1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1érer. Il n’est pas question de rechercher ici les origines historiques d’une conception qui, de plus en plus, se révèle à la bas
2marquer l’aboutissement d’une évolution qui a son origine dans l’œuvre de Gide. Entre les Nourritures terrestres, les Caves du
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
3a fortune au prix du peu cynique reniement de ses origines. Le vieux père s’effondre de honte et de douleur. « On vend de l’étof
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
4i croient avoir tout dit quand ils ont montré à l’origine de telle doctrine mystique une exaltation nerveuse ou des troubles or
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
5irs. D’ailleurs cette complicité, si évidente à l’origine de l’institution, se manifeste encore de nos jours et d’une façon non
6ssaire  11 . On ne manquera pas d’insinuer qu’à l’origine de tout ceci il y a surtout de la [p. 45] nervosité, de petites doule
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
7 —, par des hiérarchies rond-de-cuiresques dont l’origine est [p. 53] un pis-aller, dont la méthode est le tirage au flanc lucr
6 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
8n, et je ne crois pas trop absurde d’y chercher l’origine non seulement des passions amoureuses, mais de la plupart des entrepr
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
9 temps qu’on cherchait à nous faire croire qu’une origine protestante était un vice rédhibitoire pour toute carrière artistique
10peuvent avoir de commun, ce qu’ils doivent à leur origine ou à leur foi réformée, — et si ces traits ne constituent pas, en déf
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
11 la satire qui sévirent, dans le premier, dès ses origines, ne se donnèrent cours par contre qu’à la fin du second. Le Moment [p
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
12sonnels, affectifs, voire religieux, qui sont à l’origine de son entreprise. C’est même un des malheurs de notre temps, que l’a
10 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
13tale, l’on ne saurait ici serrer de trop près les origines secrètes d’un phénomène qui produit ses effets sur tous les plans, ce
14de l’esprit sont parallèles. Toutes deux ont leur origine dans un perpétuel et anxieux besoin de dire les choses, comme pour s’
11 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
15’habit classique, l’accent profond et nasillard d’origine juive ; une main pend sur l’ébène, succombant à ses bagues. On voudra
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
16n, et je ne crois pas trop absurde d’y chercher l’origine non seulement des passions amoureuses, mais de la plupart des entrepr
13 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
17uel notre fameux moralisme, [p. 61] traître à ses origines, et vidé de toute théologie efficace. Peut-être vaut-il la peine de p
14 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
18te une sorte de sécheresse religieuse. Ce qui à l’origine, n’était qu’humilité de la raison devant l’insondable mystère de Dieu
19 rien que païen est une légende, et une légende d’origine juive, car elle remonte à Heine. Elle est un mythe, au moyen duquel o
15 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
20par là surtout que M. Thierry Maulnier révèle ses origines politiques, et peut-être aussi sa jeunesse. Il critique des erreurs a
21ende vaines les passions égarées, rende visible l’origine de l’égarement, rende efficace et créatrice la critique de tout cela
16 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
22t qu’il y remonte. Son art vient de plus bas, des origines, des éléments créateurs de sa race. Il a cette même lenteur imposée p
23 qui règne au jugement dernier et qui régnait aux Origines, car la Fin et le Commencement « sont en ressemblance et voisinage ».
17 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
24n esprit les premières tentations créatrices. À l’origine de son œuvre, voici donc le fait de la magie domptée ; conçue sous de
18 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Cahier de revendications [Présentation] (décembre 1932)
25omme peut aimer et vouloir se trouve coupé de son origine vivante, flétri, dénaturé, inverti, saboté. Des groupes tels que L’Or
19 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
26c’était cette « raison » déjà qui se trouvait à l’origine de tout le mal ?   Telles sont les composantes de notre situation. No
27e, il n’y a rien pour nous. Nous nous plaçons à l’origine de quelque chose d’autre, dont la réalité échappe encore à ceux qui r
20 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
28erkegaard (Journal). La volonté de rupture est l’origine même du christianisme ; c’est pourquoi l’apparition d’une volonté con
29 la grande Imposture dont nous avons à dénoncer l’origine permanente et les manifestations actuelles. ⁂ Ne nous excusons pas d’
30s formules théologiques, puisque précisément, à l’origine du désordre, et plus encore dans son établissement, nous trouvons ce
21 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
31rté, au loisir plein. Si la liberté n’est pas à l’origine d’un système, elle ne s’introduira jamais dans ses effets (à moins d’
32 vuide » Il semble que la condamnation portée à l’origine des temps sur le travail-nécessité frappe toutes les règles de vie qu
33égative qui sévit aujourd’hui. On peut en dater l’origine. Dans l’Encyclopédie de 1765, vous trouverez loisir défini comme « le
34t sortir d’un système que ce que l’on y met dès l’origine. p. 604 e. « Loisir ou temps vide ? », Esprit, Paris, n° 10, ju
22 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
35ers quoi » de notre vie, ayant perdu la clef de l’Origine et de la Fin, qu’il s’agisse de notre existence personnelle ou du cou
23 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
36n soi. Si l’on refusait de poser la question de l’Origine et de la Fin, on supposerait par là même que la doctrine de l’acte re
37que tout cela, encore une fois, ne concerne que l’origine et la fin, ou, pour employer une expression chère à Karl Barth, se ra
24 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
38ttaché encore à une école provençale qui est, à l’origine, de propulsion musicale, donc romane-syrienne puisque le plain-chant
25 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
39e-bourgeoise. On pouvait prévoir ses effets dès l’origine. Cependant ils n’ont éclaté que récemment, à la suite de circonstance
40naire de son vice interne, vice qui affecte dès l’origine sa conception de la valeur du travail et conséquemment du loisir. Il
26 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
41r en trois formules une démarche qui entraîne à l’origine notre adhésion profonde. Ils n’ont cure des doctrines, disent-ils, il
27 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
42r même du système régnant. Que trouvons-nous, à l’origine permanente des erreurs qui, depuis vingt, ans, nous ont valu la guerr
43eproché de ne pas définir la personne qui est à l’origine de toute notre construction. Répétons donc que pour nous : la personn
44ipe de toute liberté humaine ne se trouve pas à l’origine d’un système, il ne se trouvera pas non plus dans ses conséquences pr
45évolutions que spirituelles. L’acte libre est à l’origine, non pas à la fin.   VI. — On a dit que l’esprit est hors de pouvoir
28 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
46e deux théories tout à fait opposées concernant l’origine du genre humain. Les uns prétendent que l’homme descend du singe, les
47que dans un retour à l’individu. L’individu est l’origine la plus certaine du triomphe des masses. C’est parce que l’individu d
48de sa race. La meilleure preuve, d’ailleurs, de l’origine individualiste des mythes collectifs, je la vois dans l’aboutissement
49. C’est à vous de rechercher dans vos pensées les origines concrètes de ces grands faits qui bouleversent le monde. C’est à vous
50le monde. C’est à vous de déceler, par exemple, l’origine permanente et virtuelle des dictatures, dans un fléchissement, en vou
51 vous, du sens de votre destinée personnelle. À l’origine de tout, il y a une attitude de l’homme. J’ai essayé de vous montrer
29 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
52, la différence est purement verbale. Reprenons l’origine des termes. L’individu est [p. 54] défini par rapport à l’ensemble, à
30 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
53ur cet état de [p. 65] l’homme précisément qu’à l’origine il jugeait inhumain. Il condamna d’abord le « spirituel » bourgeois p
54bstraction du facteur homme, de la personne, de l’origine concrète de toute révolution. Du point de vue tactique, le matérialis
55l’on peut montrer que le capitalisme est bien à l’origine de l’idéologie bourgeoise, on a pu montrer aussi 15 qu’un fait spiri
56 véritable. Seule une anthropologie établie dès l’origine au niveau de l’acte, et non du fait, me paraît capable de préparer un
57action et la vie spirituelle, qui est pour nous l’origine même du désordre actuel. ⁂ Mais ce mot de précédence évoque encore au
58, au contraire, que si le spirituel n’est pas à l’origine, il n’est pas non plus à la fin d’un système, d’une action, d’une cro
59instant bouleversant de la foi, comme il agit à l’Origine et à la Fin. Le marxisme apparaît ainsi comme une vision du monde ess
31 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
60blème des moyens, s’il doit rester subordonné à l’origine et à la fin, est cependant inséparable de celles-ci. Il est donc non
32 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
61être compatible avec une attitude chrétienne. À l’origine permanente de toute action vraiment évangélique, il n’y a pas une sag
33 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
62erkegaard (Journal). La volonté de rupture est l’origine même du christianisme ; c’est pourquoi l’apparition d’une volonté con
63 la grande Imposture dont nous avons à dénoncer l’origine permanente et les manifestations actuelles. ⁂ Ne nous excusons pas d’
64s formules théologiques, puisque précisément, à l’origine du désordre, et plus encore dans son établissement, nous trouvons ce
34 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
65e l’aime ? Car Dieu seul connaît l’homme dans son origine et dans sa fin. L’homme étant « séparé » de Dieu sa source, — et c’es
66sont les choses les plus importantes du monde : l’origine et la fin de son existence terrestre. Dès lors, ceux qui croient déte
35 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
67a décision, sur le plan éthique, est toujours à l’origine. Il est immédiat. Il est sans raison. Il est un acte véritable. Prene
68ussi le vrai but. La fin est déjà présente dans l’origine. Les moyens, les modes de vie que cela entraîne, Jésus ne les dit pas
69symboliques de l’obéissance à Dieu, immédiats à l’origine et à la fin. Le marxiste, au contraire, revendique d’abord les [p. 12
36 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
70et organique qu’à partir de l’État. Mais depuis l’origine du monde, les hommes ont toujours appelé « dieu » le principe de cohé
37 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
71omme peut aimer et vouloir se trouve coupé de son origine vivante, flétri, dénaturé, inverti, saboté. Des groupes tels que L’Or
72c’était cette « raison » déjà qui se trouvait à l’origine de tout le mal ? Telles sont les composantes de notre situation. Nous
73e, il n’y a rien pour nous. Nous nous plaçons à l’origine de quelque chose d’autre, dont la réalité échappe encore à ceux que r
38 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
74usceptibles de faire image. Si nous remontons aux origines, si nous cherchons comment sont apparues dans l’Histoire les notions
75 les premiers individus. Ceci est important : à l’origine, individu est synonyme de criminel. Mais peu à peu, ces individus se
76ne. Alors que la tribu était liée par des liens d’origine — le sang, la famille — la cité est fondée sur l’intérêt commun et le
77ouvement centrifuge par rapport à la communauté d’origine, s’il se confond d’abord, soulignons-le, avec l’intelligence et la ra
78uridiquement la persona. Ce mot qui désignait à l’origine le masque de l’acteur, signifiera bientôt le « rôle » que joue le cit
79d’une communion avec la masse dans le mystère des origines : souvenirs, mythologies, rites magiques, culte ancestral ou religion
80à libérateur. Ce n’est plus le rêve du retour aux origines, c’est le rêve d’un avenir éternel, d’une révélation inouïe. Il s’agi
81autés ne sont pas fondées sur le passé ni sur des origines communes. « Il n’y a plus ni Juif ni Grec », écrit saint Paul. Elles
82l’Église chrétienne. Voici donc définis par leurs origines, et dans leur genèse historique, les maîtres mots de notre conception
83ême pas s’y convertir ! Si l’on n’a pas les mêmes origines, on ne pourra jamais y entrer — si l’on n’est pas de sang aryen, par
84le pardon, le futur éternel, le rachat du péché d’origine ? Second point : quelle est la condition faite à la personne dans les
85urquoi l’on a pu dire que le calvinisme était à l’origine du capitalisme moderne, avec sa concurrence sans frein, phénomène de
39 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
86e-bourgeoise. On pouvait prévoir ses effets dès l’origine. Cependant ils n’ont éclaté que récemment, à la suite de circonstance
87naire de son vice interne, vice qui affecte dès l’origine sa conception de la valeur du travail et, conséquemment, du loisir. I
40 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
88rté, au loisir plein. Si la liberté n’est pas à l’origine d’un système, elle ne s’introduira jamais dans ses effets (à moins d’
89 vuide » Il semble que la condamnation portée à l’origine des temps sur le travail-nécessité frappe toutes les règles de vie qu
90égative qui sévit aujourd’hui. On peut en dater l’origine. Dans l’Encyclopédie de 1765, vous trouverez loisir défini comme « le
41 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
91liste, si vainement irritant, et qui fausse dès l’origine toute discussion honnête sur les réformes nécessaires. Les doctrines
42 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
92e deux théories tout à fait opposées concernant l’origine du genre humain. Les uns prétendent [p. 150] que l’homme descend du s
93que dans un retour à l’individu. L’individu est l’origine la plus certaine du triomphe des masses. C’est parce que l’individu d
94e. [p. 152] La meilleure preuve, d’ailleurs, de l’origine individualiste des mythes collectifs, je la vois dans l’aboutissement
95. C’est à vous de rechercher dans vos pensées les origines concrètes de ces grands faits qui bouleversent le monde. C’est à vous
96le monde. C’est à vous de déceler, par exemple, l’origine permanente et virtuelle des dictatures, dans un fléchissement, en vou
97 vous, du sens de votre destinée personnelle. À l’origine de tout, il y a une attitude de l’homme, j’ai essayé de vous montrer
43 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
98 mouvement général de la critique de Scheler. À l’origine de toutes les valeurs bourgeoises il n’y a pas la Loi, ni l’Évangile,
99 de ressentiment contre l’héroïsme chrétien ; à l’origine de l’amour de l’humanité, il y a, comme Fichte l’avait vu, une haine
44 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
100 ce prophète de nos malheurs, nous retournons à l’origine où il se tient, nous mettons en lui notre espoir de trouver un autre
101litaire devant Dieu, c’est celui qui se tient à l’origine de sa réalité. Celui-là seul connaît sa fin et l’ordre éternel de sa
102lleur moyen de s’en affranchir sera d’en revoir l’origine. Pour voiler le présent certain, ils hypothèquent le futur, mais pour
103lleur moyen de s’en affranchir sera d’en revoir l’origine. » Seul, Kierkegaard sait nous la désigner, dans le refus de cette « 
45 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
104roupe qui domine la moitié de l’Europe, n’a pas d’origine plus certaine que ce renversement de l’individualisme. Ramener la que
105héroïsme, et cela signifie qu’elle est le lieu, l’origine et la fin de toute incarnation, de toute création, de tout risque. La
46 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
106et le corps qui, d’accidentelle qu’elle était à l’origine, allait être décrétée essentielle par les philosophes dès qu’ils ne t
107st « essentiellement du domaine de la poésie ». L’origine du mythe contemporain de l’inconscient ne serait-elle pas, elle aussi
47 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
108’il appartient de rechercher dans leur pensée les origines concrètes des grands faits qui bouleversent le monde. C’est à eux qu’
109à eux qu’il appartient, par exemple, de déceler l’origine permanente et virtuelle des dictatures dans un fléchissement en eux d
110 en eux du sens de leur destinée personnelle. À l’origine de tout, il y a une attitude de l’homme. J’ai décrit, à propos des ma
48 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
111e de pensée dont il vaudra la peine de chercher l’origine, qui est peut-être celle, permanente, de l’erreur hégélo-marxiste. Tz
49 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
112 [c’était là que j’avais buté] : l’esprit est à l’origine de tout ; l’exposition elle-même sera, dans toute son ampleur, une ma
113une erreur très générale. Erreur métaphysique à l’origine : mais comme telle insensible au commun 28 , ou bien tenue à tort pou
114 erreur, mais la confirmation tout ingénue de son origine historique. J’avais omis d’en citer quelques lignes qui trouvent ici
50 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
115re saturnienne. » Ce langage en effet renvoie à l’origine cosmique du mal, où se trouve aussi le remède. Pour connaître et guér
51 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
116 important, c’est que Löwith dégage puissamment l’origine philosophique du conflit qui domine le monde présent. L’effondrement
52 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
117stes du gouvernement conquis, [p. 12] qui est à l’origine de la crise étatiste de l’URSS. C’est ce hiatus qui a valu au peuple
53 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
118est fondé à dire que les principes qui furent à l’origine de l’Édit, clairement manifestés par son « application », sont bel et
54 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
119 interaction, subordination de l’une à l’autre ou origine commune. Nous y reviendrons. Prendre conscience de la crise culturell
120le, un pouvoir et un sens. Toute connaissance des origines est incluse dans celle des fins, et c’est pourquoi la vigueur de nos
121droit de supposer que cette culture procède dès l’origine de la puissance qui porta cette bourgeoisie au pouvoir. Il faut situe
122 Man se fonde en dernière analyse sur une thèse d’origine marxiste : elle aboutit à mettre en évidence le vieux conflit des exp
55 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
123l’illustration fameuse. Or c’est elle qui est à l’origine de la Révolution [p. 42] française, qui devait par ailleurs rendre un
124lle ne peut pas se libérer des souvenirs de cette origine. Elle a vaincu les choses en les organisant, elle les a réduites aux
125 fois rebutant et rassurant n’est pas visible à l’origine : la raison lorsqu’elle entre en action [p. 43] prend facilement l’al
126té originelle de la raison. Mais encore, de cette origine, la raison tire un penchant pernicieux dont les effets commencent d’ê
56 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
127xe économique et spirituel notre culture tire son origine. Elle nous permet ainsi de mieux comprendre les raisons de la crise [
57 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
128esure sacrée. C’est elle qui rappelle à la fois l’origine et la fin du peuple : l’Éternel Dieu et son service. Parce qu’elle es
129 Loi. D’ailleurs son langage même s’ordonne dès l’origine à cette vocation supérieure ; dénué de termes abstraits, impropre à t
58 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
130 tension qui l’opposait à son époque. Telle est l’origine spirituelle, ou culturelle si l’on veut, [p. 87] de la situation inte
59 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
131 bourgeois, honteux de l’être, l’orgueil de leurs origines culturelles, la bonne conscience « bourgeoise » au sens originel, qu’
60 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
132uer la création, et à la régler, étant de par son origine coupé des sources mêmes de toute création culturelle : la personne, l
61 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
133ui nous est faite. — Au terme du libéralisme, à l’origine des dictatures, une seule et même situation matérielle : la misère. L
62 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — Préambule
134isir va préciser. [p. 146] ⁂ Il m’a semblé qu’à l’origine de notre crise et de la décomposition des vieilles mesures, il y avai
63 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
135 il faudra, pour la mieux voir, en rechercher les origines. Car elle n’est guère que le dernier aboutissement d’erreurs plusieur
136it du tout en y voyant une malice concertée dès l’origine. Le cynisme est plus rare qu’on ne suppose, et très peu d’hommes s’en
137ée, il y a plus qu’un parallélisme. Elles ont une origine commune. De même que la crise sociale est suspendue à une certaine [p
138a logique interne d’un certain rationalisme 73 l’origine de cette complicité tacite qui lie depuis un siècle les clercs sans r
139 plus pesants, cette pitoyable mythologie est à l’origine du désordre proclamé aujourd’hui dans toute l’économie de la planète.
140quoi ont-ils perdu ce pouvoir, perdu ce sens de l’origine, de l’invention et de l’attaque ? En vertu de certaines théories ? No
141élégation du choix n’étaient pas, d’autre part, l’origine réelle du concept de dictature que nos bons libéraux voudraient attri
142ait pas sans système, ne se justifiait pas, dès l’origine, sans recours à nos conventions morales et sociales 78 . Le fameux « 
143moyens politiques ne prétendent pas le couper des origines et des fins spirituelles où réside cette liberté. Mais qu’une doctrin
144si l’on vitupère des doctrines sans dénoncer leur origine permanente dans telle déficience morale, dans tel refus précis dont n
64 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
145héorique » et du « pratique » est en même temps l’origine et l’effet d’une pensée prolétarisée, non éthique. Sa permanence au c
146ique, autre chose que ce qu’un acte aura posé à l’origine de ce mécanisme ; et qu’un système dont l’acte initial est une démiss
147, à chaque instant, parce qu’elles n’ont pas leur origine dans l’être. Parce qu’elles ne sont pas radicales. Parce que mes main
148ires de l’être 90 . Parce qu’elles sont, dès leur origine et à jamais, sans nul pouvoir d’incarnation. Seule, détient le pouvoi
149é Incarnation et risque ne sont pas séparables. L’origine même de l’homme est dans un risque. Et le progrès de l’homme n’est ri
150 qui reproduit et qui aggrave l’acte instituant l’origine de l’homme. On a curieusement abusé du sens du mot « original » dans
151à-dire une réalité privée de lien vivant avec son origine. Partant de ce donné, et oubliant qu’il n’est rien d’autre qu’un aban
152 : c’est toujours quelque chose qui remonte à son origine permanente, à l’origine de l’autorité spirituelle. [p. 216] Sixième
153e chose qui remonte à son origine permanente, à l’origine de l’autorité spirituelle. [p. 216] Sixième vertu : d’un certain as
154ces, que d’élaborer à nouveau un dictionnaire des origines de nos mots. L’étymologie pourrait bien être une des sciences les plu
155e ce qui s’exprime. Cette définition, absolue à l’origine, ne peut être, dans l’état présent, que d’un usage dialectique. Elle
156même révolutionnaire, il faudrait être sûr qu’à l’origine de l’entreprise prévale un parti pris de style, une ardente finalité.
157réer, c’est-à-dire de le ramener d’une part à ses origines vivantes, et d’autre part, de le soumettre à une fin commune. Tandis
158s dans un double arrachement ! Mais le retour aux origines n’est qu’un moyen de retremper nos armes pour un combat dont l’enjeu
159e Jean à Patmos ; c’est-à-dire qu’elle éclate à l’origine et à la fin du temps, dans un instant, et comme un acte. Elle apparaî
160héroïsme, et cela signifie qu’elle est le lieu, l’origine et la fin de toute incarnation, de toute création, de tout risque. La
161ière fois. L’esprit de l’homme se manifeste dès l’origine par le conflit qu’il institue dans le monde. Mais ce conflit, s’il vi
162nt, entre deux autonomies qui se dessèchent. Or l’origine du relâchement est dans la pensée même : c’est elle d’abord qui a péc
163le péché, justement, c’est d’être séparé de notre origine absolue. Toucherait-on ici au quiétisme, au fatalisme ? Mais non, tou
164ne mesure, nous la tenons dans notre puissance. L’origine de l’histoire, c’est la chute dans le temps. Le péché premier, le lâc
65 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
165t qu’il y remonte. Son art vient de plus bas, des origines créatrices de sa race. Il a cette lenteur qu’impose la nature du pays
166gne de plus grande résistance, il fait retour aux origines élémentaires. C’est limiter l’ampleur du fait humain mais aussi garan
167vois ce grand exemple d’une volonté tendue vers l’origine d’où procèdent à la fois les lois d’un art, la coutume d’un peuple, e
168tout homme se voit mis en demeure de déclarer ses origines et ses fins. Voici le temps où l’homme est attaqué par des puissances
66 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
169 bourgeois, honteux de l’être, l’orgueil de leurs origines culturelles, la bonne conscience « bourgeoise » au sens originel, qu’
170uer la création, et à la régler, étant de par son origine coupé des sources mêmes de toute création culturelle, qui jaillissent
171 qui nous est faite. Au terme du libéralisme, à l’origine des dictatures, une seule et même situation matérielle : la misère. L
67 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
172sitions sont nettes maintenant. Examinons alors l’origine du secret que l’Église, selon Bossuet et les Conciles, détient et pos
68 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
173être une science pour que l’adoption même d’une « origine » soit autre chose qu’un choix délibéré, quand ce n’est pas un profon
174partout son parti pris, qui est de s’en tenir aux origines, et à cette origine, entre plusieurs probables, qui lui paraît la plu
175s, qui est de s’en tenir aux origines, et à cette origine, entre plusieurs probables, qui lui paraît la plus concrète, la plus
176ment originel. Rompre le lien de l’homme avec son origine, c’est rompre aussi sa communion avec la fin universelle. Alors l’hom
177duction, dans l’univers matériel, du sanglot de l’origine ». En même temps que la chose qui le provoque, le verbe exprime ainsi
178 la parole. » Nous voici donc « chargés du rôle d’origine ». L’homme est « le sceau de l’authenticité ». Il est, par son action
69 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Échos (janvier 1936)
179ctionnels de l’Académie de cinq en cinq ans, de l’origine jusqu’à 1930 ? Ce travail de base permettrait de résoudre un délicat
70 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
180ature essentiellement socialiste des fascismes. Origines socialistes du fascisme Le cas de l’Italie est des plus clairs. Tout
71 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
181ction : ces deux misères n’auraient-elles pas une origine commune ? Il m’a semblé que j’entrevoyais cette origine dans les prop
182e commune ? Il m’a semblé que j’entrevoyais cette origine dans les propos de mon voisin au sortir de la conférence. Cet homme t
183oi il la subit. Fils d’un petit hôtelier breton d’origine catholique, il s’est converti à vingt ans, et depuis lors il n’a jama
184, ou intéresse. Vraiment non, ce chapitre sur « l’origine rationaliste de la scission entre la culture et le peuple » cela ne p
72 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
185e tous les hommes sont frères de par leur commune origine, cela nous conduit tout au plus à élargir à toute la terre le champ d
186bbitt que D. H. Lawrence. Tout ce qui n’est pas d’origine chrétienne, dans le socialisme, se fonde sur cette superstition [p. 2
73 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
187, sous une forme mythologique, une construction d’origine scientifique, remarquablement cohérente. En somme, les grands traités
188avant de l’avant-guerre. Swedenborg affirme que l’origine de toute matière, est un « point » sans poids ni étendue, point mathé
74 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
189oi il la subit. Fils d’un petit hôtelier breton d’origine catholique, il s’est converti à l’âge de vingt ans et depuis lors il
190, ou intéresse. Vraiment non, ce chapitre sur « l’origine rationaliste de la scission entre la culture et le peuple », cela ne
75 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
191haque auteur important quelle date il assigne à l’origine du phénomène capitaliste. Une lecture superficielle risquerait d’indu
192e par la reine de Madagascar qui est la véritable origine de l’expédition de 1895). L’emprise étatique se faisant trop fortemen
76 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
193uté populaire, et antinaturelle puisqu’elle est d’origine raciale étrangère. Ce qu’il faut attaquer dans le christianisme : les
194fs) ; le dualisme de l’âme [p. 79] et du corps, d’origine juive ; la négation de la vie ; l’immoralité de l’amour du prochain s
77 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
195et Iseut, l’auteur a été conduit à rechercher les origines religieuses de ce roman, dont l’influence, du xiie siècle jusqu’à no
196is par les mystiques orthodoxes. Sa rhétorique, d’origine sacrée, transformera peu à peu nos sentiments, en leur prêtant des « 
197chrétiennement. L’hérésie manichéenne qui est à l’origine de la cortezia du Midi s’opposait au mariage catholique sur les trois
198 le mariage sont par essence incompatibles. Leurs origines et leurs finalités s’excluent. De leur coexistence dans nos vies surg
199ssent. Il est curieux de noter que des coutumes d’origine lointaine et sacrée telles que la quasi-publicité du lit nuptial subs
200eur du Tristan — cette nostalgie dont il ignore l’origine autant que la fin. Son illusion de liberté repose sur cette double ig
201chologique » et les « névroses » qui seraient à l’origine du mal (d’où l’on déduit que la médecine mentale guérirait tout). Van
78 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
202profiter.) C’est qu’avant tout et après tout, à l’origine et à la fin de la passion, il n’y a pas une « erreur » sur l’homme ou
203et divinise un moi purifié, « innocent » ! De ces origines mystiques, la « fidélité passionnée » n’a gardé parmi nous que l’illu
204e Occident. La connaissance de ce conflit, de ses origines historiques et psychologiques, de son enjeu spirituel, me paraît devo
205 fait naître la passion, mais c’est une hérésie d’origine orientale. Cette hérésie s’est répandue d’abord dans les contrées les
206». Nous nous heurtons ici à l’extrême limite, à l’origine pure de la Passion, — mais du même coup nous sommes jetés au cœur mêm
79 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
207. Il y a sans doute une théorie de l’Histoire à l’origine de cet ouvrage d’une passionnante ambiguïté, et qui se donne l’air d’
208ait et sa démesure géométrique. Et revenant à ses origines, au moment où le sort de la bataille vacille, il a retrouvé soudain l
80 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
209ntermédiaires : le deuxième tente de remonter aux origines religieuses du mythe, tandis que les suivants décrivent ses effets da
210té de le décrire comme un phénomène historique, d’origine proprement religieuse. Or les hommes, et les femmes, tolèrent fort bi
81 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
211 poètes ont coutume de rapporter les mots à leurs origines lointaines, c’est-à-dire à la chose ou à l’acte qu’on pense qu’ils dé
212es dieux, légendes expliquant les sacrifices ou l’origine des tabous, etc.) On l’a remarqué souvent : un mythe n’a pas d’auteur
213remarqué souvent : un mythe n’a pas d’auteur. Son origine doit être obscure. Et son sens même l’est en partie. Il se présente c
214simples.) Elle tient d’une part au mystère de son origine, et d’autre part à l’importance vitale des faits que le mythe symboli
215u s’il n’y avait quelque intérêt à obscurcir leur origine et leur portée pour les soustraire à la critique, il n’y aurait pas b
216 jour de la raison les menacerait 2 . [p. 22] ⁂ D’origine inconnue ou mal connue — de caractère primitivement sacré — voilant l
217aussi Tristan se garde-t-il d’avouer son nom et l’origine de son mal. Iseut, princesse royale, le soigne et le guérit. C’est le
218en et du mal ; elle les conduit même au-delà de l’origine de toutes valeurs morales, au-delà du plaisir et de la souffrance, au
219oit cause ou effet, ou qu’elles aient une commune origine — ces deux « passions » parlent un même langage, et chantent peut-êtr
220. Nous ferons halte ici ou là pour vérifier telle origine nettement localisée, ou telle conséquence imprévue des relations que
82 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
221 [p. 59] Livre II Les origines religieuses du mythe 1. L’« obstacle » naturel et sacré Nous sommes
222u cours de notre analyse du mythe, n’est-il pas d’origine toute naturelle ? [p. 60] Retarder le plaisir, n’est-ce pas la ruse
223des primitives. C’est un jeu que de retrouver l’« origine » sacrée des motifs caractéristiques du Roman. La quête de la fiancée
224 est la voie qui monte par degrés d’extase vers l’origine unique de tout ce qui existe, loin des corps et de la matière, loin d
225 son dieu. Et ce mouvement est sans retour. ⁂ Les origines iraniennes et orphiques du platonisme sont encore mal connues mais ce
226te internationale », commune à tous les peuples d’origine celtique, du fond de la Bretagne et de l’Irlande jusqu’en Italie et e
227e dissolution du moi en Dieu. L’Amour divin est l’origine d’une vie nouvelle, dont l’acte créateur s’appelle la communion. Et p
228é féodale. Celle-ci ne connaissait pas toujours l’origine et la portée mystique de valeurs qu’elle prenait pour une mode et qu’
229istorien se risque à formuler une hypothèse sur l’origine de la rhétorique courtoise, les spécialistes l’accablent des plus aig
23027 , a cru pouvoir tout éclaircir en décelant à l’origine de la lyrique provençale des influences religieuses, néo-platonicienn
231 et jusqu’à la Réforme ? L’on peut attribuer pour origine précise à l’hérésie les sectes néo-manichéennes d’Asie Mineure et les
232fois à l’hérésie aussi dite « albigeoise » 32 . L’origine permanente et toujours tragiquement actuelle de l’attitude cathare, o
233 création unique, toute divine et toute bonne aux origines. Notons enfin ce dernier trait : comme ce fut le cas pour tant de sec
234hui une caractéristique chrétienne, est en fait d’origine manichéenne et « hérétique ». Car il est essentiel [p. 87] de le rapp
235me cathare, on n’aurait pas encore démontré que l’origine de ce lyrisme n’est pas hérétique. N’oublions pas qu’ils composaient
236 établir sans plus de contestations possibles les origines manichéennes de l’hérésie. Or, si l’on se reporte à ce qui fut dit pl
237 des éléments de vocabulaire et de syntaxe dont l’origine est nettement liturgique. On peut imaginer que les thèmes que nous av
238our « colorer » un symbolisme même dogmatique à l’origine. 3. L’Amour courtois serait une idéalisation de l’amour charnel C’est
239que l’idéal mystique sur quoi elle se fondait à l’origine fût toujours et partout observé ; ou qu’il fût en soi univoque. L’exa
240n — au sens précis que je donne à ce mot — sont d’origine religieuse et mystique, il est certain qu’elles se trouvent flatter,
241nclure — quels qu’aient pu être mes scrupules à l’origine — que le lyrisme courtois fut au moins inspiré par l’atmosphère relig
242 à quelles profondeurs le parallélisme trouve ses origines, et jusque dans quels détails il se poursuit. a) Sohrawardi nomme le
243ur vérifiée ou non, il n’en reste pas moins que l’origine manichéenne du Roman est attestée par les fragments de son texte orig
244nterprétations que je crois utile de citer, car l’origine cathare y transparaît nettement, malgré l’ignorance de l’auteur. Lanc
245 incorporés des éléments religieux et mythiques d’origine très nettement celtique, bien plus nombreux et plus exactement identi
246est finalement pour mourir » 86 . Nous avons là l’origine évidente de la première navigation à l’aventure de Tristan malade, en
247, sans faire d’ailleurs la moindre allusion à son origine sacrée. Tous ces faits rendent vraisemblable la conclusion d’Hubert :
248ittérature du moyen âge, et il l’expliquait par l’origine celtique de ces poèmes. [p. 145] C’est par Tristan et par Arthur que
249ualiste dont nous avons perdu la clef ; 2° qu’à l’origine de notre crise du mariage il n’y a pas moins que le conflit de deux t
250, jusque vers 1914, ont gardé par le fait de leur origine chevaleresque — et pour d’autres raisons peut-être — un parallélisme
83 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
251s et du roman breton qui en dérive. C’est à cette origine que notre poésie doit son vocabulaire pseudo-mystique ; et c’est dans
252lité de l’un dans l’un et avec l’un est source et origine du fleurissant resplendissant amour. » 104 Ce n’est donc pas, concl
253n le retrouve chez les mystiques — n’est pas, à l’origine, celui des sens et de la nature, mais il est au contraire la rhétoriq
254ses images… Mais trouverait-on aussi sûrement les origines de ce langage psychologique où se traduit sans doute, le plus puremen
255arché (Ruysbroek ou sainte Thérèse par exemple) l’origine de termes précis dont Jean de la Croix fait usage. Nous pouvons cepen
256les arguments s’annulent. Nous ne savons rien des origines premières. Ce que nous avons pu dégager, c’est uniquement le jeu des
257ent matériel qu’elle utilise pour s’exalter. Si l’origine de cette passion est un désir, conscient ou non, [p. 187] d’échapper
258l’impossible union avec la femme ; gardant de ses origines mystiques on ne sait quoi de divin, de faussement transcendant — une
84 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
259es, et dont les traits constants témoignent d’une origine commune, d’une tradition fidèlement conservée. Toutes ces sectes en e
260 l’école du Nord — novatrice mais qui revient aux origines valables — oppose à ces rhétoriqueurs. Ce qui est frappant dans cette
261ie que nous trouvons partout et en tous temps à l’origine du grand lyrisme passionnel ? Quant au « matérialisme » de Milton, il
262de la croyance mystique (manichéenne) qui est à l’origine de la passion et de son mythe : du moins faut-il bien reconnaître que
263ar une « censure » morale évidemment chrétienne d’origine. [p. 222] Racine ne peut ni ne veut être pleinement lucide. Car sa lu
264. Mais je la retrouve, étrangement identique, aux origines profondes d’un mouvement que nous n’avons plus à étudier ni à convain
265a perte irrémédiable du contact immédiat avec nos origines. Et dès lors, redescendre au-dessous de nos morales, ce n’est pas nou
85 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
266 de l’époque. Il ne s’agit plus, désormais, d’une origine commune plus ou moins obscurément ressentie, mais bien d’un minutieux
267 On a vu que la rhétorique courtoise traduit, à l’origine, la lutte du Jour et de la Nuit. La mort y joue un rôle central : ell
268stinct sont reliés désir et guerre. Mais ni cette origine religieuse, ni cette complicité physiologique des instincts de combat
269es lansquenets introduisent l’usage du tambour, d’origine orientale. « Avec son effet hypnotique et inharmonieux, le tambour sy
86 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
270 marie, même chrétiennement. L’hérésie liée dès l’origine à la cortezia du Midi s’opposait au mariage catholique sur les trois
271ont l’expression, « essentiellement lyrique » aux origines, nous parvient totalement profanée, et par suite dénaturée. Voici les
272 le mariage sont par essence incompatibles. Leurs origines et leurs finalités s’excluent. De leur coexistence dans nos vies surg
273ssent. Il est curieux de noter que des coutumes d’origine lointaine et sacrée telles que la « quasi-publicité du lit nuptial »
274a nostalgie qui le « démeine » — dont il ignore l’origine et la fin. Son illusion de liberté repose sur cette double ignorance.
275chologique » et les « névroses » qui seraient à l’origine du mal (d’où l’on déduit que la médecine mentale guérirait tout). Van
276plexes freudiens, du jeu des refoulements et de l’origine des névroses, sont portés à plus d’exigence que leurs ancêtres quant
87 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
277profiter.) C’est qu’avant tout et après tout, à l’origine et à la fin de la passion, il n’y a pas une « erreur » sur l’homme ou
278et divinise un moi purifié, « innocent » ! De ces origines mystiques, la « fidélité passionnée » n’a gardé parmi nous que l’illu
279. [p. 342] La connaissance de ce conflit, de ses origines historiques et psychologiques, de son enjeu spirituel, me paraît devo
280 fait naître la passion, mais c’est une hérésie d’origine orientale. Cette hérésie s’est répandue d’abord dans les contrées les
281». Nous nous heurtons ici à l’extrême limite, à l’origine pure de la passion — mais du même coup nous sommes jetés au cœur même
88 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
282auteur de la Folie Tristan étaient sans doute à l’origine tout autre chose qu’une suite d’extravagances. Chaque parole et chaqu
89 1939, La Vie protestante, articles (1938–1961). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
283et le mystère de Valentin Boltz devaient être à l’origine d’une riche tradition dramatique. Mais à partir de la fin du xvie si
90 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
284e s’explique par un excès de critique négative, d’origine universitaire, ou comme on dit : « intellectualiste ». Je ne pense pa
91 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
285usion. Et force m’est alors de reconnaître qu’à l’origine de ce débat il n’y a pas seulement en cause une certaine conception «
286symbole religieux : et voilà le deuxième amour, l’origine de l’amour-passion. Or cette exaltation ne tend pas vers le vrai Dieu
92 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
287usceptibles de faire image. Si nous remontons aux origines, si nous cherchons comment sont apparues dans l’Histoire les notions
288 les premiers individus. Ceci est important : à l’origine, individu est synonyme de criminel. [p. 17] Mais peu à peu, ces indi
289ne. Alors que la tribu était liée par des liens d’origine — le sang, la famille — la cité est fondée sur l’intérêt commun et le
290ouvement centrifuge par rapport à la communauté d’origine, s’il se confond d’abord, soulignons-le, avec l’intelligence et la ra
291uridiquement la persona. Ce mot qui désignait à l’origine le masque de l’acteur, signifiera bientôt le « rôle » que joue le cit
292d’une communion avec la masse dans le mystère des origines : souvenirs, mythologies, rites magiques, culte ancestral ou religion
293à libérateur. Ce n’est plus le rêve du retour aux origines, c’est le rêve d’un avenir éternel, d’une révélation inouïe. Il s’agi
294autés ne sont pas fondées sur le passé ni sur des origines communes. « Il n’y a plus ni Juif ni Grec », écrit saint Paul. Elles
295l’Église chrétienne. Voici donc définis par leurs origines, et dans leur genèse historique, les maîtres mots de notre conception
296ême pas s’y convertir ! Si l’on n’a pas les mêmes origines, on ne pourra jamais y entrer — si l’on n’est pas de sang aryen, par
297le pardon, le futur éternel, le rachat du péché d’origine ? À nous maintenant de rester vigilants, exigeants et vigilants, même
298urquoi l’on a pu dire que le calvinisme était à l’origine du capitalisme moderne, avec sa concurrence sans frein, phénomène de
93 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
299es conséquences pratiques ; qu’elle est l’une des origines de la présente guerre ; et que cette guerre n’est, en fin de compte,
94 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
300ste Il se peut que le fédéralisme n’ait été à son origine qu’une nécessité naturelle. Il se peut que durant des siècles, il soi
95 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
301e-droite est étrangère au génie de la Suisse. Son origine parlementaire le prouve : rien de moins suisse que notre Parlement, i
96 1940, La Vie protestante, articles (1938–1961). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
302 minime soit-elle, toute appréciation erronée des origines, des fins et de la pratique hitlériennes, non seulement affaiblissent
97 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
303sée, c’est l’Évangile. » Mais n’y a-t-il pas, à l’origine de ce refus de toute église (tant reformée que catholique), un attach
98 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
304 en doute la réalité de l’ordonnance de Dieu. À l’origine de toute tentation, il y a l’occasion entrevue d’aller à la divinité
305rt chemin que le sentier du Golgotha. À [p. 38] l’origine donc, le « méchant » n’est pas celui qui agit par méchanceté (à ses p
306ient à la légalité, au bien qu’il connaissait à l’origine ; un bien tout fait, arrêté pour toujours. Depuis sa chute, il a perd
99 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
307ême pas s’y convertir ! Si l’on n’a pas les mêmes origines, on ne pourra jamais y entrer — si l’on n’est pas de sang aryen, par
308le pardon, le futur éternel, le rachat du péché d’origine ? 20. Midas prolétarien Le Prince de ce Monde peut tout avoir du mo
100 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
309egel, Auguste Comte et Marx, qui n’aient été, à l’origine, des prises de position théologiques. Ignorer la théologie, c’est rom
310logiques traditionnelles sont très probablement d’origine satanique : le pélagianisme, par exemple, et les doctrines qu’on pour
311tout prix ? Sinon justement pour s’y perdre ! À l’origine de toutes ces choses trop vastes et trop complexes qui nous entourent
312es, techniques, sociales et financières. Mais à l’origine de ces « nécessités » elles-mêmes, je pressens notre obscur désir de
313les grands problèmes sociaux. Et ceux-ci sont à l’origine des guerres du xxe siècle. Tout le mal vient des étages ! » À vrai d
314te divin. Croyance essentiellement chrétienne à l’origine, et dont cette phrase du Mystère de Jésus nous donne peut-être l’expr
315 résoudre que dans l’évasion vers le néant. Cette origine et cette catastrophe ne cesseront jamais d’être instantes au cœur sec