1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1 enfin ceux qui refondent et combinent toutes ces opinions ; et ceux qui avouent n’en point avoir, sincérité trop rare… Presque
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
2alors que la bienséance l’obligeait à émettre une opinion, même la plus générale et la moins compromettante, sur cette vie dont
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
3 c’est faire la part du feu. Je dis ces noms, ces opinions, ces titres de livres : tout cela jaillit, s’entrechoque, s’annule. P
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
4une certaine mesure un anarchiste s’il défend son opinion de toutes ses forces. Mais c’est un anarchiste de la mauvaise espèce,
5uste d’abord. Simplement. Ensuite, soutenir cette opinion : les effets suivront infailliblement. Par exemple, je vous demande u
6répondent oui, cela finira par créer un courant d’opinion. Et l’opinion publique mène le monde, paraît-il. À ce propos : que le
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
7politique comme ailleurs. Songez à ce qui forme l’opinion, cet ensemble de mythes sentimentaux qui gouverne les arguments. Ici
6 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
8politique comme ailleurs. Songez à ce qui forme l’opinion, cet ensemble de mythes sentimentaux qui gouverne les arguments. Song
7 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
9regard de cette seule classe qui ne doit rien à l’opinion.   Non, je ne peux rien voir dans la « féodalité » de ces junkers, qu
8 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
10etc. », ni l’effort de signer quelques appels à l’Opinion publique, n’engagent à rien, personnellement. Il se peut que cela tra
9 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
11aites ces « nécessités historiques » qui, selon l’opinion de nos maîtres, dicteraient à l’homme ses destins. Ils constatent que
10 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
12 toutes les conférences, dans tous les journaux d’opinion, dans tous les manifestes de partis ou de ligues, une expression revi
13u’a lieu le choix, et non pas dans la rue, dans l’opinion, dans les lois de l’évolution. Le lieu de toute décision qui crée, c’
11 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
14cela ne signifie pas que cet individu partage les opinions d’Hitler ou de Mussolini, mais simplement qu’il est d’un autre avis q
15froidement la nature réelle du danger. Cet élan d’opinion populaire, guidé par quelques professeurs, peut retarder la formation
12 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
16iquement le niveau de l’égalité idéale revint à l’Opinion Publique, c’est-à-dire à la Presse (payée par l’État, les banques et
13 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
17ment ? Qui donc oserait encourir la disgrâce de l’Opinion, comme Fénelon [p. 171] avait encouru celle du roi ? Qui donc oserait
18prenons-nous qu’il conforme sa vie à ses récentes opinions ? Allons, ils ne sont pas sérieux. Un chrétien a le droit de faire ce
14 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
19mmes efforcés, écrit Calvin, de ne pas mettre nos opinions personnelles à la place de l’exposition simple et fidèle de la pure P
15 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
20 toutes les conférences, dans tous les journaux d’opinion, dans tous les manifestes de partis ou de ligues, une expression revi
16 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
21 croit les écrits les plus dignes de formuler son opinion, et qui sont pleins d’amères protestations contre le règne de la mass
22ra en public de l’interdire d’accès au temple ; l’opinion unanime accablera son fol orgueil : n’a-t-il pas écrit que la presse
23i définit le destin de l’esprit parmi nous ? Si l’Opinion Publique a tué Kierkegaard, elle n’a pas eu de prise sur les sarcasme
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
24u’impose ce livre, et l’on admettra bien, quelque opinion qu’on ait sur le point de vue strictement « allemand » de l’auteur, q
18 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
25iquement le niveau de l’égalité idéale revint à l’Opinion Publique, c’est-à-dire à la Presse (payée par l’État, les banques et
19 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
26du Capital. Le bourgeois croit aux fatalités de l’Opinion Publique. Le communiste croit aux fatalités de l’Histoire. Et tous cr
27u’a lieu le choix, et non pas dans la rue, dans l’opinion, ni dans l’Histoire. Le lieu de toute décision qui crée, c’est la per
20 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
28repris dans le respect de toutes les diversités d’opinions, de mœurs, de traditions régionales. Il ne s’agit pas d’uniformiser,
21 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
29u’impose ce livre, et l’on admettra bien, quelque opinion qu’on ait sur le point de vue raciste de l’auteur, qu’il est peu de p
22 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
30 sur ces deux faits une constatation évidente : l’opinion de l’élite ni celle du grand public n’opposent la moindre réaction à
23 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
31e, en se basant uniquement sur cette lutte. Cette opinion est radicalement fausse. » — Il ne faut pas « aller aux ouvriers ». I
24 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
32 trois factions : — la faction catholique, dont l’opinion est clairement exprimée par les Assemblées du clergé réclamant à gran
25 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
33on essaye d’y réfléchir, au lieu de ressasser des opinions toutes faites prises à droite et à gauche dans des journaux dont l’él
34me à un degré que le simple lecteur de journaux d’opinion, peu initié aux parlottes parisiennes, aux complots de salons, de bur
35u’il faut attribuer l’évolution d’une partie de l’opinion, ou de certains groupes, vers des idées qui se rapprochent de plus en
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
36e je leur impute, n’est pas d’avoir mal conduit l’opinion, mais d’avoir refusé de la conduire, et cela sous l’éternel prétexte
37i fiscale ou militaire dont le projet surexcite l’opinion ; qu’il dise au financier : « Entre nous, cher monsieur, tout cela n’
38ans : « vaine querelle de défense nationale » — l’opinion unanime l’accusera de démence, ou au contraire d’intelligence avec l’
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
39 débattent dans l’opportunisme, ballottés entre l’opinion, qui traduit l’ignorance commune, et quelques principes sacro-saints
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
40nom d’une vérité plus haute, et qui n’est pas une opinion de partisan, de politique. Mais cela n’empêche pas que le génie d’Hit
41Je voudrais esquisser ici, sans tenir compte de l’opinion que je puis avoir sur la valeur ou le bon droit relatif des deux régi
42on de durer. Une dictature ne peut durer contre l’opinion libre et anarchique. Elle ne peut tolérer d’opposition. Or on ne se d
29 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
43t question que du « désarroi général ». Liberté d’opinion, c’est pratiquement liberté de se plaindre, mais de se plaindre sans
44eur opinion publique est dictée par l’État ; et l’opinion privée, bon gré mal gré, se rapporte à ces seuls décrets. Partout des
30 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
45t pour notre perte à tous. Or, ces gens forment l’opinion, sans aucun doute, et ils le savent. Toute l’opinion du monde en est
46nion, sans aucun doute, et ils le savent. Toute l’opinion du monde en est à peu près là, que la pensée ne peut venir qu’à la re
47s les mesures, et le correctif nécessaire à toute opinion personnelle. Lorsqu’un clerc enfin louera le sérieux d’un ouvrage, no
48eurs, à leurs élèves et à tous ceux qui forment l’opinion, dicte ses lois au créateur et stérilise la recherche hérétique : c’e
31 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
49t question que du « désarroi général ». Liberté d’opinion, c’est pratiquement liberté de se plaindre, mais de se plaindre sans
50Leur opinion publique est dictée par l’État, et l’opinion privée, bon gré mal gré, se rapporte à ces seuls décrets. Partout des
32 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
51gré de sérieux qu’on leur accorde en fait, mais l’opinion commune qu’elles sont censées enregistrer. Cette opinion commune, je
52 commune qu’elles sont censées enregistrer. Cette opinion commune, je suis certain de la traduire sans la fausser quand je dis
53 du monde l’antithèse lorsque j’affirme que cette opinion commune est un négatif absolu des positions fondamentales de la Réfor
33 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
54u tout souhaitable, il vaudrait mieux réveiller l’opinion) rien ne permet de penser que les choses n’iront pas au pire : d’ici
34 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
55ullement en une concurrence libre de groupes ou d’opinions : un seul parti présentait des candidats, et le seul ministre de l’In
56 de plébiscite. Il ne s’agissait pas de doser les opinions, mais au contraire d’obtenir l’unanimité de la nation sur une questio
57émagogique incomparable. « Avant d’en appeler à l’opinion, dit-il, il faut que cette opinion existe. Or comment voulez-vous vou
58en appeler à l’opinion, dit-il, il faut que cette opinion existe. Or comment voulez-vous vous faire une opinion quand il y a 46
59ion existe. Or comment voulez-vous vous faire une opinion quand il y a 46 partis qui sollicitent vos suffrages ? C’est difficil
60. 23] vraie démocratie n’est possible que là où l’opinion a été formée et disciplinée par un seul parti dirigé par un seul homm
61cratie » et gouvernement d’un seul appuyé sur une opinion qu’il s’est créée favorable par les moyens que l’on sait. Mais il est
35 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
62itions locales et la « liberté » anarchique des « opinions », c’est-à-dire des groupements d’intérêts. Tandis que dans les dicta
63enir du premier coup totalitaire. L’économie et l’opinion totalement étatisées sont en effet les conditions qu’impose toute gue
36 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
64ine qu’ils n’estiment pas que je puisse avoir une opinion plus avertie que la leur sur les sujets que je viens de nommer. Ils n
65r s’ils font une distinction quelconque entre les opinions, pourtant bien tranchées, que ces journaux leur servent. Je crois qu’
66 lu un de mes articles. Je le sens inquiet de mon opinion « d’intellectuel » sur son discours. « C’était sûrement beaucoup trop
67parler en camarade. — Eh bien, si vous voulez mon opinion, ou si elle peut vous être utile… je crois que vous êtes encore trop
68ois ingénieuses, et par définition inefficaces. L’opinion de mon voisin après la conférence, j’ai pu croire que c’était l’opini
69après la conférence, j’ai pu croire que c’était l’opinion d’un nigaud ; mais non, c’est celle d’un clerc parfait. Je n’ai pas f
70le, cela réussit ou rate, cela ne dépend pas de l’opinion. Ni de la bêtise plus ou moins spirituelle de, etc. Parlons plutôt de
37 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
71ce qui règle le jeu des relations humaines et les opinions politiques). Le marxisme traite tout cela de nuances vaines, d’illusi
72t. J’ai parlé avec plusieurs jeunes gens. Quelles opinions politiques, dans ce cercle ? — Il y a de tout. Le quincaillier est ro
73nt superstitieux dans leur conduite et dans leurs opinions. On dit bien : l’exception confirme la règle. Oui, mais il faut enten
74fait la critique des idées non point à l’aide des opinions de son journal, mais à l’aide de sa vie concrète. Celui-là seul peut
38 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
75e à choisir bien nettement entre sa vocation et l’opinion. Paracelse avait cette devise impérialiste : Alterius non sit qui suu
39 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
76M. Hitler, par goût de la rime sans doute. Pour l’opinion moyenne sur Luther, je crois que la phrase suivante en donne une just
77 Parole est Christ lui-même, — il me paraît que l’opinion de Luther n’est pas sujette à de sérieuses objections. Et la démonstr
40 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
78nt superstitieux dans leur conduite et dans leurs opinions. On dit bien : l’exception confirme la règle. Oui, mais il faut enten
79fait la critique des idées non point à l’aide des opinions de son journal, mais à l’aide de sa vie concrète. Celui-là seul peut
41 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
80nes en les groupant sous trois chefs principaux : opinions, culture, et armée. 1. — L’opinion suisse, telle que la traduisent no
81 principaux : opinions, culture, et armée. 1. — L’opinion suisse, telle que la traduisent nos journaux — et spécialement dans l
82 si réellement représentatifs, dans ce pays, de l’opinion moyenne des citoyens, ont retrouvé le sens de notre destinée, et notr
42 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
83ine qu’ils n’estiment pas que je puisse avoir une opinion plus avertie que la leur sur les sujets que je viens de nommer. Ils n
43 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
84t à la France, elle ne fait que refléter ces deux opinions : la droite soutient Franco parce qu’il est soutenu par le fascisme ;
44 1938, Journal d’Allemagne. Avertissement
85x vues générales d’un parti, ou tout au moins à l’opinion moyenne telle qu’elle se trouve préformée dans un pays. Or le journal
45 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
86ds qu’on ne m’a pas nommé dans l’ignorance de mes opinions : c’est ce qui assure ici ma liberté. Mon premier livre dit assez mon
87que derrière le célèbre col dur se cache encore l’opinion des « gens bien ». Ce qui nous choque en particulier, c’est l’attitud
8830 janvier. Ici plus que partout ailleurs règne l’opinion qu’avant “c’était tout de même le bon temps”. Du point de vue égoïste
46 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
89est qu’il affirme sans cesse que ce n’est pas une opinion personnelle qu’il expose, mais la position officielle du Parti et du
47 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
90ullement en une concurrence libre de groupes ou d’opinions : un seul parti présentait des candidats, et le seul ministre de l’In
91 de plébiscite. Il ne s’agissait pas de doser les opinions, mais au contraire d’obtenir l’unanimité de la nation sur une questio
92émagogique incomparable. « Avant d’en appeler à l’opinion, dit-il, il faut que cette opinion existe. Or comment voulez-vous vou
93en appeler à l’opinion, dit-il, il faut que cette opinion existe. Or comment voulez-vous vous faire une opinion quand il y a 46
94ion existe. Or comment voulez-vous vous faire une opinion quand il y a 46 partis qui sollicitent vos suffrages ? C’est difficil
95oi la vraie démocratie n’est possible que là où l’opinion a été formée et disciplinée par un seul parti dirigé par un seul homm
96cratie » et gouvernement d’un seul appuyé sur une opinion qu’il s’est créée favorable par les moyens que l’on sait. Mais il est
48 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
97tée). 5. Quelle fut la réaction de l’Europe ? — L’opinion démocratique apparut désorientée par cette exigence purement « rituel
49 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
98urs adaptateurs modernes ! Ainsi s’est répandue l’opinion fort étrange que les poètes bretons n’étaient en somme que des amuseu
50 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
99qu’il n’est plus admissible de vouloir vaincre. L’opinion — à laquelle Racine se montre si sensible — l’opinion est toujours av
100ion — à laquelle Racine se montre si sensible — l’opinion est toujours avec Tristan contre le roi Marc, avec le séducteur contr
51 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
101 et un état d’esprit à tel point féminins que ses opinions et ses actes sont déterminés beaucoup plus par l’impression produite
52 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
102tique de la concupiscence » (p. 200). Certes, une opinion assez répandue prête aux troubadours une attitude idéaliste du même g
103maîtrise technique, m’a incité à reconsidérer mon opinion. Il serait en effet très intéressant d’étudier analytiquement la genè
104tous deux à la fois. » P. Klossowski oppose cette opinion de Sade à celle de Freud, qui voit une antithèse entre l’instinct de
53 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
105tion à hauteur d’homme, et non pas au niveau de l’opinion. 10. Ceux qui doutent de son efficace sont victimes de l’optique des
54 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
106mmes efforcés, écrit Calvin, de ne pas mettre nos opinions personnelles [p. 30] à la place de l’exposition simple et fidèle de l
55 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
107rre, il n’offre plus de résistance aux courants d’opinion, aux modes, à la publicité des grandes firmes et des grands partis po
56 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
108nes en les groupant sous trois chefs principaux : opinions, culture et armée. 1. L’opinion suisse, telle que la traduisent nos j
109efs principaux : opinions, culture et armée. 1. L’opinion suisse, telle que la traduisent nos journaux est en contradiction fré
110 si réellement représentatifs, dans ce pays, de l’opinion moyenne des citoyens, ont [p. 124] retrouvé le sens de notre destinée
57 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
111esprit. C’est un pays où l’on tolère fort mal les opinions non-conformistes, les exceptions, les bizarreries, ou simplement les
112Peut-être est-il encore trop tôt pour mobiliser l’opinion en faveur d’une action de la Suisse auprès de ses voisins en guerre.
58 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
113n rendement, qui varie entre 5 % (dans les pays d’opinion « libre ») et 98 ½ % (dans d’autres pays). [p. 170] Il y a donc aujo
59 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
114s ils ne nous imposent nullement une neutralité d’opinion. Renoncer au droit de nous exprimer, ce n’est donc pas nous conformer
115neutre, on dit qu’elle est neutralisée. Taire nos opinions, aujourd’hui, ce n’est pas rester neutres, c’est accepter d’être neut
116t [p. 212] « neutraliser » de cette manière notre opinion. En tant que citoyen suisse respectueux des décisions de nos autorité
117sse ne dit pas : « Plutôt renoncer à ma liberté d’opinion que de risquer des ennuis avec une légation. » Il dit au contraire — 
60 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
118é votre naissance et votre race, vos fautes, et l’opinion régnante. La liberté n’est pas un droit, mais un risque à courir à ch
119ble s’y mettra sous mille formes diverses, dont l’Opinion publique est la plus [p. 101] ordinaire. Mais si l’homme se reconnaît
120gera sur des chiffres résumant vos capacités, vos opinions et vos réflexes. Vous serez classé, étiqueté, estimé ; vous serez pis
121le grand nombre dépend des caprices féminins de l’Opinion. Il en résulte fatalement que le problème majeur des dirigeants sera
61 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
122ète et du parti du Diable sans le savoir ». Cette opinion s’est curieusement vulgarisée, dans notre siècle. Et l’on apporte à s
123lite, des théories, des ismes, des initiales, une opinion qui ne sait jamais rien, des gouvernants qui ont trop peur d’elle pou
124 que j’ai toujours vues de singulier accord : les opinions supercélestes et les mœurs souterraines. » S’il y a quelque chose de
125 lui. Contre les romans et les films, et contre l’opinion courante du temps, qui voient le signe de la vraie passion dans le cr
126Se faire tuer pour la liberté d’avoir ses propres opinions, c’est magnifique, mais c’est aussi mettre ces opinions à bien haut p
127ns, c’est magnifique, mais c’est aussi mettre ces opinions à bien haut prix. Valaient-elles le grabuge où nous sombrons ? J’ai d
62 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
128 croit les écrits les plus dignes de formuler son opinion, et qui sont pleins d’amères protestations contre le règne de la mass
129on proposera de l’interdire d’accès au temple ; l’opinion unanime accablera son fol orgueil ; n’a-t-il pas écrit que la presse
130i définit le destin de l’esprit parmi nous ? Si l’Opinion Publique a tué Kierkegaard, elle n’a pas eu de prise sur les sarcasme
131 ne pas scandaliser ; nous croyons réellement à l’Opinion Publique. Nous lisons les journaux, voilà notre réalité. Le dimanche,
132s), à la Révolution, au Capital, au jugement de l’Opinion publique ; nous croyons au passé, au collectif, à l’avenir, et tout c
63 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
133rien, mais de Hitler, païen né catholique. Pour l’opinion moyenne sur Luther, je crois que la phrase suivante en donne une asse
134e Parole est Christ lui-même — il me paraît que l’opinion de Luther n’est pas sujette à de sérieuses objections. Et la démonstr
64 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
135roclamait Goebbels, on n’impose pas au peuple des opinions diverses entre lesquelles il devrait choisir : le peuple n’aime pas à
136ime pas à choisir, il aime qu’on lui présente une opinion juste… D’ailleurs notre politique est une politique d’artistes. Le Fü
65 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
137régime de l’union sacrée et de la discipline de l’opinion. Dans quelle mesure un citoyen a-t-il le droit, ou le devoir, de se m
66 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
138té politique qui trop souvent caractérisent notre opinion. Début de mars 1940 L’homme au poignard enguirlandé. — Découvert u
67 1946, Journal des deux Mondes. 6. Intermède
139 quelques mois plus tard il serait une réalité. L’opinion s’était ressaisie. Notre Ligue du Gothard, fondée sur l’idée simple d
68 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
140la, le vrai danger totalitaire, dans un pays où l’opinion gouverne ? La vraie Cinquième Colonne, dans nos démocraties, je vous
69 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
141e d’un homme confère de l’importance à la moindre opinion qu’il exprime — par position. (Et c’est le signe de la gloire moderne
70 1946, Lettres sur la bombe atomique. 3. Le point de vue moral
142és ont adressé des lettres à leurs journaux. Leur opinion moyenne est qu’il est criminel non point tant de tuer, que de tuer en
71 1946, Lettres sur la bombe atomique. 5. Ni secret, ni défense
143tomique par surprise. Voici cependant l’état de l’opinion américaine en cette fin d’année 1945. M. Georges Gallup vient d’établ
72 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
144e la Bombe bat son plein. Bien [p. 41] entendu, l’opinion des savants domine tout. Leur mauvaise conscience les a rendus pruden
145les passions qui les soutiennent. Voici d’abord l’opinion du chef suprême des forces américaines, le général Marshall. La bombe
73 1946, Lettres sur la bombe atomique. i. Les cochons en uniforme ou. Le nouveau déluge
146Amérique qui a pris l’initiative d’un mouvement d’opinion contre les essais projetés. Cette Ligue demande qu’au lieu de sacrifi
74 1946, Lettres sur la bombe atomique. ii. Point de vue d’un général
147ns blindés. Le Figaro du 20 avril 1946 publie les opinions suivantes de cet expert, à rapprocher de ma lettre II : « La stratégi
75 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
148nt la pleine assurance de l’être. L’Institut de l’Opinion Planétaire publia les premiers résultats d’une enquête-éclair : il s’
76 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
149ois aux signes plus qu’aux faits ; aux courants d’opinion ou de sensibilité plus qu’aux chiffres et aux statistiques ; à ce qui
77 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
150ous regardons d’assez près comment fonctionnent l’Opinion, les Partis, et l’Administration dans un pays donné, nous finirons bi
151ys entre le gouvernement et l’opinion publique. L’opinion questionne, le gouvernement répond, s’explique, écoute à son tour. N’
152excellente à la fois sur le gouvernement et sur l’opinion. Il incite les dirigeants à s’expliquer franchement devant le peuple,
153 phrases pathétiques. Ainsi informée et formée, l’opinion se sent responsable de ses réactions. Lorsqu’on sait que l’on sera pr
154nt à ce qui se passe dans d’autres républiques, l’opinion américaine discute réellement les problèmes posés. Elle cherche réell
155go avaient été réduits par l’effort conjugué de l’Opinion et de quelques citoyens, sans que l’État s’en fût mêlé. Mais je voyai
156el reporter voulait un jour que je lui confie mon opinion sur la stratégie de Staline. « J’ignore, lui dis-je, toutes les donné
157éserves, et son plan. Je n’ai donc pas la moindre opinion. — C’est impossible ! insista l’autre. Tout homme intelligent et sain
158sta l’autre. Tout homme intelligent et sain a son opinion là-dessus. — Mais la mienne n’aurait pas d’importance puisque je ne s
159rs victimes soutenues par de larges sections de l’opinion la plus libre du monde. Ce qu’il faut redouter plus que tout, ce sont
160les forces d’inertie qui tendent à faire de cette opinion libre, le porte-voix d’un « libre conformisme ». Car alors, il n’y a
161ance (bien qu’elle perde du terrain) ; enfin de l’Opinion publique, car nous sommes en démocratie, et il faut bien que cela se
162icains n’ont pas de chefs de cette espèce. Mais l’Opinion publique, chez eux, en tient la place. Se pourrait-il qu’un jour proc
163a place. Se pourrait-il qu’un jour prochain cette Opinion publique, reine des États-Unis, devienne nationaliste à notre image ?
164taine action, une certaine conduite, une certaine opinion, il a coutume de dire, depuis quelques années, pour marquer sa réprob
165ce n’est pas anglais. La phrase veut dire : cette opinion ou cette action ne va pas dans le sens de l’idéal commun vers quoi te
78 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
166infini, mais sans trop de chance de se former une opinion plausible ou réaliste. Tartempion pense ceci, Durand déclare cela, ma
167e tous les écrivains engagés soit au service de l’opinion soit à celui d’un parti ou d’une secte, sacrifient volontiers leur st
168magazines politiques à gros tirages qui forment l’opinion moyenne du pays. Ce qui est étonnant, c’est précisément que cela n’ét
79 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
169al le ménage, afin qu’il puisse encore offrir à l’Opinion une façade de normalité. En Amérique, on se refuse à cette hypocrisie
80 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
170s francs de la planète. Il ne vous cachera ni ses opinions sociales, ni le montant de ses revenus ou de ses économies, ni ses hi
171 parle pas du héros, mais du troupier moyen, sans opinion.) Il pense qu’il faut ce qu’il faut, et qu’il faut cela, et que c’est
81 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
172vernants disaient : — Nous voudrions bien, mais l’opinion n’est pas prête à nous suivre. Et les peuples disaient : — L’union ?
173gêne, les différences individuelles les gênent, l’opinion libre et la presse les gênent, et les partis — surtout de gauche, et
174t des Noirs — on lutte ouvertement contre elle, l’opinion et l’État s’unissent pour la réduire, et cela au nom d’un idéal qui n
82 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
175t de céder un pouce ; et dans l’état présent de l’opinion et des rivalités des partis, ils courraient le risque d’être accusés
176s d’une manière de penser bien plus tenace qu’une opinion : [p. 86] j’entends une habitude de langage. Voici ce que je leur fis
83 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
177accord. La parole est maintenant aux peuples, à l’opinion qui se réveille, aux citoyens du continent. Ils vont la prendre dans
178, volonté populaire, anti-fascisme, presse libre, opinion unanime, etc., par les totalitaires de nuances diverses comme par les
179urope voulait produire un choc, voulait alerter l’opinion. Il l’a fait dans [p. 131] une large mesure, sinon dans toute la mesu
180icisme persistant à la volonté de « bousculer » l’opinion et les gouvernements. Un désir évident d’aboutir, né du sentiment gén
181is britanniques. Je n’y puis rien : elle résume l’opinion de la presse continentale au lendemain du Congrès de La Haye. Aux Ang
182 projet va les choquer… Enfin, comment éclairer l’opinion (c’est-à-dire fabriquer les élections) dans le bref délai qu’on nous
84 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
183 toute pression exercée par le gouvernement sur l’opinion et la vie politique. Cour suprême 11. Enfin, la protection des droits
184tions, que s’ils sont approuvés et soutenus par l’opinion européenne. Celle-ci doit être désormais dotée de moyens d’expression
185de l’unité européenne ; d’agir dans ce sens sur l’opinion, la presse, le film et la radio, par voie d’informations et de recomm
186essant la vie du continent, par voie d’appels à l’opinion et aux gouvernements ; 3. D’exercer une action de vigilance critique
85 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
187egard de celui que nous courons ? Une partie de l’opinion réclamait une Autorité fédérale, dotée de pouvoirs limités mais réels
86 1950, Lettres aux députés européens. Deuxième lettre
188glige donc son premier devoir. À qui la faute ? L’opinion, sur ce point, entretient des soupçons qu’il vous faut dissiper. Vous
189ité ministériel. Permettez-moi de vous dire que l’opinion s’en moque, parce qu’elle a ses doutes motivés sur vos intentions vér
190 mais qu’il ne faut rien faire en attendant. Et l’opinion se demande si tout cela dissimule une idée de derrière la tête, ou ré
191e vision du but, de volonté. J’entends bien que l’opinion se trompe et méconnaît vos sentiments intimes, qui sont très purs ; q
192mides, et la vertu des audacieux. Je me résume. L’opinion vous regarde. Elle n’entre pas dans les subtilités. Elle vous demande
87 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
193très bien, en somme. On essaye de nous dire que l’opinion y tient. Quelle opinion, et qui l’exprime ? [p. 26] Les peuples, inte
194essaye de nous dire que l’opinion y tient. Quelle opinion, et qui l’exprime ? [p. 26] Les peuples, interrogés sur la question,
88 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
195p. 29] pas contre, mais voyez les difficultés ! L’Opinion, par exemple, n’est pas mûre, et chacun sait qu’on ne peut rien faire
196aire sans elle. » C’est qu’ils se prennent pour l’opinion, qu’ils ont négligé d’écouter. Tous les sondages précis réfutent leur
197en fallut pas plus pour fédérer la Suisse. Mais l’opinion veut qu’on l’entraîne. « On suit ceux qui marchent », dit Péguy. Elle
198es obstacles insurmontables. Il y a deux sortes d’opinion : celle que l’on invoque, et la vraie. L’une qui sert d’alibi aux dém
199 soit élu : on dit alors qu’il a pour lui toute l’opinion. Truman élu, l’opinion c’est Truman. Elle l’était avant cela bien sûr
200s qu’il a pour lui toute l’opinion. Truman élu, l’opinion c’est Truman. Elle l’était avant cela bien sûr, mais elle n’a pu parl
201lle n’a pu parler que dans le secret des urnes. L’opinion d’aujourd’hui, je la sens, c’est l’Europe. Mais elle ne bougera pas s
2021] Voici l’acte que je vous propose, au nom de l’opinion qui ne parle pas encore. Messieurs les Députés, vous le savez bien, v
203l.) Si vous acceptez cela, vous aurez avec vous l’opinion vraie dans sa majorité, les militants de l’Europe, la logique de l’Hi
89 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
204t un déjeuner, il s’enquit avec insistance de mon opinion sur Strindberg, et je lui fis une réponse assez vague, m’étonnant sur
90 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
205endroit de l’Unesco, et cela non seulement dans l’opinion, probablement superficielle dans ses jugements, quand elle en a sur c
206[p. 5] dans ces milieux, et tel étant l’état de l’opinion moyenne, 9 millions de dollars font tout de même une grosse somme. Le
91 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
207appant encore de découvrir, par les sondages de l’opinion, que les femmes suisses elles-mêmes dans leur majorité, ne revendique
208ciper aux débats préparatoires pour se former une opinion ? L’argument vaut ce qu’il vaut, mais n’est évidemment pas suffisant.
92 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
209uisé par ce duel qu’il menait seul contre toute l’opinion, il s’effondra dans la rue au cours d’une promenade. On le transporta
210Une polémique furieuse s’éleva de toutes parts. L’opinion danoise et scandinave fut secouée d’une vertueuse indignation. Kierke
211es du succès, mais à toute justification devant l’opinion, et même, dans certains cas, à la morale. C’est courir un risque abso
93 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
212endroit de l’Unesco, et cela non seulement dans l’opinion, probablement superficielle dans ses jugements, quand elle en a sur c
213 guère dans ces milieux, et tel étant l’état de l’opinion moyenne, 9 000 000 de dollars font tout de même une grosse somme. Les
94 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
214 d’être posées les premières bases de ‌l’union, l’opinion se demande « si l’Europe est en panne ». Les uns voient la Fédération
95 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
215uelques mois : un peu plus d’engourdissement de l’opinion sous l’effet des « vapeurs de paix » diffusées par Moscou, un peu plu
96 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
216seuls vitaux, et non les paragraphes. Entraîner l’opinion par les premiers permettra seul d’amender les seconds et d’obtenir le
97 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
217sacrée, pour une fois juste ? Comment réveiller l’opinion ? Les slogans s’usent très vite et la jeunesse actuelle, très sensibl
218une sérieuse méditation ; d’autre part, nourrir l’opinion par un sérieux effort d’information. La tâche de méditer sur nos dest
98 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
219sacrée, pour une fois juste ? Comment réveiller l’opinion ? Les slogans s’usent très vite, et la jeunesse actuelle, très sensib
220 une sérieuse méditation ; d’autre part nourrir l’opinion par un sérieux effort d’information. La tâche de méditer sur nos dest
221bloquera les débats. L’éducation fédéraliste de l’opinion me paraît donc la première tâche de l’heure. J’illustrerai par trois
99 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
222rance ou de la mauvaise éducation historique de l’opinion et de ceux qui disent la représenter. À cause de l’absence d’une cons
100 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
223nt été enregistrés en France. Les consultations d’opinion récemment organisées en Allemagne, Hollande, Belgique et France prouv
224’union de l’Europe, condition de sa force. (Notre opinion l’oublie, Molotov non.) L’offensive communiste vise au cœur : elle se