1 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Aragon, Traité du style (août 1928)
1 bien ici qu’Aragon dépasse ces surréalistes, ces orthodoxes de l’absurde confondu avec le poétique, ou ces disciples de Rimbaud,
2 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
2 doit et peut être moraliste, tandis que Calvin l’orthodoxe ne saurait l’être sans renier le fondement de sa croyance 34 . Or nou
3 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
3s papiers. Quitte à larder ses écrits de vocables orthodoxes tels que superstructure, prolétariat, koulak ou rabcor, on pourra rev
4séquences. » Du bourgeois positiviste au marxiste orthodoxe, on passe sans heurt ni saut, par une simple accélération de chute. L
4 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
5le des humanistes (l’homme divinisé) et son culte orthodoxe, le marxisme, exigent de l’humanité un déploiement plus généreux, plu
5 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
6onnel. Si j’en crois au contraire les communistes orthodoxes, le mode de vie purement socialiste n’est pas encore imaginable. Il d
7 pas attendu pour vivre la permission du marxisme orthodoxe. Nous avons eu, depuis quelques années, comme une première vision d’u
6 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
8ue Maritain du côté catholique, Berdiaeff du côté orthodoxe, un certain nombre de jeunes protestants, beaucoup d’agnostiques auss
9holique, celle des Belges ; les quatre monarchies orthodoxes des Balkans ; trois républiques démocratiques seulement : la Suisse,
10 forme de totalitarisme correspondant à la Russie orthodoxe, une autre correspondant à l’Allemagne luthérienne, et deux autres co
11ent pas cette conséquence-là. Lorsque la religion orthodoxe grecque, par exemple, disparaît en temps qu’Église vivante, il reste
7 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
12 Sa position nous paraît sur ce point tout à fait orthodoxe et courageuse. Au contraire de la plupart des historiens modernes qui
8 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
13ste la norme de toute théologie, fût-elle la plus orthodoxe. Barth, on le sait, ne se lasse pas de comparer le rôle de ces témoin
9 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
14ci exclusivement sur trois des écrits les moins « orthodoxes » qu’ils ont accueillis cette année. La belle étude de Karl Löwith su
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
15oute la construction russe n’est plus la doctrine orthodoxe dont les marxistes d’Occident se sont faits les conservateurs. C’est
16ir l’irrationnelle nécessité. Faute d’expressions orthodoxes pour l’exprimer ou l’inventer, on chercha des modèles et des trucs da
11 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
17 Contre l’un et l’autre adversaire — l’athée et l’orthodoxe desséché — M. Monod recourt au fait de son expérience intérieure. Apr
12 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
18oute la construction russe n’est plus la doctrine orthodoxe, dont les marxistes d’Occident se sont faits les conservateurs. C’est
19ir l’irrationnelle nécessité. Faute d’expressions orthodoxes pour l’exprimer ou l’inventer, on chercha des modèles et des trucs da
13 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
20taires ni justifications. Serait-ce là le langage orthodoxe que je cherche ? Il est souvent contraire aux écrits d’Augustin ou de
21écisément ce que je cherche : l’écho des formules orthodoxes dans la conscience des fidèles, et des fidèles de ce pays de France d
14 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
22! » — laissent peu de doutes sur la signification orthodoxe, vraiment « dialectique », que l’on donne, chez les communistes, à l’
15 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
23 occidentaux, païens ou chrétiens, hétérodoxes ou orthodoxes. Je n’ai pas la prétention de traiter un si grave problème en quelque
16 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
24es du Credo sont remplacés par l’énumération très orthodoxe des prouesses du nouveau régime. Dans ce pays, comme en Russie, c’est
17 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
25le. Son vocabulaire sera repris par les mystiques orthodoxes. Sa rhétorique, d’origine sacrée, transformera peu à peu nos sentimen
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
26ions ni d’optimisme humain, dans le christianisme orthodoxe. Mais alors, c’est le désespoir ? Ce serait le désespoir, s’il n’y av
27a en hérésies secrètes d’apparences plus ou moins orthodoxes. Ces hérésies se propagèrent très rapidement dès le début du xiie si
28rentes de celles qui fondent la morale chrétienne orthodoxe. La condamnation de la chair, où certains croient voir aujourd’hui un
29ueillantes, étaient celles des seigneurs demeurés orthodoxes : mais cette observation n’est pas toujours exacte — il s’en faut de
30, et de la révolte naturelle contre la conception orthodoxe du mariage, récemment réaffirmée par la réforme grégorienne. Ils avai
31ce sont eux qui dénoncent les amants à l’autorité orthodoxe, c’est-à-dire qui révèlent à la censure dogmatique le sens secret des
32combattre le catharisme, fonde un ordre ascétique orthodoxe, face à celui des « bonshommes » ou Parfaits, puis oppose à la cortez
33est restée, en provençal du xive siècle, quoique orthodoxe dans les grandes lignes, porte des traces indiscutables de manichéism
34et amour s’oppose secrètement à l’amour religieux orthodoxe, et se voit donc contraint de s’exprimer par des symboles ésotériques
35urs un virulent ressentiment contre les doctrines orthodoxes qui « plient le Christ comme une simple étoffe » et lui font sanction
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
36 œuvre antérieure à l’essor de la grande mystique orthodoxe, que nous aurons les meilleures chances de surprendre à l’état naissa
37uve identique, dans sa forme, aussi bien chez les orthodoxes que chez les dissidents ou les païens (Iraniens et Arabes, voire boud
38e véritable de l’opposition des deux mystiques. L’orthodoxe aboutit au « mariage spirituel » de Dieu et de l’âme, dès cette vie,
39e du langage de l’Éros païen ? 4. Les Mystiques orthodoxes et le langage de la passion Le fait central de toute vie religieuse d
40être rattaché, historiquement, au courant le plus orthodoxe. J’emprunterai mon premier exemple à l’ouvrage de Rudolf Otto intitul
41x thèmes communs aux troubadours et aux mystiques orthodoxes : « Mourir de ne pas mourir. » 114 La « brûlure suave ». Le « dard
42it d’attribuer à tel mystique fort bien connu, et orthodoxe par-dessus le marché (Ruysbroek ou sainte Thérèse par exemple) l’orig
43lles d’Eckhart. Voilà pourquoi ce fut la mystique orthodoxe — la moins suspecte de troubles complaisances ! — qui se vit portée p
44ros, mais fécondité de l’Agapè. Ainsi la mystique orthodoxe apparaît-elle enfin comme la voie purgative par excellence, la meille
45ncarnation qui distingue radicalement la mystique orthodoxe de l’hérétique. C’est lui qui donne un sens tout différent au mot amo
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
46ition au dogme trinitaire (du moins sous sa forme orthodoxe) ; par leur spiritualisme exalté ; par leur doctrine de la « joie ray
47lus adéquate que nulle autre à servir la mystique orthodoxe. Et cette dernière ne manquera pas d’y puiser ses meilleures métaphor
48’est bien de cette confusion — non de la doctrine orthodoxe — que devait résulter l’opposition tragique du corps et de l’âme. C’e
49 qui opposèrent dans la cité les « Patarins » aux orthodoxes ? ⁂ [p. 209] En marge des luttes religieuses du siècle, qui refoulaie
50tion, puis envahir la conscience européenne, même orthodoxe, et par une sorte d’ironie, donner sa rhétorique passionnelle au myst
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
51it à la divinité ! Au contraire, l’amour mystique orthodoxe n’unit pas de cette façon, mais fait seulement communier. d) Pour dé
22 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
52que Maritain du côté catholique, Berdiaef du côté orthodoxe, un certain nombre de jeunes protestants, beaucoup d’agnostiques auss
53holique, celle des Belges ; les quatre monarchies orthodoxes des Balkans ; trois républiques démocratiques seulement, la Suisse, l
54e totalitarisme correspondant [p. 42] à la Russie orthodoxe, une autre correspondant à l’Allemagne luthérienne, et deux autres co
55ent pas cette conséquence-là. Lorsque la religion orthodoxe grecque, par exemple, disparaît en tant qu’Église vivante, il reste d
23 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
56r jusqu’à imiter les génuflexions multipliées des orthodoxes russes, qui se prosternent jusqu’à toucher le sol de leur front, pour
57ême cette seule question : alors [p. 341] que les orthodoxes, les anglicans, les catholiques, les luthériens et les calvinistes fr
24 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Erreurs sur l’Allemagne (1er mai 1940)
58ais qu’il a triomphé d’abord dans une Russie tout orthodoxe, et dans une Italie toute catholique. Ce qui n’est pas sans complique
25 1942, La Vie protestante, articles (1938–1978). Perspectives d’avenir du protestantisme (2 janvier 1942)
59es dénominations protestantes, les anglicans, les orthodoxes grecs et russes, et les vieilles Églises du Proche-Orient, c’est-à-di
26 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
60 de clochetons à bulbe d’or. Serait-ce une église orthodoxe ? Oui, dit Robert, l’une de nos deux églises ukrainiennes. La moitié
27 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
61e de clochetons à bulbe d’or. Serait-ce une usine orthodoxe ? « Oui, dit Robert, c’est l’une de nos deux églises ukrainiennes. »
28 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
62 forme de totalitarisme correspondant à la Russie orthodoxe, une seconde, correspondant à l’Allemagne en majorité luthérienne, et
29 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
63tes : les luthériens de Finlande et de Suède, les orthodoxes serbes, grecs, ukrainiens et russes, les vieux-catholiques, les réfor
30 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
64; réapparition d’une puissante et purifiée Église orthodoxe à l’Est. Mais dire que l’époque de la défensive est terminée pour ell
31 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
65tes : les Luthériens de Finlande et de Suède, les Orthodoxes serbes, grecs, ukrainiens et russes, les Vieux catholiques, les réfor
32 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
66 existe — et je crois la connaître — une doctrine orthodoxe du fédéralisme. Et parfois ses tenants s’inquiètent de voir les concl
33 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
67, il est brahmine, et par un choix délibéré, très orthodoxe, donc très libre d’esprit.) — Je cherche l’Inde. La trouverai-je à Bo
34 1953, Réforme, articles (1946–1980). « Les écrivains protestants » (11 avril 1953)
68tives, dès l’âge de vingt-cinq ans, aux doctrines orthodoxes de la Réforme, à travers Kierkegaard et Barth. C’est dire que le prot
69pas moins aux protestants qu’aux catholiques, aux orthodoxes, aux incroyants de toutes nuances. À l’isolement relatif du protestan
35 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
70en vous résumant une légende de l’ancienne Russie orthodoxe et mystique, la légende de la Grande Baleine 11 . Il y avait une fois
36 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
71 l’absurde ? Car une telle analyse, si elle reste orthodoxe, devrait montrer soit que Staline n’a jamais rien fait par lui-même —
37 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
72 — par les plus grands docteurs occidentaux, tant orthodoxes que semi-hérétiques : Albert le Grand, Thomas d’Aquin, Dante, Roger B
38 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
73intellectuels libéraux d’aujourd’hui adresser aux orthodoxes de toutes observances le reproche, à leurs yeux rédhibitoire, d’être
39 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
74, de l’autoritarisme catholique, du collectivisme orthodoxe, et de la doctrine des princes luthériens, cuius regio eius religio.
40 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
75somme pas si bonne ? À quoi d’autres swamis, plus orthodoxes (et certainement aussi nombre d’Occidentaux) ne manqueraient pas de r
41 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
76 — par les plus grands docteurs occidentaux, tant orthodoxes que semi-hérétiques : Albert le Grand, Thomas d’Aquin, Dante, Roger B
42 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
77possible de la foi — ce qui est plus gnostique qu’orthodoxe… Ne tire-t-il pas le Zen de son côté ? Il ajoute d’ailleurs aussitôt
43 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
78stes laïcs, rationalistes libéraux et communistes orthodoxes s’unissent pour déplorer l’invasion dans nos vies d’une sexualité « o
44 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
79possible de la foi — ce qui est plus gnostique qu’orthodoxe… Ne tire-t-il pas le Zen de son côté ? Il ajoute d’ailleurs aussitôt
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.6. En marge des grands plans, l’utopie prolifère
80socier à son plan chrétien les protestants et les orthodoxes, mais non le Pape ! Un Congrès européen, siégeant à Ratisbonne, exerc
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
81e le Renaissance, pour ancêtres toutes les Idées, orthodoxes et hétérodoxes, qui se sont succédé d’âge en âge depuis l’origine du
47 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
82moderne, dont l’auteur se trouve être un brahmane orthodoxe : « J’avais vécu en Europe, j’avais épousé une Européenne : apparemme
48 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
83ue toutes les églises protestantes, anglicanes et orthodoxes, ou du mouvement catholique romain que symbolise le concile œcuméniqu
84entre luthériens, anglicans, vieux-catholiques et orthodoxes, des fusions multipliées entre « dénominations » protestantes, en Eur
85s sociales chez les uns et les autres et chez les orthodoxes, tout concourt à rapprocher les confessions non seulement les unes de
49 1965, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Que signifie pour vous la formule célèbre ‟Ecclesia reformata semper reformanda” ? » (29 octobre 1965)
86e l’Église universelle, à l’avenir catholique, et orthodoxe, à la Pentecôte œcuménique. Vous avouerai-je qu’en tant que protestan
50 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
87ion artistique : l’imitation correcte des modèles orthodoxes n’est pas sa fin, comme elle le serait pour un danseur hindou, par ex
88t n’est plus seulement l’illustration des vérités orthodoxes, et des symboles traditionnels de la communauté peints sur les murs d
51 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
89ion artistique : l’imitation correcte des modèles orthodoxes n’est pas sa fin, comme elle le serait pour un danseur hindou, par ex
90t n’est plus seulement l’illustration des vérités orthodoxes, et des symboles traditionnels de la communauté peints sur les murs d
52 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
91en vous résumant une légende de l’ancienne Russie orthodoxe et mystique, la légende de la Grande Baleine. Il y avait une fois une
53 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
92si méchamment ignorant de ce que les spécialistes orthodoxes ont décidé que l’on doit penser de la Vierge. Mais que penser de quel
93 ou au contraire que les cathares en cela étaient orthodoxes ? Je retiens qu’ils ont en commun quelque chose de plus essentiel que
94ration cistercienne », il écrit : « La conception orthodoxe de l’histoire et d’autre part la hiérarchie des états spirituels n’on
95 du Graal. » Or cette conception du mythe, pour « orthodoxe » que la déclare Béguin, n’en est pas moins ruinée de nos jours : d’u
96nce aux clichés, il est facile de constater que l’orthodoxe en cette affaire, du point de vue de l’Église d’alors, c’est Guillaum
54 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
97plus significatives, tant du côté des communistes orthodoxes que des gauchistes, cependant que des groupes capitalistes annonçaien
55 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
98de l’Occident ? Hitler, mieux que les communistes orthodoxes ou déviationnistes, les fascistes, les franquistes, les maoïstes, a r
56 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
99des icônes » est bien connu de la tradition russe orthodoxe. Le discours typiquement français sur la « majesté de l’État » vient
57 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
100 Une quinzaine de frères catholiques, des prêtres orthodoxes les ont rejoints. Ils ne sont guère plus de quatre-vingts en tout, ma
101 et qui sont : l’existence nécessaire d’un modèle orthodoxe unique et unifiant ; l’uniformité de croyances et de manières de pens
58 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
102 y a eu à Paris un congrès du RPR (les gaullistes orthodoxes) qui pour défendre « la vraie Europe » a sifflé et conspué l’Europe f
59 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Madame de Staël et « l’esprit européen » (été 1980)
103r, la chrétienté, Nord réformé, Sud catholique et orthodoxe ? Réponse de Mme de Staël : Le protestantisme et le catholicisme ne
60 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
104et moi comme protestants, Nicolas Berdiaeff comme orthodoxe, et Charles Dulot comme agnostique sympathisant avec nos positions. E
61 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
105t les nerfs qu’il avait brûlés. 43 Un disciple orthodoxe de Freud aura raison de traiter d’« illusion » cette projection : car
62 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Conclusions (été-automne 1984)
106population russe, par l’intermédiaire de l’Église orthodoxe. Je me suis demandé s’il n’y aurait pas là un premier sujet —je vous