1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1e joindre ce que je désire ; ni rien — rien que l’orgueil, sachant une chose si forte, de me sentir plus fort encore et de la v
2cera à la vertu, sous prétexte qu’elle pousse à l’orgueil ; c’est par sincérité qu’on mentira, puisque parfois nous sommes spon
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
3 nie rien, je suis sans scrupules, on connaît mon orgueil : osez donc me condamner d’être plus fort que cette bourgeoisie fatig
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
4oite, à gauche, — nulle part sur cette terre où l’orgueil des hommes croit pouvoir nous le désigner, veut nous l’imposer pour q
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
5 cœur de l’après-midi, comme un camélia de tendre orgueil. Il respire déjà l’odeur merveilleuse des objets et des êtres véritab
5 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
6. — « Eh ! quoi, — vinrent lui dire ses amis, — l’orgueil t’aveugle-t-il ? Veux-tu conserver, ô cruel, des ailes qui donnent de
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
7des statistiques — et sa douleur aussi, douleur d’orgueil blessé, mais qui emporte la sympathie car l’orgueil hongrois n’est po
8gueil blessé, mais qui emporte la sympathie car l’orgueil hongrois n’est point de ce que l’on gagne sur autrui, mais de ce que
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
9 mesures de l’esprit humain, parle aux dieux avec orgueil, et finit par succomber à son « hybris » : il se jette dans l’Etna po
8 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
10 de la puissance. Soir de voyage, tout enfiévré d’orgueil errant, de conquêtes vagues… Tout ce qui est de la terre renonce à s’
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
11quérant ; plutôt érotique qu’amoureux ; voué à un orgueil sans issue, puisque pour lui n’existe aucune transcendance où s’abîme
12ire la figure de l’homme moderne en proie au seul orgueil de vivre, dénonce la paresse de la religion qui n’est qu’un refuge co
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
13en plus fréquente chez les jeunes intellectuels : orgueil de la Vie, haine de cette vie-ci, mépris de la religion et ferveur po
14spose cet idéalisme ? se demande M. G. Marcel. L’orgueil tout d’abord, je n’hésite pas à le déclarer. On m’arrêtera en me fais
15rer. On m’arrêtera en me faisant observer que cet orgueil n’a pas un caractère personnel, puisque l’Esprit dont M. Brunschvicg
16jet. Comme il est déchirant en vérité, le chant d’orgueil que le siècle entonne pour annoncer son morne triomphe : « Vous n’ave
11 1932, Le Paysan du Danube. Note
17imisme pressant du commis voyageur. Mais alors, l’orgueil de quelques-uns, se refusant à une vanité profitable autant que vulga
12 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
18des statistiques — et sa douleur aussi, douleur d’orgueil blessé, mais qui emporte la sympathie : car l’orgueil hongrois n’est
19eil blessé, mais qui emporte la sympathie : car l’orgueil hongrois n’est point de ce que l’on gagne sur autrui, mais de ce que
20 de la puissance. Soir de voyage, tout enfiévré d’orgueil errant, de conquêtes vagues… Tout ce qui est de la terre renonce à s’
13 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
21rgeois-là, bassement incapables de brutalité ou d’orgueil physiques, en revanche hérissés de vanités morales et de provocantes
14 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
22si étrangement à une indifférence non dépourvue d’orgueil vis-à-vis du Seigneur ? L’on ne saurait ici exagérer la responsabilit
23dable mystère de Dieu devient, vu de l’extérieur, orgueil de la raison qui juge ce monde comme si Dieu n’existait pas, ou encor
15 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
24 obéissance révolutionnaire. Ceci pourra paraître orgueil et vanité aux yeux des hommes. Ceci n’est rien, en vérité, qu’un acte
16 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
25es erreurs, non pour le péché, et d’autre part un orgueil assumé, puis renié avec la même violence, — celle dont il est écrit q
17 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
26e que notre effort, ici, peut s’assigner sans fol orgueil. « Positif » est ce qui rapproche du Réel. Cela prend bien souvent l’
18 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
27est qu’une morale de plus ; l’athéisme conserve l’orgueil bourgeois, les religions conservent l’orgueil bigot ; « tout n’est qu
28e l’orgueil bourgeois, les religions conservent l’orgueil bigot ; « tout n’est que vanité et poursuite du vent », y compris la
19 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
29a, je crois, passer outre. Dans ce déchaînement d’orgueil humain, de scientisme primaire, dans cette frénésie de bonne humeur,
20 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
30e au destin collectif, mais c’est peut-être votre orgueil qui parle ? Sur quelle vérité supérieure se fonde votre personnalisme
21 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
31p plus impur, c’est la bataille des intérêts, des orgueils et des appétits. Selon leur tempérament, les uns s’en détournent avec
22 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
32e au destin collectif, mais c’est peut-être votre orgueil qui parle ? Sur quelle vérité supérieure se fonde votre personnalisme
23 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
33eul contre la foule serait la marque d’un affreux orgueil, si d’abord elle ne témoignait d’un ridicule défaut de sens pratique.
34s au temple ; l’opinion unanime accablera son fol orgueil : n’a-t-il pas écrit que la presse est de nos jours l’obstacle décisi
35Réel, ne sont que poursuite du vent, défection ou orgueil fantastique. Le solitaire et les faux dieux Nous croyons à la foule
36t se comparer qu’à la vocation qu’il reçoit. Où l’orgueil trouverait-il encore à se loger chez un être à ce point simplifié qu’
24 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
37ps jeté au milieu d’autres corps, et que c’est un orgueil assez court que de prétendre l’ignorer ; il a compris le fait — sinon
25 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
38 lui répond, mais la crainte majestueuse, mêlée d’orgueil, de l’esprit qui connaît son pouvoir et son acte, mesure la grandeur
39r un philosophe. Mais c’est encore une illusion d’orgueil. Le grand Pan n’est pas mort pour si peu, et sa domination terrifie l
40e de l’isolement, c’est un des tours communs de l’orgueil romantique. On a coutume d’en rendre Rousseau responsable. Mais c’est
41ntrépide plénitude. Alors que la raison, dans son orgueil haineux, renie le monde et trompe son attente ; et que le panthéisme,
26 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
42specteur ; car si l’École se met à « décourager l’orgueil patriotique », où allons-nous ? Quelqu’un qui est bien content, dans
43ement la guerre (contre les régimes fascistes). « Orgueil patriotique » — c’est de nouveau nationaliste qu’il faudrait. Préciso
44eigne ; c’est une mystique, un idéal abstrait, un orgueil. Il existe dans la mesure où on l’exalte. Le patriotisme, c’est le co
45semble de goûts et d’habitudes qui ne comporte ni orgueil ni modestie, [p. 634] ni aucune espèce de valeurs morales, de même qu
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
46 et de tendresse virile qui est la rançon de son orgueil rationaliste. Certaine élite française enthousiasmée par l’idéal d’ex
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
47assimilée à l’entreprise de Babel : une révolte d’orgueil contre Dieu. La culture d’Israël sera pauvre à raison même de sa pure
29 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
48ance d’un certain humanisme, [p. 91] d’un certain orgueil humaniste, d’une certaine insolence joyeuse à nier les valeurs transc
49à certains clercs bourgeois, honteux de l’être, l’orgueil de leurs origines culturelles, la bonne conscience « bourgeoise » au
50i des économistes, mythe créé par l’angoisse et l’orgueil des prisonniers d’une raison brutale : il aura sans doute la vie dure
51écouvre que la mesure qu’on voulait imposer à son orgueil n’est encore qu’une immense caricature ; et que les fins qu’elle lui
52 [p. 100] et de l’humain, de la nécessité et de l’orgueil 46  : l’apparition d’un homme nouveau au faîte de l’édifice matériali
30 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
53ur hâter la conquête du monde par la science et l’orgueil de l’homme, mais il pressent parfois que c’est une vanité que de gagn
31 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
54 cette distinction : il y a des hommes qui sont l’orgueil de notre esprit, — et d’autres qui s’enorgueillissent de notre esprit
32 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
55t un manque de sobriété devant la vie, tantôt par orgueil enthousiaste, tantôt par faiblesse sentimentale au sens courant (il y
56seulement l’esprit humain désincarné, livré à son orgueil, c’est-à-dire à ses illusions. ⁂ Mais revenons au problème particulie
33 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
57 renaissance d’un certain humanisme, d’un certain orgueil humaniste, d’une certaine insolence joyeuse à nier les valeurs transc
58à certains clercs bourgeois, honteux de l’être, l’orgueil de leurs origines culturelles, la bonne conscience « bourgeoise » au
59i des économistes, mythe créé par l’angoisse et l’orgueil [p. 259] des prisonniers d’une raison brutale : il aura sans doute la
60écouvre que la mesure qu’on voulait imposer à son orgueil n’est encore qu’une immense caricature ; et que les fins qu’elle lui
61 matériel et de l’humain, de la nécessité et de l’orgueil 59  : l’apparition d’un homme nouveau au faîte de l’édifice matériali
34 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
62p plus impur, c’est la bataille des intérêts, des orgueils et des appétits. Selon leur tempérament, les uns s’en détournent avec
35 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
63nts. Vous criez au nationalisme, c’est-à-dire à l’orgueil impérialiste je pense, dès qu’un peuple à côté de vous, que ce soit l
36 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
64cience, ce n’est plus alors que par vanité ou par orgueil, de sorte qu’au fond, au lieu d’aider l’homme, je cherche à me faire
37 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
65iple de Nicolaï Hartmann : la volonté, le réel, l’orgueil de l’homme… Le régime le dégoûte et le repousse. C’est la dictature d
66îtra peut-être un homme neuf, un bonheur neuf, un orgueil mieux fondé ? C’est Goethe le premier qui nous apprit à considérer no
67e héros venu « d’en haut » apporte à son peuple l’orgueil. Et les articles du Credo sont remplacés par l’énumération très ortho
68temps. Pauvre Allemagne, gauche et raidie dans un orgueil qu’on lui apprend, qu’elle croit viril (comme ces grandes bottes tout
38 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
69nts. Vous criez au nationalisme, c’est-à-dire à l’orgueil impérialiste je pense, dès qu’un peuple à côté de vous, que ce soit l
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
70sur la robuste tradition celtique qui affirmait l’orgueil de vivre. C’est une manière de purification de ce qui subsistait, dan
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
71oses spirituelles. Et vous y prîtes la couronne d’orgueil : c’est [p. 140] pourquoi le chevalier vous renversa si facilement, c
72ntal du mythe : l’angoisse de la sensualité, et l’orgueil, « humaniste » qui la compense. Angoisse : l’instinct sexuel est ress
73st ressenti comme un destin cruel, une tyrannie ; orgueil : cette tyrannie sera conçue comme une force divinisante — c’est-à-di
74 roi Marc, s’offre au jugement par un mouvement d’orgueil et de défi démesuré. Elle jure n’avoir jamais été dans les bras d’un
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
75e Roman est baigné par l’atmosphère celtique de l’orgueil chevaleresque : c’est le désir de la prouesse qui est le moteur des h
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
76 pleine de grâce et de noblesse qu’elle abaisse l’orgueil de celui qu’elle salue [auquel elle donne son salut] et, s’il n’est d
77ncolique et courageux, n’abdique au contraire son orgueil qu’à l’approche de la mort lumineuse. Je ne leur vois qu’un trait com
78issances qui gouvernent le monde du jour : haine, orgueil, et violence barbare de l’honneur féodal, jusqu’au crime. Isolde veut
43 1939, La Vie protestante, articles (1938–1961). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
79protestants, pour leur part, se repentent de leur orgueil. Et Nicolas, une dernière fois, les adjure de garder le Pacte dans l’
44 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
80e l’autre aboutit à la guerre. Ce n’est pas notre orgueil qui l’imagine, ce sont les faits qui nous obligent à le reconnaître a
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
81gie des éléments concrets que l’idéalisme, en son orgueil naïf, avait cru pouvoir négliger. Mais l’abus ne doit pas nous interd
46 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
82buse… [p. 34] 6. Le Prince de ce monde L’acte d’orgueil éblouissant et consumant, qui transforma l’Ange de Lumière en Ange et
83 hors de nous-mêmes, obnubilant aux yeux de notre orgueil la Création parfaite et la figure du Diable. C’est plus tard, c’est a
84t en ce point que le Malin devait atteindre notre orgueil et s’insérer dans nos défenses les plus secrètes. La parole nous étan
85ement catalogués : lâchetés et mensonges, actes d’orgueil ou d’égoïsme, vols, trahisons et méchancetés de toute espèce. Il est
86riginel de leur élan, gauchi ou inverti par notre orgueil et par l’inertie de nos âmes, devient presque invisible à la conscien
47 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
87indispensables à sa torture, à sa grandeur, à son orgueil de créature faite à l’image de Dieu et qui veut s’emparer du Ciel. Le
48 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
88té, le plus terriblement sincère ! Si par colère, orgueil, envie, égoïsme, bêtise ou lâcheté, vous avez fait souffrir un être,
89vous est permis… » Mais encore, ce mouvement de l’orgueil fantastique, comment le distinguer d’une sensation de grâce inséparab
90 enfer né du vertige et de l’effroi sinistre de l’orgueil, l’enfer de la passion qui n’a pas d’autre objet que le malheur qu’el
49 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
91rnières de notre destinée, du souci même de notre orgueil, qui nous accable inconsciemment. Quoi qu’il arrive, le grand Ordre s
92ous pouvons faire de pitoyables [p. 200] fautes d’orgueil, de négligence ou de calcul, mais nous ne pouvons rien, à jamais, sur
93s annoncé la fin d’une cité et de sa culture. À l’orgueil et à la brutalité proclamés comme vertus par les totalitaires, les na
94versions. Il nous rend le courage d’opposer à cet orgueil prôné par les totalitaires, l’humilité et non la suffisance ; à leur
50 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
95t en ce point que le Malin devait atteindre notre orgueil et s’insérer dans nos défenses les plus secrètes. La parole nous étan
51 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
96es erreurs, non pour le péché, et d’autre part un orgueil assumé, puis renié avec la même violence, — cette violence dont il es
52 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
97 sa lumière, chemin qui se dérobe au doute et à l’orgueil, mais que parfois la prophétie fait briller devant lui comme un éclai
98Distinction de théologien, et qui veut prévenir l’orgueil. Mais la vision de celui qui agit n’est point un jugement des résulta
99 révolte, comme une affirmation désespérée de son orgueil, comme la preuve enfin de son moi, — mais il sait bien qu’il n’en a p
100ul contre la foule, serait la marque d’un affreux orgueil si d’abord elle ne témoignait d’un ridicule défaut de sens pratique.
101s au temple ; l’opinion unanime accablera son fol orgueil ; n’a-t-il pas écrit que la presse est de nos jours l’obstacle décisi
102éel, ne sont que poursuite du vent, défection, ou orgueil fantastique. 5. Le solitaire et les faux-dieux Nous croyons à la fo
103t se comparer qu’à la vocation qu’il reçoit. Où l’orgueil trouverait-il encore à se loger chez un être à ce point simplifié qu’
53 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
104abilité, inacceptable et inavouable (à cause de l’orgueil national). C’est le monde qui doit être mal fait, car [p. 217] nous y
54 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
105e l’autre aboutit à la guerre. Ce n’est pas notre orgueil qui l’imagine, ce sont les faits qui nous obligent à le reconnaître a
55 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
106 l’esclavage où ils tiennent leur presse, et de l’orgueil de parvenus de l’industrie et des sciences appliquées dont ils font m
56 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
107lui qui veut la gloire, est-ce qu’il manquerait d’orgueil ? Serait-il plus humble que moi ? Et l’orgueilleux que je suis, ne do
108croient que ce serait naïf ; et si l’on avoue son orgueil, ils croient que c’est par vanité… Je suis homme : donc vaniteux, naï
57 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
109102] avec obstination les mêmes désirs et le même orgueil, il nourrit la vengeance des « dieux » qui frustrent ces désirs et qu
110irs et qui retardent, ironiquement, d’écraser cet orgueil. Imaginons, maintenant, par impossible, que Tantale renonce un instan
111— préfère subir le supplice de Tantale. C’est son orgueil et sa dignité d’homme : il se révolte contre tout, sauf soi. C’est po
58 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
112. 18] à inspirer le respect de l’institution et l’orgueil d’y appartenir. Mais aussitôt que vous serez un membre régulier, vous
59 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
113tant que nation, avec tout ce que cela comporte d’orgueil et de volonté de régenter le monde, puisqu’on est au surplus victorie
114 d’incompréhension de la situation mondiale, et d’orgueil inqualifiable. Mais quand elle fait une crise d’idéalisme et qu’elle
60 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
115férent que possible de ces passions de haine et d’orgueil collectif que l’on excite ailleurs. « Ô Dieu, priait le chapelain, re
61 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
116 l’esclavage où ils tiennent leur presse, et de l’orgueil de parvenus de l’industrie et des sciences appliquées dont ils font m
62 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
117x qui m’avaient à l’envi reproché je ne sais quel orgueil occidental, prônait une Europe neutre et cherchant son salut — mais q
63 1948, Suite neuchâteloise. IV
118assez récente, mais déjà démodée, pensa réduire l’orgueil [p. 42] humain en plaçant aux racines des arbres les plus nobles, au
64 1948, Suite neuchâteloise. VII
119e dit-il. Il faut en avoir le cœur net. (Tout son orgueil réside en la maîtrise de soi, idéal de sportif plus que de puritain.)
65 1951, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Extrait du discours prononcé par Denis de Rougemont à l’inauguration du Centre (mai 1951)
120nationaliste aux dimensions du continent, non par orgueil ou par satisfaction de nous-mêmes, et encore moins avec le fol espoir
66 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
121acteur de didactisme : le goût de la technique, l’orgueil du savoir-faire. Nous avons dit que les données naturelles du pays ex
67 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
122sent de projeter sur elle les péchés d’égoïsme, d’orgueil et d’étroitesse inhérents au nationalisme qu’ils n’ont pas encore su
123nous, Européens de la moitié du xxe siècle, ni d’orgueil, ni d’humilité : il s’agit de nous voir responsables d’une culture bi
124ueillent pêle-mêle nostalgies de gloires passées, orgueils déçus, rancunes et préjugés hérités d’une Histoire faussée par l’écol
68 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux notes sur la souveraineté nationale (mai 1954)
125ueillent pêle-mêle nostalgies de gloires passées, orgueils déçus, rancunes et préjugés hérités d’une Histoire faussée par l’écol
69 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
126 le nom de « patriotisme ». Il est admis que tout orgueil, toute vanité, et jusqu’aux vantardises les plus stupides deviennent
127d’animer l’existence tout entière de l’homme. « L’orgueil national est loin de la vie quotidienne », remarque Simone Weil. La n
70 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
128 dans l’homme, très mauvais s’il procède de notre orgueil. Le mal n’est pas dans les choses, mais dans l’homme. Il est lié à no
71 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
129uns au moins relèvent ce défi de l’Histoire. Sans orgueil, mais aussi sans lâche humilité. Quelques-uns peuvent beaucoup, et po
72 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). François Fontaine, La Nation frein (juin-juillet 1956)
130t l’homme. Mais aussi, ce qui est humain, c’est l’orgueil de la créature, et l’obstination à conserver ce qui est établi. C’est
73 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
131me, au seul fait qu’il existe, distinct. D’où son orgueil aussi, son astuce égoïste et finalement, cette anarchie sceptique qui
74 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
132 le nom de « patriotisme ». Il est admis que tout orgueil, toute vanité, et jusqu’aux vantardises les plus stupides deviennent
133d’animer l’existence tout entière de l’homme. « L’orgueil national est loin de la vie quotidienne », remarque Simone Weil. La n
75 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
134sadisme. Dans cette abjecte humiliation du moi, l’orgueil fou trouve un alibi. L’Évolution fatale est en [p. 139] réalité celle
76 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
135ans l’homme ; très mauvais, s’il procède de notre orgueil. Le mal n’est pas dans les choses mais dans l’homme. Il est lié à not
77 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
136sadisme. Dans cette abjecte humiliation du moi, l’orgueil fou trouve un alibi. L’Évolution fatale est en réalité celle que l’on
78 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
137urs, sans mériter d’être taxé d’impérialisme ou d’orgueil provincial. Le Droit. — Car l’Occident est la seule civilisation con
79 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
138un jour, à bout de forces, je devrai étouffer mon orgueil et mon amour-propre, et me traîner humblement à vos pieds pour recevo
80 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
139C’est lorsqu’un pur essor vers où ? Aura vaincu l’orgueil puéril Qu’enfin, submergé par son gain Celui qui s’est approché des l
81 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
140er par jalousie, ou parce qu’on est lésé dans son orgueil (social), mais on ne peut pas mourir d’amour (la métaphore elle-même
82 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
141un jour, à bout de forces, je devrai étouffer mon orgueil et mon amour-propre, et me traîner humblement à vos pieds pour recevo
83 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
142ncolique et courageux, n’abdique au contraire son orgueil qu’à l’approche de la mort lumineuse. Je ne leur vois qu’un trait com
84 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
143C’est lorsqu’un pur essor vers où ? Aura vaincu l’orgueil puéril Qu’enfin, submergé par son gain Celui qui s’est approché des l
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
144eligion ; les Turcs en particulier tempèrent leur orgueil par la magnificence, la libéralité et une extrême gratitude. Fondé su
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
145 puisqu’il n’y a rien de si insupportable à notre orgueil que le gouvernement despotique, le plus grand problème européen est d
146 seconds, il s’agirait d’une abdication de leur « orgueil » et d’une conversion totale, car, dit-il, « la moitié (protestante)
147netés et qui les ronge sans relâche, le fils de l’orgueil, le père de l’anarchie, le dissolvant universel, c’est le protestanti
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
148des individus et résultant de l’inclination, de l’orgueil, ou de vues erronées, ou d’exagérations passionnées, prennent avec le
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
149la tyrannie et leurs souffrances ? Toynbee taxe d’orgueil cette objection : Nous Occidentaux, parce qu’humains, avons tendance
89 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
150ncolique et courageux, n’abdique au contraire son orgueil qu’à l’approche de la mort lumineuse. Je ne leur vois qu’un trait com
90 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
151nité collective n’est pas moins condamnable que l’orgueil individuel, et comme lui va (parfois) [p. 26] devant l’écrasement. Ma
152ocrite humilité — qui serait alors le masque d’un orgueil refoulé et transformé en masochisme, mauvaise attitude scientifique.
153 donc un fait mesurable qui ne dépend ni de notre orgueil, ni de notre humilité d’Européens, un fait aisément vérifiable et don
91 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
154acteur de didactisme : le goût de la technique, l’orgueil du savoir-faire. On a vu que les données naturelles du pays exigeaien
92 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
155mmune. Les uns nous mettent en garde contre notre orgueil, notre impérialisme, notre esprit missionnaire ; les autres, contre n
93 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.4. Naissance d’une Fondation
156uns au moins relèvent ce défi de l’Histoire. Sans orgueil, mais aussi sans lâche humilité. Quelques-uns peuvent beaucoup, et po
94 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
157séquences également importantes : une tentation d’orgueil qui nous ferait dire : « Nous sommes les seuls, les vrais civilisés »
95 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
158ns haineuses et délirantes. Forme collective de l’orgueil, antichrétienne par essence, condamnée nommément par le Pape et les c
96 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
159ueillent pêle-mêle nostalgies de gloires passées, orgueils déçus, rancunes et préjugés hérités d’une Histoire faussée par l’écol
97 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
160s la littérature, donc dans les rêves du temps. L’orgueil occidental, si naïf chez Kipling, annonçait la révolte fatale du Tier
98 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
161e, absence de précédents et de rythmes régulants, orgueil et culpabilité correspondante, presque tout inconsciente chez la plup
99 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
162asciné dans sa simplicité presque insolente : « L’orgueil national est loin de la vie quotidienne. » Mais il faut voir aussi qu
163 vie quotidienne. » Mais il faut voir aussi que l’orgueil national, après tout, n’est pas un phénomène cosmique, mais un sentim
100 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
164s la littérature, donc dans les rêves du temps. L’orgueil occidental, si naïf chez Kipling, annonçait la révolte fatale du Tier