1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Colin, Van Gogh (août 1925)
1tres de l’art moderne » est au moins le cinquième ouvrage publié en France sur Van Gogh, depuis 1922. Il contient pourtant des
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
2es modèles de ce qu’on nommait autrefois la belle ouvrage ? On va supprimer les leçons de calligraphie. 3.e. La discipline On
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
3 Malraux venait justement d’exposer dans un petit ouvrage aigu et dense intitulé La Tentation de l’Occident. La Voix royale 9
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
4elles mettent en jeu de gros problèmes à propos d’ouvrages bien minces. C’est qu’aujourd’hui le moindre chien écrasé pose toute
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
5lisant, ce goût qu’avait le vieux Goethe pour les ouvrages documentaires, pleins d’analyses précises, de citations, de planches
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
6’empire de sa douceur. Cette deuxième partie de l’ouvrage est extraordinaire de vie et de pathétique, sobre et directe plus que
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
7t, dans un article des Nouvelles littéraires d’un ouvrage de M. Édouard Martinet, intitulé André Gide, l’amour et la divinité,
8 un Loti vu de Genève, non pas sous la forme d’un ouvrage complet, mais d’un essai très fouillé et profond de Gaston Frommel, d
8 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
9e autorité comparable à celle qui éclate dans cet ouvrage entièrement créé, entièrement « autorisé ». Art, on le sait, avant to
9 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
10er » de Luther. Pour qui n’aurait pas lu d’autres ouvrages de Jouhandeau, les aphorismes qui composent l’Éloge de l’imprudence p
10 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
11rie allemande, par exemple, que la proportion des ouvrages purement romanesques va en diminuant, et cela au profit d’une littéra
12aître que l’état général du pays explique que ces ouvrages aient rencontré d’emblée le grand succès qu’ils méritaient. Les Allem
13o, enquête de Foi et Vie sur l’humanisme nouveau, ouvrages de Ramon Fernandez, de Drieu La Rochelle, de Benjamin Crémieux), auto
11 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
14s même de pompe. Tel est le premier succès de cet ouvrage. Il en révèle peut-être aussi certain défaut : Albert-Marie Schmidt d
12 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
15Il se pend. Ce résumé fait le plus grand tort à l’ouvrage. Il est cependant exact. Mais les faits, même en Russie, ne sont rien
13 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
16 dont on peut trouver la première synthèse dans l’ouvrage important d’Aron et Dandieu : la Révolution nécessaire. Sa revendicat
14 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
17drait sans doute pas se fier au tirage moyen d’un ouvrage « difficile ». Seul, Bergson, avec ses Deux Sources pourrait s’aligne
15 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
18 seuls écrits qu’il publia sous son nom. Tous ses ouvrages esthétiques et philosophiques, de la Répétition à l’Exercice du chris
19 symboliques. Il voulait signifier par là que ces ouvrages n’exprimaient pas encore la totalité de son message chrétien, et qu’i
16 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
20uter les objections du « sens social ». Plusieurs ouvrages de Kierkegaard portent cette dédicace fameuse : « Au solitaire que j’
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
21ux que de constater que ses livres sont les seuls ouvrages français qu’on puisse comparer, tant pour leur sujet que pour leur at
18 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
22sentir la qualité, voisine de la grandeur, de cet ouvrage ? Je crois que maint lecteur y découvrira peu à peu quelque raison tr
19 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
23e puissance de réflexion et de synthèse, dont les ouvrages de Breton illustraient glorieusement l’absence. Mais il y a là aussi
20 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
24re que l’esprit n’est pas matière exposable : les ouvrages essentiels de l’esprit, précisément parce qu’ils sont encore peu comp
25st tout juste s’il sait écrire. Il écrira donc un ouvrage dans les règles de l’art qu’il a [p. 42] sucé. Si l’ouvrage est « sér
26ns les règles de l’art qu’il a [p. 42] sucé. Si l’ouvrage est « sérieux et précis » selon les clercs, l’éditeur, le jugeant inv
21 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
27s tasses de café. Un étudiant feuilletait un gros ouvrage posé en évidence sur le bureau du maître, — cet ouvrage, que vous con
28e posé en évidence sur le bureau du maître, — cet ouvrage, que vous connaissez sans aucun doute : Le Problème du Bien, du profe
29tion choisie entre trente-six mille autres dans l’ouvrage de M. Monod. Vous savez qu’il a 3 000 pages. Mais que dites-vous de c
30és par Wilfred Monod, ils rentrèrent dans son bel ouvrage. — Nicodème n’avait pas reparu. p. 159 j. « Soirée chez Nicodème
22 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
31écrit le Dr Allendy dans l’Essai sur la guérison, ouvrage [p. 448] tout imprégné de l’esprit vitaliste de Paracelse, brève synt
32lus antiques, sur la nature unique de la maladie, ouvrage dont on peut dire qu’il marque une date dans l’histoire de la connais
23 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
33’un problème ? Je me propose d’envisager dans cet ouvrage le problème de la culture. Lorsque l’on entreprend de lire un livre q
24 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
34ation : Henri de Man, dans L’Idée socialiste. Cet ouvrage fort compact, indigeste comme la plupart de ceux qui ont exercé une a
25 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
35lus loin qu’il n’est utile pour le dessein de cet ouvrage. Bornons-nous donc à l’examen d’un signe ou mieux d’un instrument qui
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
36La presse, la radio, l’éloquence politique et les ouvrages populaires à grand tirage, voilà tout un domaine que l’écrivain digne
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
37t ses voisins réels. Il a paru en France nombre d’ouvrages excellents sur l’œuvre culturelle des Russes. Beaucoup de ces Russes
38ssaierai de décrire dans la seconde partie de cet ouvrage.)   Moralisme : La morale est identiquement soumise dans les deux ca
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
39 le seul qui intéresse directement l’objet de cet ouvrage : les dictatures totalitaires ont échoué jusqu’ici dans leur essai de
29 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — Préambule
4045] Préambule L’objet de la seconde partie de cet ouvrage risquerait d’être mal compris, si je n’écartais dès l’abord deux male
30 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
41n la néglige aujourd’hui. Toute l’ambition de cet ouvrage n’est-elle pas justement de confondre, ou tout au moins de marquer un
42res » y portent la main, le clerc jugera de leurs ouvrages. Le voici portant sa balance : la pensée est [p. 160] pondération ; à
43lle. Lorsqu’un clerc enfin louera le sérieux d’un ouvrage, nous saurons qu’il s’agit d’un ouvrage dont la composition révèle un
44ieux d’un ouvrage, nous saurons qu’il s’agit d’un ouvrage dont la composition révèle un emploi maximum des instruments de trava
31 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
45chéen — qu’un critique devrait retrouver dans tel ouvrage qui s’ordonnerait à la mesure que nous cherchons. [p. 203] Première
46 d’un cintre, de labourer la terre ou d’écrire un ouvrage dont la nécessité n’est sentie tout d’abord que par l’auteur qui l’im
47estion outrepasse sans nul doute les limites d’un ouvrage profane. D’autre part, il n’est pas mauvais d’éprouver parfois ces li
32 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
48e autorité comparable à celle qui éclate dans cet ouvrage entièrement créé, entièrement « autorisé ». Un art, qui rend les chos
33 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
49passagère de son objet qui fait la faiblesse d’un ouvrage, mais bien l’insuffisance ou le mensonge d’une langue — celle du repo
34 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
50n et de décision spirituelle que supposait un tel ouvrage. M. Thibaudet réclamait ici même une critique qui « contingentât » l’
51andieu, Mounier, préface de Malraux à son dernier ouvrage, etc.) J’ai quelques raisons de m’en réjouir. L’O.N. en a tiré, le pr
35 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
52abord le Journal du séducteur, fragment d’un gros ouvrage intitulé De deux choses l’une, puis In vino veritas, fragment des Sta
53abuge en traduisant dès le début quelques-uns des ouvrages que Kierkegaard publia sous son vrai nom, parce qu’il y exprimait dir
54ys de secrets obstinés, de voies retorses. Si ces ouvrages font néanmoins quelque chemin, ce ne peut être qu’à contre-courant du
36 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
55e, c’est là vraiment « poétiser », collaborer à l’ouvrage de Dieu, et recréer la catholicité. Mais c’est aussi, dans le monde d
56ses beautés, énoncée dans l’Art poétique ? De cet ouvrage très sévère, et sublime en tant de passages, combien accepteraient l’
37 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Échos (janvier 1936)
57 Kampf. Ce n’est pas une “autobiographie” mais un ouvrage de combat, comme son nom l’indique, et sa doctrine. Autre erreur : je
38 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
58rêts à faire des sacrifices pour publier certains ouvrages de qualité, mais peu vendables. Ils entretenaient une atmosphère de l
39 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
59es déterminantes exercèrent sur son idéologie les ouvrages de Marx, non moins que ceux de Sorel. Jusqu’au lendemain de la guerre
40 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
60èque que celle qui [p. 19] rassemblerait tous les ouvrages analogues que, dans chaque sous-préfecture, un vieux docteur au fichu
61abriquer un filet de quatre-vingt-dix mètres, bel ouvrage dont le détail m’intéresse. Le fils compose des cartes postales illus
62ù je crois avoir déjà dit que j’avais trouvé deux ouvrages traitant de mon île, j’ai déniché ce matin une édition populaire de l
63ien d’années, je viens de trouver dans un [p. 47] ouvrage littéraire la solution d’une question précise. Grâce à Colette, je sa
64i je n’en mange pas. Tantôt, ils s’en vont à leur ouvrage, moi je reste ici. Ils rentrent vers 6 heures, les jeunes d’abord, pa
65 et fausse, quand elle est facile. Et les [p. 95] ouvrages « d’avant-garde » donnent dans l’ensemble une impression de crampe, d
66e je prends à regarder de près une bestiole à son ouvrage, ou simplement le grain de la terre — j’ai repensé à mon journal. Je
41 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
6725 septembre 1934 La traduction d’un considérable ouvrage allemand nous permettra de passer trois mois ou [p. 138] quatre sans
68vembre 1934 J’ai relevé quelques chiffres dans un ouvrage sur A… dû à la plume d’un de ses pasteurs à la retraite 10 . En 1570,
69as manqué de signaler comme caractéristiques de l’ouvrage. Enfin, je commence à comprendre au vif l’urgence, pour l’écrivain, d
70 fait ; nécessité où l’on se trouve de bâcler son ouvrage, pour gagner de quoi vivre, tentation perpétuelle de changer de condi
71ous diront aussi qu’ils n’ont plus le cœur à leur ouvrage, quand ils savent que les résultats sont à la merci soit d’un trust,
42 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
72s de table, présentés au public français comme un ouvrage capital : ils s’étonnent d’y trouver si peu de substance théologique
73gement sauvé l’honneur de leur pays. Je pense aux ouvrages publiés par MM. Henri Strohl, J. Vignaud et Lucien Febvre, et aux cou
74ins de Dieu. Tels sont les thèmes qu’illustre cet ouvrage. S’ils n’y sont pas traités en forme, c’est qu’ils ne constituent pas
75 attiré et subjugué par le style, par le ton de l’ouvrage. (Nous ne savons que trop bien, nous [p. 225] modernes, séparer le fo
43 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jacques Benoist-Méchin, Histoire de l’armée allemande depuis l’armistice (mars 1937)
76re et contre-révolutionnaire, je ne connais pas d’ouvrage plus riche et plus précis, sinon les mémoires de Trotski. Deux person
44 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
77as manqué de signaler comme caractéristiques de l’ouvrage. Enfin, je commence à comprendre au vif l’urgence, pour l’écrivain, d
45 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
78is si nous essayons de limiter notre critique aux ouvrages qui présentent un sens quelconque pour notre action — soit qu’ils mil
79la nous donne justement de la place pour parler d’ouvrages « spéciaux » que tout le monde passe sous silence, et qui se trouvent
80s se trouvent fréquemment périmées au moment où l’ouvrage paraît. Ainsi M. Lamm, suivant W. James et les psychologues d’avant-g
46 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
81défauts mêmes qu’on a pu reprocher aux précédents ouvrages de l’auteur. Mais c’est la méthode qui doit retenir ici : il s’agissa
47 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
82bibliothèque que celle qui rassemblerait tous les ouvrages analogues que, dans chaque sous-préfecture, un vieux docteur au fichu
83à fabriquer un filet de quatre-vingts mètres, bel ouvrage dont le détail m’intéresse. Le fils compose des cartes postales illus
48 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
84 commune mesure, pour laquelle nous renvoyons à l’ouvrage déjà cité (voir note 1), indiquons cependant quelques traits caractér
49 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
85cente biographie d’une femme de bien… — Est-ce un ouvrage politique ? me demande l’employé. — Comment voulez-vous que je le sac
50 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
86ssement Les pages qui suivent sont extraites d’un ouvrage qui paraîtra sous ce titre : L’Amour et l’Occident . Partant d’une a
51 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
87 I. Nécessité d’un parti pris À l’heure où cet ouvrage touche à sa conclusion, il me semble que son dessein le plus secret m
88t deux voies de dépassement, dans la ligne de cet ouvrage, mais au-delà du schématisme inhérent à tout exposé. ⁂ Le premier thè
52 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
89ier 1938) ai Professeur, écrivain, traducteur d’ouvrages français, ami de la France, séjournant en France, Aladár Kuncz, sujet
53 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
90oute une théorie de l’Histoire à l’origine de cet ouvrage d’une passionnante ambiguïté, et qui se donne l’air d’une « fantaisie
91de fédérer nos communes. » Voilà l’épigraphe de l’ouvrage, qui par ailleurs compose bien d’autres thèmes : celui des îles, celu
54 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
92 appelé « livres » les différentes parties de cet ouvrage, parce que chacune esquisse le contenu d’un volume de dimensions ordi
55 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
93 que je dois d’avoir entrepris la révision de cet ouvrage. Trois lustres ont passé depuis sa parution, une guerre aussi, et bie
56 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
94d acte de Wagner, tel est le premier objet de cet ouvrage ; et le succès qu’il ambitionne, c’est d’amener un lecteur au seuil d
95 cas de l’Histoire scientifique. (Le lecteur d’un ouvrage « sérieux » sera d’autant plus exigeant qu’il sait que le déroulement
96n veut : la [p. 38] vraisemblance dépend, pour un ouvrage romanesque donné, de la nature des passions qu’il veut flatter. C’est
57 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
97 de références. Ce que j’appelle Orient, dans cet ouvrage, c’est une tendance de l’esprit humain qui a trouvé du côté de l’Asie
98vie à étudier. Il est vrai que Wechssler, dans un ouvrage fameux 27 , a cru pouvoir tout éclaircir en décelant à l’origine de l
99t, la découverte et la publication, en 1939, d’un ouvrage théologique [p. 83] (tardif il est vrai) le Livre des deux Principes
100alors pourquoi rejeter sans discussion [p. 106] l’ouvrage de Wechssler, qui soutient que les « théories amoureuses du moyen âge
101 école psychiatrique dont on n’a pu retrouver les ouvrages : le fascisme, survenu peu après, les ayant tous détruits à cause de
102Et le symbolisme chevaleresque se retrouve dans l’ouvrage de Nizami de Ganja : le Roman des Sept Beautés, qui conte les aventur
103e critère des réalités qui m’intéressent dans cet ouvrage. Je lui laisse le soin d’affirmer que telle « filiation » reste indém
104 », non pas au sens de la morale chrétienne.) Les ouvrages de Chrétien de Troyes [p. 141] ne sont pas seulement des poèmes d’amo
58 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
105 orthodoxe. J’emprunterai mon premier exemple à l’ouvrage de Rudolf Otto intitulé Mystique occidentale-orientale 101 . L’auteu
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
106ir, les Goncourt l’ont très bien aperçu dans leur ouvrage classique sur la femme au xviiie siècle : « Au lieu de lui donner le
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
107s peut-on s’évader de captivité ? » Dans un autre ouvrage, on voit deux capitaines se disputer un prisonnier devant le chef : «
108ille rangée contre une armée de métier, siège des ouvrages fortifiés, capture du chef : un système de règles précises, donc un a
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
109mple. (Mais je me devais de le souligner dans cet ouvrage.) La recherche du bonheur individuel primant sur la stabilité sociale
62 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
110té 1. Nécessité d’un parti pris À l’heure où cet ouvrage touche à sa conclusion, il me semble que son dessein le plus secret m
111 la culture et de sa philosophie. Au terme de cet ouvrage, il suffira sans doute de dégager le principe de correction que nos r
112ement vérifiable. 7. Au-delà de la tragédie Cet ouvrage, à bien des égards, peut apparaître comme le bilan d’une décadence :
113t deux voies de dépassement, dans la ligne de cet ouvrage, mais au-delà du schématisme inhérent à tout exposé. ⁂ Le premier thè
63 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
114 Thibaut est animé. » Précisément, l’objet de mon ouvrage est, entre autres, de « réformer sérieusement notre conception des am
115roux expose le résultat de ses inductions dans un ouvrage aujourd’hui presque introuvable intitulé : Dante, révolutionnaire, hé
64 1939, La Vie protestante, articles (1938–1961). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
116lise de St-Gall, décrit la vie de Nicolas dans un ouvrage sur la Vie monacale. Il insiste sur le fait que l’ermite n’a nullemen
117 les protestants, fait l’éloge de Nicolas dans un ouvrage au titre significatif : « Catalogue des témoins de la foi qui se sont
65 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
118cision. Tout le reste, dans la perspective de mon ouvrage, ne pouvait être que littérature (la plus belle qui soit, nous le sav
66 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
119ope fédérée, qu’est la Suisse, soit au moins de l’ouvrage bien faite, digne d’être exposée, et en bonne place, comme un modèle
67 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
120 maîtrise, on peut prévoir que la valeur d’un tel ouvrage restera d’ordre essentiellement biographique. Mais ici se pose le pro
68 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
121esurer sa puissance, tel est le sujet de ce petit ouvrage. Toutefois, qu’on ne s’attende pas à un portrait du Diable : il faut
69 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
122mains ». Le Diable a voulu faire aussi son propre Ouvrage. Mais il ne peut œuvrer que par nos mains. Et c’est pourquoi, l’artis
123 son appui l’exemple un peu facile d’innombrables ouvrages édifiants. Non, ce n’est pas la vraie beauté des sentiments mais leur
70 1944, Les Personnes du drame. Introduction
124, par là même significatives du vrai sujet de cet ouvrage : « L’homme étant donné, dit Claudel, pour inventer une raison commun
125t-face : je n’ai pas fait de la critique dans cet ouvrage, mais des exercices spirituels. Qu’ils soient d’un accès difficile ap
71 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
126 seuls écrits qu’il publia sous son nom. Tous ses ouvrages esthétiques et philosophiques, de la Répétition à l’Exercice du Chris
127 symboliques. Il voulait signifier par là que ces ouvrages n’exprimaient pas encore la totalité de son message chrétien, et qu’i
128uter les objections du « sens social ». Plusieurs ouvrages de Kierkegaard portent cette dédicace fameuse : Au solitaire, que j’a
72 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
129s de table, présentés au public français comme un ouvrage capital : ils s’étonnent d’y trouver si peu de substance théologique
130s de Dieu. » Tels sont les thèmes qu’illustre cet ouvrage. S’ils n’y sont pas traités en forme, c’est qu’ils ne constituent pas
131 attiré et subjugué par le style, par le ton de l’ouvrage. (Nous ne savons que trop bien, nous modernes, séparer le fond de la
73 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
132 maîtrise, on peut prévoir que la valeur d’un tel ouvrage restera d’ordre essentiellement biographique. Mais ici se pose le pro
74 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
133e autorité comparable à celle qui éclate dans cet ouvrage entièrement créé, entièrement « autorisé ». Un art qui rend les chose
134pression à la lecture de Taille de l’homme, petit ouvrage consacré à définir l’opposition cosmique du christianisme et du marxi
75 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
135e, c’est là vraiment « poétiser », collaborer à l’ouvrage de Dieu, et recréer la catholicité. Mais c’est [p. 195] aussi dans le
136es beautés, énoncées dans l’Art poétique ? De cet ouvrage très sévère, et sublime en tant de passages, combien accepteraient l’
76 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
137 n’arrive même pas à défricher le champ d’un gros ouvrage projeté. Toute œuvre humaine, tout acte humain, et même parfois les p
138eil de Contredits où je réfuterais mes précédents ouvrages… Penser avec les mains , par exemple : j’accusais la culture modern
139er publiquement objectif vis-à-vis de ses propres ouvrages ? Neutralisera-t-il son action en montrant lui-même ses points faible
77 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
140t du diable, celle qu’il a sans doute prise à mon ouvrage. Idée bizarre : si j’ai si vite bouclé ce livre, c’était pour essayer
78 1947, Doctrine fabuleuse. Orientation
141dique mais qui aurait eu le tort, au seuil de cet ouvrage, de n’être pas lui-même fabuleux.
79 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
142riences, dira-t-on. Je n’en crois rien. Ouvrez un ouvrage de science : vous y trouverez au terme de chaque analyse un certain n
80 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
143qué, je n’ai rien reconnu de ce qu’une douzaine d’ouvrages européens, tous fort exacts dans leurs informations, de Tocqueville à
81 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
144entation présente. Tel est le progrès de ce petit ouvrage. S’il est rapide, c’est que les événements ont marché vite, depuis de
82 1948, Suite neuchâteloise. IV
145rne vers la vie intellectuelle. D’où septante-six ouvrages publiés par des Rougemont en Suisse, en France et en Allemagne, entre
146imait à dire. Quand il m’arrive de louer dans mes ouvrages le civisme des protestants, c’est à l’exemple de mon père que j’ai pe
83 1948, Suite neuchâteloise. VI
147 dans la langue, à part la Bible d’Ostervald. Les ouvrages distingués ne manquent pas. Mais les seuls qui aient franchi nos limi
84 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
148t, n’admirant plus, avec quelque ferveur, que les ouvrages qu’il se sentait le plus incapable d’écrire : ceux d’un Marcel Aymé,
85 1953, La Confédération helvétique. Note de l’auteur
149 [p. 15] Note de l’auteur Ce petit ouvrage, écrit en mars 1949, fait partie d’une série d’études sur les nations
86 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
150ique. En effet, comme l’a souligné dans plusieurs ouvrages le professeur Adolf Gasser : Le principe fédéraliste est à la base n
87 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
151oduction de série. Au goût méticuleux de la belle ouvrage, à la conscience dans le travail et à la précision héréditaire du cou
88 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
152’il se fit mieux comprendre, dans la suite de ses ouvrages composés et publiés au rythme accéléré de trois ou quatre volumes par
153 moderne au nom du Christ de l’Évangile. Tous ses ouvrages esthétiques et philosophiques parurent sous divers pseudonymes symbol
154divers pseudonymes symboliques. Il qualifiait ces ouvrages de « communications indirectes » ; et ces pseudonymes figuraient les
155 Kierkegaard tel qu’il se montre dans son premier ouvrage, L’Alternative : deux princes vraiment, deux êtres d’exception, plein
156ses plans en conséquence. Il publiera d’abord des ouvrages esthétiques, brillants, paradoxaux, apparemment cyniques, et tous sig
157ns toute son œuvre, et non pas seulement dans des ouvrages tels que Coupable-Non coupable, qui sont en réalité le récit à peine
89 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
158ue M. Stéphane Lupasco vient de formuler dans des ouvrages savants, qui renvoie dos à dos jacobins rationalistes et dialecticien
90 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
159ette étude. Une série de publications allant de l’ouvrage technique à la brochure populaire, du numéro spécial de revue à l’art
91 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
160ique est heureusement doublée par des centaines d’ouvrages de vulgarisation qui permettent aux Occidentaux, pour la première foi
92 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Ce n’est pas au pied du mur… (juin-juillet 1956)
161laire, lancement international d’une collection d’ouvrages sur l’Europe, formule renouvelée du Prix européen de littérature, dis
93 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Prix européen de littérature n’a pas été donné en 1956 (juin-juillet 1956)
162ormule de Prix européen portant également sur des ouvrages déjà imprimés, et l’a soumise à la Communauté européenne des guildes
94 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe s’inscrit dans les faits [Introduction] (novembre 1956)
163 généraux ou très particuliers ; cinq ou six gros ouvrages d’ensemble, quelques conférences éloquentes : rien qui puisse satisfa
164e, voici la crise, voici la solution : jugez. ⁂ L’ouvrage était tout près de sa mise au point finale lorsque la catastrophe « q
95 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
165ffon écrit un peu plus tard : « Depuis la fin des ouvrages de Dieu, c’est-à-dire depuis la création de l’homme, il ne s’est écou
166’attente réalisante d’une ferme vocation. Dans un ouvrage de Mircea Eliade auquel les pages qui précèdent doivent beaucoup 49 ,
96 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
167ique est heureusement doublée par des centaines d’ouvrages de vulgarisation qui permettent aux Occidentaux, pour la première foi
97 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
168 toutes les religions (lisez les partis) sont les ouvrages des hommes, et que l’Église romaine est seule l’ouvrage de Dieu. (Lis
169s des hommes, et que l’Église romaine est seule l’ouvrage de Dieu. (Lisez : que le PC est seul dans le sens de l’Histoire.) Mai
98 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
170eçon aux Français ». Au second, je rappelle que l’ouvrage qu’il attaque, d’ailleurs écrit pour un éditeur de New York, ne parla
171int-Germain. On se tromperait en répétant que cet ouvrage demande l’interdiction du Parti communiste, ou la promulgation de « l
172 accroche et convainc dès le début, plus qu’aucun ouvrage politique que j’aie lu ces dernières années, mais peut-être est-il tr
99 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
173uces tactiques fascistes et communistes, ce petit ouvrage met tout au point — au point tragique. La France, dit-on, est un proc
100 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
174ffon écrit un peu plus tard : « Depuis la fin des ouvrages de Dieu, c’est-à-dire depuis la création de l’homme, il ne s’est écou