1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1aussi un « Nietzsche » à fond plat. Des saules se penchent vers l’eau lente. Sur l’autre rive qui est celle d’une longue île, de
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
2époque tourmentée dans sa profondeur, mais qui se penche sans vertige sur ses abîmes. Simplicité de notre temps ! Au-dessus de
3 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
3ir ont été passés au crible de la minute où je me penchais sur mon passé. Ou, pour user d’une image plus précise, cette minute e
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
4ut près de moi. Je vis un visage à l’intérieur se pencher vers la vitre… Je montai. Il n’y avait que des dames. Personne ne par
5. Personne ne parlait. La jeune femme qui s’était penchée vous ressemblait tant. Mais je n’osais presque pas la regarder, à cau
5 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
6hanté dans une langue que je comprends mal. Je me penche vers un voisin pour lui demander je ne sais plus quoi. Mais sans dout
7 ce soir, il serait dangereux de s’endormir. » Se penchant vers moi il prononça : « La nuit sera noire et blanche. » Je ressenti
8’une petite table lumineuse, verdâtre, et Gérard, penché sur cet aquarium de rêves, discourt et décrit les images qu’il y déco
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
9 1930) bj 11. Le retour d’Esztergóm Il faut se pencher aux portières et laisser l’air furieux emmêler les cheveux, glacer le
7 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
10ns ses effets, et qui paraît affecter d’un commun penchant au libertinage mental trois phénomènes littéraires partout ailleurs d
8 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
11 encore « marche, s’arrête et marche, avec le col penché »… Contribution à l’archéologie des états d’âme.   L’Europe du sentim
9 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
12hanté dans une langue que je comprends mal. Je me penche vers un voisin pour lui demander je ne sais plus quoi. Mais sans dout
13 ce soir, il serait dangereux de s’endormir. » Se penchant vers moi il prononça : « La nuit sera noire et blanche. » Je ressenti
14’une petite table lumineuse, verdâtre, et Gérard, penché sur cet aquarium de rêves, discourt et décrit les images qu’il y déco
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
15… [p. 92] xi Le retour d’Esztergom Il faut se pencher aux portières et laisser l’air furieux emmêler les cheveux, glacer le
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
16aussi un « Nietzsche » à fond plat. Des saules se penchent vers l’eau lente. Sur l’autre rive qui est celle d’une longue île, de
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
17 1929 Mes fenêtres donnent sur la rivière. En m’y penchant je puis me voir dans l’eau plate, élargie en cet endroit, avant l’écl
13 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
18. Enveloppé de gaze je sors sur mon balcon, je me penche sur le parc incertain. Palpitation lointaine [p. 189] et animale du s
14 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
19man moraliste (forme qui par ailleurs flattait un penchant traditionnel de l’esprit français). Cela pouvait donner soit des œuvr
15 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
20x, appuyée sur des faits qu’on n’a pas à choisir, penchant vers des idées que la logique n’est pas seule à ordonner. Le mieux ét
16 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
21 Mais encore, de cette origine, la raison tire un penchant pernicieux dont les effets commencent d’être visibles dès que l’ordre
17 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
22, le soutenir dans sa splendeur, l’arrêter sur le penchant de sa chute, sont trois opérations difficiles ; mais la dernière est
18 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
23nculquée, et qui n’a que trop bien convenu à leur penchant naturel. Il faudrait donc d’abord réformer leur mentalité pour rendre
24 un ou deux crabes tout terreux, et parfois en se penchant sur la treille, on voit bondir d’un bord à l’autre quelque chose de t
25 est écrit : caisse. Je frappe et entre. Un homme penché vers le guichet parle au gérant. Le gérant me fait un signe, et comme
26amoureux de ma vie, et je crois bien que c’est un penchant qu’elle agrée. Non point qu’elle me paye en retour de surprises multi
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
27inés. Après le déjeuner, flânant au jardin, je me penche par hasard au bord de la terrasse, et voilà que je découvre au-dessou
20 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
28nculquée, et qui n’a que trop bien convenu à leur penchant naturel. Il faudrait donc d’abord réformer leur mentalité pour rendre
21 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
29inés. Après le déjeuner, flânant au jardin, je me penche par hasard au bord de la terrasse, et voilà que je découvre au-dessou
22 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
30 un ou deux crabes tout terreux, et parfois en se penchant sur la treille, on voit bondir d’un bord à l’autre quelque chose de t
31 est écrit : Caisse. Je frappe et entre. Un homme penché vers le guichet parle au gérant. Le gérant me fait un signe, et comme
32amoureux de ma vie, et je crois bien que c’est un penchant qu’elle agrée. Non point qu’elle me paye en retour de surprises multi
23 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
33si loin que possible de l’attitude de ceux qui se penchent vers le peuple comme vers un abîme insondable pour y écouter les paro
24 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
34cœur ce qui sépare — l’aveugle choix et l’aveugle penchant ? » C’est par le cœur que le Diable nous a pris. Certes, ce n’est pas
25 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
35se de dos. (Mais ce trait justement le révélait.) Penché à un balcon d’hôtel, au haut d’une tour, dominant le paysage épique d
26 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
36ent de jeunes femmes en maillot de bain. Elles se penchent sur leurs géraniums, elles ajustent des lunettes noires… Quelques jeu
27 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
37la maison ! » crie-t-elle. Et piquant son cheval, penchée sur l’encolure, elle disparaît dans le tunnel de la charmille, tandis
28 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
38est ainsi, sur une vingtaine de kilomètres. Je me penche à la fenêtre, au-dessus de la cour. Le sol est jonché de platras, de
29 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
39ent de jeunes femmes en maillot de bain. Elles se penchent sur leurs géraniums, elles ajustent des lunettes noires... Quelques j
40est ainsi, sur une vingtaine de kilomètres. Je me penche à la fenêtre, au-dessus de la cour. Le sol en est jonché [p. 57] de p
41a maison ! », crie-t-elle. Et piquant son cheval, penchée sur l’encolure, elle disparaît dans le tunnel de la charmille, tandis
30 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
42ent de jeunes femmes en maillot de bain. Elles se penchent sur leurs géraniums, elles ajustent des lunettes noires… Quelques jeu
31 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
43a maison ! » crie-t-elle. Et, piquant son cheval, penchée sur l’encolure, elle disparaît dans le tunnel de la charmille, tandis
32 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
44tes qui représentent un amoureux au teint de cire penché sur une beauté bleuâtre, le tout sur fond bistré et artistique. Je pa
33 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
45e des bords d’une immobilité sans fond où elle se penche… Maintenant un seul œil est visible dans ce visage décomposé en ombre
34 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
46 et sa crainte l’objet qu’il redoute. Quand il se penche vers la surface de la rivière où il baigne à mi-corps, quand il lève
35 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
47est ainsi, sur une vingtaine de kilomètres. Je me penche à la fenêtre, au-dessus de la cour. Le sol est jonché de plâtras, de
36 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
48ous leur demandons. Tous les gouvernements ont un penchant marqué à persévérer dans leur être, et même à lui survivre aussi long
49nt arrogé ces droits absolus sans devoirs, ont un penchant irrésistible à devenir totalitaires. Et ce n’est point que leurs homm
37 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
50et les partis la cloisonnent horizontalement. Ils penchent vers l’autarcie intellectuelle, comme les nations vers l’autarcie éco
51ynaud. Une tête noire aux cheveux bien plaqués se penche vers un chapeau de femme — oui, c’est bien la princesse Juliana. Une
38 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
52ous leur demandons. Tous les gouvernements ont un penchant marqué à persévérer dans leur être, et même à lui survivre aussi long
53nt arrogé ces droits absolus sans devoirs, ont un penchant irrésistible à devenir totalitaires. Et ce n’est point que leurs homm
39 1951, Preuves, articles (1951–1968). Neutralité et neutralisme (mai 1951)
54ette politique tend à devenir totalitaire, par un penchant inexorable. p. 20 b. « Neutralité et neutralisme. Le discours de
40 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
55rique d’un texte, disons à son seul sens éthique. Penchant bien protestant, ou simplement rançon d’une sobriété stricte. Ses con
41 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
56re à sa place d’objet de luxe (croit-on), pour se pencher sur les problèmes bien plus « urgents » que pose l’attitude des conse
42 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Relance européenne ? (février 1956)
57chronologique des deux événements hésitent, voire penchent pour la négative. Mais quelles sont les autres méthodes proposées ? I
43 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
58fait d’une société vraiment acculée à la ruine et penchant au bord du chaos. Elles supposent, par leur succès même et du seul fa
44 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
59d’un texte sacré, disons à son seul sens éthique. Penchant bien protestant, ou simplement rançon d’une stricte sobriété. Ses con
60ouvais son profil disparu dans l’ombre de ta tête penchée… ta voix quand tu parlais me faisait souvenir. Et bientôt, votre mémo
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
61qui forme les hommes, dit Montesquieu ; ainsi, ce penchant qui fait sortir le patriotisme hors des bornes de la patrie, cette ha
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
62ce pour tout fanatisme, de sa tolérance et de son penchant pour un scepticisme indulgent, en un mot de sa bonté naturelle. Et ce
47 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
63upart d’entre eux, en cette fin du xiiie siècle, penchent vers leur déclin ou sont en crise. Tout cela, les Suisses d’aujourd’h
48 1968, Réforme, articles (1946–1980). Vers l’Europe des régions ? (30 novembre 1968)
64u congrès de La Haye en 1948, je me suis beaucoup penché sur ce problème de l’union des Européens sur la base d’une unité déjà
65eunes sociologues et économistes français s’étant penchés sur ce problème. L’union mondiale ne sera concevable que s’il existe
49 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Vers l’Europe des régions [Entretien]
66du congrès de La Haye en 1948 je me suis beaucoup penché sur ce problème de l’union des Européens sur la base d’une unité déjà
67eunes sociologues et économistes français s’étant penchés sur ce problème. L’union mondiale ne sera concevable que s’il existe
50 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
68éalité des communautés libres et heureuses. Notre penchant (ou notre éducation ?) nous porte à les imaginer contraintes et contr