1 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
1igoureuse réglementation de nos conduites par les ordinateurs électroniques. (On les verra peut-être alors, ces sages, se lamenter
2éponse quasi instantanée par la consultation d’un ordinateur, les recours ultimes pouvant être présentés à la « Machine » avec un
3larité, la vocation d’une personne unique. Si les ordinateurs disent les règles et les normes, et si ces règles et ces normes sont
4antiques seraient trop facilement analysés par un ordinateur qui indiquerait aussitôt comment corriger le fonctionnement aberrant
2 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
5 bilan d’un État centralisé, tandis que seuls les ordinateurs pourront permettre de tenir compte des centaines de paramètres tradui
6’économiques, culturelles que techniques. Or, ces ordinateurs, nous les avons ! J’ai dit ailleurs que le fédéralisme intégral n’est
7t devenu possible qu’à partir de l’avènement de l’ordinateur. L’objection de la « trop grande complexité » est donc en réalité ana
3 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
8ux fonctionnaires de tradition unitaire. Mais les ordinateurs vont prendre la relève. Lénine disait que la révolution communiste, c
9déralisme, c’est l’autonomie des régions plus les ordinateurs, c’est-à-dire le respect du réel et de ses infinies complexités enfin
4 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
10une fédération au centre alpestre de l’Europe, un ordinateur eût probablement répondu, vers 1300, par un nom : le Gothard, et par
5 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
11 passible d’aliénation. Si vous n’y croyez pas, l’ordinateur est là. 8. Révolution et passion Prenons le phénomène de la révolut
6 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
12ux fonctionnaires de tradition unitaire. Mais les ordinateurs vont prendre la relève. Si la révolution communiste, c’était le marxi
13fédéralisme sera l’autonomie des régions plus les ordinateurs, c’est-à-dire le respect du réel et de ses infinies complexités enfin
7 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
14 bilan d’un État centralisé, tandis que seuls les ordinateurs pourront permettre de tenir compte des dizaines de paramètres traduis
15’économiques, culturelles que techniques. Or, ces ordinateurs, nous les avons ! J’ai dit déjà que le fédéralisme intégral n’est dev
16t devenu possible qu’à partir de l’avènement de l’ordinateur. L’objection de la « trop grande complexité » est donc en réalité ana
17ances monopolisées. 5. Installer et alimenter des ordinateurs conjoncturels régionaux, qui mesurent et comparent les dynamismes loc
8 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
18ux fonctionnaires de tradition unitaire. Mais les ordinateurs vont prendre la relève. Lénine disait que la révolution communiste, c
19déralisme, c’est l’autonomie des Régions plus les ordinateurs, c’est-à-dire le respect du réel et de ses infinies complexités enfin
9 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
20ion des ressources naturelles ? Il le demande à l’ordinateur. Il joue à augmenter ou à diminuer l’un ou l’autre, ou deux contre un
21 [p. 25] Ayant ainsi joué — en simulation et sur ordinateur — une vingtaine de combinaisons résultant de l’augmentation ou de la
22exemple ». J’entends dire aussi qu’après tout les ordinateurs ne sont pas infaillibles et qu’il serait dangereux de les croire quan
23 désirs ou ses craintes pour des réalités. Si les ordinateurs se trompent, c’est précisément dans la mesure où ils sont informés se
24bal. Car alors les pires prévisions calculées sur ordinateur deviendraient des fatalités. Voici donc notre grand dilemme : ou bien
10 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
25 l’avenir n’est pas notre affaire, mais celle des ordinateurs. Où sont les grands écrivains, les grands philosophes, les grands art
26recourt, bien sûr, à la capacité combinatoire des ordinateurs, mais aussi au jugement intuitif de ceux qui ont nourri ces appareils
27de l’État totalitaire mondial dirigé par le Grand Ordinateur dont certains rêvent dans un style orwellien de politique-fiction, ma
11 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
28 Suisse les frontières cantonales. Le jour où les ordinateurs consultés répondront que les liens concrets tissés entre les régions,
12 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
29 nous ferait croire, désormais, qu’il revient à l’ordinateur d’orienter notre politique. La prospective doit nous montrer la néces
30ividu des risques de la liberté. Roma locuta, — l’ordinateur a parlé, la cause est jugée. On oublie de nous dire qu’il n’est que l
31ns, celle du Plan Stalinien, mais celle aussi des ordinateurs du Pentagone, programmés par la Rand Corporation. L’intime liaison de
13 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
32ait « du flair », mais nos grands managers ont un ordinateur. Le flair était de l’homme en l’homme et tenait compte de tout ce que
33ésirs, vagues pressentiments et coups de génie. L’ordinateur est extérieur à l’homme et ne tient compte de rien, hors du programme
34a qu’un parti au pouvoir, celui qui fait parler l’ordinateur. Mais, à l’intérieur de ce parti, c’est un chaos, que reflète fidèlem
35r et de l’esprit que de l’intellect pur et de ses ordinateurs ; plus près de la Sagesse que du Pouvoir. Car les techniciens durs, n
14 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
36oms de rivières ou de montagnes, un peu comme les ordinateurs reçoivent aujourd’hui des noms de déesses grecques, affectueusement p
37 peut-être l’éliminer. Dès aujourd’hui les grands ordinateurs des deux camps ont pour principal objectif de mesurer les progrès des
38s, dans le ciel d’en face. Mais la guerre par les ordinateurs ne connaît ni valeurs ni doctrines, elle ne connaît que des quantités
15 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
39nologiques que sociales, projections simulées sur ordinateur, scénarios avec ou sans « surprise » apparaissent en rapide successio
16 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
40 l’illusion fataliste et fatale qu’il revient à l’ordinateur, désormais, d’orienter notre politique. La prospective doit nous mont
41ndividu des risques de la liberté. Roma locuta… l’ordinateur a parlé, la cause est jugée. On oublie de nous dire qu’il n’est que l
42ns, celle du Plan stalinien, mais aussi celle des ordinateurs du Pentagone, programmés par la Rand Corporation. L’intime liaison de
17 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
43tier une dictature dont Orwell donne l’idée, et l’ordinateur les moyens. La dictature n’exige pas d’imagination : il suffit de se
18 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
44s vœux des experts ventriloques qui font parler l’ordinateur : c’est leur affaire et non la mienne de parier sur tel taux de crois
19 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
45. Raisonnements monstrueux mais d’abord faux. Dix ordinateurs de petite taille coûtent moins cher qu’un seul gros faisant le même t
20 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
46stiques, culturels, et socio-économiques dont nul ordinateur jamais n’abolira les leçons surprenantes. Un triangle magique La col
21 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
47irtuellement faite 199 . [p. 354] Le jour où les ordinateurs consultés répondront que l’ensemble des liens concrets, le tissu des
22 1977, L’Avenir est notre affaire. Conclusion. « Sentinelle, que dis-tu de la nuit ? »
48 verdict de la Raison d’État, quand il tombe de l’ordinateur bien programmé ? Puissance ou Liberté, qui tranchera ? Entre le besoi
23 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
49 verdict de la Raison d’État, quand il tombe de l’ordinateur bien programmé ? Puissance ou Liberté, qui tranchera ? Entre le besoi
24 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
50lculs d’une « administration » américaine que les ordinateurs du Pentagone pourraient un beau jour inciter à nous laisser nous débr
25 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
51es probabilités, l’éliminer. Dès aujourd’hui, les ordinateurs des deux camps ont pour principal objectif de mesurer les progrès de
26 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
52ient les inventions technologiques, notamment les ordinateurs, capables de tenir compte de réalités d’une complexité telle que l’Ét