1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1e pour la tranchée, puis « le sport l’a saisi aux pattes de la guerre encore contus de huit coups de griffes et chaud de l’étr
2 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
2ligna des yeux et on vit sa respiration. Puis ses pattes se tendirent peu à peu, comme un corps qu’on gonflerait à la pompe, t
3 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Éluard, Capitale de la douleur (mai 1927)
3 d’une lyre dont ils font grésiller l’accord, une patte en l’air, becquètent le cœur d’une femme qui va les étrangler douceme
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Drieu la Rochelle, La Suite dans les idées (mai 1927)
4. Le tableau n’est pas beau, mais on y sent une « patte » qui révèle encore dans le fond quelque chose de solide, d’authentiq
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
5du magazine que lit le père Reinecke. Ses grosses pattes et sa barbe rousse dépassent, et parfois un œil égrillard. Impossible
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
6t des cigognes filent sur nos têtes, tirant leurs pattes roses. À l’horizon toujours passent des voiles, mais on ne voit pas l
7 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
7e le garde point sans cesse à portée d’un coup de patte qu’il s’abandonne lui-même à sa fantaisie, la plus joyeusement érudit
8 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
8 du CSAR, à M. Bénès ; des deux mains, des quatre pattes, les yeux fermés, d’une croix, d’une faucille et d’un marteau, ou ave
9 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
9 paume de ses antennes, de ses écailles et de ses pattes. On fourre cela dans le sachet que l’on porte attaché à la ceinture e
10i fait un caquet déchirant : elle serre entre ses pattes un œuf à demi-ouvert, d’où sort un long cou maigre, tout humide. Un p
11écrase ses petits : elle arrange tout sous elle : pattes, œufs, poulets, en quelques mouvements, ramène deux œufs sous son [p.
12escend au-dessus de ma page, pédale de toutes ses pattes dans le vide, remonte, retombe, et court sur la table verte. L’après-
13à bout de ressources, ne bougeais plus ni pied ni patte, et n’écrivais plus à personne. Je crois à la valeur d’appel de l’abs
14onne le terrain. Quelle ardeur à gratter de leurs pattes, le bec en l’air, sans regarder où ils creusent ! Quel gaspillage dan
10 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
15urs cesse de l’être dès qu’il se met sur ses deux pattes au milieu de ses frères verticaux. Le rationaliste idéal, c’est l’hom
16se, mais il y a aussi un insolent petit blanc aux pattes fines. Tout cela vautré comme sur une plage mondaine. Après un certai
11 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
17se, mais il y a aussi un insolent petit blanc aux pattes fines. Tout cela vautré comme sur une plage mondaine. Après un certai
12 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
18 paume de ses antennes, de ses écailles et de ses pattes. On fourre cela [p. 82] dans le sachet que l’on porte attaché à la ce
19i fait un caquet déchirant : elle serre entre ses pattes un œuf à demi ouvert d’où sort un long cou maigre, tout humide. Un po
20écrase ses petits : elle arrange tout sous elle : pattes, œufs, poulets, en quelques mouvements, ramène deux œufs sous son ail
21à bout de ressources, ne bougeais plus ni pied ni patte et n’écrivais [p. 85] plus à personne. Je crois à la valeur d’appel d
13 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
22, factice, bizarre ». À quoi j’applaudis des deux pattes. Mais voici où les choses se gâtent. L’auteur, conclut M. Porché, « a
14 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
23 du CSAR, à M. Bénès ; des deux mains, des quatre pattes, les yeux fermés, d’une croix, d’une faucille et d’un marteau, ou ave
15 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
24 nos vraies tentations. C’est là qu’il va montrer patte blanche, comme le grand méchant loup dans le conte du Chaperon Rouge,
16 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
25s durant les jours critiques, sans bouger pied ni patte, l’accident vous serait arrivé sur un autre plan, plus dangereux. Vou
26ndes estancias. Certains sont si lourds que leurs pattes n’arrivent pas à les supporter : on leur glisse sous le ventre une la
27r, le cheval au pas ayant poussé le battant d’une patte. Il a levé la main au sombrero : « Buenas tardes, señor ! » comme san
17 1946, Combat, articles (1946–1950). Les intellectuels sont-ils responsables ? (5 juillet 1946)
28 du CSAR, à M. Bénès ; des deux mains, des quatre pattes, les yeux fermés, d’une croix, d’une faucille et d’un marteau, ou ave
18 1948, Suite neuchâteloise. VI
29e, qui pêchait de petits poissons en plongeant sa patte dans un grand seau rempli de l’eau du lac, était toute ma distraction
19 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
30uet, Chou En-lai déclare en substance : « Bas les pattes en Asie ! Notre tour est venu de nous immiscer dans vos affaires. L’I
20 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
31e, Chou En-lai déclarait en substance : — Bas les pattes en Asie ! Notre tour est venu de nous immiscer dans vos affaires. L’I
21 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
32 du CSAR, à M. Bénès ; des deux mains, des quatre pattes, les yeux fermés, d’une croix, d’une faucille et d’un marteau, ou ave
22 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Contribution à une recherche éventuelle sur les sources de la notion d’engagement de l’écrivain (printemps 1978)
33 du CSAR, à M. Bénès ; des deux mains, des quatre pattes, les yeux fermés, d’une croix, d’une faucille et d’un marteau, ou ave