1 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
1gereuse et salutaire, germe de cette « révolution permanente » qui doit être l’état du chrétien vis-à-vis de lui-même et de son pa
2 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
2nce d’aujourd’hui, enraciné profondément dans une permanente actualité. p. 144 c. « Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (G
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
3culturel, économique et social qu’anime un risque permanent, essentiel. L’état marxiste idéal ne laisse subsister que les risques
4 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
4de Imposture dont nous avons à dénoncer l’origine permanente et les manifestations actuelles. ⁂ Ne nous excusons pas d’avoir recou
5doit-il rester de porter sur le monde un jugement permanent et destructeur ; tandis que la révolution dans ce qu’elle a de nécess
5 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
6ien moins encore la synthèse. Elle veut le risque permanent, l’actualité permanente. [p. 96] Elle provoque sans répit cette mise
7thèse. Elle veut le risque permanent, l’actualité permanente. [p. 96] Elle provoque sans répit cette mise en question personnelle
8ne virtu dans l’acceptation volontaire du conflit permanent ; qu’il y ait au contraire un principe de dégradation éthique dans to
9certain qu’une dialectique fondée sur l’actualité permanente de la personne nous oppose d’une part à l’idéal bourgeois, synthèse e
10une possibilité qui n’est pas nôtre. Et le risque permanent, c’est alors celui qu’encourt l’homme jeté par la révélation de la Pa
6 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
11u système régnant. Que trouvons-nous, à l’origine permanente des erreurs qui, depuis vingt, ans, nous ont valu la guerre, le chôma
7 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Positions d’attaque (décembre 1933)
12 tout l’ordre nouveau, cette « source d’énergie » permanente de la révolution, c’est la personne humaine telle que nous l’avons dé
8 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
13mpues de l’histoire, mais celles où la corruption permanente fut ouvertement reconnue, dénoncée et battue en brèche. Notre époque,
14. C’est à vous de déceler, par exemple, l’origine permanente et virtuelle des dictatures, dans un fléchissement, en vous, du sens
9 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
15patible avec une attitude chrétienne. À l’origine permanente de toute action vraiment évangélique, il n’y a pas une sage volonté d
10 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
16de Imposture dont nous avons à dénoncer l’origine permanente et les manifestations actuelles. ⁂ Ne nous excusons pas d’avoir recou
17doit-il rester de porter sur le monde un jugement permanent et enseignant ; tandis que la révolution dans ce qu’elle a de nécessa
11 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
18culturel, économique et social qu’anime un risque permanent, essentiel. L’État marxiste idéal ne laisse subsister que les risques
12 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
19s criantes, détournant l’attention de l’injustice permanente et sournoise qu’il établissait parmi les hommes. Ce ne fut que lorsqu
13 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
20he. C’est un état vaguement pressenti de réussite permanente, un ensemble de [p. 175] facilités matérielles, une assurance contre
21ours habituel de la vie. Elles créent une aigreur permanente, surtout sensible dans la petite bourgeoisie. L’Évangile ne parle jam
22 la continuation de la vie ? C’est la renaissance permanente d’une élite, aux dépens de laquelle vivent les hommes, et dont tout l
14 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
23 souffrent toutes les deux d’un manque évident et permanent d’individualités marquantes, […] de personnalités autonomes. » Et de
24créateur de personnalités. Notre danger intime et permanent, c’est le moralisme, le culte de nos vertus utilisées pour des fins p
15 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
25es », comme disait Péguy, — le lieu d’une enquête permanente et approfondie sur la condition humaine telle que la déterminent le c
16 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
26mpues de l’histoire, mais celles où la corruption permanente fut ouvertement reconnue, dénoncée et battue en brèche. Notre époque,
27. C’est à vous de déceler, par exemple, l’origine permanente et virtuelle des dictatures, dans un fléchissement, en vous, du sens
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
28cider. « On pourrait même dire que la possibilité permanente du suicide est en ce sens 48 le point d’amorçage peut-être essentiel
18 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
29ncret, juge en réalité la raison même, déclare sa permanente crise et ses limites humiliantes. L’éternel est dans le présent, et n
19 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
30ue, loi des choses muettes, mesure des apparences permanentes : le cours des astres et les arêtes du cristal. Ou, du moins, si l’ar
20 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
31s criantes, détournant l’attention de l’injustice permanente et sournoise qu’il établissait parmi les hommes. Ce ne fut que lorsqu
21 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
32’il appartient, par exemple, de déceler l’origine permanente et virtuelle des dictatures dans un fléchissement en eux du sens de l
22 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
33ment de l’exécutif et une présidence du Conseil « permanente » (?). Lisons plus loin. « La France sera divisée en une vingtaine de
23 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
34e de chercher l’origine, qui est peut-être celle, permanente, de l’erreur hégélo-marxiste. Tzara explique p. 271 que « les formes
24 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
35te notre humanité est soumise à cette fécondation permanente par je ne sais quelle radio céleste, pourquoi faudrait-il, en effet,
25 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
36e. C’est un principe dynamique, c’est une tension permanente et féconde. Nous voyons aussitôt que la « mesure » du monde de l’arge
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
37la vraie mesure réside d’abord dans la conscience permanente d’une finalité commune à toutes nos œuvres. [p. 60] En second lieu,
38et qui pourtant ne porte pas en elle d’efficacité permanente. On pourrait concevoir par exemple une mesure imposée par l’État et q
39 loi de Dieu, elle porte en [p. 62] elle la règle permanente de toute action et de toute pensée. Vraie mesure, donc, et mesure com
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
40ue-t-il parmi les communistes russes le rôle d’un permanent rappel de la finalité commune à toutes les œuvres tant spirituelles q
41e, de gré ou de force, le Plan est bien ce rappel permanent des fins dernières conçues par le Parti : l’établissement dans cent a
42se-t-il réellement le tout de l’homme ? Le rappel permanent, et la conscience actuelle de ce but final, suffisent-ils à animer to
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
43s’affirmer à sa manière, et il devient une menace permanente de sabotage de la commune mesure. Ce processus est déjà commencé dans
29 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
44 nom d’un idéal de professeurs. Certain caractère permanent de l’anarchie dans laquelle nous vivons nous rend son examen relative
45vitupère des doctrines sans dénoncer leur origine permanente dans telle déficience morale, dans tel refus précis dont nous sommes
46once — : tous ceux-là participent de la démission permanente de la pensée, de son inactualité, de sa séparation, de sa servitude i
30 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
47 toujours quelque chose qui remonte à son origine permanente, à l’origine de l’autorité spirituelle. [p. 216] Sixième vertu : d’
48lisme ? Mais non, tout se renverse ! Car la cause permanente et actuelle de toute répétition du péché primitif, nous pouvons la no
31 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
49ue-t-il parmi les communistes russes le rôle d’un permanent rappel de la finalité commune à toutes les œuvres spirituelles et mat
50e, de gré ou de force, le Plan est bien ce rappel permanent des fins dernières conçues par le Parti : l’établissement dans cent a
51se-t-il réellement le tout de l’homme ? Le rappel permanent et la conscience actuelle de ce but final suffisent-ils à animer tout
32 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
52 crois, sa pente naturelle ; plutôt l’effet d’une permanente correction que par scrupule humain, et par prudence aussi, il oppose
33 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
53es secondes, il formule l’ensemble des conditions permanentes dont la réunion donne à chaque chose son droit de devenir présente à
34 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
54 humaine, c’est-à-dire qu’elle exprime un conflit permanent et fécond, celui du créateur et du monde tel qu’il est ou tel qu’il f
35 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
55ls refusent de croire à la nécessité organique et permanente de sa condition dans l’ordre capitaliste, soit que, socialistes, ils
56 le conflit, non le résoudre. Car la question, la permanente et vraie question est celle des relations nécessaires entre l’esprit
36 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
57ne invention totale et perpétuelle, une actualité permanente, la seule chose qui change quelque chose au déroulement calculable du
37 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une idée de Law (janvier 1937)
58 dispendieux, incommode et dangereux, d’une armée permanente, ne vaudrait-il pas mieux en épargner les frais et acheter l’armée en
38 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
59, démontré que la propriété n’est pas un instinct permanent, mais au contraire un besoin de l’esprit — le nécessaire vital une fo
39 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
60e d’une création qui se fait jour, d’une création permanente. Ce fut le cas de la Constitution de 93, dont l’efficacité juridique
61la réalisation des fins communes de la Révolution permanente. De ce point de vue, on peut dire que le Conseil suprême sera la rais
40 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
62de la passion possible agit comme une distraction permanente, anesthésiant les révoltes de l’ennui. On n’ignore pas que la passion
63De l’anarchie à l’eugénisme Cependant, l’anarchie permanente que représente le mariage moderne fondé — par antiphrase — sur les dé
41 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
64ens prédestinés à l’exalter. Telle fut la tension permanente d’où jaillirent nos plus belles créations. Mais ce qui produit la vie
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
65u’il permet aussi de formuler certaines relations permanentes noyées sous les vulgarités minutieuses de nos psychologies. C’est enf
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
66’hérésie aussi dite « albigeoise » 32 . L’origine permanente et toujours tragiquement actuelle de l’attitude cathare, ou d’une man
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
67 isolerait tel ou tel moment de cette dialectique permanente pour en faire la donnée première. 7. Libération finale des mystique
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
68 contraires. Expression d’un dualisme douloureux, permanent au niveau de la vie, mais qui s’évanouit dans la grâce lumineuse au-d
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
69 dispendieux, incommode et dangereux, d’une armée permanente, ne vaudrait-il pas mieux en épargner les frais et acheter l’armée en
70onse du xxe siècle, né de la guerre, à la menace permanente que la passion et l’instinct de mort font peser sur toute société. La
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
71de la passion possible agit comme une distraction permanente, anesthésiant les révoltes de l’ennui. On n’ignore pas que la passion
72De l’anarchie à l’eugénisme Cependant, l’anarchie permanente que représente le mariage moderne fondé — par antiphrase — sur les [p
48 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
73s prédestinés à l’exalter. Telle fut la tentation permanente d’où jaillirent nos plus belles créations. Mais ce qui produit la vie
49 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
74 souffrent toutes les deux d’un manque évident et permanent d’individualités marquantes, … de personnalités autonomes. » Et de la
75créateur de personnalités. Notre danger intime et permanent, c’est le moralisme, le culte de nos vertus utilisées pour des fins p
50 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
76ude personnaliste, peut seule résoudre le conflit permanent au sein de toute fédération : celui qui oppose le pouvoir central et
51 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
77oins authentiques ou anciens. Car il est un agent permanent de la réalité humaine, telle que nous la vivons quand nous vivons vra
78et parasitaire, il a [p. 54] choisi pour domicile permanent « les sépulcres blanchis » que maudissait le Christ. Je lui donne ren
52 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
79e est posée dans l’Histoire pour y représenter le permanent rappel au drame fondamental du cosmos et de l’esprit : il faut mourir
80e et du Prince. Ou encore, elle figure le conflit permanent dans le cœur d’un individu, entre le besoin d’anarchie et le besoin d
53 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
81ne invention totale et perpétuelle, une actualité permanente, la seule chose qui change quelque chose au déroulement calculable du
54 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
82iel lisible et significatif. Nous sommes au foyer permanent de l’incarnation des images — ou de la création imaginée. Il faut ren
83nce d’aujourd’hui, enraciné profondément dans une permanente actualité. [p. 174] II Ramuz idéologue Il est remarquable que ceux
55 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
84es secondes, il formule l’ensemble des conditions permanentes dont la réunion donne à chaque chose son droit de devenir présente à
56 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
85i, je songe plutôt à quelque état de mobilisation permanente, préventive… Militarisation de nos pensées, de nos images. Hier, dans
57 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
86ns la stupeur [p. 88] de ruines qui semblent déjà permanentes. Traces de balles aux façades et pas de maisons derrière, en pleine A
58 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
87 ne trouvent pas de place ailleurs, les déracinés permanents, diplomates, fonctionnaires à l’essai, quémandeurs, nègres et portier
59 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
88er, à glacer, à tempérer, en état de mobilisation permanente, d’un bout à l’autre de l’année. Une bonne partie de ses soucis, de s
60 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
89globe et ses vivants ; ni de choisir le nomadisme permanent et l’exil par principe ou dégoût. Mais simplement de vivre au xxe si
61 1946, Lettres sur la bombe atomique. 5. Ni secret, ni défense
90mise en œuvre supposerait un état de mobilisation permanente qui, sous prétexte d’éviter la guerre, tuerait la paix. Une partie de
62 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
91avail, d’un sommaire. [p. 623] Certains conflits permanents de l’histoire ont pris de nos jours un caractère de violence sans pré
63 1947, Doctrine fabuleuse. Orientation
92n Les mythes racontent le réel comme un événement permanent. Et leurs fables illustrent les drames réguliers de la vie affective
64 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
93ipe de l’assurer — ou plutôt d’assurer son risque permanent, si je puis dire… Mais il faudrait expliquer beaucoup de choses… Le
94tère ; ou s’ils en sont privés, dans la confusion permanente et la dégradation de tous leurs préjugés. La beauté, par exemple. La
65 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
95tiative, mais il les exerce en fait d’une manière permanente, par le moyen d’une opinion publique abondamment informée, chaque jou
66 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
96 : une mesure de l’homme, un principe de critique permanente, un certain équilibre humain résultant de tensions innombrables. Cela
97ligatoire. Pour nous, la vie résulte d’un conflit permanent, et son but n’est pas le bonheur, mais la conscience plus aiguë, la d
98es retrouver, précisément, dans cette même agonie permanente dont on vient de voir qu’elle est la condition de l’homme européen, l
99nne, en effet, c’est en chacun de nous le conflit permanent entre la liberté et la vocation [p. 36] d’une part, et, d’autre part,
67 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
100t dans la tension, le débat créateur, le dialogue permanent, c’est la personne. Voilà donc définis trois types humains, qui favor
101ple et rigide, le totalitarisme est une tentation permanente pour notre fatigue, notre inquiétude, nos doutes et nos vertiges de d
68 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
102’on en compose un système qui serait en équilibre permanent, à l’abri des menaces grossières comme des créations de l’esprit, ins
103tant qu’il y aura l’Europe, l’effet d’un dialogue permanent, bien souvent dramatique, parfois tragique, entre plusieurs doctrines
104ments et son mode de vie. Et enfin, dans ce choix permanent, dans la conscience qu’il a d’en être responsable, l’Européen conçoit
69 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
105oisie. Elles résultent au contraire d’un dialogue permanent (bien souvent dramatique, parfois tragique) entre un grand nombre de
106 de l’Europe propose : La création d’un organisme permanent qui aurait notamment pour tâche d’étudier la constitution et les attr
70 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
107gieux existait dans leur vie en tant que problème permanent. Écarté, refoulé chez les uns ; et chez les autres résolu, croient-il
71 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
108sage distinct. Soulignons maintenant que ce drame permanent entre le moi et le destin social, entre la personne libre et la fatal
109rope nous apparaît comme une espèce de révolution permanente, révolution menée par la conscience humaine contre toutes les puissan
72 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
110Américains, techniciens idéalistes de l’évolution permanente, il y aura vraiment rencontre créatrice. c) Nos griefs et critiques r
73 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
111Américains, techniciens idéalistes de l’évolution permanente, il y aura vraiment rencontre créatrice. c) Nos griefs et critiques r
74 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
112s, leur secrétariat ne dispose pas d’un organisme permanent d’exécution. Aussi le Comité a-t-il proposé tant au Collège d’Europe
75 1953, La Confédération helvétique. Note de l’auteur
113ntreprise sous la responsabilité de la Conférence permanente des hautes études internationales, dans le cadre du programme de l’Un
76 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
114e ni morale. Elle consiste plutôt dans le conflit permanent — bien plus rarement dans l’harmonie — entre les conditions [p. 20] p
115issant, centré sur le Gothard, eût été une menace permanente pour les nations voisines, alors en formation, et surtout pour la Fra
116t aux yeux de tous sa position de fait et le sens permanent de son destin. À Genève, le palais de la Ligue des Nations, qui venai
117xpériences empiriques dont le sens, l’orientation permanente mais presque inconsciente, n’apparaissaient pas nécessairement aux ye
118nt que de réaliste. Par exemple, le refus [p. 52] permanent de s’agrandir, qui caractérise la politique générale de la Confédérat
77 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
119étuel de diastole et de systole, c’est le conflit permanent entre les tendances centralisatrices et les tendances particularistes
78 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
120firent appel. Nous découvrons ici l’un des traits permanents du caractère des Suisses (Romands aussi bien qu’Alémaniques) : le bes
79 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
121a Confédération le droit d’entretenir des troupes permanentes (art. 13). Il en résulte qu’à un degré jamais atteint en Europe, elle
80 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
122 l’intervention étrangère, constituait une menace permanente pour la solidité du lien confédéral. Les Suisses ne sont pas anticlér
81 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
123ssentiel de notre défense spirituelle. L’origine permanente de la neutralité suisse est clairement désignée dans cette page. Comm
124té suisse s’est affirmée comme principe politique permanent au cours de la guerre de Trente ans. Mais il faut remonter plus haut
125neutralité armée est devenue au cours des siècles permanente (non pas occasionnelle), conventionnelle (non pas seulement unilatéra
126En même temps, le CICR entretenait 31 délégations permanentes en 60 pays, visitant 3000 camps militaires et civils et s’employant à
127nt politique est dirigé par un Conseiller fédéral permanent, et ses services ont pris une extension considérable. Enfin, la doctr
82 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
128ngé dans une double incertitude et dans un risque permanent. Il n’est pas de méthode éprouvée ni de raisonnement qui puisse l’aid
83 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
129ons et de projets ; enfin d’un foyer de réflexion permanente sur nos problèmes communs et de diffusion raisonnée des résultats de
84 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
130 incertitude ou inquiétude, d’un certain désordre permanent. Les Chinois anciens et les Égyptiens, les Sumériens et les Romains,
131cette inquiétude fondamentale ? D’où, ce désordre permanent que les meilleurs esprits déplorent depuis des siècles ? Je ne pense
132se l’idée et la pratique d’une remise en question permanente de tout, d’une insatisfaction sans fin, d’une inquiétude créatrice de
85 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
133entiellement réactionnaire, elle a pour principes permanents le despotisme et l’immobilité, parfois coupée d’accès de nomadisme st
86 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
134paraît préférable de dire : d’une mise en tension permanente, d’une composition vivante des deux tendances : respect de l’individu
87 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
135e l’Europe se confond avec les succès de la lutte permanente contre les castes. La démocratie hellénique, l’expansion de la morale
88 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
136ageur sur la Terre », qui n’a pas ici-bas de cité permanente. Il ne sait pas, il croit. Il n’a pas, il espère. Il ne voit pas, il
137e invariable d’une étoile, mais elle est aventure permanente : elle se crée sous les pas qui la suivent. Ainsi la foi, qui est la
89 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
138ient donné celui de leur modèle. Signe du conflit permanent qui les sous-tend et les gauchit perpétuellement : d’où ce mouvement
139on ère aux contradictions, aux conflits nés de la permanente dualité de l’individu et de sa vocation, et propagés de là dans tous
90 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
140er d’une inquiétude fondamentale et d’un désordre permanent. Les Chinois et les Égyptiens, les Sumériens et les Romains, les Aztè
141nent cette inquiétude fondamentale et ce désordre permanent, que les meilleurs esprits déplorent depuis des siècles ? Ils ne peuv
142ut donc les vivre en tension. D’où la dialectique permanente de l’existence occidentale. D’où la recherche, jamais achevée mais cr
143Certes, le goût de différer est l’une des marques permanentes de l’Occident : mais il n’est vraiment créateur que s’il traduit spon
91 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
144van aux Russes. De plus, elle serait condamnée au permanent désordre économique entretenu par ses divisions. Le peu de progrès dû
92 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
145la politique en France est conçue comme une crise permanente entretenue par ses spécialistes, une enfilade de situations « sans is
93 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
146de frais, une plus grande efficacité, et un staff permanent. Ce staff permanent permettrait d’organiser, entre les sessions des d
147rande efficacité, et un staff permanent. Ce staff permanent permettrait d’organiser, entre les sessions des différents instituts,
148atifs d’autre part ; 3° organisation par le staff permanent de ce Centre d’une série de stages d’études professionnelles.   8. De
94 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
149inition, donc liée au milieu social par un litige permanent hors duquel elle n’existerait point, et dont ce milieu même circonscr
95 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
150 Nous sommes donc d’abord un Congrès — un congrès permanent, il est vrai, puisqu’il a tenu des réunions successivement dans plus
96 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
151ducatif, moral et spirituel qui demeure l’origine permanente de ce que nous appelons la culture, et de son dynamisme aventureux.  
97 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
152 l’érotique en sont venues à ce statut de conflit permanent, de mépris réciproque, de rigoureuse exclusion mutuelle. Rien de pare
98 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
153inition, donc liée au milieu social par un litige permanent hors duquel elle n’existerait point, et dont ce milieu même circonscr
99 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
154ngé dans une double incertitude et dans un risque permanent. Il n’est pas de méthode éprouvée ni de raisonnement qui puisse l’aid
100 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
155iée par son refus du mythe de Don Juan, tentation permanente et toujours refoulée. C’est pourquoi personne d’autre n’a mieux jugé
156et, nulle vie n’est concevable hors de la tension permanente, voire de la lutte (latente ou déclarée) entre au moins deux tendance