1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1n jaune à la main. L’un après l’autre, dans cette paresse de jour férié, les clochers de la ville sonnent deux heures. Allons.
2 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
2se, dit-il des rêveurs orientaux. De leur immense paresse, jusqu’à leur mysticisme, partout c’est une démission qu’ils désirent
3 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Bopp, Interférences (décembre 1927)
3s, mais pour rire), des difficultés, hésitations, paresses, rêves, réactions physiques, etc., qui accompagnent une création litt
4 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
4ons le reconnaître, il y a moins de malice que de paresse dans les jugements du public, et moins d’incompréhension que de timid
5 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
5ne bassesse morale inconcevable, temples de leurs paresses et de leurs lâchetés, glorification de leur impuissance à concevoir u
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
6igieuse (?) et ci-devant morale qui protège votre paresse à concevoir en esprit. Ces trois mots vous ont délivré du plus absurd
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
7’était un bas opportunisme social, résultante des paresses accumulées de tous les cerveaux bourgeois incapables de concevoir un
8 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
8e soleil » derrière lequel on se réfugie avec une paresse et une légèreté inouïes, c’est le signe d’une complicité avec un état
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
9rne en proie au seul orgueil de vivre, dénonce la paresse de la religion qui n’est qu’un refuge contre la vie. Elle nous amène
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
10à tout prendre, cet ennui traduit ou marque notre paresse et notre lâcheté naturelles, et l’incertitude qui est leur résultante
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
11n jaune à la main. L’un après l’autre, dans cette paresse de jour férié, les clochers de la ville sonnent deux heures. Allons.
12 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
12on nous présente de l’esprit comble si bien notre paresse, et peut-être certains intérêts, qu’il ne faut pas trop s’étonner de
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
13its, des choses, ou des idées. Il flatte ainsi la paresse de l’esprit, décourage le sens critique, décontenance les expressions
14 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
14ntiparlementaires, nous ne souffrirons pas que la paresse d’esprit ou la mauvaise foi de nos adversaires nous assimilent pour a
15 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
15er. Or ce qui peut l’induire à cette tentation de paresse ou de lâcheté, c’est le mécanisme même des pouvoirs institués. Quand
16 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
16. L’esprit bourgeois, l’économie capitaliste, une paresse spirituelle entretenue tyranniquement par nos écoles, la tentation de
17 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
17tera sans doute que le vrai responsable, c’est la paresse intellectuelle qui sévit dans toutes les classes et qu’entretiennent
18a explique bien des choses. Mais d’où vient cette paresse ? D’où vient que le public se défende aussi mal contre les sollicitat
19que les autres spéculaient commercialement sur la paresse des lecteurs. Dans les deux cas, ce sont d’abord les écrivains qui on
18 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
20ntiparlementaires, nous ne souffrirons pas qu’une paresse d’esprit voisine de la mauvaise foi nous assimile pour autant à un « 
19 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
21n les prône, ne sont en fait que des solutions de paresse intellectuelle, des solutions de misère, fardées de rhétorique héroïq
20 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
22. L’esprit bourgeois, l’économie capitaliste, une paresse spirituelle entretenue par nos écoles, la tentation de copier nos voi
21 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
23paraîtront peut-être assez inattendus. Ce sont la paresse d’esprit et l’égalitarisme. [p. 145] Voilà ce que j’entends par pare
24galitarisme. [p. 145] Voilà ce que j’entends par paresse d’esprit : les Suisses jouissent d’une instruction publique remarquab
25e égalitarisme est, lui aussi, une forme de notre paresse d’esprit, bien plus encore qu’une forme de l’envie, comme on l’a peut
22 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
26otre siècle qu’il fut celui des gogos enragés. 4. Paresse d’esprit. — Je parle ici par expérience : rien n’oblige un bureau de
27s bureaux font tout le contraire, cela tient à la paresse d’esprit des messieurs qui en occupent les fauteuils. Les organismes
23 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
28n les prône, ne sont en fait que des solutions de paresse intellectuelle, des solutions de misère, fardées de rhétorique héroïq
24 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
29nt les responsabilités, la bêtise vaniteuse et la paresse de pensée, le respect de l’argent, le ton hâbleur, le bluff et le sen
25 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
30e, dans nos démocraties, je vous le dis, c’est la paresse d’esprit ! [p. 119] Cet éditeur doit publier le livre sur la Suisse
26 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
31mps de cette lettre. Ce qui me stupéfie, c’est la paresse et la mollesse de l’imagination dans notre siècle. Une Emily Brontë q
27 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
32ion mécanisée, est signe de lourdeur d’esprit, de paresse d’âme, d’appauvrissement de la vitalité. En politique, c’est le respe
28 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
33ndant des mois, ni vin, ni femmes, ni journées de paresse ou de promenade à l’aventure. Vie à l’horaire, chronométrée, sans rie
29 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
34ion mécanisée, est signe de lourdeur d’esprit, de paresse d’âme, d’appauvrissement de la vitalité. En politique, c’est le respe
30 1949, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est encore un espoir (8 décembre 1949)
35 fausses symétries. La symétrie est une loi de la paresse, autant qu’un procédé de construction. Dans toutes les choses humaine
31 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Présentation du Centre européen de la culture (mars 1952)
36résident pas dans les réalités, mais bien dans la paresse des esprits et des cœurs. Pour aboutir à fédérer nos peuples, il faut
32 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
37une température uniforme naît l’insouciance et la paresse, ce qui est le contraire dans une température très variée. Dans cette
33 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
38doute mais qui commande à des hommes d’une grande paresse d’esprit ; le khan de Tartarie étend son autorité sur un peuple sans
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
39che dans elles-mêmes, et l’on ne voit plus que la paresse, l’ignorance et un despotisme brutal établis sur leurs ruines. Notre
35 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
40e plutôt qu’au seul désir de gagner davantage. La paresse est une déficience, et non le signe éventuel d’une sagesse libérée de
36 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
41on en fait les devises d’une certaine facilité ou paresse d’esprit, d’un certain conservatisme qui risque bien de ne rien conse
37 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
42e plutôt qu’au seul désir de gagner davantage. La paresse est une déficience, et non le signe éventuel d’une sagesse libérée de
38 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
43s. Marcel confesse volontiers ce qu’il appelle sa paresse. C’est un vice, déclare-t-il avec sérénité. Peut-être le croit-il. Mo
39 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
44 quatre ans, la seconde de cinq), sans compter la paresse naturelle de notre esprit, qui cherche en tout et avant tout la réduc
40 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
45 quatre ans, la seconde de cinq), sans compter la paresse naturelle de notre esprit qui cherche en tout la réduction à la rassu
41 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
46ent leur voiture pour faire 300 mètres, moins par paresse que par une petite peur d’avoir l’air bête si on les voyait marcher.