1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1poète s’il ne s’efforçait de donner raison aux 75 pages où il voulut nous persuader que tout poème doit être une dictée non c
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
2contraint de suivre jusqu’au bout un roman de 500 pages comme Rabevel. Car si la liquidation des questions traitées est rapid
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Cécile-Claire Rivier, L’Athée (mai 1926)
3essent trop complètement résolu dès les premières pages, mais qu’il faut louer Mme Rivier d’avoir posé courageusement. Dirai-
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Les Bestiaires (septembre 1926)
4ère sur les Fontaines du désir [p. 398] certaines pages magnifiques et sobres, jetées de haut avec la nonchalance des vrais p
5 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
5eries fatigantes et quelques sombres délires, des pages d’un lyrisme inouï. Que Louis Aragon ne se croie pas tenu de justifie
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Barbey, La Maladère (février 1927)
6 une certaine puissance de l’effet, aux dernières pages. Il règne dans la Maladère une étrange harmonie entre le climat des s
7 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Bopp, Interférences (décembre 1927)
7us de choses qu’il n’y paraît d’abord dans ces 50 pages. Beaucoup sont excellentes et leur facilité même est une réussite. Lé
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
8 II Novembre 1926. Je viens de retrouver quelques pages écrites il y a un an, tel soir de colère où le thermomètre eût indiqu
9 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
9donner une apparence d’utilité publique. À chaque page de ses livres, on pourrait relever les sophismes plus ou moins consci
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
10.   Il ne faut pas songer à décrire en 50 petites pages tous les méfaits de l’instruction publique. C’est à peine assez pour
11 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
11pier, d’un crayon et d’une règle (pour diviser la page en casiers rectangulaires, bien proprement). Évidemment, il est préfé
12es d’avenir. Un jour on voit s’étaler en première page des illustrés la face épanouie quoique énergique d’un de ces coqs de
12 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cassou, La Clef des songes (août 1929)
13 sont jamais méchants, et seulement aux dernières pages du livre, un peu amers… On voudrait un livre de Cassou qui ne serait
13 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
14ssante et parfois émouvante bizarrerie (Mort d’un Page). Cependant je préfère ses proses : il y a ici plus qu’une manière et
14 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Kikou Yamata, Saisons suisses (mars 1930)
15gueur, de moelleux et de précision… À la dernière page, l’artiste fait une belle grimace : le lecteur ne l’imitera pas.
15 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
16mme il est, lui, de l’autre école, il referme ces pages et vaque à ses devoirs. Nous voici plus à l’aise. Eh bien oui : je me
16 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
17n mettait notre volonté aimante, entre toutes les pages, sur toutes les choses. Nous écrivions aux auteurs, nous recevions de
17 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
18phné, beaucoup plus long, — il compte plus de 600 pages dans l’édition française — d’un rythme plus inégal aussi, il ne lui e
19rendre la réalité. Et c’est au cours des quarante pages qu’il consacre à la « conversion » au catholicisme de la princesse Bl
20it se ralentit, au contraire, fâcheusement en ces pages — et qui s’explique si l’on a lu la phrase par quoi se termine un pré
21eu est le plus absent. Car nous y sommes à chaque page incités à juger, induits en tentation, induits en discussion. Je sais
22e rompent les discussions, et qu’en tant d’autres pages de cette belle œuvre, d’une simple indication tranquille et profonde
18 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
23éterminations. ⁂ Ce qui frappe, dès les premières pages, c’est l’extrême minutie du récit. Les auteurs qui écrivent leurs mém
24décida à faire profession de disciple du Christ. Page étrange, en vérité, et dont l’accent presque nietzschéen choquera peu
19 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
25 révélés et leur souffrance s’est écrite dans les pages innombrables de notre littérature. L’ouverture s’est faite, mais non
20 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
26Car il n’est point de vérité sans forme. Quelques pages étranges et puissantes sur les chimères de Notre-Dame illustrent ce r
21 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
27uche quelques accords, l’acteur Moïssi tourne les pages et secoue ses mèches, Elizabeth Schumann, adossée au piano, [p. 55] c
22 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
28mme il est, lui, de l’autre école, il referme ces pages et vaque à ses devoirs. Nous voici plus à l’aise. Eh bien oui : je me
23 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
29re de sa vie », dont il compose chaque matin deux pages à la machine. Il y juge du monde en général, de la religion, des mœur
30es avec le commerce quotidien. J’en traduis cette page Sur la mort. Mes funérailles devront se dérouler dans le cadre de Jé
31erther. J’ai mis des feuilles de buvard entre les pages, à cause de toutes ces larmes. Maintenant, parlez-moi du modernisme é
24 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
32à l’impudeur. Apparemment, l’on est ici plus à la page que chez mes burgraves. Les maîtres de lieu sourient un peu de « ceux
25 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
33ne suite d’études parues pour la plupart dans les pages de l’Action française, mais qui, marquons-le tout de suite, ne compor
26 1932, Esprit, articles (1932–1962). À l’index (Première liste) : Candide (octobre 1932)
34aquais de forges ». On nous entendra. Six grandes pages de dessins inspirés à M. Hermann-Paul par l’actualité (peut-être même
35le, au point de perdre toute efficacité dès la 2e page. Il semble que M. Paul s’adresse exclusivement à ce bourgeois au faci
27 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
36n témoigner. À tous il tend la Parole « morte aux pages », mais voici que de toutes parts les Signes paraissent sur la terre,
37 Grande heure de terreur et de prière. Puis, « la page du ciel a été tournée », ils se relèvent : « Il paraît bien qu’on n’e
38taillés. Mais l’important, je pense, c’est qu’une page de Ramuz, — même pas très réussie, et il y en a qui ont un air raté,
39té, un air pastiche de Ramuz — c’est qu’une seule page de ce livre lue avec cette lenteur qu’elle impose, nous replace dans
28 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
40ont su percevoir l’accent dominateur et tendu des pages les plus égales et sereines du Faust. Mais, qu’à ce tempérament démon
29 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
41 grandissante que l’on poursuit la lecture de ces pages où maints paragraphes apportent entre deux tours repris des meilleurs
42e qu’on appelait jadis le morceau de bravoure, la page sur « les bruits de mon village » qui servira [p. 914] de modèle aux
30 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ce chien, ton serviteur, par Rudyard Kipling (juillet 1932)
43dehors et que personne s’occupe ». Dès la seconde page, c’est à pousser des cris de joie. Les enfants comprendront-ils ? Dan
31 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
44Mal » ou « péché » — le débat se ramène sur cette page, à une question de vocabulaire. Une simple question de vocabulaire co
32 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
45e 24 et vous aurez ce petit volume de deux cents pages qui, délayé en six cents, se verrait décerner le titre de « monument
46e publique la chose désavantageuse 25 , quelques pages brillantes et fortes qui rejoignent curieusement les doctrines de L’O
33 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une main, par C. F. Ramuz (juin 1933)
47emière fois. Et c’est à peine de lui. Dix petites pages émouvantes, d’une confidence encore contrainte : « Ah ! comme je suis
34 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
48y a fait naguère, de ce point de vue, en quelques pages, une histoire pertinente de notre parlement. Aux républicains (mais p
35 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
49asses aussi bien que par le bourgeois. Deux cents pages de plus ou de moins n’y changeront rien, dit le bon sens. Mais j’ai m
36 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
50omme si cela n’allait pas de soi ! (Exemple : les Pages de Journal d’André Gide.) Cette fausse honte ou cette mauvaise consci
37 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
51aut vivement louer l’auteur de conserver à chaque page le souci des références à l’actuel. La description qu’il fait de l’ho
38 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
52 gens, qui ne possédaient rien, qui ont écrit les pages héroïques de l’histoire, et non les gens âgés qui possédaient tout. C
39 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
53ous voulons. Nous rejoignons ici le propos de ces pages. La littérature nouvelle sera le fait de [p. 30] l’homme renouvelé, j
40 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
54parfois qu’on trouve dans une de ces feuilles une page digne de l’écrivain qui l’a signée : Montherlant par exemple, ou Gion
41 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
55rues allemandes et italiennes, et jusque dans les pages illustrées de nos quotidiens. Il me reste à marquer la dépendance thé
42 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
56pements qui parfois mettraient de l’aise dans nos pages. Notre ambition serait d’être relus. Nous aimons cette maxime de Niet
43 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
57ès vagues et évasives. Par contre, je trouve deux pages sur un projet d’« extension africaine », qui me paraît une rêverie de
44 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
58e cet ensemble, que de lire avec eux les quelques pages de la première partie intitulées Religion et christianisme. Je ne pui
59souvent les atteintes. Dans ce même livre, quatre pages plus bas, j’en trouve un autre exemple : Nietzsche croit découvrir qu
45 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
60p. 677] Une lucidité virile forme la leçon de ces pages, tantôt généreuse, tantôt corrosive, toujours tendue entre deux pôles
46 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
61vince ; mais cela donne au moins une matière. Les pages de Soulillou qui décrivent les conditions de travail dans l’industrie
62er par des romans du format standard : 224 ou 600 pages exactement. Il me semble que ce conformisme, dont on sait les raisons
63rofondes. Certains sujets mériteraient à peine 50 pages, d’autres demandent trois volumes… Mais Adolphe ou l’Idiot seraient a
47 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
64e par tous les peuples de couleur ? Aux dernières pages, nous voyons Bell, le chef du groupe, agoniser dans une tranchée sous
65es gens qui ne possédaient rien qui ont écrit les pages héroïques de l’histoire, et non les gens âgés qui possédaient tout. C
48 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
66ociations verbales d’un type particulier, dont la page 39 donne un bon exemple, trop long à citer, la phrase ayant 18 lignes
67tique, l’on puisse attribuer les quinze dernières pages de ce livre, où l’on retrouve parfois le ton des grandes utopies du p
49 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
68 serez payé dix francs, vingt ou trente francs la page au maximum. Publiez un article dans un hebdomadaire, sur un sujet lit
50 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
69 temps de la Parole de Dieu. Nous la trouvons aux pages 148 à 155 du premier tome (en cours de traduction). Il y a trois sort
70schéma. Certes, et j’ai dû schématiser encore les pages que Barth consacre à ce problème. Mais faut-il le redire ? La théolog
51 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
71s l’ouvrage de M. Monod. Vous savez qu’il a 3 000 pages. Mais que dites-vous de ces deux phrases qui me sont tombées sous les
72érence. Permettez-moi de vous le lire. C’est à la page 512 du premier tome : « … n’avoir pas fait une expérience est à la po
73 [p. 163] bureau et qui s’ouvrit d’elle-même à la page que je cherchais. Je lus ceci : « Mais il y eut un homme d’entre les
52 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
74e c’est aujourd’hui l’attitude personnaliste. Les pages qu’Alexandre Marc consacre à la situation de la personne dans le temp
75e mention. J’aurais aimé analyser aussi les trois pages où Jean Wahl résume tout le vertige ontologique, et l’article de G. S
76éalisme. Je me bornerai à signaler pour finir les pages très curieuses de P. Klossowski sur Sade, où il est démontré par des
53 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
77tigué. Un trait qui manque par hasard dans cette page, et qu’on retrouve dans toutes les autres, c’est la mauvaise humeur d
54 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
78hètes et les Apôtres. Il faut reconnaître que les pages les plus « belles » — du point de vue de l’art — de cette anthologie,
55 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
79restauration des majuscules dont se hérissent les pages de Service public. Nos Morts, les Martyrs de la Passion française, la
80rtant, c’est en vain que l’on cherchera, dans ces pages, quelque autre réponse directe à la fière question du début : « De qu
56 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
81honoré en ce monde et être sauvé dans l’autre” » (page 137). Ce principe nous est devenu familier. Mais au déclin du Moyen Â
82ire. Je cite encore de Man, un peu longuement, la page en vaut la peine : Tant que cette classe (bourgeoise) fut au pouvoir
57 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
83intenant par trois remarques, qui se dégagent des pages précédentes. 1° La ressemblance formelle entre les moyens d’approche
58 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
84estion. Faut-il résumer clairement le contenu des pages qui précèdent ? Je dirai simplement ceci : le reproche qu’il y a lieu
59 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
85 je rappellerai qu’il n’est pas question dans ces pages de « condamner » des « erreurs » étrangères et de faire la leçon au m
60 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
86s les cafés. À tous il tend la Parole « morte aux pages » ; mais voici que de toutes parts les signes paraissent sur la terre
87 Grande heure de terreur et de prière… Puis, « la page du ciel a été tournée », ils se relèvent : « Il paraît bien qu’on n’e
88taillés. Mais l’important, je pense, c’est qu’une page de Ramuz, — même pas très réussie, et il y en a, il faut le dire, qui
89 un air de pastiche de Ramuz — c’est qu’une seule page de ce livre lue avec cette lenteur qu’elle impose, nous replace dans
90 Paradis perdu. ⁂ [p. 166] Il faut citer ici une page des Souvenirs sur Stravinsky qui me paraît d’une importance extrême,
61 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
91intenant par trois remarques, qui se dégagent des pages précédentes. 1. La ressemblance formelle entre les moyens d’approche
62 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
92air contre du papier noirci », et il rapporte 300 pages, qui resteront sans doute comme l’un des documents humains les plus f
93(La division du livre en aphorismes d’une ou deux pages facilite heureusement ce genre de lecture.) Trois thèmes : la biograp
94 pères l’ont eue. Nos lecteurs se souviennent des pages sur le journalisme, la condition du fonctionnaire et le « moyen de pa
95e qui veut rester humain. J’aime un peu moins les pages sur Barrès, peut-être à cause du modèle, peut-être aussi à cause de l
96er un monde où notre vie s’accepte. Aux premières pages j’ai pensé : document sur les déceptions d’une génération. Puis j’ai
63 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
97 [p. 8] Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936) k Que nos am
98ésus-Christ a voulu faire… Comme je citais cette page à un abbé fort écouté, dont les travaux marient avec aisance théologi
99hoisir. Car, enfin, si Bossuet, en écrivant cette page, a déformé la vérité, il le faut déclarer hérétique, de même que ceux
100holiques » que ce texte trahit. Reprenons donc la page de Bossuet : « … Le Sauveur a-t-il voulu laisser aux hommes à disting
101on ? [p. 17] ⁂ En vérité, la question que pose la page de Bossuet ce n’est pas seulement la question capitale de la Cène, c’
64 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
102tre ; et « connaissance », qui s’inscrit à chaque page. La rumeur quotidienne tend à faire de « poète » une circonstance att
65 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
103omme si cela n’allait pas de soi ! (Exemple : les Pages de Journal d’André Gide.) Cette fausse honte ou cette mauvaise consci
66 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
104t de clocher se font une guerre acharnée dans ces pages, et ils l’emportent tour à tour, jusqu’à la synthèse finale d’une env
105n’a rien à voir avec la critique littéraire. À la page 43 de l’édition que j’ai sous les yeux, je lis ceci : « … ils déménag
106es révélations du second Faust, mais aussi de ces pages du Journal de voyage en Italie où, par exemple, il rapporte à Mme de
107hme et les couleurs grandioses et irréelles de la page d’histoire. Mensonge de la distance et de la simplification ; vérité
108, peu de temps après notre arrivée, en haut d’une page que je retrouve dans une pile de notes. La page est restée blanche. E
109e page que je retrouve dans une pile de notes. La page est restée blanche. Et, toute réflexion faite, c’est bien ainsi, et t
110 ne paraîtraient pas loufoques ? Je reviens à mes pages, bien décidé à les refaire de fond en comble, à simplifier, à concrét
111s, barré cinq lignes et mis une note au bas de la page. Il me semble vraiment que cela se tient. Il me semble aussi que c’es
112lle, et différente à la commune et naturelle. Mon page faict l’amour, et l’entend : lisez-lui Léon Hebreu et Ficin ; on parl
113tox. Une araignée parfois descend au-dessus de ma page, pédale de toutes ses pattes dans le vide, remonte, retombe, et court
114chose nécessaire ?   Je viens d’interrompre cette page pour faire mes adieux au jardin. Pauvre terre en désordre et dépouill
115e langue. Il ne se passe pas grand-chose dans ces pages, mais ce peu m’a suffi pendant des mois, et qui sait si plusieurs de
67 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
116e 1934 Trop penser nuit. — Trop d’idées dans ces pages, trop de raisonnements ! me soufflait depuis quelques jours certain d
117 a dialogue, jusque dans ma solitude, ou dans ces pages, dès qu’un autre me fait réagir.) Me suis-je assez méfié du genre jou
118titre de Journal d'un intellectuel en chômage les pages que je suis en train de rédiger à temps perdu. Il est assez sceptique
68 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
119e livre que je portais, et j’avais coupé quelques pages avec mon ticket. Je tombai sur ce précepte du Bienheureux Henri Suso 
69 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
120ôt que « désarmé », comme il le dit aux premières pages) par les procédés de l’humaniste et du sceptique que se vantait d’êtr
121t perpétuelle question que nous posent toutes les pages de la Bible. Ils renvoient tous à une réalité dont ils ne sont que le
70 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jean Blanzat, Septembre (janvier 1937)
122ans savoir pourquoi ; peut-être pour chercher, de page en page, ce qui a poussé l’auteur à publier un aussi désolant récit.
123ir pourquoi ; peut-être pour chercher, de page en page, ce qui a poussé l’auteur à publier un aussi désolant récit. On ne tr
71 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
124servir ? La majuscule ne suffit pas à le définir. Page 20, on croirait bien que c’est « la raison ». Mais l’ensemble du mani
125a corrigé par un erratum manuscrit la faute de la page 13 : « La paix ne se conçoit pas dans la liberté. » (Phrase qui aurai
72 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
126rtez-vous à la phrase de 16 lignes qui termine la page 229 ! Et personne n’a jamais manié la métaphore continuée avec une fa
73 1937, Esprit, articles (1932–1962). Marius Richard, Le Procès (juin 1937)
127e crois bien que cela me suffirait. » Et quelques pages plus loin : « Écrire ne m’intéresse que si j’ai le sentiment que ce q
74 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
128 armes de l’esprit contre le commerce. Deux mille pages ou un feuillet, mais non pas cet « in-16 » standard. Le feuillet qui
129n’était pas la peine de lire Feuerbach, cité à la page suivante. Voilà qui est anti-marxiste d’une manière plus valable : « 
75 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
13086] Swedenborg, son expression le trahit à chaque page, et révèle un parti pris assez brutal de réduction du mystique à l’il
76 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
131nce de Liehburg, tout indique et appelle dans ces pages une seule et même réalité, qui est la réalité fédéraliste. Or il se t
77 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
132t de clocher se font une guerre acharnée dans ces pages et ils l’emportent tour à tour, jusqu’à la synthèse finale d’une envo
133, peu de temps après notre arrivée, au haut d’une page que je retrouve dans une pile de notes. La page est restée blanche. E
134e page que je retrouve dans une pile de notes. La page est restée blanche. Et toute réflexion faite, c’est bien ainsi, et tr
135t, ni jamais de commune mesure ? Je reviens à mes pages, bien décidé à les refaire de fond en comble, à simplifier, à concrét
136s, barré cinq lignes et mis une note au bas de la page. Il me semble vraiment que cela se tient. Il me semble aussi que c’es
78 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Gösta Berling, par Selma Lagerlöf (novembre 1937)
137 la première fois en France 47 . Six cents belles pages aux vastes marges, [p. 858] papier moelleux, caractères magnifiques,
79 1938, Journal d’Allemagne. Avertissement
138ère un peu différente. S’il a tardé à publier ces pages, c’est justement qu’à son retour d’Allemagne, il n’était pas encore f
80 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
139e ceux qui voudraient lire les journaux comme une page d’histoire. Mais il faut reconnaître que la plupart des hommes ne dem
81 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
140 mariage (septembre 1938) an Avertissement Les pages qui suivent sont extraites d’un ouvrage qui paraîtra sous ce titre :
82 1938, Esprit, articles (1932–1962). Revue des revues (septembre 1938)
141 et paternalistes. Au total, ce Manifeste de huit pages, clairement écrit, sans équivoques, intégralement fédéraliste (et non
83 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
142ux thèmes de réflexion, amorcés çà et là dans ces pages, pourront en constituer la conclusion ouverte. J’ai tenté de débrouil
84 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
143 [p. 866] Page d’histoire (novembre 1938) an D’un manuel futur : Leçon sur la cris
85 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
144celui de voir le lecteur fermer le volume à cette page. (Et certes, le sens inconscient d’un tel geste n’est rien moins que
145 conflit de deux devoirs ou même, nous l’avons vu page 21, le conflit de deux « religions » — l’on s’aperçoit que bien des é
86 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
146ucoup penseront que voilà qui suffit… Donnons une page à ce genre d’objections. ⁂ L’obstacle dont on a vu le jeu au cours de
147 plus à faire 61 . Et je pourrais ici remplir des pages de citations d’Arabes et de Provençaux dont nos grands spécialistes d
148longues années sur les problèmes soulevés par les pages qui précèdent, j’éprouve le besoin de rassembler ici tout un faisceau
87 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
149ive ardeur de son amour. Il y aurait à citer cent pages où revient la même plainte de l’âme sur « l’abandon divin, tourment s
150yant. Saint Jean de la Croix, qui décrivit en une page remarquable de pénétration psychologique les mouvements de la chair a
88 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
151en général, par un mariage, prévu dès la première page et retardé jusqu’à la dix-millième lorsque l’auteur est un champion d
152aleur que mes feuilles de saule. » Le reste de la page, admirable, jusqu’aux fameux orages désirés 160 . ⁂ « Pour ces ration
153dans des ruses inconscientes, en des centaines de pages, par Marcel Proust. (Voir surtout Un Amour de Swann.) Littérature bou
89 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
154er à fond la matière rapidement explorée dans les pages qui précèdent, puis une solide culture militaire, enfin la somme des
90 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
155x thèmes de réflexions, amorcés çà et là dans ces pages, pourront en constituer la conclusion ouverte. J’ai tenté de débrouil
91 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
156ur Charles le Chauve, son suzerain. Accompagné du page, il va à Constantinople demander à l’empereur ses deux filles : l’aîn
157u’on t’aime. » — Or M. Gilson dit fort bien, deux pages plus loin, que « si Dieu est immanent sans être transcendant, il n’y
158lisme, 1924, et Les Vases communicants, 1932, les pages sur le rêve, sa nécessaire revalorisation à la suite de Freud, mais a
92 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
159oissant des faits, ils ont opposé des milliers de pages de rhétorique sur le Progrès. Merveilleuse doctrine que celle-là ! Ca
93 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
160s que supposent de pareils avantages ? Il est une page de Victor Hugo à laquelle je ne puis m’empêcher de penser, non sans m
161] notre nature « incomparable ». C’est une de ces pages excessives dans ses antithèses, comme en trouve beaucoup dans l’œuvre
162, n’y a-t-il pas un enseignement à tirer de cette page ? Vous m’entendez bien : je ne dis pas que le peuple suisse, dans son
94 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
163 l’Argovie ; etc., etc. Il faudrait ici plusieurs pages pour énumérer simplement tous ces traités enchevêtrés, qui se résoudr
95 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
164er…) Faute d’un « jugement » que ces treize cents pages s’appliquent à dénoncer d’avance, réduisons-nous à des notes de lectu
165ronique intermittente d’une existence. Malgré les pages plus élaborées que Gide a groupées ça et là sous des titres particuli
166ntendu l’entraîne à livrer au public treize cents pages d’explications qui menacent d’aggraver l’équivoque. Mais alors cela d
96 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
167, la Bible dénonce l’existence du Diable à chaque page, de la première où il apparaît sous la forme du Serpent, jusqu’à l’av
168s dénommons Diable, et j’accepte ce nom. Dans les pages qui suivent, je voudrais exposer la conception biblique du Diable, no
169core qu’un lecteur peut tirer, malgré moi, de ces pages. Dès que vous croyez apercevoir le Diable, parce qu’il en a fait un p
97 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
170ans Paris. Pour ma part, j’écrivis ce jour-là une page qui trouve ici son sens de parabole. [p. 70] À cette heure où Paris
98 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
171 questionnaires, dont l’un au moins comportait 32 pages. Ces confessions générales m’ont valu, je dois le dire, autant d’abso
99 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
172où nous vivons. Et puis enfin, je n’écris pas ces pages pour proposer après mille autres mes réformes. Le mal est trop profon
173sataniques [p. 216] imprudemment évoqués dans ces pages, les confusions crépusculaires et larvaires où le Prince des Ténèbres
100 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
174iste en mon projet de lui consacrer de nombreuses pages. Le premier tour du Diable est son incognito. Dieu dit : Je suis celu
175t la Bible dénonce l’existence du Diable à chaque page, de la première où il apparaît sous la forme du Serpent, jusqu’à l’av