1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1 complu dans son dégoût ; mais jusqu’au point d’y percevoir comme un appel du Dieu perdu. Il avoue enfin la cause secrète des inq
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
2nfler et de tout empester. Et peu à peu le public perçoit que « l’instrument de progrès » n’est qu’un camouflage à l’abri duque
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
3ité des gens ne deviennent pas enragés dès qu’ils perçoivent de la poésie dans l’air. Espoir sans doute chimérique, mais qu’on peu
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
4ité des gens ne deviennent pas enragés dès qu’ils perçoivent de la poésie dans l’air. Espoir sans doute chimérique, mais qu’on peu
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
5é par l’économie citadine, ici s’apaise et laisse percevoir les rythmes naturels, l’ample respiration élémentaire. Je ne défend
6 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
6té donné, à nous enfants de la [p. 308] terre, de percevoir. » Et certes, on ne voit guère en quoi pareille conception pourrait c
7 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
7eux-là seuls entendront ce silence, qui auront su percevoir l’accent dominateur et tendu des pages les plus égales et sereines du
8 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
8sonne n’emploie ce mot, ce qui a permis de ne pas percevoir le passage du temps où tout le inonde l’était au temps où personne ne
9 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
9C’est reconnaître enfin que ce rapport n’est plus perçu par un chacun comme évident ni comme allant de soi, mais qu’à la fave
10 mettre en pleine clarté. Cela dit, tout le monde perçoit l’extrême difficulté d’une telle entreprise [c’était là que j’avais b
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
11hose imperceptible au plus grand nombre, qui n’en perçoit que les effets, quand c’est trop tard. Il ne s’agit que d’un plus ou
11 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
12rts théoriques et pratiques cesse aussitôt d’être perçue. Elle cesse d’être connue de tous, présente à tout instant, justifian
12 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
13ion de la fin s’efface ou cesse d’être clairement perçue comme il arrive quand les premiers succès comblent nos appétits les p
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
14culture. Vraie mesure, ce sous-entendu clairement perçu par tous les clercs, qui rapporte toutes les démarches de la pensée e
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
15 que la mesure commune cesse d’être effectivement perçue et observée, l’on assiste à la même dégradation des instruments de la
15 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
16 Une vie sans accompagnement profond. Dès qu’on a perçu ce silence où plus rien ne palpite et n’attend, le pittoresque du déc
17oissée des bêtes et des plantes que l’apôtre a su percevoir. C’est la nature qui cherche en nous ce que notre délire allait lui d
16 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
18oissée des bêtes et des plantes que l’apôtre a su percevoir. C’est la nature qui cherche en nous ce que notre délire allait lui d
17 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
19phère de notre pays, mais il est important de les percevoir avant qu’elles ne deviennent trop frappantes. Il est important de rap
18 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
20bien connu : c’est aux premiers contacts que l’on perçoit le mieux l’étrangeté d’un pays étranger ; tout de suite après, par co
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
21Dieu nous cherche. Et il nous trouve lorsque nous percevons sa voix, et que nous répondons en obéissant. Dieu nous cherche et nou
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
22 ailleurs : « L’abîme qui nous sépare de Dieu est perçu de nous au lieu le plus secret de nous-mêmes. Il est la distance esse
21 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
23 les climats, jusqu’aux confins du monde, et l’on perçoit sa voix dans chaque dialecte ». Nous l’avons perçue de nos jours, dan
24çoit sa voix dans chaque dialecte ». Nous l’avons perçue de nos jours, dans le dialecte d’un Claudel, parfois même dans celui
22 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
25tre existence. La raison s’imagine à tort qu’elle perçoit des objets isolés et qu’elle parvient ensuite à les relier en énonçan
26e pas », il entend dire plus exactement : « Je ne perçois que des maux ou des systèmes de maux indépendants les uns des autres.
23 1944, Les Personnes du drame. Introduction
27mes — qu’ils soient de verbe ou de pensée — c’est percevoir les résultats momentanés et mesurer le degré de tension du combat spi
24 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
28eux-là seuls entendront ce silence, qui auront su percevoir l’accent dominateur et tendu des pages les plus égales et sereines du
25 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
2976] le modèle que ses yeux voient et que sa chair perçoit (à la lecture des Évangiles, par exemple) au lieu d’écouter l’ordre,
26 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
30s les climats jusqu’aux confins du monde, et l’on perçoit sa voix dans tous les dialectes. Hamann (Paraphrase du Psaume 19.)
27 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
31 de toute créature, de toute forme. » Car nous ne percevons et n’exprimons que le divers et le distinct, ce qui a pris forme, ce
32t par lui et à travers lui que la conscience peut percevoir la réalité extérieure ; comme lui donc, cette réalité lui paraîtra bl
28 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
33t et fixe comme nul regard vivant n’a jamais rien perçu. ⁂ [p. 53] Mais je m’attarde à ces tableaux, et Manuel n’est pas un
29 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
34e association privée, religieuse ou laïque. Elles perçoivent des « écolages » généralement modestes, mais parfois très [p. 131] co
30 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
35 la presse [p. 39] les décrit. Les réalités qu’il perçoit n’ont rien de commun avec les grandes fictions qu’il redoutait, ou qu
31 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
36aient perdues toutes les limites et, comme ils ne percevaient plus aucune séparation, ni en eux ni dans les choses, ils ne formaien
32 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — c. Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
37t des réalités de l’affectivité, que le sentiment perçoit immédiatement. Et s’ils expriment ces réalités en symboles déroulés d
33 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
38aient perdues toutes les limites et, comme ils ne percevaient plus aucune séparation, ni en eux ni dans les choses, ils ne formaien
34 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
39 [p. 235] est pour un instant apaisée… et l’homme perçoit dans le plaisir sa propre nature essentielle, qui est la joie. Toute
35 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
40pe pour le charger de veiller à ce que les dîmes, perçues par l’Église, soient désormais versées à l’Assemblée, nouveau défense
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
41su se donner une forme idéale que seuls le savant perçoit et l’homme d’État utilise. C’est pourquoi nous ne pouvons pas nous ar
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
42son cœur et son esprit, [p. 224] assuma, porta et perçut l’Europe, toute son époque, toutes les situations inextricables, tous
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
43arpe géante, montée sur un ton particulier, et il percevait l’harmonie universelle de leurs sons différents. 194 Mais ces élan
39 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
44 toujours été la vie de l’Occident. Tout le monde perçoit l’urgence d’un nouveau principe de vie. Mais — comme il arrive toujou
40 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
45tternich le disait de l’Italie) si elle n’est pas perçue comme une entité historique. C’est ce que l’histoire à l’ancienne mod
41 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
46 du désir est pour un instant apaisée… et l’homme perçoit dans le plaisir sa propre nature essentielle, qui est la joie. Toute
42 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
47ulturelles de plus en plus, car elles seules sont perçues comme signes distinctifs. Ou encore : le poids brut de l’ensemble ser
43 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
48t et fixe comme nul regard vivant n’a jamais rien perçu. Mais je m’attarde à ces tableaux, et Manuel n’est pas un « artiste »
44 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
49turelles de plus en plus, car elles seules seront perçues comme signes distinctifs. Ou encore : le poids brut de l’ensemble ser
45 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
50se montant à plus de 7 millions de couronnes ; il perçoit d’autre part près de 34 millions de couronnes par l’impôt sur les spe
46 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
51 démocraties capitalistes était d’autant plus mal perçu et dénoncé que le danger totalitaire était plus évident à l’extérieur
47 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
52es quand les finalités d’une société ne sont plus perçues au point d’ordonner ses actions. Les temps sont proches, nous dit le
48 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
53’ampleur du phénomène régionaliste est encore mal perçue par l’opinion de nos pays, qu’elle ne réveille qu’au bruit des détona