1 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
1ienheureuse de l’instant. Et lorsque, épuisé mais pacifié, il va quitter son corps aveugle pour d’autres formes d’existence que
2 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
2beau. C’est fascinant. C’est grave et mystérieux, pacifiant comme la démonstration d’une absolue sagesse à l’œuvre dans cette vie
3 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
3beau. C’est fascinant. C’est grave et mystérieux, pacifiant comme la démonstration d’une absolue sagesse à l’œuvre dans cette vie
4 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
4ont tentés par les richesses étrangères ; Nicolas pacifiant les cantons en rappelant aux « régionalistes » que notre État est d’a
5 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « À cette heure où Paris… » (17 juin 1940)
5 et plus fière qu’aucune autre portait les traces pacifiées. N’importe quel badaud, mais pas un conquérant. La confrontation stup
6 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
6 et plus fière qu’aucune autre portait les traces pacifiées. N’importe quel badaud, mais pas un conquérant. La confrontation stup
7 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
7ienheureuse de l’instant. Et lorsque, épuisé mais pacifié, il va quitter son corps aveugle pour d’autres formes d’existence que
8 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
8 et plus fière qu’aucune autre portait les traces pacifiées. N’importe quel badaud, mais pas un conquérant. La confrontation stup
9 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.4. « Têtes de Turcs »
9rre au service d’Henry VIII) se persuade que pour pacifier l’Europe, il suffirait de convaincre quelques princes et leurs consei
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
10e percer l’isthme de Suez. Leibniz espérait ainsi pacifier l’Europe et provoquer son union. Louis XIV appela le jeune homme à Pa
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
11, à percer les montagnes, à ouvrir des isthmes, à pacifier et à civiliser la nature. C’est la soif de connaître qui précipite Pl
12 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
12éduisent pas au pouvoir de dire non à tout ce qui pacifie, initie ou résout, ils sont trop grands et trop abstraits pour animer
13 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
13si l’on peut admettre que la technique a réussi à pacifier l’Europe, et si l’on constate d’autre part que la menace atomique tie