1 1926, Articles divers (1924–1930). Conférence de René Guisan « Sur le Saint » (2 février 1926)
1 l’Église persécutée, le martyre devient le signe par excellence de la sainteté. Le peuple, encore païen, voit dans la vénération des
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
2tesquement arriéré de notre instrument de progrès par excellence. Car il n’est qu’une explication [p. 43] vraisemblable de cette incur
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
3r avec la divine Nature. Mythe grec, mais devenu, par excellence, germanique ; mythe païen, mais il est bien troublant de le voir se m
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
4vie sentimentale. La durée est l’élément tragique par excellence du sentiment, parce qu’elle le transforme sans cesse, alors que nous
5 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
5erti ; c’est donc la conversion qui figure l’acte par excellence du chrétien, hors duquel il n’est pour lui ni mesure, ni grandeur, ni
6 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
6nies titaniques, sont devenus des mythes germains par excellence, — et que c’est un Français qui, le premier, conçut, pour s’en vanter
7 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
7our l’être situé en un tel lieu, — le lieu humain par excellence, — il devient aussitôt patent que toute réalité spirituelle a sa corr
8 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
8hrétienne, simplement. C’est la théologie païenne par excellence, celle de l’État-Dieu, qui veut l’obéissance aveugle… » 6° Il n’y a q
9 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
9ime souveraine du Taciturne, la maxime calviniste par excellence : « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pou
10 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
10été humaine repose sur le principe démissionnaire par excellence du déterminisme, qui peut se formuler ainsi : qui a bu boira ! Or, la
11u’on le pleure. L’individu des libéraux, c’était, par excellence, un homme sans destin, un homme sans vocation ni raison d’être, un ho
11 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
12peu de personnes. Mais la personne c’est l’humain par excellence. Fonder les lois sur la personne, c’est assurer la liberté d’action d
12 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
13ime souveraine du Taciturne, la maxime calviniste par excellence : « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pou
13 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
14isme et du fascisme, c’est l’opposition d’une foi par excellence totalitaire, à la prétention d’un organe qui se veut plus grand que l
14 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
15nse de la personne humaine » est devenu le slogan par excellence des hommes d’État démocratiques. Tout cela ne va pas sans équivoques.
15 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
16e, tel est donc le fait spirituel, le fait humain par excellence auquel L’Ordre nouveau voulait rattacher d’une façon immédiate toutes
16 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
17 de peine à comprendre — est la méthode politique par excellence, au sens que nous venons de donner du politique. Elle consiste à fair
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
18été humaine repose sur le principe démissionnaire par excellence du déterminisme, qui peut se formuler ainsi : qui a bu boira ! Or, la
19u’on le pleure. L’individu des libéraux, c’était, par excellence, un homme sans destin, un homme sans vocation ni raison d’être, un ho
18 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
20. La foi au Christ, c’est la foi dans la personne par excellence : or, cette foi consiste en une action 16 . (Ce qui confirme nos prop
21 Par rapport à l’ensemble humain, la personne est par excellence le terme premier, dont dépend toute réalité collective. À l’utopie so
19 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
22r conséquent, l’individu moral, l’individu social par excellence. Mais dans son acte seulement, c’est-à-dire dans l’instant présent, n
23et curieusement abstraites, s’agissant du concret par excellence. J’espère toutefois que le lecteur les aura transposées dans une actu
20 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
24u contraire son maximum créateur. La personne est par excellence la mesure d’une société ouverte. La société personnaliste a pour fin
25et ruine le fondement même de la personne, mesure par excellence d’une société ouverte. L’erreur de Nietzsche est manifeste : il a con
21 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
26ins. Et le héros du spirituel devint le solitaire par excellence, le méconnu et l’angoissé. Sa grandeur étant mesurée par la tension q
22 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
27aussi, par conséquent, l’individu moral et social par excellence ; mais dans son acte seulement, c’est-à-dire dans l’instant, non poin
28ginelle et solitaire de la personne, acte concret par excellence, acte qui part de limitations humaines, individuelles, mais pour les
23 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
29 de peine à comprendre — est la méthode politique par excellence, au sens que nous venons de donner du politique. Elle consiste à fair
24 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
3000 ans : je le vois au centre du débat occidental par excellence, — mais au centre, aussi, de la Réforme, et de l’effort dogmatique de
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
31s mystiques du moyen âge indien… Le tantrisme est par excellence une technique, bien que fondamentalement il soit une métaphysique et
32 d’intégration, d’unification finale, la fonction par excellence [p. 128] humaine, celle-là même qui détermine le cycle incessant des
33. 129] n’importe quel ascétisme, symbolise l’état par excellence du péché et de la mort : l’acte sexuel » 71 . Mais l’acte est toujour
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
34ain, c’est que Maître Eckhart est le dialecticien par excellence, et qu’il est trop facile d’extraire de ses œuvres les vérités les pl
35la rhétorique des troubadours. Rhétorique ambiguë par excellence : une dogmatique manichéenne y compose des symboles d’attrait sexuel.
36odoxe apparaît-elle enfin comme la voie purgative par excellence, la meilleure discipline qui nous permette de transcender l’amour-pas
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
37 individuelles des sexes ont cessé d’être le lieu par excellence où se réalise la passion. Celle-ci paraît se détacher de son support.
28 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
38nse de la personne humaine » est devenu le slogan par excellence des hommes d’État démocratiques. Tout cela ne va pas sans équivoques.
29 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
39 arbres, dans la foule. C’est-à-dire dans le lieu par excellence [p. 144] où l’on peut toujours dire : c’était l’autre ! Et dans le li
40te insensible. Il sait que l’amour est le domaine par excellence des quiproquos entre le vice et la vertu. Nulle part l’homme ne se du
41est vrai que tout le monde s’imagine que le péché par excellence réside dans la sexualité. L’illusion s’aperçoit d’une manière assez s
42ils assimilent le péché en général à la tentation par excellence, qui se trouve être à leurs yeux la sexualité. C’est une vue bien bor
43oi ménager quoi que ce soit ? C’était la question par excellence ! Le résumé de toutes mes erreurs, si vous voulez. Je trouve la porte
30 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
44çue. Voyons. Tout le monde s’imagine que le péché par excellence réside dans la sexualité. L’illusion s’aperçoit d’une manière assez s
45ils assimilent le péché en général à la tentation par excellence, qui se trouve être à leurs yeux la sexualité. C’est une vue bien bor
31 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
46 arbres, dans la foule. C’est-à-dire dans le lieu par excellence où l’on peut toujours dire : c’était l’autre ! Et dans le lieu où l’o
32 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
47aleur irréductible, tel est le mouvement goethéen par excellence. Mais cette formule risque de rester assez vague si nous ne lui trouv
33 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
48t qu’avons-nous fait de l’esprit ? L’inefficacité par excellence. « Trop intelligent pour agir » était une phrase fine à Paris, comme
34 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
49t en Suisse, peut-être, c’est le mythe helvétique par excellence d’une décence fondamentale. Il se peut que la Suisse ait seule gagné
35 1946, Lettres sur la bombe atomique. 16. Le goût de la guerre
50femmes parce qu’elles n’en sont pas. C’est le jeu par excellence des grandes personnes, avec l’amour qui est du même ordre, et qui lui
36 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
51t en Suisse, peut-être, c’est le mythe helvétique par excellence, d’une décence fondamentale. Il se peut que la Suisse ait seule gagné
37 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
52ants et qu’il faut appeler la beauté démocratique par excellence, la laideur même. N’allez pas dire au citoyen Durand, époux d’une fem
38 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
53onflit créateur. Il y a ce signe de contradiction par excellence qui est la croix. Au contraire, à l’origine des deux empires nouveaux
54 l’homme de la contradiction, l’homme dialectique par excellence. Nous le voyons, dans ses plus purs modèles, crucifié entre ces contr
55nationalisme la maladie européenne, l’anti-Europe par excellence. Je compare le nationalisme à une espèce de court-circuit dans la ten
39 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
56d’autre que la politique tout court, la politique par excellence, c’est-à-dire l’art d’organiser la cité au bénéfice des citoyens. Tan
57orps, non dans un carcan. Ce qui est la politique par excellence, n’en déplaise aux sectaires de tous bords. [p. 96] L’heure est venu
40 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
58orps, non dans un carcan. Ce qui est la politique par excellence, n’en déplaise aux sectaires de tous bords. […] À l’homme considéré c
41 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
59 toutes les valeurs. Or ce sont là les conditions par excellence qui provoquent à la création. Voilà pourquoi cet homme européen s’est
42 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
60orpus. Il découvre soudain que la liberté humaine par excellence, comme l’a dit récemment Ignazio Silone, c’est le droit de chaque hom
43 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
61quoi le Pacte de 1291 est resté le document sacré par excellence de la Confédération. Une abondante imagerie populaire perpétue jusqu’
44 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
62SS apparaît, objectivement parlant, comme le pays par excellence de l’anti-progressisme et de la réaction. (Ses prétextes « dialectiqu
45 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
63servation. L’Europe est la terre de la diversité, par excellence. Ce fait même, comme vous le voyez, nous donne une définition de l’Eu
46 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
64ion, rencontrant l’interdit, qui est l’antisocial par excellence, projette immédiatement sur lui sa nostalgie d’un désir infini, quitt
47 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
65erti ; c’est donc la conversion qui figure l’acte par excellence du chrétien, hors duquel il n’est pour lui ni mesure, ni grandeur, ni
66ait rien de lui en partant de généralités. Il est par excellence l’auteur incomparable. Et de même, son œuvre défie toute espèce de ca
48 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Luis Diez del Corral, El rapto de Europa (septembre 1959)
67rapto de Europa (septembre 1959) az « Créatrice par excellence, l’Europe s’est créé aussi, directement ou indirectement, la plupart
49 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
68ophies plus poétiques que systématiques : milieux par excellence où agissent les mythes de l’âme 14 . C’est donc avec ces mythes, non
50 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — g. Parenthèse sur le sens des mots
69 le bien ni le mal, mais un phénomène passionnant par excellence, dont j’essaie, avant de l’évaluer, de mieux voir ce qu’il est, d’où
51 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
70ion, rencontrant l’interdit, qui est l’antisocial par excellence, projette immédiatement sur lui sa nostalgie d’un désir infini, quitt
52 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
71lle peut seule y introduire. Elle est la décision par excellence, qui rend l’existence concrète. Par elle, la vie dans le mariage devi
72. Or on sait que cette catégorie kierkegaardienne par excellence désigne l’homme isolé par l’esprit, — isolé de la foule, « qui est me
73, j’appelle mon lecteur. » C’était là le prochain par excellence, et — nous le savons par le Journal — c’était Régine ! Plus tard, le
74 possible instinct rival, est la passion de l’âme par excellence. La lutte entre les deux « instincts » n’est donc pas autre chose que
53 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
75erti ; c’est donc la conversion qui figure l’acte par excellence du chrétien, hors duquel il n’est pour lui ni mesure, ni grandeur, ni
76ait rien de lui en partant de généralités. Il est par excellence l’auteur incomparable. Et de même, son œuvre défie toute espèce de ca
54 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
77de l’instinct, qui est la puissance impersonnelle par excellence, et s’épuise à s’en libérer par le changement de l’excitation, par le
55 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
78ié spirituelle. Elle est agent de différenciation par excellence, du fait qu’elle voit — ou cherche à voir, ou sollicite — dans les in
79l’individu. Cette règle d’or est la norme morale, par excellence, en tout domaine, aussi bien dans celui de l’érotique que dans l’éduc
56 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — i. L’amour selon les évangiles
80ous les ascètes et puritains, figure la tentation par excellence.
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
81eus et le Taureau seraient tous les deux solaires par excellence. [p. 18] À la vérité, l’arrière-plan du mythe grec est sémitique. Il
82dieu du Nord. Zeus-Jupiter devient alors le dieu par excellence, le principe, la racine de tout le polythéisme grec. Il maintient l’u
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.1. Sur plusieurs siècles de silence « européen »
83 désignent, dans leurs titres, comme étant celle, par excellence, de « la Naissance », ou de « l’Essor », ou de « l’Ascension », ou de
59 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
84 en glorifiant l’unité chrétienne, mythe médiéval par excellence, Dante établit fortement la distinction du spirituel et du temporel :
60 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
85: Leibniz, Vico. Puis il y eut le siècle français par excellence, celui du rayonnement européen de la France, de Montesquieu à Condorc
61 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
86re mondiale 262  : Octobre 1908. — L’Europe est, par excellence, la terre des cataclysmes guerriers. Les pacifistes sont ou des imbéc
87e est un état anormal. Pourquoi l’Europe est-elle par excellence la terre des cataclysmes guerriers ? Parce qu’elle est habitée par un
62 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
88onflit créateur. Il y a ce signe de contradiction par excellence qui est la croix. Au contraire, à l’origine des deux empires nouveaux
89 l’homme de la contradiction, l’homme dialectique par excellence. Nous le voyons dans ses plus purs modèles, crucifié entre ces contra
63 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
90nt celles dont nous sommes les auteurs. Créatrice par excellence, l’Europe s’est créé aussi, directement ou indirectement, la plupart
64 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
91lle peut seule y introduire. Elle est la décision par excellence, qui rend l’existence concrète. Par elle, la vie dans le mariage devi
92. Or on sait que cette catégorie kierkegaardienne par excellence désigne l’homme isolé par l’esprit, — isolé de la foule, « qui est me
93, j’appelle mon lecteur. » C’était là le prochain par excellence, et — nous le savons par le Journal — c’était Régine ! Plus tard, le
94 possible instinct rival, est la passion de l’âme par excellence. La lutte entre les deux « instincts » n’est donc pas autre chose que
65 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
95de l’instinct, qui est la puissance impersonnelle par excellence, et s’épuise à s’en libérer par le changement de l’excitation, par le
66 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
96décidé de l’écrire en français, langue de théâtre par excellence, aux yeux de Conrad. Le manuscrit, non terminé, fut déposé plus tard
67 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
97guère qu’un cas particulier. Le paradoxe européen par excellence de l’union dans la diversité n’est pas seulement celui de l’Universit
68 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
98guère qu’un cas particulier. Le paradoxe européen par excellence de l’union dans la diversité n’est pas seulement celui de l’Universit
69 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
99ort qu’ils ont toujours été : le peuple pacifique par excellence. [p. 63] En fait, ils n’ont plus combattu dans une seule guerre, civ
70 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
100 est clair que l’économie est le facteur unifiant par excellence des sociétés du xxe siècle. Comment peut-elle s’accommoder, en Suiss
71 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
101je m’avise que l’horlogerie, qui est l’art suisse par excellence, est un art des petits mouvements réglant les grands. En Suisse, le m
72 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
102xistentialisme sont des phénomènes internationaux par excellence, comme le gothique ou le baroque. Le nationalisme lui-même n’est pas
73 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
103e tout temps, comme la vraie, la seule, l’humaine par excellence. Les autres étaient barbares et plus ou moins grossières. Seuls les E
74 1966, Preuves, articles (1951–1968). André Breton (novembre 1966)
104cielles du christianisme, était un être religieux par excellence. C’est même sans doute parce qu’il jugeait le christianisme trop peu
75 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). André Breton à New York (8-9 octobre 1966)
105cielles du christianisme, était un être religieux par excellence. C’est même sans doute parce qu’il jugeait le christianisme trop peu
76 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
106ités, de puissance et de liberté, idéal politique par excellence. Beaucoup de choses se faisaient en Europe, on l’a vu, mais sans lien
77 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
107la déclare sans objet, mal posée, fausse question par excellence, nulle et vide quant à l’information, non susceptible d’un traitement
78 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut réinventer l’Université (29 juin 1968)
108Pourquoi des Universités ? Question universitaire par excellence, et qui définit même la fonction spécifique de l’Université : une éco
79 1970, Le Cheminement des esprits. Préface. Cheminements
109uisons : il s’agit d’éduquer, et c’est le domaine par excellence où patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. ⁂ U
80 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
110 de décadence qu’elle se refuse à éliminer, reste par excellence la terre des hommes. J’entends qu’elle reste le lieu du monde où, ver
81 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.2. Le civisme commence au respect des forêts
111e et personnelle. Or choisir est l’acte politique par excellence : gouverner, c’est prévoir — prévoir d’abord, puis adapter les moyens
82 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
112se ramènent en fin de compte au paradoxe européen par excellence, celui de l’Un et du Divers également réels et valables ? Dans le dom
83 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
113 publiés à New York par le Herald Tribune, organe par excellence du capitalisme américain. Une bonne partie de ces articles forment de
84 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.12. Fécondité des études régionales
114Écologie. — Cette science nouvelle est à la fois, par excellence, une « science humaine », une « science politique » et une recherche
85 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
115r l’exemple vécu, l’art et la science œcuméniques par excellence de l’union dans la diversité, de la coexistence en tension des contra
86 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
116le rite des émeutes parisiennes. L’acte politique par excellence va consister à prendre, au nom de l’humanité, un ensemble organique d
87 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
117u joy, ou encore : le joy devient le jeu érotique par excellence, qui suppose l’amor imperfectus comme condition non seulement de fin’
88 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
118quilibre d’autre part, qui est le choix politique par excellence, nous découvrons maintenant qu’il se confond avec le choix écologique
89 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
119Les choix à faire par le citoyen deviennent alors par excellence des choix politiques. Le civisme commence au respect des forêts. V
90 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
120u genre humain. Dans ce domaine, l’acte politique par excellence, qui consiste à traduire les finalités d’une société en mesures publi
121u’on ne peut pas fonder l’union sur les obstacles par excellence à toute union. [p. 10] Faire l’Europe des États-nations, l’Europe de
91 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
122pératifs » d’une économie de marché. C’est le cas par excellence des calculs prévisionnels portant sur l’évolution prochaine des armem
92 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
123agressive et polluante, reste à leurs yeux l’arme par excellence du Progrès, qui ne saurait être que matérialiste, quantitatif d’abord
124e des fins de l’évolution, donc le dieu politique par excellence, a pour domaine réservé la stratégie générale du cosmos et du rôle de
93 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
125ns notre passé : ils seront les criminels sociaux par excellence. Ils formeront dans la clandestinité un prolétariat secret, probablem
94 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
126pératifs » d’une économie de marché. C’est le cas par excellence des calculs prévisionnels portant sur l’évolution prochaine des armem
127de prévoir l’évolution du phénomène technologique par excellence que fut dès l’origine la voiture à moteur. Mais elle ne l’a pas fait,
95 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
128ble, et de mensonge élevé au rang d’art politique par excellence, il y a ceci : l’homme des grandes villes, des longues avenues qui as
129e se faire, et cela c’est le grand-œuvre, l’œuvre par excellence — le salut. C’est ce jeu qu’il est sacrilège d’interrompre, sous prét
96 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
130 vocation, qui est le principe de différenciation par excellence. Nous avons donc à la fonder d’abord sur l’appel de l’avenir, une esp
131e leur solidarité dans le péril. Elle est le lieu par excellence de toute participation, le lieu même où ce mot prend son sens. Là von
132narchie de fait qui empêcherait la Commune d’être par excellence le lieu de la démocratie en exercice. (On a vu des rois démocrates.)
133latz, plein ou square — ont été le lieu politique par excellence, le Sénat et le Parlement n’étant qu’une dépendance ou délégation du
97 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
134ésordre et le crime le plus cher du monde — celui par excellence qui ne paie pas. Au surplus, cette souveraineté dont vous dites crain
135u’en tant qu’il diffère des voisins, pays concret par excellence, puisque sa forme est celle que dessinent sur la Terre des fonctions
136ans tenir compte de rien qui vive, c’est l’utopie par excellence : le poncif à plaquer n’importe où, donc nulle part. Ceux qui crient 
98 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
137s émeutes parisiennes. [p. 345] L’acte politique par excellence va consister à prendre, au nom de l’humanité, un ensemble organique d
99 1977, L’Avenir est notre affaire. Conclusion. « Sentinelle, que dis-tu de la nuit ? »
138elques années, ayant écrit que l’action politique par excellence allait consister désormais à prendre des mesures conservatoires de l’
100 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
139elques années, ayant écrit que l’action politique par excellence allait consister désormais à prendre des mesures conservatoires de l’