1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
1avec ses [p. 142] recettes garanties, chapelets d’optimisme, tyranniques évidences, ordre et désordre, principes de Descartes, ma
2 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
2omme moderne. Paradoxes plus ou moins intéressés, optimisme d’homme à qui tout réussit, messianisme de la machine, méconnaissance
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
3t dans la mesure où je participais de l’écoeurant optimisme bourgeois que je m’accommodais d’un régime nocif pour tout ce qu’il y
4 1932, Le Paysan du Danube. Note
4uteurs qu’ils se présentent avec l’assurance et l’optimisme pressant du commis voyageur. Mais alors, l’orgueil de quelques-uns, s
5 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
5utre que sa méfiance vis-à-vis de la grâce et son optimisme vis-à-vis de la nature humaine, qui, selon cette vue, serait bonne, o
6 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
6gie libérale ? L’arrière-plan de bourgeoisie et d’optimisme culturel sur lequel, trop souvent, elles s’étaient appuyées, la guerr
7seule répondre à l’angoisse humaine, tandis que l’optimisme naturiste, plongeant l’humanité dans un devenir sans issue, aboutit a
7 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
8bés par des activités nouvelles. À la faveur de l’optimisme puéril qui caractérise le xixᵉ siècle, capitalistes et industriels s’
8 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
9rtain humanisme, un certain moralisme, un certain optimisme évolutionniste, tout un ensemble de doctrines qui trouvent leur lieu
9 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
10bés par des activités nouvelles. À la faveur de l’optimisme puéril qui caractérise le xixe siècle, capitalistes et industriels s
10 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
11dre social ; la corrélation qu’il indique entre l’optimisme du progrès technique et une philosophie du désespoir, — autant de tra
11 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
12l pressent une séparation dont, par ailleurs, son optimisme, hérité d’une foi morte, lui dissimule l’irréparable gravité. La « co
12 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
13fie ses aises immédiates ? Difficultés actuelles, optimisme imposé, ces deux traits définissent l’atmosphère des nations rajeunie
13 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
14isation » au sujet de laquelle ils nourrissent un optimisme superficiel, qu’on pourrait prendre aussi, parfois, pour une espèce d
14 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
15fie ses aises immédiates ? Difficultés actuelles, optimisme imposé, ces deux traits définissent l’atmosphère des nations rajeunie
15 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
16sent et la trahissent ? D’où vient cette espèce d’optimisme que rien ne paraît motiver aux yeux d’autrui ou aux yeux de ma raison
16 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
17us faut un homme comme Ramuz pour nous tirer de l’optimisme assez épais où s’endorment les jeunes Suisses, trop assurés, comme le
17 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
18aincu, ou de sa femme ! Serais-je contaminé par l’optimisme de commande [p. 31] en ce pays ? Je me dis parfois que si l’on parvie
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
19ra jamais que nous-mêmes ! Point d’illusions ni d’optimisme humain, dans le christianisme orthodoxe. Mais alors, c’est le désespo
19 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
20manie des organisations trop vastes et uniformes, optimisme trop confortable, enfin, manque d’imagination. Or la plupart de ces c
21 terre. Non, l’heure n’est pas [p. 102] au facile optimisme, dans une Europe tout obscurcie par la menace des avions. L’heure est
20 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
22us faut un homme comme Ramuz pour nous tirer de l’optimisme épais où s’endorment les jeunes Suisses, [p. 104] trop assurés, comme
21 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
23manie des organisations trop vastes et uniformes, optimisme trop confortable, enfin, manque d’imagination. Or la plupart de ces c
24hé sur la terre. Non, l’heure n’est pas au facile optimisme, dans une Europe tout obscurcie par la menace des avions. L’heure est
22 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
25 train de payer le prix d’un siècle d’abandon à l’optimisme du Progrès. Pendant un [p. 195] siècle, elle fit la sourde oreille, a
26onheur, mais bien celles de notre malheur. Mais l’optimisme du matérialiste modéré ne veut prévoir que le profit d’argent et l’au
27t un petit nuage, il passera. Ce n’était pas de l’optimisme. Athanase prévoyait [p. 202] qu’avec le « petit nuage » passerait aus
28vie et celle de tant de frères. Mais au-delà de l’optimisme humain toujours bafoué, au-delà du pessimisme lâche, il y a la foi da
23 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
29phes trop voyantes ébranlaient les bases de notre optimisme et de notre foi naïve dans l’élimination progressive du mal par la Sc
24 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
30t-on, malgré tous les démentis de la réalité. Cet optimisme n’était pas la confiance naïve de l’enfant, mais une espèce de menson
25 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
31gnes extérieurs sont propres à donner le change : optimisme et cordialité, confiance en soi, poignée de main franche et assurée,
26 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
32t-on, malgré tous les démentis de la réalité. Cet optimisme n’est pas la confiance naïve de l’enfant, mais une espèce de mensonge
27 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
33ublard, riche et pieux. Sa femme préside, avec un optimisme effervescent le Comité pour les étudiants pauvres et démocrates de Ne
28 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
34C’est là tout le secret de ce que l’on nomme leur optimisme. L’Américain ne croit pas aux limites. Une limite, c’est toujours la
29 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
35de la philanthropie. Mais peut-être est-ce trop d’optimisme que de supposer qu’un plan quelconque préside aux modifications du mo
30 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
36. 8. Les libéraux donnent tous les signes de cet optimisme sceptique des vieux routiers de la politique, qui les a perdus en Esp
31 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
37ouplesse les mécomptes, à vrai dire normaux, de l’optimisme automatique conditionné par la publicité et les sirènes du progrès. E
32 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
38ême mal préparée. Ici les mots de pessimisme et d’optimisme perdent leur sens. Tout ce qu’il paraît sensé de dire, c’est que notr
39[p. 214] riche et pieux. Sa femme préside avec un optimisme effervescent le Comité pour les Étudiants pauvres et démocrates de Ne
33 1946, Lettres sur la bombe atomique. 11. Tous démocrates
40e lettre les termes attendus d’« idéalisme », d’« optimisme béat », de « fantaisies utopiques » et même de ballyhoo (je vois qu’u
34 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
41vaise hygiène morale. Qu’est-ce que la grâce ? Un optimisme fondamental. La transcendance ? Un terme théologique, probablement ré
35 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
42C’est là tout le secret de ce que l’on nomme leur optimisme. ⁂ L’Américain ne croit pas aux limites. Une limite, c’est toujours l
36 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
43vaise hygiène morale. Qu’est-ce que la grâce ? Un optimisme fondamental. La transcendance ? Un terme théologique, probablement ré
37 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
44ster à l’écart. » Je serais tenté de partager cet optimisme, mais il est à longue échéance. Pour l’instant, si l’on regarde les f
38 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
45é, ils me semblent pécher, bien au contraire, par optimisme. Et les fédéralistes ont beau jeu de leur répondre : où prendrez-vous
39 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
46dans la grande majorité des élites bourgeoises un optimisme débordant. Au xxe siècle, c’est l’inverse : les masses ont accepté l
47leur seul aspect régulateur. Pessimisme humain et optimisme naturaliste, l’un et l’autre unilatéraux. 2° L’idée du Mal est projet
40 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
48dans la grande majorité des élites bourgeoises un optimisme débordant. Au [p. 198] xxe siècle, c’est l’inverse : les masses ont
49 aspect [p. 201] régulateur. Pessimisme humain et optimisme naturaliste, l’un et l’autre unilatéraux. 2° L’idée du Mal est projet
41 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
50onymes pendant le xixe siècle, et ceci définit l’optimisme foncier de la bourgeoisie en plein essor. Mais dès le début du xxe s
42 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
51tes d’avant-hier. Je me résumerai par deux mots : optimisme et responsabilité. Les motifs d’optimisme sont nombreux et solides, n
52 mots : optimisme et responsabilité. Les motifs d’optimisme sont nombreux et solides, nous en avons administré les preuves. Quant
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.6. En marge des grands plans, l’utopie prolifère
53 républiques européennes, car, dit-il avec un bel optimisme, jamais république ne fit la guerre pour s’agrandir. Un aventurier fr
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
54nt à mi-chemin entre le pessimisme de Hobbes et l’optimisme de Leibniz, ou encore entre les tyrans éclairés et le pacifisme intég
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
55il prévoit avec lucidité (mais résout avec trop d’optimisme) les problèmes que créera dans le monde l’expansion de nos concepts e
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
56s qu’il s’améliore ? Que signifie ce vieux fond d’optimisme qui attend que les choses s’arrangent ? Il n’y a aucune raison pour c
47 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
57 certainement ni le rationalisme ni le progrès. L’optimisme, la foi dans le progrès, sont des valeurs américaines et russes plus
48 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
58la situation de l’Europe prête à la fois à plus d’optimisme et de pessimisme que ne l’imaginent ces historiens. À plus d’optimism
59misme que ne l’imaginent ces historiens. À plus d’optimisme à long terme en ce qui concerne la signification positive de la cultu
49 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
60 Tiers Monde. Pleins d’idées et de chiffres, d’un optimisme sobre, d’un réalisme constructif. Les taux d’accroissement de la prod
50 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
61re cause morale. Ce serait faire preuve de trop d’optimisme historique. Tous les régimes quels qu’ils soient, bons ou médiocres,
51 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jean Paulhan (19-20 octobre 1968)
62lier » de notre littérature n’autorise pas trop d’optimisme. Il se peut que les hommes soient devenus plus exigeants. Il se peut
52 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
63’en naît », disait un jour Louis Armand, avec son optimisme coutumier.) J’en déduis que les ministres des six pays ont tort s’ils
53 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
64ites de la guerre, ou à l’absence de guerre ; à l’optimisme ou au pessimisme régnant ; à telle religion, ou à telle autre, dans u
54 1978, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Bof ! disent les jeunes, pourquoi ? » (1er décembre 1978)
65ecteur, le fond de tout est pourtant un courant d’optimisme et d’espérance ? Oui ! Si j’étais totalement pessimiste, si je pensai
55 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
66ondre le mythe du Déclin final de l’Occident. À l’optimisme d’un Saint-Simon, d’un Auguste Comte et d’un Marx, tous trois tenants
56 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
67volonté de vivre ». Plus téméraire encore, dans l’optimisme (Lévy dirait dans la complicité) : « Quant aux jeunes français et all
57 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
68ns le monde entier. Voilà donc aussi une raison d’optimisme, en tout cas d’espoir. Éviter la guerre, éviter la destruction de la