1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1 favoriser son expansion. — Mais je trouve en moi ordre et désordre, raison et folie, etc. Si je les cultive simultanément il
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926)
2 [p. 661] Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926) t Sous ce titre, le plus étonnant peut-être qu’il ait tr
3ns doute faudrait-il préciser ce qu’il entend par ordre, et montrer que si cet ordre l’écarte de Dada, il ne le conduit pas p
4 ce qu’il entend par ordre, et montrer que si cet ordre l’écarte de Dada, il ne le conduit pas pour autant à l’Académie. Diso
5mie. Disons pour aller vite que sa recherche de l’ordre révèle simplement [p. 662] une volonté de construire jusque dans le g
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
6onnée, où l’idée de la civilisation et celle de l’ordre sont chaque jour confondues ». Nous cherchons à conquérir non le mond
7Nous cherchons à conquérir non le monde, mais son ordre. Nous humilions sans trêve notre sensibilité au profit de ce « mythe
8tend notre esprit. La passion apparaît dans notre ordre social « comme une adroite fêlure ». Notre morale est entièrement sub
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
9it à parler des choses de la foi comme étant d’un ordre qui leur échappe ; de même je récuse ici certain sens critique dont o
10aire, etc., et tout ce qui leur correspond dans l’ordre politique par exemple. Parce que c’est très beau, ridiculement, spiri
11es, chapelets d’optimisme, tyranniques évidences, ordre et désordre, principes de Descartes, mathématiques aux pinces de crab
5 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
12ilisation apparaissent plus nettement. Un certain ordre s’élabore, ou, pour mieux dire, une organisation générale de la vie m
13en est l’esclave. Pour s’être exclu lui-même de l’ordre de la nature, il est condamné à ne plus saisir que des rapports abstr
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
14 publique. C’est à peine assez pour indiquer leur ordre de grandeur ; à quoi je me bornerai. Il a paru sur le sujet de l’inst
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
15disciplines se succèdent sans transition, dans un ordre absolument fortuit, de manière à prévenir toute concentration de l’es
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
16ire sortir le beau miracle d’une civilisation aux ordres de l’Esprit. Mais il faudrait que dès maintenant se constituent ces é
17élites et cela ne se peut que si les tenants de l’ordre spirituel retrouvent le courage d’être, malgré les mots  14 , des ana
18anité s’avachirait totalement. Mais il est dans l’ordre qu’elle beugle longuement tout en le suivant. Que faire, diront les g
19ibilité nous aiderait à retrouver l’accord avec l’ordre naturel. La culture de notre force de pensée nous rendrait une libert
9 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Julien Benda, La Fin de l’Éternel (novembre 1929)
20se de M. Marcel de ce qu’elle « mène loin… dans l’ordre moral ». Et quand cela serait ! dirons-nous, — avec le Benda qui ne t
10 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
21 [p. 25] L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929) u L’ordre so
22Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929) u L’ordre social Il y avait une fois un jeune homme comme les autres. Soudain i
11 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
23odes, c’est en réalité le soumettre aux lois de l’ordre matériel ; c’est se condamner donc à ne l’apercevoir que dans ses ser
24l « passe l’homme » et participe, en esprit, d’un ordre transcendental. Un seul fut parfaitement Homme : c’était un dieu. N’a
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
25u’il y a peu de poètes par le monde. C’est dans l’ordre des choses, et l’on sait qu’il suffit de très peu de sel pour rendre
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
26tre auteur, que ce mélange de représentants de ne ordre de toutes les races compose quelque chose d’assez hideusement provinc
27-même, à des analyses ou à des réductions du même ordre. Lui est des pieds à la tête un homme de 1930 ; et en même temps il s
14 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
28out fait, dont on agrémente des digressions sur l’ordre social. Mlle Engel constate que « les plus grands poètes français du
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
29lence contre les idées subversives de son fils un ordre social dont l’avantage évident est de le mettre à l’abri de la vérita
30e ce jour-là, il entrerait en bataille contre cet ordre de choses. Il se délivre progressivement de tous ses intérêts matéri
16 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
31’un tel livre me paraît résider avant tout dans l’ordre des faits qu’il met en jeu, dans la problématique qu’il parvient à su
17 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
32té paraît fausse, parce qu’elle [p. 18] impose un ordre arbitraire au prix d’un désordre. Mais à l’Allemand, cette sorte-là d
33signification d’un accident social réductible à l’ordre imposé. Passant à la limite du sentiment, là où il prend une valeur d
18 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
34as que l’on a réuni tant de richesses de tous les ordres — pour rien. Exactement. Ni plaisir ni profits. Voilà bien à quels je
19 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
35il y ait peu de poètes par le monde. C’est dans l’ordre des choses, et l’on sait qu’il suffit de très peu de sel pour rendre
20 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
36ls n’auront pas demain leur commandement dans cet Ordre du Sacrifice auquel rêve l’Europe, qu’elle redoute encore, mais qui f
21 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
37 des conséquences nécessaires de la pensée dans l’ordre pratique) « est protestant ». Mais, d’autre part, cette soif d’action
38n. Ou bien il faut leur rappeler des vérités d’un ordre tel que leur seule existence — si elles existent — rende vaines les p
39conduiraient à des conclusions dangereuses pour l’ordre établi. « Nous vivons dans un temps où les philosophes s’abstiennent.
22 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
40 justice actuelle et les fins que lui assigne l’« ordre » bourgeois. Une manifestation comme celle de la rue du Cherche-Midi
41ble « manifestation du régime ». Tout aveu de cet ordre concourt à la ruine de ses auteurs. Un régime fort, usant de ses pouv
23 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
42 — un certain nombre de choses à dire, un certain ordre de vérités qu’il n’est plus possible de taire. Mais c’est en vain que
43n »), le transcendant au temporel, il y a lieu et ordre d’attester que nous n’avons rien mérité, sinon la colère de Dieu. En
44la race, et à la lâcheté publique, il y a lieu et ordre d’attester la scandaleuse doctrine du « salut de grâce et bonté pure 
45 la volonté supposées non déchues, il y a lieu et ordre d’attester avec l’un des prophètes de ce temps, que la raison d’un ho
46ces » et qui s’appelle Production, il y a lieu et ordre d’attester qu’« une seule chose est nécessaire ». Et qu’heureux sont
47 soi, mais qui se manifeste au contraire comme un ordre, personnellement adressé à chacun de nous. Vérité actuelle aux deux s
24 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
48u désespoir. Mais, d’autre part, en vertu du même ordre des choses, la dialectique chrétienne rejette tout désespoir qui ne s
49 conclure qu’à partir de concepts réduits au même ordre, [p. 27] mais ce n’est pas ici du concept de la foi que nous parlons.
50re disposition ; elle survient, et c’est alors un ordre que nous recevons et qui nous meut parmi les hommes tels qu’ils sont,
51naire. Nous ne pouvons être ni conformistes — les ordres de la foi sont absolus — ni réformistes, n’ayant rien qui nous assure
52’abord les idoles, menaçantes. Et puis rester aux ordres de l’esprit. Nous n’avons pas à prendre d’assurances sur l’avenir. No
53s : et tout le reste est affaire d’obéissance aux ordres imprévisibles et concrets de la Parole. Point de « synthèse », point
25 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
54passionné de l’effort immédiat. Qu’un fait de cet ordre puisse être tenu pour crucial, je veux croire qu’on ne le contestera
55 qui seule compte certaine « originalité » dans l’ordre — au mieux — esthétique, je ne m’en étonnerai point. Il s’agit simple
26 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
56’homme. Après quoi seulement l’on distinguerait l’ordre de grandeur du grief qu’il fait à ce temps. C’est ce qu’en vain l’on
27 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
57ps ; ne pouvant accepter de nous battre pour un « ordre » et des « idéaux » criminels. Il y a la guerre proche. La ferons-nou
58tendre que cette force surhumaine d’entrer dans l’Ordre de la Pauvreté, qui vaincra toutes les révolutions — après les avoir
28 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
59is le fait est que le seul grand succès, dans cet ordre, est allé au livre de Céline, Voyage au bout de la nuit, chef-d’œuvre
60essai rendu nécessaire par le besoin de mettre en ordre l’énorme quantité de faits nouveaux que nous découvrons. Retour à l’i
29 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
61a victoire est d’être éveillé. Tel est pour lui l’ordre, le commandement. Mais que les chrétiens, fatigués de la lutte, vienn
62eillé. On a essayé de nous faire croire que cet « ordre » social qui nous blessait, c’était un aspect nécessaire de l’« ordre
63ous blessait, c’était un aspect nécessaire de l’« ordre chrétien » du monde. Nous ne l’avons pas cru longtemps, — le temps de
64 Une église « établie » établissant à son tour un ordre injuste du monde et s’appuyant sur lui, en réalité n’est plus l’Églis
65 raison, il ne peut s’en targuer pour fonder un « ordre chrétien » ; et s’il le fonde, c’est en réalité sur une tout autre fo
66sement optimistes encore. Toutes ces formules d’« ordre chrétien » ont été plus ou moins réalisées, et constituent dans leur
67es églises qui se crurent en droit d’édicter un « ordre chrétien », se fondaient toutes, et se fondent encore, sur une concep
68de confondre la morale petite-bourgeoise avec les ordres de la foi. Et l’on a vu Babitt. Mais n’allons pas chercher si loin. O
69comme une force positive contre une force de même ordre. Assez de cette « politique chrétienne » où l’on embarque une prétend
70nc. La politique est affaire de systèmes ; mais l’ordre, pour le chrétien, sera toujours de vouloir sur le champ le plus just
71tte foi est inaliénable. Elle ne constitue pas un ordre : elle donne des ordres, simplement. Elle n’est jamais entrée en coll
72. Elle ne constitue pas un ordre : elle donne des ordres, simplement. Elle n’est jamais entrée en collusion avec aucune durée,
30 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
73on réside dans leur effort pour « christianiser l’ordre [p. 1036] social ». Certains même parlent déjà du devoir qu’aurait l’
74ais qu’entendent-ils par « christianisation, de l’ordre social » ? Ont-ils distingué clairement le péril de sécularisation de
75. Heuson (Amérique). C’est un document de premier ordre sur la « rupture » à laquelle nous travaillons tous ici. p. 1034
31 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
76irituelle, notre tâche constructive est d’abord d’ordre spirituel. Qui dit précédence dit primauté. 2° que dans l’ordre, immé
77l. Qui dit précédence dit primauté. 2° que dans l’ordre, immédiatement consécutif, des institutions et des lois, je ne vois r
32 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
78x-mêmes. Il n’y a pas de solutions, — il y a des ordres 1. Celui qui veut vraiment agir ne demande pas d’abord un programme,
79st précisément une force qui se manifeste par des ordres personnels, et ces ordres sont pratiques, ou ils ne sont rien. On dir
80ui se manifeste par des ordres personnels, et ces ordres sont pratiques, ou ils ne sont rien. On dirait, à entendre parler cer
81en termes généraux, n’étant pas autre chose qu’un ordre qui me dit, à tel endroit précis du temps et de l’espace : voici ce q
82eut que renvoyer à la seule force d’où provient l’ordre véritable. La décision éthique est toujours choix : on ne peut choisi
83en claire. Nous préférons demander aux hommes ces ordres que l’on ne peut attendre que de Dieu : parce qu’avec les hommes, nou
33 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
84 choix et quelles conséquences il entraîne dans l’ordre politique, par exemple, que notre temps croit devoir considérer comme
34 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
85ignant au-delà d’elle-même une réalité d’un autre ordre et que les mots n’atteignent jamais directement ?… Nous développerons
35 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Pourquoi ils sont socialistes (juillet 1933)
86 de l’injustice, mais sans force pour concevoir l’ordre. Ni l’infamie, ni l’utopie ! disent-ils. Entendons — et c’est la véri
36 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
87ion » ait imposée à l’homme. Si nous refusons « l’ordre » établi, nous ne refusons pas moins les « révolutions » établies, ég
88rvateur. Trop ont un intérêt précis à confondre l’ordre véritable avec le statu quo. L’esprit n’est pas non plus pour nous c
89édiatement que, lorsqu’on édifie un système et un ordre : A) si l’on ne part pas de l’acte, on ne part pas du tout ; B) si l’
90de passer, dès maintenant, à la construction d’un ordre qui implique la rupture totale avec le désordre régnant. Nous nous en
91ologie, réalité qui, pour le chrétien, reste d’un ordre radicalement hétérogène à tout ordre terrestre.   V. — Nous n’ignoron
92, reste d’un ordre radicalement hétérogène à tout ordre terrestre.   V. — Nous n’ignorons pas que l’expression de « révolutio
37 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Positions d’attaque (décembre 1933)
932° Dans l’état présent des choses, il n’y a pas d’ordre concevable sur le plan capitaliste, au déterminisme duquel les soviet
94maine telle que nous l’avons définie. 5° Dans l’« Ordre nouveau », les institutions reproduisent à tous les degrés le conflit
38 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
95assumer son moi contradictoire pour le mettre aux ordres de la foi. C’est une colle de scolastiques ; elle alimentera quelque
96lorsque « mettant les pouces », je me rends à son ordre. 2. On comprend dès lors l’attrait que le thomisme a exercé à un mome
97n choix, une décision, — un acte d’obéissance à l’ordre « tombé du ciel ». Comment parler de la « restauration intégrale d’un
98onnu ou inconnu, passé ou à venir, mais bien d’un ordre, reçu hic et nunc, et d’une présence, qui juge tout. p. 55 x.
39 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
99s d’agir que je viens d’exposer appartiennent à l’ordre humain, et relèvent, pourrait-on dire, des intérêts de la pensée prot
100étien sait que ce bras s’est tendu. La foi est un ordre reçu, obéi et ordonnateur. Elle contient tout ensemble, dans l’instan
101 d’autre part qu’une [p. 28] action quelconque, d’ordre intellectuel, par exemple, ébranle nécessairement une suite de conséq
102as, je crois, de supprimer les difficultés de cet ordre, encore moins de les maquiller ; mais bien plutôt d’en assumer le ris
103mmunistes et les fascistes, mais aussi contre « l’ordre établi » ; il dit pis que pendre la politique, et il voudrait que la
40 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
104 ou hitlériens, ce sont des réalités générales, d’ordre statistique ; des considérations, par exemple, sur le développement é
105alité décisive. Tous, nous avons reçu de Dieu cet ordre : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tous donc, nous avons reçu,
106sibles que dans cet acte, unique d’obéissance à l’ordre de Dieu, qui s’appelle l’amour du prochain. Je dis bien : acte, et il
41 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
107, et c’est pourtant sur elles qu’on veut fonder l’ordre public. Mais ce peu de personnes existantes, n’est-ce pas déjà un ava
108rai tenté de lui répondre qu’une ignorance de cet ordre est bien plutôt une espèce de refus… À chacun de s’examiner et d’épro
109s et générales, ne sont pas celles qui assurent l’ordre le plus vivant. Ne nous laissons pas envoûter par l’exemple des dicta
110ons pas envoûter par l’exemple des dictatures ! L’ordre extérieur imposé par l’État, au moyen des violences qu’on sait, peut
111e que la fixation brutale d’un désordre réel. Cet ordre reste à la merci de la révolte suffisamment violente de quelques voca
112cience en un péril pour la défense nationale et l’ordre public. Quatrième question. — Les personnalistes se réclament volont
113peut connaître que [p. 61] lorsqu’il en reçoit un ordre, une vocation, et qu’il exécute cet ordre 13 . L’Esprit souffle où il
114çoit un ordre, une vocation, et qu’il exécute cet ordre 13 . L’Esprit souffle où il veut. Mais lorsqu’il parle à l’un de nous
42 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
115peu de raisons d’imaginer possible le saut dans l’ordre de la liberté. En effet, les nouvelles [p. 72] valeurs instituées pen
43 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
116 la plus subversive, est la doctrine d’un certain ordre terrestre, d’un certain aménagement des activités, de la durée, des c
117ivités, de la durée, des créations humaines. Tout ordre terrestre suppose une conception de l’homme, tel qu’il est ou tel qu’
118atique, la politique de la contrainte armée, de l’ordre immuable, de la mesure (ou hiérarchie) sociale imposée. C’est une doc
119savoir aussi qu’elle est intenable, parce que les ordres de la foi sont toujours imprévisibles, instantanés, et qu’ils ne souf
120 : pour le politique pur, il s’agit toujours d’un ordre établi ou d’un ordre à établir. Pour le croyant, il ne s’agit, d’abor
121pur, il s’agit toujours d’un ordre établi ou d’un ordre à établir. Pour le croyant, il ne s’agit, d’abord, que d’un ordre reç
122 Pour le croyant, il ne s’agit, d’abord, que d’un ordre reçu. Mais dès que l’ordre est véritablement reçu, et accepté, il s’a
123git, d’abord, que d’un ordre reçu. Mais dès que l’ordre est véritablement reçu, et accepté, il s’agit de l’exécuter. L’ordre
124ment reçu, et accepté, il s’agit de l’exécuter. L’ordre reçu par le chrétien est dans l’instant, hic et nunc ; l’ordre imposé
125r le chrétien est dans l’instant, hic et nunc ; l’ordre imposé par une politique est dans l’évolution, dans la durée. Mais il
126ns l’évolution, dans la durée. Mais il faut que l’ordre reçu s’insère aussitôt dans l’histoire ; et le problème des moyens, s
127 moyen. Contre le réactionnaire, il affirme que l’ordre établi ne saurait être en aucun cas définitif ni suffisant. [p. 82]
44 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
128u désespoir. Mais, d’autre part, en vertu du même ordre des choses, la dialectique chrétienne rejette tout désespoir qui ne [
129 conclure qu’à partir de concepts réduits au même ordre. Mais ce n’est pas ici du concept de la foi que nous parlons. C’est d
130re disposition ; elle survient, et c’est alors un ordre que nous recevons et qui nous meut parmi les hommes tels qu’ils sont,
131tions qui prétendraient fonder notre salut sur un ordre terrestre. Mais toutes ces négations, nous les déclarerons au nom d’u
132formisme nous est pratiquement interdit : car les ordres que donne la foi sont absolus, et ils s’opposent aux ordres de l’État
133 donne la foi sont absolus, et ils s’opposent aux ordres de l’État totalitaire. Mais, d’autre part, le réformisme suppose trop
134d’abord les idoles menaçantes. Et puis rester aux ordres de l’esprit. Nous n’avons pas à prendre d’assurances sur l’avenir. No
135s : et tout le reste est affaire d’obéissance aux ordres imprévisibles et concrets de la Parole. Point de « synthèse », point
45 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
136e est [p. 100] d’être éveillé. Tel est pour lui l’ordre, le commandement. Mais que les chrétiens, fatigués de la lutte, vienn
137eillé. On a essayé de nous faire croire que cet « ordre » social qui nous blessait, c’était un aspect nécessaire de l’« ordre
138ous blessait, c’était un aspect nécessaire de l’« ordre chrétien » du monde. Nous ne l’avons pas cru longtemps, — le temps de
139 Une église « établie » établissant à son tour un ordre injuste du monde et s’appuyant sur lui, en réalité n’est plus l’Églis
140 raison, il ne peut s’en targuer pour fonder un « ordre chrétien », et s’il le fonde, c’est en réalité sur une tout autre for
141ement optimistes encore. Toutes ces formules d’ « ordre chrétien » ont été plus ou moins réalisées, [p. 104] et constituent d
142es églises qui se crurent en droit d’édicter un « ordre chrétien », se fondaient toutes, et se fondent encore, sur une concep
143de confondre la morale petite-bourgeoise avec les ordres de la foi. Et l’on a vu Babitt. Mais n’allons pas chercher si loin. O
144comme une force positive contre une force de même ordre. Assez de cette « politique chrétienne » où l’on embarque une prétend
145nc. La politique est affaire de systèmes ; mais l’ordre, pour le chrétien, sera toujours de vouloir sur le [p. 109] champ le
146tte foi est inaliénable. Elle ne constitue pas un ordre : elle donne des ordres, simplement. Elle n’est jamais entrée en coll
147. Elle ne constitue pas un ordre : elle donne des ordres, simplement. Elle n’est jamais entrée en collusion avec aucune durée,
46 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
148le bien absolu. C’est ici que nous entrons dans l’ordre de l’éthique quotidienne. L’humaniste cherchera une solution humaine
149lu qu’est sa vie. Le chrétien cherche à obéir aux ordres de sa foi, fût-ce même au mépris de sa vie : tel est le fondement de
47 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
150son entre deux réalités à ce point inégales, et d’ordre essentiellement différent. D’une façon générale, [p. 120] cela n’a au
151le de vie, valable en soi et propre à maintenir l’ordre, la prospérité et les rapports les plus confortables entre les humain
48 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
152État. Il s’agit de s’en emparer. Un jour, vient l’ordre de marcher sur Paris. On installe au pouvoir le leader des antifascis
153r les excès trop connus de certaines méthodes « d’ordre ». Il y a des excès partout 41  ; la malfaisance d’un régime ne saura
154me. Ils croient que le fascisme est le parti de l’ordre. Ils ne voient pas à quel niveau ni à quel prix s’établit cet ordre b
155nt pas à quel niveau ni à quel prix s’établit cet ordre barbare 46 . J’ai montré, d’autre part, comment l’antifascisme social
156. Que nous montre, en effet, l’Allemagne ? Dans l’ordre ecclésiastique, c’est l’Église confessante qui s’oppose à l’esprit un
157et qui sauvegarde le principe fédéraliste. Dans l’ordre politique, ce sont les groupes « personnalistes » qui ont résisté le
158La personne n’est jamais « au pas ». Elle est aux ordres de sa vocation, elle est seule responsable de son risque ; surtout, e
49 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
159ps ; ne pouvant accepter de nous battre pour un « ordre » et des « idéaux » criminels. Il y a la guerre proche. La ferons-nou
160tendre que cette force surhumaine d’entrer dans l’Ordre de la Pauvreté, qui vaincra toutes les révolutions — après les avoir
50 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
161aix comme d’autres ont cherché la puissance, ou l’ordre, ou l’aventure, ou le plaisir. Cette ardeur est évidemment maladive.
162e donner sa réelle et pratique importance, dans l’ordre des sanctions immédiates, à une opposition d’apparence toute philosop
163ières revendications d’égalité furent néanmoins d’ordre strictement politique. On voulait un système fondé sur l’homme-en-gén
164a communauté. Qu’il ait à en répondre. Il n’y a d’ordre qu’à ce prix. Une paix véritable ne saurait résulter de l’affaiblisse
165ssement systématique des antagonismes. La paix, l’ordre, la solidarité que nous voulons se fonderont sur cette affirmation an
51 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
166que chose, pratiquement ! Quand on se meut dans l’ordre des vérités qui ne dépendent pas du rendement électoral, et qui sont
167s spirituels qu’il nous faut commencer la mise en ordre du monde moderne. Importance d’une définition de la personne. Toute l
168 spirituel dont je me réclame a sa réalité dans l’ordre évangélique. Que dit donc l’Évangile ? « Les premiers seront les dern
169ire : ce que l’homme place au premier rang d’un « ordre » humain et rien qu’humain sera au dernier rang de l’ordre spirituel,
170umain et rien qu’humain sera au dernier rang de l’ordre spirituel, que Dieu ordonne. Et encore : le plus grand est celui qui
171tat, il n’y a pas seulement la vision d’un nouvel ordre et d’une franchise plus énergique, il y a aussi une défense contre ce
172e et d’Angleterre. Est-ce l’avènement d’un nouvel Ordre européen ? 59 [p. 180] Aventures ? La révolution n’est pas une av
52 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
173 personnes animées par une certitude qui est de l’ordre du spirituel. Que ce spirituel-là vienne à faiblir, à douter de lui-m
174’une révolution véritable, c’est la doctrine de l’ordre qu’elle entend établir. Doctrine et tactique sont absolument insépara
175je dirai que ce fut le choc des « défenseurs de l’ordre » (les Anciens Combattants) et des gardiens de l’ordre. De part et d’
176 » (les Anciens Combattants) et des gardiens de l’ordre. De part et d’autre, une conception très vague de l’ordre ; de part e
177e part et d’autre, une conception très vague de l’ordre ; de part et d’autre, aucun pouvoir réel, aucune doctrine cohérente e
178 utiliser qui n'ait déjà sa place prévue dans un Ordre nouveau. (Condamnation des partis purement électoraux, des moyens de
179oins à travailler avec « les masses » 62  !) 5. L’ordre à créer doit se manifester dès maintenant comme mise en ordre. Cela s
180r doit se manifester dès maintenant comme mise en ordre. Cela signifie que la période de transition au nouvel état social est
181 brigade de choc sont instruments de dictature. L’ordre à créer sera l’œuvre d’un « ordre » analogue aux anciens ordres de ch
182de dictature. L’ordre à créer sera l’œuvre d’un « ordre » analogue aux anciens ordres de chevalerie. Son honneur : le combat
183 sera l’œuvre d’un « ordre » analogue aux anciens ordres de chevalerie. Son honneur : le combat singulier. C’est-à-dire la con
184oncrètes d’homme à homme, de prochain à prochain. Ordre pauvre : sa seule richesse consistant à savoir se dépenser. Pauvre no
185par les témoignages de la liberté qu’elle assure. Ordre secret et fraternel au milieu de la foule des villes, je le vois grou
53 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
186 de démêler ces notions et de fonder sur elles un ordre social renouvelé. Des philosophes tels que Maritain du côté catholiqu
187 fédéraliste protestante jusqu’à nos jours, est d’ordre proprement spirituel. C’est bien le même état d’esprit qui explique à
188ois cependant il marque une préférence, mais de l’ordre le plus général. C’est lorsqu’il écrit : « Le meilleur état de gouver
189] encore nous soutenir que ce délire représente l’ordre ? Qui ne voit qu’une telle religion hait mortellement la foi chrétien
54 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
190r rapidement le principe de cohésion de ces trois ordres. Dans l’ordre philosophique, L’Ordre nouveau suspendait toutes ses dé
191 principe de cohésion de ces trois ordres. Dans l’ordre philosophique, L’Ordre nouveau suspendait toutes ses définitions à l’
192dans un numéro spécial intitulé : Rupture entre l’ordre chrétien et le désordre établi. Elle n’en reste pas moins le lieu de
55 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
193ntelligence pour travailler à mettre en marche un ordre neuf. Quant à ceux qui nous reprocheraient d’être ce qu’on appelle « 
56 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
194re de bercail. Maintenant, tout est rentré dans l’ordre, les moutons se sont apaisés, et la situation s’éclaircit. Voici veni
57 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
195 ou hitlériens, ce sont des réalités générales, d’ordre statistique ; des considérations, par exemple, sur le développement é
196alité décisive. Tous, nous avons reçu de Dieu cet ordre : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tous donc, nous avons reçu,
197ue dans cet [p. 156] acte unique d’obéissance à l’ordre de Dieu, qui s’appelle l’amour du prochain. Je dis bien : acte, et il
58 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
198vec ses Deux Sources pourrait s’aligner, dans cet ordre, avec un honnête romancier. On s’étonnera, sans doute, de m’en voir é
59 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
199-ce que l’homme ? Une créature. Qu’est-ce que son ordre ? La loi du Créateur. Le solitaire que Kierkegaard appelle, c’est l’h
200’une révolte, en fin de compte, imaginaire. Car l’ordre de ce monde est lui-même en révolte contre l’ordre reçu de Dieu, qui
201rdre de ce monde est lui-même en révolte contre l’ordre reçu de Dieu, qui sera l’Ordre du Royaume. Et nier une négation, c’es
202n révolte contre l’ordre reçu de Dieu, qui sera l’Ordre du Royaume. Et nier une négation, c’est s’enfoncer dans le néant. Seu
203la transformation que veut l’Esprit, s’oppose à l’Ordre. « Ne vous conformez pas à ce siècle présent, mais soyez transformés 
204 de sa réalité. Celui-là seul connaît sa fin et l’ordre éternel de sa vie. Celui-là seul peut juger de ce monde, et s’y tenir
205me, et j’entends, à l’homme tel qu’il est, dans l’ordre même de son péché. Ainsi Maurras, lorsqu’il dénonce les mythes de l’h
60 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
206me au présent, où serait notre création ? Et si l’ordre que nous voulons n’était rien d’autre que la subversion du désordre o
207ésordre où nous sommes nés, d’où viendrait donc l’ordre vivant ? On ne crée pas la vie en insultant la mort. Il faudra se tou
208u désordre établi et le principe vivant du nouvel ordre. Ce pouvoir, nous le connaissons, dans la mesure où nous sommes humai
209aire au bonheur, la religion mise au service de l’ordre, la permanence, les vertus trop massives. C’est l’espèce des immorali
210gime plus qu’ils n’annoncent la venue d’un nouvel ordre. Une critique dépourvue de critère indépendant de la littérature est
211nt le siècle de la décadence des lieux communs. L’Ordre, le Bien Public, la Richesse, la Puissance nationale, l’Honneur, l’Es
212x qui connaissent la mesure connaîtront bientôt l’ordre et la culture que nous voulons. Nous rejoignons ici le propos de ces
61 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
213contemporaine de celle de l’homme abstrait dans l’ordre politique. Et l’extension de cette science mesure assez exactement l’
214n scepticisme : elle renverse de fond en comble l’ordre des valeurs établies par le rationalisme et le collectivisme, elle pr
215ectif elle oppose son exigence proximiste. Dans l’ordre personnel, les relations les plus « valables » sont celles qui exigen
216de chacun ? Prenons garde de retomber ici dans un ordre contractuel où la personne abritée par la loi perde à la fois son ris
217irresponsabilité des hommes reliés ? Qu’importe l’ordre de l’État, s’il se maintient au prix du désordre privé ? Qu’importe,
218’ai fait, et je ne sais rien d’autre. J’ai reçu l’ordre, et ce pouvoir ordonnateur, irréfutablement est là, rendu visible. J’
62 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
219Le surréalisme garde une valeur de fait-témoin, d’ordre spirituel ; à ce titre, il marque une époque, bien plus qu’une littér
63 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
220si ce savoir n’est pas pour moi, à tel moment, un ordre ou une tentation. Quand cesserons-nous d’agiter des problèmes qui n’o
221canique étatiste et dictatoriale qui tient lieu d’ordre dès que l’homme renonce à assumer personnellement son risque et celui
222uisque ce pouvoir n’a pas d’autre fondement que l’ordre révélé par Jésus-Christ. Si le tu a le droit de venir troubler ma qui
64 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
223recours à la raison pour leur imposer le silence. Ordre géométrique, loi des choses muettes, mesure des apparences permanente
224e, — l’homme le sait. Et sa dictature n’est pas l’ordre. Elle peut tuer les bêtes, couper les arbres et peupler les déserts ;
225e siècle. Mais avant que d’y venir, et suivant l’ordre d’une Histoire dont la loi peut paraître souverainement illogique, no
226se à toute la création, désormais replacée dans l’ordre originel. À cet instant, parce qu’il possède cette réponse, l’homme c
227 au monde — mais sans comprendre sa question — un ordre « humain », — mais sans connaître l’Homme — peut être caractérisé dan
65 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
228aix comme d’autres ont cherché la puissance, ou l’ordre, ou l’aventure, ou le plaisir. Cette ardeur est évidemment maladive.
229e donner sa réelle et pratique importance, dans l’ordre des sanctions immédiates, à une opposition d’apparence toute philosop
230ières revendications d’égalité furent néanmoins d’ordre strictement politique. On voulait un système fondé sur l’homme-en-gén
231a communauté. Qu’il ait à en répondre. Il n’y a d’ordre qu’à ce prix. Une paix véritable ne saurait résulter de l’affaiblisse
232que des antagonismes. La paix que nous voulons, l’ordre que nous voulons, la solidarité que nous voulons se fondera sur cette
66 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
233exemple, entre vingt autres, et lisons-les dans l’ordre chronologique, qui n’est pas dépourvu d’enseignement. Crise ! déclare
234 précisent en méfiance lorsque Marquet parle de l’ordre nécessaire. De quel ordre s’agit-il ici ? Montagnon nous l’apprend, l
235sque Marquet parle de l’ordre nécessaire. De quel ordre s’agit-il ici ? Montagnon nous l’apprend, lorsqu’il fait un panégyriq
236 : « La liberté ne se conçoit qu’en fonction d’un ordre sur lequel elle s’appuie, par où seulement elle a une signification. 
237seulement elle a une signification. » Mais si cet ordre est défini par la seule puissance de l’État, nous crions au « fascism
238t électoral, mais qui empêtrent tout élan vers un ordre vraiment nouveau. C’est un effort doctrinal qu’il faudrait, — celui-l
67 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
239a seule chose nécessaire ». Rien de grand, dans l’ordre humain, ne peut être vraiment dangereux pour un chrétien qui sait en
240l, crayonné rapidement, à la volée, et sans autre ordre que celui-là même des aphorismes dans l’édition de M. Bolle. ⁂ Le se
68 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
241 les remous de la bataille qu’à travers un nouvel ordre économique, c’est l’homme et sa libération qui en reste l’enjeu et le
69 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
242 dépasser en splendeur les manifestations du même ordre dont s’est illuminé le passé. Mais nous entendons lui donner son cara
243s, il faut l’avouer, à des soucis d’un tout autre ordre 27 . L’esprit paraît d’autant plus spirituel, et partant, d’autant pl
244 psychologie : science de l’âme — d’un tout autre ordre de problèmes : à savoir la physiologie des sensations et la classific
245nsmettre les doctrines des clercs de [p. 45] tous ordres qui devaient régir la cité et qui se vendent ou se désintéressent ; q
70 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
246 voulons être, et nous serons de plus en plus, un ordre, une communauté de personnes qui ont fait la révolution dans leur vie
71 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
247ée et transmise par des personnes assujetties aux ordres de leur vocation, et responsables de son exercice, peut sauvegarder n
248l’esthétisme… Presque toutes ces pseudo-mesures d’ordre culturel ou moral ont été supprimées par l’État soviétique, plus rigo
72 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
249omulgués. On célèbre l’Édit de Nantes au nom de l’ordre dans l’État. On flétrit la Révocation décrétée au nom du même ordre e
250 On flétrit la Révocation décrétée au nom du même ordre et pour le bien du même État, mais on invoque cette fois les droits s
251u raffermissement de l’État. Que peut valoir un « ordre » imposé brutalement de l’extérieur à deux partis, sans tenir compte
252elle erreur de l’État policier. D’ailleurs, cet « ordre », qui se fonde sur la méconnaissance des réalités spirituelles, se r
73 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
253nscience fédéraliste qui appelle des institutions Ordre nouveau. Enfin, un peu partout, l’idée qu’il faut organiser les liber
74 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
254« fasciste » comme nous disons en France. Je suis Ordre nouveau. Mais nous reconnaissons l’un et l’autre la nécessité d’une é
255aractérise ces années. Nous avons à construire un ordre. Cela me paraît bien plus urgent que d’aller faire la petite guerre d
75 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
256le. Ou bien Dieu [p. 22] est présent, et c’est un ordre souverain ; ou bien il se retire, et devient un problème. Problème s
257nature des choses humaines permet qu’au sein de l’ordre le plus ferme, notre esprit trouve lieu de s’ébattre autour des force
258tre chose est de poser des questions au sein d’un ordre solidement bâti, autre chose est de découvrir que soudain des problèm
259 soudain des problèmes se posent, qui débordent l’ordre établi et qui minent ses fondements. À plusieurs moments de l’histoir
260sante que les forces qui sont encore vives dans l’ordre social par exemple, les chances et la nécessité d’une révolution se f
261lui, ne pose pas de problèmes, mais qui donne des ordres, et la force, et la joie de les accomplir. Les critiques perspicaces
262ce qui subsiste encore tant bien que mal du vieil ordre. C’est avant tout fonder un pouvoir neuf. Bien entendu, cela suppose
263aires sous prétexte que le vrai tragique est de l’ordre du spirituel. Qu’un intellectuel refuse absolument de s’intéresser à
264’ennemi. Et je ne dis pas que cela ne soit dans l’ordre. Mais je remarque d’autre part que les clercs admettent fort bien qu’
265de son cigare. Et c’est cela qui n’est pas dans l’ordre. Cette tolérance serait-elle d’aventure une sorte d’ironie philosophi
76 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
266eur non point accidentelle mais initiale, et de l’ordre du spirituel. La description historique de de Man se fonde en dernièr
267es éthiques, des styles de vie, des conceptions d’ordre moral. C’est ici qu’une question plus profonde me paraît devoir être
77 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
268héroïque de notre lutte contre la mort. Imposer l’ordre et la mesure humaine à l’anarchie des forces naturelles, voilà l’affi
269s puissances conjuguées de critique et de mise en ordre ; mais une fois l’idéal conquis, et le combat rompu, elle se dissocie
270e combat rompu, elle se dissocie fatalement, et l’ordre abstrait prenant le pas sur les facultés d’invention, il en résulte u
78 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
271st une théologie qui légitime devant l’éternité l’ordre établi. Une métaphysique de la sécurité. En somme, il s’agit à la foi
272ance prise au nom de la raison sur l’avenir : « L’Ordre pour base, le Progrès pour but. — Le progrès est le développement de
273 pour but. — Le progrès est le développement de l’ordre. — Les vivants seront toujours et de plus en plus gouvernés nécessair
274e la foi créatrice. Et si l’homme résiste à cet « ordre » que l’on déduit des choses par une science exacte, on saura le rédu
79 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
275quand elle a décomposé l’obstacle, elle impose un ordre arbitraire, une unité qui n’est pas celle de la vie, et qui est d’ord
276unité qui n’est pas celle de la vie, et qui est d’ordre géométrique. Tant qu’elle reste au service d’une fin qui comporte une
80 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
277l prodigue aujourd’hui à la culture dans tous ses ordres 23 ne sont-elles pas le signe qu’il y a place désormais dans sa visé
81 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
278u mieux d’un instrument qui fut commun à tous les ordres de la pensée cléricale ou profane, et du pouvoir [p. 68] temporel méd
279 pour les qualités et substances, et qu’en chaque ordre, il importe avant tout de distinguer le modèle simple qui détermine l
280répare l’attentat d’Anagni, leur révolte contre l’ordre établi se traduit tout naturellement — en vertu d’un très sûr instinc
82 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
281its de notre temps : esprit, révolution, liberté, ordre, patrie. Voilà les instruments du jeu philosophique, ou politique, qu
282ent le parti de l’esprit et les autres celui de l’ordre, les uns le parti de la révolution, les autres celui de la patrie… Le
283e la patrie… Les uns voudraient la liberté dans l’ordre, ou la révolution par l’esprit, ou un esprit patriotique, ou une patr
284que d’autres opposent l’esprit à la révolution, l’ordre à la liberté, ou encore les patries de l’ordre à la patrie de la révo
285 l’ordre à la liberté, ou encore les patries de l’ordre à la patrie de la révolution… Toutes ces combinaisons et ces permutat
286alie partant à la conquête de l’Éthiopie, etc. L’ordre sera tantôt le statu quo, si absurde soit-il, [p. 79] tantôt la dicta
287rgeois. Mais si les mots d’ordre sont faux ? Si l’ordre qu’ils imposent est arbitraire, ou s’il ne mise que sur l’indignité h
83 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
288procher au régime des soviets certaines erreurs d’ordre métaphysique, qui leur paraissent sans gravité pratique. (J’ai dit su
289 Mais un fait demeure hors de doute et surpasse l’ordre des erreurs possibles : c’est que le Plan est l’instrument forgé par
84 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
290 pensées dominent les fondements et la forme de l’ordre social et politique nouveau. » — « Le Führer est le Parti, le Parti e
291la substance de l’empire. Elle est le but de tout ordre. Le peuple… est le seul but de toute activité humaine et de toute ins
292mpose donc à une dictature trois grandes tâches d’ordre culturel : a) la mise en forme des doctrines qui justifient rétrospec
293’est-à-dire non point pour telle œuvre de premier ordre, [p. 110] que ces masses n’auraient pas toujours la capacité d’admire
294sition ou à des interversions fréquentes des deux ordres de travail, davantage qu’à la création d’une attitude centrale d’où l
85 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
295e vivants. L’anarchie n’a le droit de critiquer l’ordre que lorsqu’elle est consciemment anarchique, en vertu d’une volonté e
296 fallait une dictature pour y mettre un minimum d’ordre et permettre à la vie de continuer. Il est incontestable que nous avo
297r. Il est incontestable que nous avons établi cet ordre : on ne se mitraille plus dans nos rues, l’État combat la misère et l
298s, vieillards aux commandes, presse « libre » aux ordres des grands trusts, anarchie dans l’enseignement, et dix morales contr
299ous serez bien forcés de commencer par rétablir l’ordre extérieur. Et vous ferez du collectivisme. C’est la seule « base comm
300 mesure commune à la pensée et à l’action. Car un ordre extérieur n’est solide et fécond que s’il résulte d’un ordre intérieu
301ieur n’est solide et fécond que s’il résulte d’un ordre intérieur. Et cet ordre intérieur ne se crée pas à coups de décrets d
302ond que s’il résulte d’un ordre intérieur. Et cet ordre intérieur ne se crée pas à coups de décrets d’urgence et de propagand
303crets d’urgence et de propagande de masses. Pas d’ordre spirituel sans un minimum matériel, c’est l’évidence. Mais pas d’ordr
304un minimum matériel, c’est l’évidence. Mais pas d’ordre total sans une soumission organique du matériel au spirituel. C’est e
86 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
305Et le jugement que vous prétendez porter est de l’ordre du choix « subjectif ». Relevant d’un acte de foi, il transcende les
87 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
306est l’incarnation d’une mesure commune à tous les ordres et qui les harmonise. Il était nécessaire de le rappeler et de décrir
307spirituel puissant y parviennent seules : yoghis, ordres mendiants, missionnaires.) 3° L’appel. — De ces deux Europes d’aujour
88 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
308les proposent comme idéal à leurs élèves, dans un ordre de choses, on le sait, où l’idéal a su se rendre obligatoire : il y a
309osophes français est la plus remarquable dans cet ordre. Ce sont de véritables Prêtres de l’insoluble.) Séparé d’une certaine
310privés du droit d’affirmer rien de certain dans l’ordre de la connaissance, cependant ils seraient en droit d’agir, car on s’
311tif évoque dans nos esprits modernes une vision d’ordre ou d’ordonnance. Et cette vision flatte aussitôt la passion de sécuri
312il s’agit de leur destin, et d’un destin dont les ordres concrets ne rencontrent même plus de refus, mais seulement un geste d
89 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
313intenant la place au faire, et cela dans tous les ordres de nos activités, non seulement dans la politique ou la religion, où
314ule garantie de ce qu’on nomme, par antiphrase, l’ordre bourgeois. Garantie bien précaire. Car il y a ceux qui souffrent, d’a
315s », quitte ensuite à « spiritualiser » le nouvel ordre des choses. Ils n’ont pas plus de lumières sur les modalités de cette
316scèse à la fois pour humaine et pour conforme à l’ordre christique tel que cet ordre nous est adressé ; l’autre ascèse, anti-
317et pour conforme à l’ordre christique tel que cet ordre nous est adressé ; l’autre ascèse, anti-humaine et spiritualiste — ce
318néalogie de la Morale — étant plutôt conforme à l’ordre religieux tel que, pécheurs 95 , nous prétendons l’organiser pour not
319 les Grecs, l’homme dans la cité ; les Romains, l’ordre imposé par l’Empire ; le Moyen Âge, la théologie ; le siècle de Louis
320si ce savoir n’est pas pour moi, à tel moment, un ordre ou une tentation. Quand cesserons-nous d’agiter des problèmes qui n’o
321mp libre à la mécanique étatiste qui tient lieu d’ordre dès que l’homme renonce à assumer personnellement son risque vis-à-vi
322s 104 avons entrepris la description d’un nouvel ordre de valeurs éthiques, suspendu tout entier et relié en chacun de ses p
323celles de l’incarnation personnelle. C’est là son ordre et sa réalité, et le lieu de sa rédemption. Cette limitation voue l’e
324es historiques lointaines, j’ai critiqué certains ordres qu’on lui oppose. Restreignant ensuite le champ de mes observations à
90 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
325z Ramuz la faculté d’imaginer et de penser dans l’ordre de l’incarnation, devait le conduire à créer un milieu où tout « être
91 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
326procher au régime des Soviets certaines erreurs d’ordre métaphysique, qui leur paraissent sans gravité pratique. (Nous avons
327 Mais un fait demeure hors de doute et surpasse l’ordre des erreurs possibles : c’est que le Plan est l’instrument forgé par
328e vivants. L’anarchie n’a le droit de critiquer l’ordre que lorsqu’elle est consciemment anarchique, en vertu d’une volonté e
329 fallait une dictature pour y mettre un minimum d’ordre et permettre à la vie de continuer. Il est incontestable que nous avo
330r. Il est incontestable que nous avons établi cet ordre : on ne se mitraille plus dans nos rues, l’État combat la misère et l
331s, vieillards aux commandes, presse « libre » aux ordres des grands trusts, anarchie dans l’enseignement, et dix morales contr
332ous serez bien forcés de commencer par rétablir l’ordre extérieur. Et vous ferez du collectivisme. C’est la seule « base comm
333 mesure commune à la pensée et à l’action. Car un ordre extérieur n’est solide et fécond que s’il résulte d’un ordre intérieu
334ieur n’est solide et fécond que s’il résulte d’un ordre intérieur. Et cet ordre intérieur ne se crée pas à coups de décrets d
335ond que s’il résulte d’un ordre intérieur. Et cet ordre intérieur ne se crée pas à coups de décrets d’urgence et de propagand
336crets d’urgence et de propagande de masses. Pas d’ordre spirituel sans un minimum matériel, c’est l’évidence. Mais pas d’ordr
337un minimum matériel, c’est l’évidence. Mais pas d’ordre total sans une soumission organique du matériel au spirituel. C’est e
338est l’incarnation d’une mesure commune à tous les ordres et qui les harmonise. La question de la mesure d’une civilisation est
92 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
339xpérience marxiste eût réussi ? Sa croyance est d’ordre mystique, contredite par les faits connus. C’est une espèce d’acte de
93 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
340uelle. La dictature tue la liberté pour assurer l’ordre et le pain du corps (c’est le principe !). La liberté condamne la dic
94 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
341l y ait beaucoup à dire sur ce point, mais bien l’ordre ou plutôt la succession désordonnée des œuvres qu’on nous a traduites
95 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
342r lequel il la conçoit dans son cœur, et répète l’ordre qui l’a créée, s’appelle la parole. » Nous voici donc « chargés du rô
96 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Échos (janvier 1936)
343, deux fois par semaine, des sections d’assaut en ordre de marche. Ils vont par 3 et non par 4. Je me suis fait dire par quel
97 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
344aveuglément. (« Je marche comme un somnambule aux ordres de la Providence du peuple allemand. ») Et il terminait d’une voix to
345sée, et qui a commencé par suivre aveuglément vos ordres avant que l’idée vous vien[ne] de lui demander les siens. Mais le Füh
98 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
346l est courant que les hommes obéissent à certains ordres qui leur sont donnés sans autorité, mais qui sont appuyés mécaniqueme
347sont appuyés mécaniquement, par les gardiens de l’ordre, ou par certaines sanctions financières par exemple, auxquelles l’ind
348t les politiciens « réalistes » se conforment aux ordres récités par le pouvoir subsistant. 3. Le propre du pouvoir, c’est d’ê
349 ce qui crée, initie et invente, ce qui impose un ordre neuf à l’anarchie. Cet esprit-là, c’est l’autorité même. C’est l’acte
350uissance matérielle, mais déjà victorieuse dans l’ordre spirituel. 5. La révolution est essentiellement l’affirmation d’une n
99 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
351ntelligence pour travailler à mettre en marche un ordre neuf. Nous sommes « intellectuels », certes, dans ce sens que nous cr
100 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
352boutissement pratique du socialisme 56 — dans un ordre non fédéraliste — ne peut être, n’a jamais été, et ne sera jamais que