1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1de cette fin d’après-midi, ces musiquettes et ces parfums de fleurs et d’eau… elle est tellement d’ailleurs… Faut-il donc que l
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
2 jeunes songent que dans une Europe vieillie, les parfums puissants de l’Asie sauront encore éveiller de beaux rêves. Il y a ce
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926)
3e. Mais ses fleurs de cristal, si elles sont sans parfum, ne se faneront pas. p. 661 t. « Jean Cocteau : Rappel à l’ord
4 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
4notre monde à ce chant. L’odeur du fleuve est son parfum, le soleil rouge sa douleur. Les bœufs blancs, les roues peintes du c
5lants remontent sur notre rive. Fraîcheur humide, parfums à peine sensibles, bruissement vague des roseaux aux feuilles sèches…
6 des ombres informes et des harmonies troubles de parfums et de courbes compliquées. Nous secouons un sortilège pénétrant comme
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
7 l’essence obtenue, si elle est de rose, est sans parfum.   (Tout de même, Cocteau est un poète : j’en verrais une preuve, pou
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
8ssement violent d’une immense fleur palpitante au parfum de passions, c’est une atmosphère toute chargée d’éclairs qui nous at
7 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
9e la fin d’une après-midi, ces musiquettes et ces parfums de fleurs et d’eau… elle est tellement d’ailleurs… Faut-il donc que l
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
10des frères racontait tout ce qui était arrivé, un parfum de millions de roses se répandit dans les airs, tandis qu’au sommet d
9 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
11s, par leur tenue avachie ou insolente, par leurs parfums et leurs odeurs de bêtes sales, tantôt ils me tentaient par cela même
10 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
12r de buanderie et ce relent de fauves de certains parfums de femmes, rien que pour regarder des êtres, et vivre un moment auprè
11 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
13 aux devantures illuminées en plein midi, dans un parfum de sapin frais. « O Heil’ge Nacht ! », ô sainte nuit d’intimité, où d
12 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
14r l’édition et sur la librairie, sur la vente des parfums, sur l’activité de millions d’avocats et de médecins, sur les magazin
13 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
15l. Et partout, dans tous ces sanctuaires, le même parfum de chêne ciré, de luxe, de dignité, de dévotion correcte… Le goût d
14 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
16l. Et partout, dans tous ces sanctuaires, le même parfum de chêne ciré, de luxe, de dignité, de dévotion correcte…   Un dimanc
15 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
17ès qu’il s’agit d’autre chose que de peinture, de parfums, ou de vins du cru ? J’ai dit que nous sommes trois cents millions à
16 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
18ur des torches et dans l’encens des cassolettes à parfum. Tel est donc le spectacle offert par les premières assises du christ
17 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
19ur des torches et dans l’encens des cassolettes à parfum. Tel est donc le spectacle offert par les premières assises du christ
18 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
20se déversant à flots, la séduction fascinante des parfums, et le goût impeccable du service saisirent les convives qui entraien
19 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — i. L’amour selon les évangiles
21de Jésus de ses cheveux, les baise et les oint de parfum. Le pharisien se dit en lui-même : Si cet homme était un prophète, il
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
22ines les métaux les plus utiles. Restent donc les parfums et les pierres précieuses qu’elle est obligée de tirer du dehors, mai
21 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
23ie, l’ambre de la Baltique pour les perles et les parfums arabes, l’or d’Ophir pour l’étain de Thulé. Et maintenant voilà ce qu
22 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
24se déversant à flots, la séduction fascinante des parfums, et le goût impeccable du service saisirent les convives qui entraien
23 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
25 à peine voulue… Furtifs retours : un visage, les parfums d’une maison rustique ; une rue de Paris où l’on se hâte vers l’école
24 1968, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Hölderlin dans le souvenir des noms splendides (1968)
26 Ah ! je veux Dans la vasque puiser, à travers le parfum de tes fleurs, et répandre, Sur le sol où renaît la prairie, l’eau sa