clichés que l’on ressort pour les grandes occasi
115ar la publication et la lecture de « mandements » officiels, généralement rédigés par les églises. Elle est devenue prétexte à de
78 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
116grand ensemble auquel il appartient par la langue officielle et la tradition littéraire. Alémaniques et Romands descendent respect
117 ils possèdent au moins un par canton, l’allemand officiel (Hochdeutsch ou Schriftdeutsch) étant réservé aux journaux, à la litt
118 non pas seulement de la littérature ou des actes officiels, et les expressions locales, héritées d’anciens patois, ne [p. 166] s
119dialecte semblable à celui du Milanais. La langue officielle est l’italien, qui n’est pas seulement utilisé par 146 000 Tessinois,
79 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
120rsqu’en 1854 il attaqua de front le christianisme officiel et les évêques, qui avaient loué ses premières œuvres, il se vit aban
121lifié ». Il y a donc usurpation. Le christianisme officiel, de nos jours, joue de la sorte, aux yeux de Kierkegaard, le même rôl
122uvait passer pour un cliché dans un discours très officiel. L’évêque Mynster, primat de l’Église danoise, venait de mourir. Et l
80 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
123rable effectué sur votre demande par les délégués officiels des Parlements de vos pays. Le refuser comme base de travail équivaud
81 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
124e qu’opéra le christianisme dès son établissement officiel dans l’Empire a créé pour l’Europe un précédent qui ne cesse de hante
82 1955, Journal de Genève, articles (1926–1982). Pour un désarmement moral (19 juillet 1955)
125llet 1955) t Comment ne pas voir que les thèses officielles, présentées par les Russes avant Genève, sont en opposition fondament
126t qu’il en organise, en place publique, la visite officielle et gratuite, l’arme secrète des Achéens devient un pavillon d’exposit
83 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
127l’Occident, ou enfin entre l’URSS et des délégués officiels de telle ou telle nation isolée ne serait pas un dialogue sur pied d’
128nseurs seraient « représentatifs » d’une doctrine officielle d’ailleurs inexistante — moins ils représenteraient l’Europe réelle.)
84 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi nous persévérons (décembre 1955)
129 pas donné les suites espérées à leurs ouvertures officielles de l’été dernier. 3. Le désir d’engager le dialogue, ou simplement de
130qui leur manquent encore. Pour les propagandistes officiels du type Ehrenbourg, les échanges ne sont qu’une occasion de présenter
85 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
131faire des Égyptiens eux-mêmes », déclare l’organe officiel du PC. (Entendons qu’il dépend du seul Nasser, dans la mesure où Mosc
86 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
132e qu’opéra le christianisme dès son établissement officiel dans l’Empire a créé pour l’Europe un précédent qui ne cesse de hante
87 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
133nd on sait cela, il devient clair que l’existence officielle d’une représentation du PCF au Parlement traduit une tolérance parado
88 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
134rle le français de l’Île-de-France, devenu langue officielle de l’État depuis 1539 seulement, par un décret de François 1er ; mais
135tés, composés d’organisateurs, de financiers et d’officiels, donneraient ou refuseraient les moyens nécessaires, — ces moyens qu’
136, tandis que d’autres instances gouvernementales, officielles, ou privées (fondations par exemple) auraient pour fonction de financ
137pondants et des moyens de les couvrir — privés et officiels — existants ou à trouver. Ce serait en quelque sorte un budget de l’a
89 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (I) (août 1958)
138i dresse contre elle le monde entier. La doctrine officielle d’Alger est la cause même des troubles qu’elle prétend arrêter. Je n’
90 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
139lair que les États, les organisations européennes officielles et le secteur privé ne pourront fournir l’aide requise que s’ils disp
91 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
140c divers organismes d’éducation, syndicalistes ou officiels. D’autre part, des négociations se poursuivent pour une action dans l
92 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
141 Le matérialisme dialectique, ou diamat, doctrine officielle de l’URSS, de la Chine, et de leurs satellites, règne sur un tiers au
93 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
142 mieux avertis des pièges tendus par la politique officielle de nos États que la moyenne des adhérents de bonne volonté des autres
94 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
143te le glorieux confrère en le couvrant d’insultes officielles. Dans le concert mondial qui s’ensuit, hommages en Occident, outrages
95 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Editeuropa (septembre 1959)
144oblème particulier des organismes européens, tant officiels que privés : les travaux de leurs experts, de leurs boursiers, de leu
96 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
145lair que les États, les organisations européennes officielles et le secteur privé ne pourront fournir l’aide requise que s’ils disp
97 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
146a métaphore elle-même est ridiculisée). La morale officielle, indiscutée, a statué que la raison domine le cœur, et elle ne s’inqu
98 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
147s de bien voir ce qui se passe quand les censures officielles périclitent. Est-il vrai, comme on nous le répète, que « la sensualit
99 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
148te le glorieux confrère en le couvrant d’insultes officielles. Dans le concert mondial qui s’ensuit, hommages en Occident, outrages
100 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
149rsqu’en 1854 il attaqua de front le christianisme officiel et les évêques, qui avaient loué ses premières œuvres, il se vit aban
150lifié ». Il y a donc usurpation. Le christianisme officiel, de nos jours, joue de la sorte, aux yeux de Kierkegaard, le même rôl
151uvait passer pour un cliché dans un discours très officiel. L’évêque Mynster, primat de l’Église danoise, venait de mourir. Et l