1 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
1l’ouvriérisme intégral et exclusif (l’attitude du PC français jusqu’à cette année) Lénine n’a pas cessé de se répandre en
2 1937, Esprit, articles (1932–1962). Défense de la culture (janvier 1937)
2ause du fascisme ! Si vous aimez Goya, adhérez au PC ! Voilà qui est simple. Mais croit-on que la culture vivante soit bea
3 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
3iez la violence ouvrière, « substance et force du PC », allez redire aux Berlinois que « la classe ouvrière se reconnaît d
4re se reconnaît dans les épreuves de force que le PC institue en son nom » ! (J.-P. Sartre). Allez redire devant ces morts
4 1953, Le Figaro, articles (1939–1953). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (25 juin 1953)
5ntiez la violence ouvrière, substance et force du PC », allez redire aux Berlinois que « la classe ouvrière se reconnaît d
6re se reconnaît dans les épreuves de force que le PC institue en son nom ! » (J.-P. Sartre). Allez redire devant ces morts
5 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
7indsor, relâchement des liens entre Moscou et les PC européens… Ne serait-ce pas qu’une logique interne, ou qu’un plan sav
8entendeur, salut ! Et c’est aussi contraindre les PC étrangers, pour lesquels l’excuse ne vaut rien, à justifier « dialect
9t du culte de la personnalité dont K. et tous les PC (obéissant spontanément à ses ordres) nous rebattent les oreilles, il
10tel, n’a pas fait le moindre mal à l’URSS, ni aux PC 45 . Bien au contraire. La [p. 5] meilleure preuve, c’est qu’on le co
11l pas anachronique pour l’Occident ? Pourtant, le PC de France se disait stalinien, et Sartre l’approuvait en général (« S
12inien, le mythe de l’infaillibilité historique du PC, etc. Soyons sérieux : la seule vérité bien certaine, c’est que Stali
13puis pour les partisans de l’URSS, enfin pour les PC eux-mêmes. II. Les anticommunistes à l’épreuve Depuis bien des ann
14ue la politique du Kremlin approuvée par tous les PC, loin de servir la paix, détruisait la confiance, provoquait des guer
15ommunistes d’Occident, simples valets de plume du PC, calomniaient et louaient sur ordre, stakhanovistes de la servilité ;
16tre pouvait jadis la définir, et la discipline du PC, on conçoit le malaise qu’ils endurent. Il serait puéril et vain, mal
17 espiègle pour une fois, veut que nos deux grands PC soient contraints d’illustrer chacun l’une de ces deux hypothèses. To
18es joyeux Butors du Kremlin : « Désormais, chaque PC volera de nos propres ailes » ? Non, car l’ordre voulait qu’on se déc
19ue la « vérité du Kremlin », adoptée par tous les PC, coïncide actuellement avec le vrai tout court, voilà qui est loin de
20ourt, voilà qui est loin de prouver que K. et les PC aient rejoint le parti de la vérité. Cela prouve au contraire qu’ils
21 question. En effet, regretter, comme le font nos PC, que la presse bourgeoise ait seule publié le Rapport, c’est dire, en
22est-elle possible ? — Répudier, comme le font nos PC, les « actes d’arbitraire reprochés à Staline », ce n’est pas encore
23e les classes ont été abolies en URSS. Lorsque le PC français réclame imprudemment « une analyse marxiste approfondie » de
24oire des Églises. Elles font voir à quel point le PC se distingue de tout autre parti totalitaire, limité à une seule nati
25ndre un exemple précis : on peut imaginer que les PC étrangers, faute d’une rapide reprise en main, se détachent bel et bi
26 sûr que le Kremlin souhaite vraiment retenir ses PC étrangers ? Tout indique, au contraire, qu’il les pousse prudemment v
27n peu plus loin. Une fois détachés de Moscou, les PC perdraient rapidement le prestige qu’ils tiraient de leur étroite dép
6 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
28libre ! » Ainsi parle Joliot-Curie, au congrès du PC français. Cela prouve qu’il n’est pas africain, et qu’il n’habite pas
29r condamnait aux travaux forcés soixante chefs du PC d’Égypte, préalablement interdit. L’Humanité n’en a pas moins loué « 
7 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
30çais et italiens qui votent régulièrement pour le PC sont simplement des mécontents : ils se prononcent contre le régime e
8 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
31aine est seule l’ouvrage de Dieu. (Lisez : que le PC est seul dans le sens de l’Histoire.) Mais en bonne foi, parce que no
32cas divers qui se présentent, non seulement si le PC pâtirait réellement de l’interdiction prononcée — ce qui est loin d’ê
33s sûr — mais encore si la classe ouvrière (que le PC prétend défendre à coups de canon tirés sur elle) y trouverait de rée
9 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
34ntre les deux Grands, réside dans l’existence des PC en Europe. Mais se déclarer neutres à cause d’un tel danger équivaudr
35ent leur nation respective, il faut dissoudre les PC, préventivement. Mais si l’on n’y croit pas, ce motif de neutralité n
10 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
36éen. Tolérer l’intolérance ? Si l’on jugeait le PC au nom de ses fins — comme le veut Sartre — il faudrait l’interdire a
37 » à son égard : il demande, au contraire, que le PC soit remis sous l’empire des lois communes, et qu’on cesse de le lais
38 ne suis nullement partisan d’une interdiction du PC, encore qu’il soit normal d’en discuter : le projet de Code civique,
11 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
39auts cris dès que quelqu’un suggère de réduire le PC à l’observance des lois. Si un autre parti réclame une telle mesure,
12 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
40 l’américaine, un peu moins bien sous la coupe du PC, mais faut-il se faire tuer pour ça ? Better red than dead ! (Plutôt
13 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
41ui n’a d’autres moyens que les polices d’État des PC au pouvoir. S’engager ne peut être qu’assumer les moyens justes des f
14 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
42impur abreuve nos sillons ! » Duclos, Séguy et le PC français se font « champions de l’indépendance nationale » avec autan
43mande la grâce des accusés de Burgos, et quand un PC européen s’inquiète poliment de la double condamnation à mort de Leni
15 1973, Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui (1973). Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui
44 après une assez brève tentative d’affiliation au PC, le groupe surréaliste se scinde : parce que Breton veut rester surré
45. Sans insister sur le fait, trop évident, que le PC n’a rien « cassé » jusqu’ici (sinon les velléités révolutionnaires de
16 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
46 la répugnance qu’éprouvent encore les membres du PC à reconnaître les éléments religieux de leur propre fidélité au Parti
17 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
47 autonomistes basques jugés à Burgos, et quand le PC français s’inquiète bien poliment de la double condamnation à mort qu
18 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
48onfirmation de la poussée socialiste, du recul du PC, de la percée de l’UDF, du piétinement du RPR ? Cela, c’est du concre
19 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
49ait d’abord national » (Georges Marchais, pour le PC), que « la bataille pour l’Europe était d’abord une bataille pour la