1 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
1intérêt d’un livre comme celui-ci est plus dans l’opposition des deux mondes que dans la peinture elle-même de l’Orient. Tandis qu
2 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
2s thèmes essentiels du pré-romantisme allemand, l’opposition de l’antique et du moderne, non [p. 641] du point de vue littéraire c
3ue côté à un outrage, voire à une impudeur. » À l’opposition du Beau objectif et de l’Intéressant sentimental qui pour Schiller et
4 du moderne, Kassner répondrait aujourd’hui par l’opposition de la grandeur mesurée et de l’indiscrétion journalistique. La féroci
3 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
5eur d’acte ou de jugement, l’on peut symboliser l’opposition des deux visions du monde dans celle, plus précise, de deux notions d
4 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
6voir dans ce contraste autre chose que la vieille opposition du sacrifice cornélien et de la passion racinienne, — opposition qui
7acrifice cornélien et de la passion racinienne, — opposition qui se prolonge et trouve son expression moderne dans des œuvres bien
5 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
8quoique de signes contraires. Poursuivant cette opposition au-delà de ces caractéristiques devenues banales, on tente de la rame
6 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
9t alimenter de nouvelles discussions, exciter des oppositions stériles, purement intellectuelles, forcer certains à se retrancher d
10urantes, ou de confirmer telles autres. Car notre opposition ne prendra jamais son point de départ dans ces idées mêmes, mais bien
7 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
11ais la foi, bien souvent, ne peut qu’aiguiser ces oppositions naturelles ; bien plus, elle crée des conflits là où l’homme naturel
8 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
12 la diversité de ses aspects le prouvent. C’est l’opposition du savoir et du pouvoir, de la connaissance et de la souffrance, de l
9 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
13e le communisme et la révolution personnaliste, l’opposition doctrinale peut se définir simplement. Les uns croient, avec Marx, à
14rais, et assumés comme tels, c’est la personne. L’opposition de Proudhon et de Marx, sur le terrain économique, traduit exactement
15, sur le terrain économique, traduit exactement l’opposition de Kierkegaard et de Hegel dans le domaine religieux. Elle traduira d
16dans le domaine religieux. Elle traduira demain l’opposition des nations collectivistes et des patries personnalistes. Mais où son
10 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
17s de la liberté du risque, — perdre sa vie. Cette opposition est tellement radicale, tellement fondamentale, qu’elle nous interdit
18e, qu’elle nous interdit de prendre au tragique l’opposition toute relative du communisme et du capitalisme. ⁂ Ils partent donc de
11 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
19plus clairement définir qu’on le définira par son opposition globale à la dialectique humaniste qui paraît à nos yeux s’en rapproc
12 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
20r efficace et valable se déplace. Il passe dans l’opposition. Il devient révolutionnaire. En tant que tel, il appartient, de fait
13 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
21es métaphysiques arbitrairement définies, sur des oppositions qui n’existent, en réalité, que dans la mesure où l’on est décidé à r
14 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
22nce politique du personnalisme, qui marque bien l’opposition de ce système à ceux qu’on a fondés sur l’individu libéral, c’est le
23pour utilité principale de prévoir. Il y a là une opposition de principe qui me paraît irréductible. Si chacun prétend suivre sa v
15 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
24el » signifie quelque chose, c’est assurément par opposition avec les lois inéluctables d’une nature tyrannique, entièrement livré
25ébat immanence ou transcendance, c’est-à-dire une opposition essentiellement théologique. Les marxistes croient (comme certain chr
16 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
26ais la foi, bien souvent, ne peut qu’aiguiser ces oppositions naturelles ; bien plus, elle crée des conflits là où l’homme naturel
17 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
27es métaphysiques arbitrairement définies, sur des oppositions qui n’existent, en réalité, que dans la mesure où l’on est décidé à r
18 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
28e 37 . Je veux simplement ici mettre en lumière l’opposition nette et brutale des deux voies. Il en résulte d’autres oppositions.
29et brutale des deux voies. Il en résulte d’autres oppositions. Prenons, par exemple, ces trois notions : le travail, le service, l’
30 la collectivité. Mais cela ne fait qu’aggraver l’opposition. En consacrant sa vie au service du Plan Quinquennal, le brigadier de
31chrétienne en face du collectif marxiste. C’est l’opposition qu’on remarque le plus facilement, qu’on souligne le plus souvent. Ma
19 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
32qui consiste à se servir de Dieu en le servant. L’opposition du christianisme et du fascisme, c’est l’opposition d’une foi par exc
33position du christianisme et du fascisme, c’est l’opposition d’une foi par excellence totalitaire, à la prétention d’un organe qui
20 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
34e le communisme et la révolution personnaliste, l’opposition doctrinale peut se définir simplement. Les uns croient, avec Marx, à
35rais, et assumés comme tels, c’est la personne. L’opposition de Proudhon et de Marx, sur le terrain économique, traduit exactement
36, sur le terrain économique, traduit exactement l’opposition de Kierkegaard et de Hegel dans le domaine religieux. Elle traduira d
37dans le domaine religieux. Elle traduira demain l’opposition des nations collectivistes et des patries personnalistes. Mais où son
21 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
38détail 53 . Elles nous permettent de situer notre opposition au monde actuel. Elles nous permettent aussi de donner sa réelle et p
39nce, dans l’ordre des sanctions immédiates, à une opposition d’apparence toute philosophique : celle de l’individu et de la person
22 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
40uple » — sur les affiches électorales. La seule opposition sérieuse La violence de leurs écrits s’accroît, l’aigreur des polémiq
41 haïssent celui qui croit en Dieu. Voilà la seule opposition réelle, la seule qu’il y ait lieu de prendre au sérieux. [p. 173] A
23 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
42ous voyez qu’entre individualisme et dictature, l’opposition n’est qu’apparente : en réalité, il y a de l’un à l’autre un lien de
43ux traits évidemment communs à ces régimes : leur opposition brutale au christianisme dès qu’ils sont assez forts pour lever le ma
44on d’y revenir tout à l’heure. Car, en effet, une opposition aussi radicale et aussi exacte entre la mentalité totalitaire et la m
24 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
45du risque, — c’est peut-être perdre sa vie. Cette opposition est tellement radicale, tellement fondamentale, qu’elle nous interdit
46e, qu’elle nous interdit de prendre au tragique l’opposition toute relative du communisme et du capitalisme. Ils partent donc de l
25 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
47t à la nation. Dès lors il ne peut plus y avoir d’opposition entre la morale privée et la morale publique. Car la politique ne fai
26 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
48héologie, sont une théologie de la dégradation. L’opposition de Kierkegaard et de Hegel 59 trouve ici son sens à la fois le plus
27 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
49. Le sujet de Taille de l’Homme, c’est en effet l’opposition cosmique du monde marxiste et du monde chrétien. Ramuz fait au commun
28 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
50 le détail. Elles nous permettent de situer notre opposition au monde actuel. Elles nous permettent aussi de donner sa réelle et p
51nce, dans l’ordre des sanctions immédiates, à une opposition d’apparence toute philosophique : celle de l’individu et de la person
29 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
52ui renvoie au fondement même du christianisme : l’opposition du péché et de la foi. « Je ne fais pas le bien que j’aime, mais je f
30 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
53a pensée d’écorché n’ait réagi par une diamétrale opposition. Il coupe toutes les erreurs du temps à 180 degrés, juste. Son œuvre
54ois aient eu conscience d’avoir ce goût. Mais son opposition si frénétique à la bêtise de sa classe, si elle suffit à le rendre co
31 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les mystiques allemands du xiiie au xixe siècle, par Jean Chuzeville (2 novembre 1935)
55ésumer toutes ces tensions en une seule et unique opposition : mysticisme et action créatrice. Cette vue des plus courantes omet p
32 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
56position d’une qualité incomparable, jaillie de l’opposition de deux termes aux noyaux irréductibles. Si l’un des termes était rée
33 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ni gauche ni droite (août 1935)
57ne anarchie sémantique. On me fait observer que l’opposition n’est pas entre le peuple et la nation — entre les noms — mais entre
58 c’est-à-dire entre les adjectifs. Je traduis : l’opposition n’est pas dans les faits, mais dans les mystiques. Que valent ces mys
34 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
59déshumaniser à l’excès Kierkegaard, et à forcer l’opposition de Marx à la doctrine hégélienne de la médiation. Mais ce qui me para
35 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). À propos du 14 juillet (juillet-août 1935)
60 populaires » ne fait que prolonger dans la rue l’opposition stérile et périmée de la droite et de la gauche parlementaires. Seule
36 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
61. Naguère, la droite et la gauche, c’étaient deux oppositions nécessaires à l’équilibre d’un centre qui seul était pris au sérieux
62oite cessent lentement de jouer le rôle convenu d’opposition de sa Majesté le Radicalisme et deviennent vraiment les deux pôles de
63e gauche ne traduisent plus exactement la vieille opposition des blancs et des rouges, du châtelain et du métayer. C’est par rappo
37 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
64avons un trop grand besoin des différences et des oppositions naturelles pour vouloir les anéantir. Nous sommes fédéralistes, c’est
65 les différences s’exaltent mutuellement par leur opposition, et créent des tensions fécondes. La civilisation et la culture naiss
38 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
66pratique et quotidienne [p. 404] montre que cette opposition est effective. L’homme des masses, le partisan, c’est l’homme qui fui
39 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
67lectuels anarchistes ou libéraux, par la presse d’opposition, par Staline qui fait taire cette presse au nom de la Révolution, par
40 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
68nce du triomphe bourgeois furent rejetés dans une opposition irréductible, ne parurent plus que sous la forme d’une accusation rad
41 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
69sations de la critique, les rapprochements et les oppositions sommaires. Mais un fait demeure hors de doute et surpasse l’ordre des
70s, contraire. C’est tout le drame de la culture d’opposition, de la culture séparée, qui, sous nos yeux, vient de se renouer au cœ
42 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
71inion libre et anarchique. Elle ne peut tolérer d’opposition. Or on ne se défend bien qu’en attaquant. Le seul désir de durer impo
43 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
72tiste et bien moins « politique » qu’en France, l’opposition s’est fait sentir dès le début. La résistance des universités est car
73ns du Parti avec une passivité qui est la forme d’opposition la plus aiguë que tolèrent les dictatures…   Le monde bourgeois metta
44 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
74nt privées. Elles s’honorent d’avoir une presse d’opposition, une population civile plus nombreuse que la militaire, un gouverneme
75éel. Elles s’honorent de n’avoir plus ni presse d’opposition, ni partis, ni civils indifférents et inutilisables, ni chômeurs de p
76vertes qu’à la faveur d’une crise totale. Ainsi l’opposition des deux Europes se ramène à l’opposition de deux réponses différente
77Ainsi l’opposition des deux Europes se ramène à l’opposition de deux réponses différentes à l’appel jailli de la crise, vers une c
45 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — Préambule
78i de le faire de deux façons : 1° En soulignant l’opposition que cette formule implique aux conceptions courantes de « l’esprit »,
46 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
79x et de les résoudre en création. Voilà la grande opposition d’où nous partons. Il ne suffit pas de la poser. Il faut en exprimer
80ses polémiques contre Marx — manifestent la seule opposition vraiment irréductible qui ait divisé le xixe siècle. Tous les autres
81lture que j’ai décrite la recommande. En effet, l’opposition courante du « théorique » et du « pratique » est en même temps l’orig
82d’une pensée active se distinguera par une double opposition : d’une part il opposera au conformisme la loi personnelle de l’homme
47 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
83e « Dieu » par la conscience morale de l’homme. L’opposition apparaît absolue. Mais l’une des grandes surprises que nous réserve l
48 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
84sations de la critique, les rapprochements et les oppositions sommaires. Mais un fait demeure hors de doute et surpasse l’ordre des
85s, contraire. C’est tout le drame de la culture d’opposition, de la culture séparée, qui sous nos yeux, vient de se renouer au cœu
86nt privées. Elles s’honorent d’avoir une presse d’opposition, une population civile plus nombreuse que la militaire, un gouverneme
87éel. Elles s’honorent de n’avoir plus ni presse d’opposition, ni partis, ni civils indifférents et inutilisables, ni chômeurs de p
88, Allemagne et Italie de l’après-guerre.) Ainsi l’opposition des deux Europes se ramène à l’opposition de deux réponses différente
89Ainsi l’opposition des deux Europes se ramène à l’opposition de deux réponses différentes à l’appel jailli de la crise, vers une c
49 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
90e débat de ce journal revient à cette scandaleuse opposition, créée par notre société, entre les deux sens du mot « vivre » : gagn
50 1936, Esprit, articles (1932–1962). Erskine Caldwell, Le Petit Arpent du Bon Dieu (novembre 1936)
91à y voir la conception naturaliste de l’amour, en opposition avec la conception romantique. Or la gauloiserie, aussi bien que la c
51 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
92de sa diversité ? L’on verrait mieux alors, que l’opposition réelle n’est pas, ainsi qu’on risque de le déduire de l’entreprise de
93estantes de l’autre 23 . L’on verrait mieux que l’opposition réelle est entre la conception « évangélique » et la conception papal
94es positions fondamentales de la Réforme. Voilà l’opposition réelle, du noir au blanc, que nos frères catholiques ont tant de pein
52 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sur l’esprit incarné (février 1936)
95rahison intéressée ; 4° si M. Benda conçoit que l’opposition esprit pur contre esprit asservi (aux intérêts politiques) évoque pré
96politiques) évoque précisément pour un chrétien l’opposition de Pilate et des docteurs nationalistes juifs qui criaient avec la po
97ec la populace : Crucifie ! et relâche Barabbas — opposition qui se résout pratiquement en unanimité contre le Christ, contre l’es
53 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
98ait ainsi à la lutte du parti au pouvoir contre l’opposition secrète, informulée, des ennemis du régime, et contre l’inertie des c
99 l’attitude profonde de l’O.N. se dressent en une opposition irréductible, essentielle. L’État-nation, voilà l’ennemi ; et peu nou
54 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
100t à la nation. Dès lors il ne peut plus y avoir d’opposition entre la morale privée et la morale publique. Car la politique ne fai
55 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
101l est encore freiné et sournoisement saboté par l’opposition, les traditions locales et la « liberté » anarchique des « opinions »
102’appui d’une mystique qui paralyse les éléments d’opposition. C’est la mystique de « l’union sacrée », autrement dit, le nationali
56 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
103e la bourgeoisie des villes et le prolétariat ? L’opposition que veulent voir les marxistes entre bourgeois, ou maîtres, et prolét
104uance. On ne tiendra jamais assez compte de cette opposition fondamentale. Peut-être ferais-je bien, à l’avenir, si j’écris quelqu
57 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
105tude du « spectateur » et attitude du « témoin ». Opposition qui, sur le plan théologique, ou mieux : dans la totalité de l’être,
106 foi, qui est don gratuit et œuvre de Dieu seul ; opposition de cette justice de Dieu à la justice des hommes et de leurs œuvres ;
107Dieu à la justice des hommes et de leurs œuvres ; opposition de la grâce à la nature, selon les termes de l’Apôtre ; opposition de
108grâce à la nature, selon les termes de l’Apôtre ; opposition de la Parole vivante à la tradition codifiée ; sens de la décision to
58 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
109connaître l’une des origines historiques de cette opposition fondamentale, de cette discussion séculaire, de cette grande tension
110uelle l’Europe a puisé son dynamisme créateur : l’opposition du témoin responsable et du spectateur détaché. Le point de vue du « 
111i est don gratuit et œuvre de Dieu seul en nous ; opposition de la justice donnée par Dieu à la justice acquise par nos mérites ;
112e par Dieu à la justice acquise par nos mérites ; opposition de la Parole vivante à la tradition codifiée ; sens de la décision to
59 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
113aire de préciser au moins le lieu de la véritable opposition. L’anéantissement du moi peut être recherché comme la suppression rad
60 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
114eurs : elle est dans l’harmonie intime, ou dans l’opposition tragique à l’intérieur d’une même « personne », des vocations spécial
115rizons, bien plutôt qu’il ne favorise de fécondes oppositions. Notre neutralité, conçue comme une prudence, devient la pire des imp
61 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
116 des termes, que dans la volonté de pourchasser l’opposition vaincue jusque dans ses derniers retraits, au plus intime de la vie i
117e qui subsistent encore. On peut à peine parler d’opposition. C’est plutôt contre une inertie conservatrice que lutte aujourd’hui
118ns politique, sujet banni chez les bourgeois de l’opposition. Notre hôte discute brièvement et poliment mes objections (portant su
119avons un trop grand besoin des différences et des oppositions naturelles pour vouloir les anéantir. Nous sommes fédéralistes, c’est
120 les différences s’exaltent mutuellement par leur opposition, et créent des tensions fécondes. La civilisation et la culture naiss
121gémit sous la botte du tyran. Je réponds : non, l’opposition se réduit réellement de jour en jour ; il y a moins de colère chez eu
122ut dire réarmement. Paix veut dire Anschluss sans opposition de la France. Honneur veut dire mépris des traités. Et ce qu’on souha
123t que l’Église confessionnelle est le refuge de l’opposition démocratique et socialiste. Et il se peut que les chefs nazis le croi
124e sais si tous ont compris la profondeur de cette opposition, et sa logique impitoyable. Je crains que certains ne se figurent enc
62 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
125appui d’une mystique, qui paralyse les éléments d’opposition. Tout « étatisme » (au sens atténué du xixe ) est condamné de nos jou
63 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
126 point encore remarqué la nature essentielle de l’opposition entre le national-socialisme et le christianisme… Il fait évidemment
64 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
127ait ainsi à la lutte du parti au pouvoir contre l’opposition secrète, informulée, des ennemis du régime, et contre l’inertie des c
128ne et l’attitude personnaliste se dressent en une opposition irréductible, essentielle. L’État-nation, voilà l’ennemi ; et peu nou
65 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
129a victime, écrit l’auteur, agit comme le manque d’opposition physique dans le jiu-jitsu : elle fait perdre son équilibre à l’assai
130le lui fait perdre le soutien que lui donnerait l’opposition violente à laquelle il s’attend. Il se trouve comme précipité dans un
66 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
131e et l’autre perspective, caractérise fort bien l’opposition. Aux yeux de l’Église, l’adultère était tout à la fois un sacrilège,
67 1938, Esprit, articles (1932–1962). Revue des revues (septembre 1938)
132 et l’étatisme. Il est intéressant de souligner l’opposition très vive des auteurs de ce Manifeste à l’égard du Parti national Bre
68 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
133sur la passion et le mariage mettent en lumière l’opposition fondamentale de l’Éros et de l’Agapè, c’est-à-dire des deux religions
69 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
134s de l’érudition scrupuleuse. Je veux parler de l’opposition qui se manifeste dès la seconde moitié du xiie siècle entre la règle
135quelle ils s’abandonnent en gémissant, supprime l’opposition du bien et du mal ; elle les conduit même au-delà de l’origine de tou
136entir certaines contradictions. L’hypothèse d’une opposition, que l’auteur eût tenté d’illustrer, entre la loi de chevalerie et le
70 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
137nt l’apparition de Manès, on peut déceler la même opposition dans les mythologies indo-européennes. Dieux lumineux : l’Ahura-Mazda
138rines avestiques — dont s’était inspiré Manès — l’opposition du monde de la Lumière et du monde des Ténèbres, dont on a vu qu’elle
139t congénitale avec l’hérésie des cathares, et son opposition sournoise ou déclarée au concept chrétien du mariage. Mais il nous re
71 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
140Voici, me semble-t-il, le principe véritable de l’opposition des deux mystiques. L’orthodoxe aboutit au « mariage spirituel » de D
141st celle de l’humilité. Et là encore, la clé de l’opposition est dans le mystère de l’Incarnation. Le Roman est baigné par l’atmos
142que Eckhart souleva dans la mystique flamande une opposition très violente, et sur les chefs précis dont Otto le [p. 172] montre a
72 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
143s ces sectes en effet sont caractérisées par leur opposition au dogme trinitaire (du moins sous sa forme orthodoxe) ; par leur spi
144 de la doctrine orthodoxe — que devait résulter l’opposition tragique du corps et de l’âme. C’est la tendance ascétique, orientale
145à y voir la conception naturaliste de l’amour, en opposition avec la conception romantique. Or la gauloiserie, aussi bien que la c
146a jeunesse, l’Allegro et le Penseroso expriment l’opposition du Jour et de la Nuit, et le choix nécessaire qu’il n’a pas encore fa
147 de l’aimer… 10. Racine, ou le mythe déchaîné L’opposition classique de Racine et de Corneille se réduit à ceci, touchant le myt
148 le monde de la Loi. Enfin tout se ramène à cette opposition : Don Juan est le démon de l’immanence pure, le prisonnier des appare
73 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
149e et l’autre perspective, caractérise fort bien l’opposition. Aux yeux de l’Église, l’adultère était tout à la fois un sacrilège,
74 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
150sur la passion et le mariage mettent en lumière l’opposition fondamentale de l’Éros et de l’Agapè, c’est-à-dire des deux religions
75 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
151ais je le rejoins par de tout autres voies. Car l’opposition évidente entre la courtoisie et la mystique de saint Bernard n’est pa
76 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
152lériennes contre les Églises du Christ. C’est une opposition de nature et d’essence, radicale et insurmontable ; c’est l’affrontem
77 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
153e vous êtes « plutôt contre » ? Voilà toute notre opposition : catholique et platonisant, vous insistez sur la nécessité d’englobe
78 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
154 allemandes, je comprends, que dis-je : je vois l’opposition tragique dont cette guerre est sortie, et qui est celle des deux gran
79 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
155ous voyez qu’entre individualisme et dictature, l’opposition n’est qu’apparente : en réalité, il y a de l’un à l’autre un lien de
156ux traits évidemment communs à ces régimes : leur opposition brutale au christianisme dès qu’ils sont assez forts pour lever le ma
157on d’y revenir tout à l’heure. Car, en effet, une opposition aussi radicale et aussi exacte entre la mentalité totalitaire et la m
80 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
158utre étant le parti de l’anti-culture. Ce genre d’opposition est très tentant, je l’avoue, et aujourd’hui plus que jamais… C’est m
81 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
159eurs : elle est dans l’harmonie intime, ou dans l’opposition tragique à l’intérieur d’une même « personne », des vocations spécial
160rizons, bien plutôt qu’il ne favorise de fécondes oppositions. Notre neutralité, conçue comme une prudence, devient la pire des imp
82 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
161ésoudre un problème de ce genre qu’en dépassant l’opposition qui l’a fait naître. Dépasser, c’est marcher en sachant où l’on va. C
83 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
162éralisme véritable ne commence qu’au-delà de leur opposition. Ils se font un programme de ce qui ne saurait être que la maladie in
163 Il ne sera ni de gauche ni de droite. Car sous l’opposition, indéfendable en théorie, des centralistes et des régionalistes, ce q
164égionalistes, ce qui se cache en réalité, c’est l’opposition gauche-droite. Les radicaux centralisateurs ne sont que des socialist
165eux qui, me dit-on, se gênent le moins… 40 ) Or l’opposition gauche-droite est étrangère au génie de la Suisse. Son origine parlem
84 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
166es concrets, et ne traduisent plus les véritables oppositions politiques (telles que fédéralisme ou totalitarisme). 8. La jeunesse
85 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
167utre étant le parti de l’anti-culture. Ce genre d’opposition est très tentant, je l’avoue, et aujourd’hui plus que jamais. C’est m
86 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
168s-Unis. Relativement à la politique extérieure, l’opposition des deux candidats n’est guère plus claire. Roosevelt a pris position
169 deviendra un programme nationaliste. En somme, l’opposition des deux candidats peut être assez bien résumée par cette formule : C
170re assez bien résumée par cette formule : C’est l’opposition d’un aristocrate socialisant — Roosevelt — et d’un autoritaire plébéi
87 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
171yauté au président et lui offrait l’appui d’une « opposition constructive ». On brûlait sur les places les panneaux et les insigne
172ures : signe que sa circulation est bonne. Si les oppositions politiques les plus violentes laissent peu ou point de rancune et se
173et automatiquement par une longue tradition. Leur opposition reste fluente, mal définie… Elle se cristallise, et encore est-ce dan
88 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
174 que l’on peut lire dans son journal intime : En opposition aux distinctions du moyen âge et des époques qui discutaient sans fin
89 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
175e que l’on peut lire dans son journal intime : En opposition aux distinctions du Moyen Âge et des époques qui discutaient sans fin
90 1944, Les Personnes du drame. Introduction
176 dans Faust, — c’est cela que j’appelle Goethe. L’opposition de la forme du monde et de l’esprit qui la transforme ; l’opposition
177rme du monde et de l’esprit qui la transforme ; l’opposition du solitaire et de la foule, à l’intérieur même de l’individu ; l’att
91 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
178la diversité de ses aspects le suggèrent. C’est l’opposition du savoir et du pouvoir, de la connaissance et de la souffrance, de l
92 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
179tés décolorées. L’harmonie d’un tableau naît de l’opposition des tons : c’est une harmonie fédérale. p. 45 16. Rappelons ici
93 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
180a théologie, — une théologie de la dégradation. L’opposition de Kierkegaard et de Hegel trouve ici son sens à la fois le plus prof
94 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
181ore attitude du spectateur et attitude du témoin. Opposition qui, dans le plan théologique, ou mieux, dans la totalité de l’être,
182 foi, qui est don gratuit et œuvre de Dieu seul ; opposition de cette justice de Dieu à la justice des hommes et de leurs œuvres ;
183Dieu à la justice des hommes et de leurs œuvres ; opposition de la grâce à la nature, selon les termes de l’Apôtre ; opposition de
184grâce à la nature, selon les termes de l’Apôtre ; opposition de la Parole vivante à la tradition codifiée ; sens de la décision to
95 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
185le de l’homme, petit ouvrage consacré à définir l’opposition cosmique du christianisme et du marxisme. Le sens profond de la commu
96 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
186t créé est alors créé en dehors de l’Église ou en opposition à elle et devient difficile à intégrer dans une conception chrétienne
97 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
187 d’insister désormais davantage sur les valeurs d’opposition que sur celles de communauté. Car s’il n’est de communion vraie que d
98 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
188 allemandes, je comprends, que dis-je : je vois l’opposition tragique dont cette guerre est sortie, celle des deux conceptions de
99 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
189l. Les meilleurs se voient donc relégués dans une opposition sans portée politique, spectateurs irrités [p. 117] de la vie américa
100 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
190nt en réalité que les aspects d’une seule et même opposition fondamentale, réfractée à des niveaux différents. Remarquons ensuite
191rètes et des schismes multipliés. Pour résoudre l’opposition unité-division, il serait vain de rechercher une solution intermédiai
192nt cette utopie qui a produit les schismes et les oppositions que le mouvement œcuménique se propose de surmonter. C’est dans la me
193 anarchique. Entre individualisme et dictature, l’opposition n’est pas aussi profonde qu’on l’imagine. Il s’agit plutôt d’une succ
194blèmes publics on a affaire. Si l’on se trouve en opposition avec le groupe, on a la possibilité matérielle d’y faire entendre sa