1 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
1. C’est donc à la seule volonté de choisir. M. le pasteur Bertrand de Lyon, répondit en exposant les exigences de l’Évangile en
2x. Avec la conférence de M. Jean Cadier, un jeune pasteur français, on descendit — ou l’on monta suivant M. A. Léo — du domaine
2 1927, Articles divers (1924–1930). Conférence d’Edmond Esmonin sur « La révocation de l’Édit de Nantes » (16 février 1927)
3ut, de l’émigration des fidèles qui suivent leurs pasteurs proscrits. On espère bien convertir de gré ou de force tous ceux qui
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
4 lettres. Van Gogh, en qui nous aimions tout : le pasteur, le peintre et le fou, semait en nous toutes les curiosités de la cou
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
5en ; inutile d’en demander plus. » Parlant de son pasteur préféré, la même tante Harriet a ce mot exquis : « Il prêche merveill
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
6ligieuse suscitée par Kagawa. Nous savions que ce pasteur d’une petite paroisse presbytérienne était le chef du Jeune Japon, l’
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
7eil des Upanishad ; quelques romans modernes.) Le pasteur suédois et le mage d’Einsiedeln représentent assez bien à eux deux, p
7 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
8t est jugé d’avance. Deux heures durant, quelques pasteurs et quelques écrivains vont faire appel aux principes suprêmes (c’est-
9avoir cité une pensée de Pascal en l’attribuant à Pasteur. On peut n’être pas difficile : on tient tout de même à choisir ses c
10 avons proposé un maître à ce jeune homme, dit le pasteur Cooreman. C’était le Christ. Martin est coupable de l’avoir accepté. 
8 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
11ère d’un village de la Suisse allemande, un jeune pasteur, Karl Barth. Autour de lui, c’était l’écho des bombardements, les car
12t à nu les vraies raisons, les vrais problèmes. « Pasteur, je devais parler à des hommes aux prises avec les contradictions ino
13, me disais-je, qui donc doit, qui donc peut être pasteur et prêcher ? » Tourmenté par cette question à laquelle il ne peut ni
14entaire né de la détresse quotidienne d’un obscur pasteur de campagne, et dans lequel, soudain, toute l’Allemagne intellectuell
9 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
15r les anciens juifs, Kant, Joseph Prudhomme ou le pasteur Charles Wagner. Tel est l’aspect décourageant du paganisme contempora
10 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
16le, qui figure en particulier dans le serment des pasteurs de Genève, et dont l’actualité vous frappera certainement. « Je prome
17 vous frappera certainement. « Je promets, dit le pasteur, de servir la Seigneurie et le peuple de telle manière que par cela j
11 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
18né les études de théologie, mais il ne fut jamais pasteur. Il lui arriva pourtant de prêcher, et ses sermons, réunis sous le ti
12 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
19nt : il y avait là une vingtaine de personnes, un pasteur, une bouchère, un banquier, une dactylo, un peintre juif — c’était da
20e, de l’activité purement individuelle d’un jeune pasteur américain, Frank Buchman. On a écrit de lui : « Ce qui frappe chez Bu
13 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
21ous ne voyez que Balzac et Zola. Je vois aussi le pasteur Sterne, le Goethe des Affinités, Jacobsen, George Eliot et les sœurs
22hé le fond de la détresse humaine. C’est un vieux pasteur un peu ivrogne, un vieil ours intraitable, toujours dressé contre les
14 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
23du catholique à l’endroit de Calvin. John Viénot, pasteur et professeur de théologie, a réussi le tour de force de parler de la
15 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
24ans la joie de la doctrine du salut. Songez à ces pasteurs qui, chaque printemps, saisissent le premier rayon de soleil venu et
16 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
25 deux derniers siècles. Non seulement on voit des pasteurs prêcher l’équivalent de la doctrine du salut par les œuvres, mais enc
26lut par les œuvres, mais encore on voit ces mêmes pasteurs lire sans sourciller la confession de nos églises, qui proclame le sa
27mme le lieu où la Parole est prêchée, on voit des pasteurs qui, chaque dimanche pourtant, prêchent l’exaltation de « l’âme humai
17 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
28he le fond de la détresse humaine. C’est un vieux pasteur un peu ivrogne, un vieil ours intraitable, toujours dressé contre les
18 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
29nne qui puisse le comprendre ? Si, pourtant. Les pasteurs ont coutume de l’offrir en exemple. Car enfin il n’a pas tué : Dieu l
19 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
30, ce défenseur du libre arbitre persécuté par les pasteurs. Et d’autre part, on sait quels liens unissent Luther à Maître Eckhar
20 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
31ngue — quarante-cinq volumes, sauf erreur — M. le pasteur Wilfred Monod nous a donné une œuvre aussi exceptionnelle par ses dim
32 librement : « essai de théodicée et journal d’un pasteur ». Nous n’avons pas affaire ici à une construction doctrinale. L’aute
33ment : la recherche du penseur et le ministère du pasteur. Par ailleurs, il ne s’adresse pas aux spécialistes, ni à l’Église,
21 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
34 Renaud vient de m’apprendre que l’orateur est le pasteur du chef-lieu. Il paraît qu’il cause très bien — lui aussi — mais elle
35struits. Eh bien, il y a aussi des prêtres et des pasteurs qui ont trahi. » Capitalisme, bourgeoisie égoïste, guerre. Mais le vr
36ourrait lui en prêter une. Quoi qu’il en soit, le pasteur note le nom du « président » et promet de lui envoyer un Nouveau Test
37 vous les connaissez beaucoup mieux que moi… — Le pasteur sourit : [p. 44] — Vous me faites plaisir, tenez ! Bien sûr, vous av
38er que l’instituteur citât Ernest Lavisse ; ou le pasteur, M. Benda. Il est généralement admis en France qu’un orateur dit un t
39euné, après le culte, chez M. Palut. Il n’est pas pasteur en titre, mais seulement « évangéliste » au service d’une œuvre missi
40] Les évangélistes étant moins bien payés que les pasteurs (dont le traitement de base est de 10 000 francs), Mme Palut est obli
41iver avec l’aide de plusieurs orateurs bénévoles, pasteurs, instituteurs ou autres « personnes [p. 91] instruites » de la région
22 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
42 dans un ouvrage sur A… dû à la plume d’un de ses pasteurs à la retraite 10 . En 1570, le mûrier, importé de Chine fait son appa
43n fin pour le comprendre ? 1er décembre 1934 Le pasteur m’a convoqué aux entretiens qu’il organise le samedi soir, dans une s
44 ou deux cultivateurs, les trois instituteurs. Le pasteur a lu quelques passages de l’Écriture. Après quoi le sujet a été intro
45 Il paraît que ça chauffe certains soirs. Mais le pasteur préside et on le respecte : 40 ans ; genre ancien combattant ; « très
46] bourgeois et travailleurs, réunions amicales de pasteurs. Je me suis initié à la géographie politique et même spirituelle du d
47s dernier des circonstances de leur vie. C’est le pasteur. Sa paroisse comprend les villages de N. et de V. où il habite. V., c
48isons, il y a donc des communistes. Je demande au pasteur ce que c’est que ces communistes. — Voilà. Que vous dire de gens que
49Un homme me disait l’autre jour : Ah, monsieur le pasteur, si on pouvait entrer par derrière, par la porte de la sacristie, on
50st pour lui tenir compagnie… On a été chercher le pasteur. Je le rencontre comme il sort de sa visite. — Elle est curieuse, cet
23 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
51 Renaud vient de m’apprendre que l’orateur est le pasteur du chef-lieu. Il paraît qu’il cause très bien — lui aussi — mais elle
52struits. Eh bien, il y a aussi des prêtres et des pasteurs qui ont trahi. Capitalisme, bourgeoisie égoïste, guerre. Mais le vrai
53ourrait lui en prêter une. Quoi qu’il en soit, le pasteur note le nom du « président » et promet de lui envoyer un Nouveau Test
54ue vous les connaissez beaucoup mieux que moi… Le pasteur sourit : — Vous me faites plaisir, tenez ! Bien sûr, vous avez raison
55ner que l’instituteur citât Ernest Lavisse, ou le pasteur M. Benda. Il est généralement admis en France qu’un orateur dit un ta
56ver, avec l’aide de plusieurs orateurs bénévoles, pasteurs, instituteurs ou autres « personnes instruites » de la région. On m’a
24 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
57ne fille de la noblesse, une bohémienne, un jeune pasteur fanatique, une dévote écœurante et perverse, — cela suffirait pour an
58e avec une prodigalité vraiment géniale. Le jeune pasteur Karl-Artur Eckenstedt vient de se brouiller avec sa belle fiancée, Ch
59de la fable. Ces presbytères campagnards — que de pasteurs dans la famille des romanciers du Nord ! — environnés de paysages de
25 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
60st pour lui tenir compagnie… On a été chercher le pasteur. Je le rencontre comme il sort de sa visite. — Elle est curieuse, cet
26 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
61euné, après le culte, chez M. Palut. Il n’est pas pasteur en titre, mais seulement « évangéliste » au service d’une œuvre missi
62. Les évangélistes étant moins bien payés que les pasteurs, dont le traitement de base est de 10 000 francs, Mme Palut est oblig
27 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
63lques instituteurs, des chauffeurs d’autocars, un pasteur, une femme de ménage, des communistes, des propriétaires… Ce sont des
28 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
64ieux que naguère, sur un rythme moins alangui. Le pasteur a parlé de l’héroïsme. Le héros chrétien n’est pas celui qui meurt gl
65tis a la trahison dans le sang.) On voit un vieux pasteur qui a la faiblesse de prier pour les ennemis (sabotage moral) et de c
66assacrés. Dans une scène pathétique avec le vieux pasteur, ce champion des vertus germaniques s’écrie : « Je ne crois qu’à un D
67uvement, et communier dans la prière. Ce soir, le pasteur Niemöller parle ici à cinq mille auditeurs réunis dans les deux plus
68 59] ou conduit la charrue. Il décide de se faire pasteur. À peine inscrit à l’Université, c’est le putsch de Kapp et la révolu
69de la « Mission intérieure ». Depuis 1931, il est pasteur d’un quartier berlinois. Et maintenant, je le vois sortir de l’ombre
29 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
70us en détourner. Kierkegaard condamna d’abord les pasteurs qui refusaient le célibat ; puis Luther et Calvin, tous deux mariés ;
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
71us en détourner. Kierkegaard condamna d’abord les pasteurs qui refusaient le célibat ; puis Luther et Calvin, tous deux mariés ;
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
72 de la Comédie anticatholique de Dante Alighieri, pasteur de l’Église albigeoise de la ville de Florence, affilié à l’ordre du
32 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
73lampade (réformateur de Bâle) ; d’Ulrich Campell, pasteur de Coire. Ajoutons qu’en 1585, une délégation des cantons réformés se
33 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
74; Valerius Anshelm, de Berne (dès 1529) ; Stumpf, pasteur à Stein, et, finalement, Bullinger lui-même, le célèbre successeur de
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
75le, qui figure en particulier dans le serment des pasteurs de Genève, et dont l’actualité vous frappera certainement. « Je prome
76 vous frappera certainement. « Je promets, dit le pasteur, de servir la Seigneurie et le peuple de telle manière que par cela j
35 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
77ns que parce qu’ils sont d’abord, et génialement, pasteur bernois et Vaudois rhodanien. Mais deux poètes « enracinés » ne font
36 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
78 peut-être que cette question ne concerne que nos pasteurs. Je n’en suis pas sûr. C’est une question d’atmosphère spirituelle, d
79in, et il arrive que nous soyons choqués quand un pasteur ne garde pas le ton convenu, le ton convenable. Nous oublions trop fa
80’est une requête que je présente comme laïc à nos pasteurs, avec l’espoir que les laïcs de cet auditoire l’appuieront pratiqueme
81ment dans leurs paroisses. Je voudrais dire à nos pasteurs : soyez simples dans vos sermons, soyez plus simplement bibliques ! N
82it de l’impression. C’était dans un sermon, et le pasteur disait : « Laissons parler la Bible seule, car nous, nous ne sommes p
83le profonde, parole qui devrait libérer plus d’un pasteur de ses soucis, et résoudre en partie le problème du samedi soir… Enco
84 les paroissiens, à leur tour, acceptent que leur pasteur soit « simplement biblique », et ne jugent pas cela « trop simple ».
85cela « trop simple ». Jamais, au grand jamais, un pasteur ne sera trop [p. 332] simple ! Jamais il ne pourra se rapprocher asse
86le. « Nous ne sommes pas convaincants » disait le pasteur que je viens de citer. Nous ne sommes pas convaincants, ajouterai-je,
87u’il ne s’agisse jamais des idées personnelles du pasteur ou de quelque écrivain qu’il cite, mais du seul et unique point de vu
88 démodée ; ou le langage personnel de Monsieur X, pasteur ou même théologien célèbre, — mais qu’elle parle uniquement et simple
89rrait être développé encore, afin de décharger le pasteur d’un lourd travail de bienfaisance. Je me bornerai au seul problème d
90ils sont composés selon les goûts et les idées du pasteur ; ils ne se déroulent pas d’après un plan traditionnel et chargé de s
91 isolée, comme la confession des péchés, certains pasteurs paraissent craindre la monotonie de ce vieux texte, et croient bien f
92e je vous le disais tout à l’heure, par le ton du pasteur et le maintien un peu compassé de l’auditoire. Mais cela n’est rien e
93mosphère spirituelle, elle introduit le sermon du pasteur, elle le situe dans l’ensemble de nos dogmes, et elle rappelle notre
94ricature. J’ai entendu, de mes oreilles, un jeune pasteur remercier Dieu, du haut de la chaire, de ce que Dieu « nous a permis
37 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
95suis qu’un petit garçon qui s’amuse — doublé d’un pasteur protestant qui l’ennuie. » Type de boutade dont certains, contre lui,
96ur le doute. (Il cite ce mot d’un catholique à un pasteur : « Vous, vous croyez, mais nous savons ! ») Ceci explique que le sou
38 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Erreurs sur l’Allemagne (1er mai 1940)
97tise et une mauvaise action, si l’on songe que le pasteur Niemöller, vrai descendant de Luther, est en prison. 2. Les socialist
39 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
98a veille, le président avait été harangué par des pasteurs et des prêtres des trois grandes religions. Le matin, la radio diffus
40 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
99né ses études de théologie, mais il ne fut jamais pasteur. Il lui arriva pourtant de prêcher, et ses sermons, réunis sous le ti
41 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
100suis qu’un petit garçon qui s’amuse — doublé d’un pasteur protestant qui l’ennuie ». Type de boutade dont certains, contre lui,
101ur le doute. (Il cite ce mot d’un catholique à un pasteur : « Vous, vous croyez, mais nous savons ! ») Ceci explique que le sou
42 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
102at socialiste et sportif. La seconde est femme de pasteur. La cadette rêvant d’être actrice, on lui a bâti sur le Sommet du Mon
43 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
103 les vainqueurs se montrent généreux. Et déjà les pasteurs et les prêtres se préparent à parler du message de Noël « aux hommes
44 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
104at socialiste et sportif. La seconde est femme de pasteur. La cadette rêvant d’être actrice, on lui a bâti sur le Sommet du Mon
105 les vainqueurs se montrent généreux. Et déjà les pasteurs et les prêtres se préparent à parler du message de Noël aux « hommes
45 1946, Lettres sur la bombe atomique. 3. Le point de vue moral
106e de la morale, les autres celui de l’efficience. Pasteurs, évêques, popes, rabbins et curés ont adressé des lettres à leurs jou
46 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
107 les vainqueurs se montrent généreux. Et déjà les pasteurs et les prêtres se préparent à parler du message de Noël aux « hommes
47 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
108robes noires, surplis blancs et bonnets, suivi de pasteurs chamarrés des insignes de leur grade académique, longs capuchons roug
48 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
109ues en Amérique, vous trouverez une église ou des pasteurs, plus dynamiques au nom de leur Bible qu’un démagogue au nom des droi
110l s’agissait d’une lutte pour l’existence, et les pasteurs y tenaient une fonction directrice. Elle leur est disputée de nos jou
111che et parfois de la semaine, bref, un milieu. Le pasteur se trouve donc à la tête d’un organisme assez complexe. Mais il dispo
112ous ensemble et debout, tandis que le chœur et le pasteur se tournent vers l’autel fleuri par M. Smith, en souvenir de ses pare
49 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
113 tout ce que le corps entier des philosophes, des pasteurs et des écrivains échouait naguère à faire comprendre. Grave menace po
50 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
114res, surplis blancs [p. 101] et bonnets, suivi de pasteurs chamarrés des insignes de leur grade académique, longs capuchons roug
115a veille, le président avait été harangué par des pasteurs et des prêtres des trois grandes religions. Le matin, la radio diffus
116ues en Amérique, vous trouverez une église ou des pasteurs, plus dynamiques au nom de leur Bible qu’un démagogue au nom [p. 108]
117l s’agissait d’une lutte pour l’existence, et les pasteurs y tenaient une fonction directrice. Elle leur est disputée de nos jou
118109] et parfois de la semaine, bref un milieu. Le pasteur se trouve donc à la tête d’un organisme social assez complexe. Mais i
119ous ensemble et debout, tandis que le chœur et le pasteur se tournent vers l’autel fleuri par Mrs Smith en souvenir de ses pare
51 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
120ues, devant lesquelles tremblent les députés, les pasteurs, les magnats du cinéma. Ce « tonitruant troisième sexe » dérobe aux j
52 1948, Suite neuchâteloise. IV
121grand-père, professeur de théologie, et mon père, pasteur. Cela fait, au début et à la fin, pas mal de robes et de rabats, soit
122e d’Ostervald, arrière-petite-fille de l’illustre pasteur. Le fils du Procureur épouse Marie-Philippine [p. 41] du Buat-Nançay,
123éboires d’un témoignage vigilant ; père, citoyen, pasteur de ses troupeaux, et vibrant défenseur de l’honneur protestant, il ét
53 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
124cle ? » — « Oui, c’est assez cela, la position du pasteur Roberty, que j’aimais bien. » Vite lassé par les débats d’idées, il s
54 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
125 Euh… le péché. — Et qu’est-ce qu’il en a dit, le pasteur ? — Ben… il était plutôt contre ! » Le péché contre l’esprit, dans no
55 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
126paroisse reste considérable, sous la direction du pasteur assisté par un « conseil d’église ». Il en résulte que « l’Église sui
56 1953, Réforme, articles (1946–1980). « Les écrivains protestants » (11 avril 1953)
127rivains protestants » (11 avril 1953) j Fils de pasteur comme les trois sœurs Brontë, Nietzsche, Herman Hesse, Pearl Buck, Cu
57 1953, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « Ce qu’ils pensent de Noël… » [Réponse] (24 décembre 1953)
128Noël… » [Réponse] (24 décembre 1953) j Déjà les pasteurs et les prêtres se préparent à parler du message de Noël aux hommes de
58 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
129osi, confirmé par bien d’autres députés, prêtres, pasteurs, etc.) Comme si c’était le même désir d’une même « justice » qui anim
59 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
130cle ? » — « Oui, c’est assez cela, la position du pasteur Roberty, que j’aimais bien. » Vite lassé par les débats d’idées, il s
60 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
131t le chancelier du roi Gustav Vasa, et le premier pasteur de Stockholm : Nos chroniques suédoises font grand honneur à nos anc
61 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
132éricains le sentent bien, et c’est pourquoi leurs pasteurs et leurs prêtres s’inspirent de plus en plus de nos théologiens. Les
62 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
133vra prudemment. En dépit des sermons enflammés du pasteur Breitinger, de Zurich, sur le texte de l’Apocalypse : « Parce que tu
63 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
134aux ne trouvent pas d’appuis équivalents chez les pasteurs — qui sont généralement plus à gauche — ni dans les masses protestant
64 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
135 ou, pour rester conforme [p. 186] au langage des pasteurs, à l’« impureté », péril majeur pour l’âme et parfois pour le corps.
136ement libérées de la hantise du « péché », et les pasteurs actuels aussi. D’où l’on pourrait déduire d’une part que les exigence
137ature et d’idées libertaires. Il devint cependant pasteur à vingt-cinq ans et passa le reste de sa vie dans la cure du village
138d’ailleurs. Le premier très lié au pays : fils de pasteur, soucieux de rigueur morale et de justice, rien ne l’arrête dans l’an
139ous donne un pamphlétaire-poète en la personne du pasteur Kurt Marti, et de jeunes conteurs contestataires, tels que Walter Dig
140péculation abstraite. [p. 239] Tous deux fils de pasteurs bâlois, de haute taille et de robuste carrure, fumeurs de pipe et d’h
141s communs car par ailleurs tout les oppose. Jeune pasteur en Argovie, et socialiste combatif, Karl Barth publie un commentaire
142, et de fait il n’a pas eu lieu. Leurs disciples (pasteurs et théologiens d’un côté, médecins psychiatres et philosophes des rel
143paroisse reste considérable, sous la direction du pasteur assisté par un « conseil d’église ». Il en résulte que l’Église suiss
65 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
144us de mal à Tell qu’à la Pucelle. C’est un obscur pasteur bernois, nommé Uriel Freudenberg, qui va porter le premier coup décis
145tard, « justifie » Tell et condamne la mémoire du pasteur, qui est mort entretemps. Il est curieux de rappeler ici que la premi
66 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
146e luxure, ou, pour rester conforme au langage des pasteurs, à l’« impureté », péril majeur pour l’âme et parfois pour le corps.
147ement libérées de la hantise du « péché », et les pasteurs actuels aussi. [p. 57] D’où l’on pourrait déduire d’une part que les
148ature et d’idées libertaires. Il devint cependant pasteur à vingt-cinq ans et passa le reste de sa vie dans la cure du village
149on de la spéculation abstraite. Tous deux fils de pasteurs bâlois, de haute taille et de robuste carrure, fumeurs de pipe et d’h
150 car par ailleurs tout les oppose. [p. 62] Jeune pasteur en Argovie, et socialiste combatif, Karl Barth publie un commentaire
151, et de fait il n’a pas eu lieu. Leurs disciples (pasteurs et théologiens d’un côté, médecins psychiatres et philosophes des rel
67 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
152et par l’intervention personnelle du prêtre ou du pasteur — alors les crises de conscience, les débats intérieurs ou conjugaux,
68 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut réinventer l’Université (29 juin 1968)
153ngénieurs, des financiers, des professeurs ou des pasteurs. Ces écoles n’ont plus en commun que leur location dans une même vill
69 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.3. Naissance du Centre
154 les microbes, mais cette opinion ne les tue pas. Pasteur aussi détestait les microbes, mais il a su les employer, les enrôler,
70 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
155 la Sorbonne, membre de l’Institut, Marc Boegner, pasteur, président de la Fédération des églises protestantes de France, Paul
71 1981, Cadmos, articles (1978–1986). L’apport culturel de l’Europe de l’Est (printemps 1981)
156ne, revient en Bohême pour y être pédagogue, puis pasteur de l’Église réformée des Frères moraves (dont il deviendra plus tard