1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
1œuvre d’art ne peut être un moyen de connaissance personnelle. Après quoi il écrit : « II y a, en fait, deux manières de se connaît
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
2 point du tout technique. J’apporte un témoignage personnel, une réaction de tempérament. Je marque d’autre part la nécessité de
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
3a pas ces raisons puisqu’elles me sont absolument personnelles et qu’elles ont la valeur d’un témoignage, ni plus ni moins — il est
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
4ant observer que cet orgueil n’a pas un caractère personnel, puisque l’Esprit dont M. Brunschvicg nous entretient n’est l’Esprit
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
5 et d’une description, plume en main, des mobiles personnels, affectifs, voire religieux, qui sont à l’origine de son entreprise.
6ans son pays. Il nous restait à entrer en contact personnel avec cette œuvre : Avant l’Aube comble cette attente, mais elle en fa
7me du jeune homme : comment concilier son bonheur personnel avec l’idéal de rénovation sociale qu’il a conçu ? Et comment trouver
8uestion sociale n’admet peut-être de solution que personnelle. Il ne s’agit plus de la poser, sur le plan intellectuel, pour les au
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
9lques notes voudraient marquer une réaction toute personnelle provoquée par la dernière « manière » gidienne, et je m’excuse dès l’
7 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
10vers zéro, c’est d’une philosophie de l’existence personnelle qu’avant tout nous avons besoin. Kierkegaard nous en propose le type
11 pas se débattre dans ses contradictions [p. 642] personnelles, parlementarisme intérieur qui nous mène lentement à l’impuissance. (
8 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
12 bien que Jean Cassou trouve ici sa forme la plus personnelle et persuasive. Son espagnolisme et son germanisme révèlent ici d’heur
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
13onsabilités concrètes qui sauvegarde l’initiative personnelle plus réellement que ne le fait l’éducation libérale et bourgeoise. Ic
14tages « humains » peu contestables : des rapports personnels de maître à serviteur, des rapports personnels de l’homme à la nature
15ts personnels de maître à serviteur, des rapports personnels de l’homme à la nature sous toutes ses formes, animales, végétales, d
10 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
16 de l’Évangile : le renoncement et la réalisation personnelle, n’est-ce point tout simplement que les idées, les théories et les sy
11 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
17jours montrée soucieuse avant tout de réalisation personnelle, d’action éthique. Il n’a pas échappé à M. Benda que « le clerc moder
12 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
18iolence qu’elles imposent, des vérités actuelles, personnelles, dangereuses. Dites à nous-mêmes, d’abord ; à tous ceux qui voudront
13 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
19alité est précisément ce qui nous met en relation personnelle et immédiate avec Dieu : et que la relation d’un être déchu avec son
14 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
20e compte, il s’agit de le subordonner au problème personnel de ces vies, à leur équation d’existence, pourrait-on dire. Or c’est,
15 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
21mps n’aiment pas répondre, car c’est une question personnelle. Une mise en question réelle. Je la cherche. [p. 845] Ce qu’il faut
22ter parmi nous que sous la forme d’une accusation personnelle. Il faut savoir entendre ce mutisme formidable. Je crois que seule la
16 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
23oix et non pas le système : il n’est de choix que personnel. Ainsi le rôle de l’Église doit-il rester de porter sur le monde un j
17 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
24s qu’en France l’affirmation d’une foi religieuse personnelle fait encore sourire le petit-bourgeois [p. 1035] « progressiste », ou
18 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
25 grandissent à la mesure exacte de nos démissions personnelles : genèse des mythiques lois de l’économie, de l’histoire. Lorsque l’h
19 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
26isément une force qui se manifeste par des ordres personnels, et ces ordres sont pratiques, ou ils ne sont rien. On dirait, à ente
27e et de la Fin, qu’il s’agisse de notre existence personnelle ou du cours de l’histoire terrestre. Voici alors les chrétiens qui vi
20 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
28] Elle provoque sans répit cette mise en question personnelle que signifie la coefficience en nous-mêmes de la thèse et de l’antith
29ation » et comportant par [p. 97] suite le risque personnel, le choix et l’acte, une sorte de « contre-Hegel » radical, voilà qui
21 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
30agé dans le conflit créateur 6 . À cet engagement personnel, nos révoltés préfèrent l’engagement dans un parti. C’est bien plus s
22 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
31a primauté à l’avoir sur l’être, l’anonyme sur le personnel, à l’irresponsable sur le responsable, à la masse et à l’individu abs
32isons « spirituel ». Cet adjectif qualifie l’acte personnel, c’est-à-dire ce qu’il y a de plus humain dans l’homme, le sommet de
33eoise, qui toutes trois reculent devant le risque personnel et la violence créatrice. Cet esprit-là, cet « esprit pur » n’est, en
23 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
34t. Dès que l’homme, en effet, refoule sa vocation personnelle, on voit paraître toute espèce de troubles dans ses activités et ses
24 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
35 qu’elles servent à distraire l’homme de son sort personnel. Dans ce sens, toutes les politiques ne sont que politique d’autruche
25 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
36 [p. 35] I Destin du siècle ou vocation personnelle ? 7 Depuis des années, dans toutes les conférences, dans tous les j
37 de plus, nous posons la question de notre destin personnel, en face des destins collectifs, le choix nécessaire apparaît avec un
38ir un destin ? En réalité, il n’y a de destin que personnel. Seul un homme peut avoir un destin, un homme seul, en tant qu’il est
39omination et poursuivant, en dehors de nos prises personnelles, leur évolution fatale, leur destinée. Autant dire que nous avons fai
40dans l’armée allemande. Son idéologie n’a rien de personnel, c’est l’idéologie des petits gradés d’une armée vaincue. L’hypothèse
41cle ou destin de l’homme ? Loi historique ou acte personnel ? Irresponsable ou responsable ? Telle est, je crois, en définitive,
42onnaissant aussi leur dignité, leur raison d’être personnelle ? Voulons-nous être des personnes ? Voilà le mot lâché. Je connais la
43fléchissement, en vous, du sens de votre destinée personnelle. À l’origine de tout, il y a une attitude de l’homme. J’ai essayé de
44s ai cités. Je voudrais y répondre ici en mon nom personnel. Quel est donc, nous dit-on, le fondement réel de la personne ? Est-c
45ans nos circonstances particulières, une vocation personnelle. Personne et vocation ne sont point séparables. Et toutes deux ne son
46e, rétablit le rapport humain, fonde notre destin personnel et fonde aussi la seule société possible. Ne nous y trompons pas : l’
47 réunir. L’homme désespéré, l’homme sans vocation personnelle, c’est un homme incomplet, désuni. Et ce n’est pas la connaissance in
26 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
48es de tenir compte en premier lieu des diversités personnelles, puis locales, puis régionales… On pourrait dire, d’une manière un pe
49 chacun de s’examiner et d’éprouver son courage « personnel ». Il y a très peu de personnes. Mais la personne c’est l’humain par
27 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
50 hommes interchangeables, parce que sans vocation personnelle, sans démon intime, sans responsabilité propre, et sans racines. Elle
28 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
51us haute de l’homme qu’est sa foi, — sa situation personnelle devant Dieu. Non seulement le chrétien pourra et devra collaborer ave
29 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
52alité est précisément ce qui nous met en relation personnelle et immédiate avec Dieu : et que la relation d’un être déchu avec son
30 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
53oix et non pas le système : il n’est de choix que personnel. Ainsi le rôle de l’Église doit-il rester de porter sur le monde un j
31 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
54 tout simplement d’enlever à l’homme toute raison personnelle de vivre ? Le succès de l’homme abandonné à ses calculs serait-il, en
32 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
55 n’est qu’une extension intelligente de l’intérêt personnel. Il est à cet égard le contraire du service chrétien, lequel est d’ab
33 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
56ne. La discipline exige le sacrifice des libertés personnelles au bien collectif. Le bien collectif, c’est l’État. Il s’agit de s’en
57arti, c’est à peu près le contraire de l’héroïsme personnel. L’État fasciste a réussi à faire prendre pour une fièvre d’héroïsme
34 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
58mps n’aiment pas répondre, car c’est une question personnelle, une mise en question réelle. Je la cherche. Ce qu’il faut pour légit
59ter parmi nous que sous la forme d’une accusation personnelle. Il faut savoir entendre ce mutisme formidable. Je crois que seule la
35 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
60ssimilé l’héroïsme au sacrifice de toute vocation personnelle, à l’anéantissement de l’homme dans le groupe pour le plus grand bien
36 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
61ond. Qu’est-ce qu’un homme ? J’ai dit : un risque personnel 56 . Le règne qu’ils préparent ne va-t-il point porter à notre audace
62ar l’État détend tous les ressorts de la création personnelle ? S’il n’y a plus d’élite ? Il n’y aura plus personne pour s’en plain
63 : il existe déjà chaque fois qu’un homme devient personnel. Si j’en crois au contraire les communistes orthodoxes, le mode de vi
37 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
64la révolte des masses ? C’est toujours un pouvoir personnel, c’est toujours une personne, des personnes animées par une certitude
38 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
65rcés, écrit Calvin, de ne pas mettre nos opinions personnelles à la place de l’exposition simple et fidèle de la pure Parole de Dieu
66ion de ces diversités, multiplicité des vocations personnelles : tout cela, Calvin l’a voulu dans un plan strictement ecclésiastique
67calvinienne [p. 208] de l’Église et des vocations personnelles ? Je n’hésite pas à le dire : c’est le fédéralisme. Cette thèse pour
68ler est dans un camp de concentration, prisonnier personnel du Führer, ce n’est point parce qu’on lui reproche son énergie ou ses
39 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
69 grandissent à la mesure exacte de nos démissions personnelles : genèse des mythiques lois de l’économie, de l’histoire. Lorsque l’h
40 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
70rti, mais sur un sens concret des responsabilités personnelles. Ces refus et ces affirmations définissent l’attitude spirituelle des
71tituer l’adjectif « spirituel » qualifiant l’acte personnel — et cette nuance est capitale —, il est incontestable que l’« esprit
72ie,, des à peu près journalistiques, des attaques personnelles qui assurent d’ordinaire aux publications dites révolutionnaires un s
41 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
73ns, les représentations extérieures de la tension personnelle de chaque homme, de chaque membre d’une communauté. Toute personne, l
74a politique véritable, de même que toute conduite personnelle, supposera toujours à la fois une technique précise et un effort spir
42 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
75 [p. 143] Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934) q Depuis des années, dans toutes les conférences,
76 de plus, nous posons la question de notre destin personnel en face des destins collectifs, le choix nécessaire apparaît avec une
77ir un destin ? En réalité, il n’y a de destin que personnel. Seul un homme peut avoir un destin, un homme seul, en tant qu’il est
78 domination et poursuivant, en dehors de nos vies personnelles, leur évolution fatale, leur destinée. Autant dire que nous avons fai
79dans l’armée allemande. Son idéologie n’a rien de personnel, c’est l’idéologie des petits gradés d’une armée vaincue. L’hypothèse
80cle ou destin de l’homme ? Loi historique ou acte personnel ? Irresponsable ou responsable ? Telle est, je [p. 153] crois, en déf
81onnaissant aussi leur dignité, leur raison d’être personnelle ? Voulons-nous être des personnes ? Voilà le mot lâché. Je connais la
82fléchissement, en vous, du sens de votre destinée personnelle. À l’origine de tout, il y a une attitude de l’homme, j’ai essayé de
83s ai cités. Je voudrais y répondre ici en mon nom personnel. Quel est donc, nous dit-on, le fondement réel de la personne ? Est-c
84ans nos circonstances particulières, une vocation personnelle. Personne et vocation ne sont point séparables. Et toutes deux ne son
85e, rétablit le rapport humain, fonde notre destin personnel, et fonde aussi la seule société possible. Ne nous y trompons pas : l
86 réunir. L’homme désespéré, l’homme sans vocation personnelle, c’est un homme incomplet, désuni. Et ce n’est pas la connaissance in
43 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
87ar Nietzsche. Nous ne voulons plus l’acte d’amour personnel, — qui est une valeur héroïque — mais nous prônons tout simplement un
44 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
88oncrète que dans l’exercice fidèle de ma vocation personnelle. Liberté devient synonyme d’obéissance inconditionnée à mon unique ra
89aussi de l’anarchie. Car l’exercice de la liberté personnelle entraîne des engagements humains ; rapidement il se concrétise en rel
90r dans la mesure où il obéira à sa seule vocation personnelle : mais dans cette mesure-là, il assumera son risque ! D’autant plus p
91mesure-là, il assumera son risque ! D’autant plus personnel, d’autant plus responsable, — et d’autant plus profondément enraciné
9231] réalisme enfin total, qui est celui du combat personnel ; initiation à la vision constituante de notre vie, celle qui unit da
45 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
93posé traduit au contraire un effort tout à fait « personnel » pour exprimer une conscience philosophique que l’auteur voudrait d’
94mpuissants objets. [p. 376] Nous sommes très peu personnels. Nous sommes aliénés au monde des objets. Nous sommes surtout les jou
95i-même et aux autres dans un même élan. Tout acte personnel est participation à l’actualité éternelle du Christ. 8. Communauté
96elle oppose son exigence proximiste. Dans l’ordre personnel, les relations les plus « valables » sont celles qui exigent de l’hom
97impie pour substituer la conscience à la vocation personnelle, c’est-à-dire pour substituer, dans l’échelle de nos valeurs, notre c
46 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
98 l’existence déborde les limites de l’incarnation personnelle. On songe ici tout de suite à la question sociale. On se [p. 19] souv
99’un pour l’autre le prochain. Ainsi le phénomène personnel demeure situé dans l’individu, mais dans un individu transformé, orie
100un je et d’un tu, ne rendent pas compte de l’être personnel, ni d’aucune réalité humaine. ⁂ Ces considérations peuvent paraître a
47 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
101et la nature, mais transposée dans le déchirement personnel. Lutte stérile, et dont l’absurdité tragique évoque ce combat d’aveug
48 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
102ssimilé l’héroïsme au sacrifice de toute vocation personnelle, à l’anéantissement de l’homme dans le groupe pour le plus grand bien
49 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
103c’est témoigner tout simplement de son abdication personnelle ; c’est se reconnaître esclave des mythes irresponsables de l’époque.
104 un fléchissement en eux du sens de leur destinée personnelle. À l’origine de tout, il y a une attitude de l’homme. J’ai décrit, à
50 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
105e Plan réclame « la sanction de la responsabilité personnelle à tous les étages, dans les fonctions publiques comme dans les entrep
51 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
106ecteur y découvrira peu à peu quelque raison très personnelle de l’aimer. p. 676 j. « André Rouveyre, Singulier, Mercure de Fr
52 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
107 troublé — le moins possible — par des inventions personnelles, passionnées et irréductibles, auxquelles on attribue le rôle d’excep
53 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
108ur proclamer les quelques révocations de libertés personnelles encore possibles. Ils louchent vers Roosevelt ou vers Mussolini, plut
54 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
109 l’histoire n’est qu’un aspect de notre puissance personnelle d’anticipation. L’histoire n’est qu’une prophétie qui se retourne. De
55 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
110u’elle combat pour un idéal supérieur d’autonomie personnelle, d’invention. Raison contre superstition : le schéma est peut-être pr
56 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
111areillement le Destin de la Société à la vocation personnelle. L’évolution fatale des choses est substituée au gouvernement de l’ho
57 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
112dictature militaire, plan quinquennal, conversion personnelle, application d’une série de mesures économiques, transmutations de to
113e n’est plus cette loi qui vit en l’homme réel et personnel, cette alliance du peuple avec sa vocation, qui faisait la grandeur d
58 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
114fie au Parti, d’autant plus il acquiert de valeur personnelle. (Caricature politique de la notion chrétienne de personne.)   Missi
115tique des membres du Parti, ou certaines rancunes personnelles. Le moralisme le plus agressif trouvera toujours l’appui de la police
59 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
116ute création culturelle : la personne, l’aventure personnelle, la liberté et le risque personnels. 3° La constatation de cet échec
117, l’aventure personnelle, la liberté et le risque personnels. 3° La constatation de cet échec s’impose non seulement à l’observate
60 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
118a force du grand nombre, et nous voulons la force personnelle, celle que donne la vérité. Notre mesure commune ne sera pas collecti
119ssusciter des mesures mortes. Je dis qu’elle sera personnelle, qu’elle sera la mesure de l’homme en tant qu’il se possède dans ses
120 6° La violence nécessaire. — Car notre force est personnelle, non collective. Elle réside dans les petits groupes, non dans l’État
61 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
121 œuvre qui ne met pas en question notre situation personnelle dans l’univers ne sert de rien à l’humanité, reste en dehors de la qu
122sures, et le correctif nécessaire à toute opinion personnelle. Lorsqu’un clerc enfin louera le sérieux d’un ouvrage, nous saurons q
123, faisant l’économie de l’acte et de l’engagement personnel. Comme si cette pensée systématique et cette délégation du choix n’ét
124ontre les atteintes concrètes du choix dangereux, personnel, tout ce désordre confortable n’allait pas sans système, ne se justif
125s le concret, j’entends dans le conflit et l’acte personnels. La pensée libre du bourgeois et la science des faits du marxiste res
62 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
126 guérir qu’en revenant à une éthique d’engagement personnel et réfléchi. (Au lieu de cela on nous propose partout des engagements
127ent au fond de nous-mêmes les grands ébranlements personnels ou sociaux. L’élite intellectuelle, en France, pressent déjà que son
128on : d’une part il opposera au conformisme la loi personnelle de l’homme, d’autre part, il opposera à l’évasion dans l’abstrait la
129’indiquerai les suites communautaires du principe personnel, tel qu’il est défini d’une manière à peu près unanime par tous les é
130sonnes : elle n’est que l’expression des rapports personnels. Elle a son centre en chacune des personnes qui la composent, et ne p
131plines créatrices, organiques, celles que l’homme personnel se donne en vertu de sa vocation. Les partisans du nous ont fait erre
132l’un pour l’autre le prochain. Ainsi le phénomène personnel demeure situé dans l’individu, mais dans un individu transformé, orie
133un je et d’un tu, ne rendent pas compte de l’être personnel. Penser en acte, ce n’est pas « descendre au social », ni davantage t
134ssement utilitaires », si l’on accepte l’héroïsme personnel. Un siècle bourgeois comme fut le xixe , n’osait imaginer de réalisat
135 plus de conséquence. C’est le drame de l’éthique personnelle, une affaire d’amour, une affaire de solitude menacée. Une pensée et
136e une solution générale. Il n’y a de solution que personnelle (encore est-ce d’abord une « question »). La personne, telle est la s
137sant, et ses limites sont celles de l’incarnation personnelle. C’est là son ordre et sa réalité, et le lieu de sa rédemption. Cette
63 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
138réelle, sinon l’extension dans l’espace d’une loi personnelle, de la loi du propriétaire ? (Toute autre forme de propriété demeuran
64 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
139le, qui jaillissent de la personne, de l’aventure personnelle, de la liberté et du risque personnels. 3. La constatation de cet éch
140’aventure personnelle, de la liberté et du risque personnels. 3. La constatation de cet échec s’impose non seulement à l’observate
141a force du grand nombre, et nous voulons la force personnelle, celle que donne la vérité. Notre mesure commune ne sera pas collecti
142ssusciter des mesures mortes. Je dis qu’elle sera personnelle, qu’elle sera la mesure de l’homme en tant qu’il se possède dans ses
143   6. La violence nécessaire. Car notre force est personnelle et non pas collective. Elle réside dans les petits groupes, non dans
65 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
144plus orgueilleuse sans doute — contre la question personnelle que pose à l’homme pécheur le Dieu-homme. Mais ceci dit, et maintenu,
66 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
145n me répond que cette formule lui est tout à fait personnelle, et l’on m’oppose une thèse thomiste ; laquelle est, à son tour, cont
146les Conciles, est bien forcé de parler un langage personnel, dont il sera toujours possible d’affirmer qu’il n’est pas littéralem
67 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
147éloquence qu’on dirait jacobine si un humour très personnel ne venait sans cesse la rabattre au concret. On peut reprocher à l’au
68 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
148ns, les représentations extérieures de la tension personnelle de chaque homme, de chaque membre d’une communauté. Toute personne, l
149a politique véritable, de même que toute conduite personnelle, supposera toujours à la fois une technique précise et un effort spir
69 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
150structure des classes, mais bien le balayage d’un personnel politicien dont l’action paraissait néfaste aux intérêts de la nation
70 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
151ns, des cas sans précédent, et des raisons toutes personnelles de ne pas appeler au secours. Pourtant je suis bien tranquille, je ne
152l. Il se trouve placé dans un rapport strictement personnel, par définition. Mais aussitôt qu’il communie avec son Dieu, il se vo
153sion jalouse pour l’homme, avec ce même « intérêt personnel » que j’ai senti entrer en cause au moment où je découvrais les Affin
71 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
154d’une contemplation des eaux nocturnes. Ma police personnelle m’envoie aussi me coucher. Elle m’y contraint un peu… Quelle résistan
155constamment par un léger excès de la composante « personnelle ». Il doit en permanence se déplacer au profit des personnes. (Au pro
156 la tiens pour néfaste quand elle sort du domaine personnel et déborde dans la politique. On devine peut-être pourquoi. C’est qu’
157e défend de moins en moins. Ses « superstitions » personnelles (son quant-à-soi) cessent d’agir et de s’efforcer contre les lois qui
158 de cela. Oui, mais d’une façon générale, non pas personnelle. Seulement, il se trouve que mon propos, précisément, est de montrer,
159être ! Pour ne rien dire de ma furtive expérience personnelle, qui proteste de toute sa petite force contre l’affirmation que l’amp
160n alcoolique fait partie. Voilà l’aspect local et personnel de la question, sur le plan des prochaines élections municipales. Mai
72 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
161 avec tout ce que cela peut comporter de création personnelle, c’est-à-dire, dans ce cas, ordonnée à une loi qui n’est pas celle de
73 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
162constamment par un léger excès de la composante « personnelle ». Il doit en permanence se déplacer au profit des personnes. (Au pro
163 la tiens pour néfaste quand elle sort du domaine personnel et déborde dans la politique. On devine peut-être pourquoi. C’est qu’
164e défend de moins en moins. Ses « superstitions » personnelles (son quant-à-soi), vaincues par une crise dont ce n’est pas ici le li
74 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
165le l’avoir retenu, et elle lui pose des questions personnelles qu’il formule admirablement dans sa préface. Morceau brillant, disert
166comme la suppression radicale de toute conscience personnelle et de toute responsabilité, identité, ou vocation distincte. Dans la
75 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
167mple, est à la fois la condition d’une entreprise personnelle, et la juste contrepartie des risques qu’on y court, du travail qu’on
168nt pas une culture suisse. Ce sont deux vocations personnelles, et la culture suppose une tradition, une vocation communautaire. Mai
76 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
169ctique des propriétaires les valeurs de propriété personnelle ». La plupart des distinctions que formule la Somme — usage commun et
170ns que formule la Somme — usage commun et gestion personnelle des biens, nécessaire vital et nécessaire personnel, entre autres — a
171onnelle des biens, nécessaire vital et nécessaire personnel, entre autres — apparaissent d’une utilité et d’une efficacité éclata
172n mode de propriété abstrait et anonyme à un mode personnel et responsable, ou encore, d’un mode matérialiste et tyrannique à un
77 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
173ns, des cas sans précédent, et des raisons toutes personnelles de ne pas appeler au secours. Pourtant je suis bien tranquille, je ne
78 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
174e dans la mesure où il est donné à une conscience personnelle. Il n’est pas antérieur à l’acte de la personne. Il n’est défini et p
175permettra de jouer le rôle de garant des libertés personnelles contre les tyrannies administratives. Son fonctionnement sera donc,
176st en vertu d’une autorité purement doctrinale et personnelle qu’un Lénine s’imposa aux masses russes, divisées et désordonnées, co
177 qu’elle veillera à la sauvegarde des expressions personnelles, ou même régionales, ou religieuses ou non religieuses, dans les comm
79 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
178mule grandiloquente pour désigner l’absence d’âme personnelle chez les individus charriés par les mouvements mécaniques d’une foule
179 foi allemande » de Rosenberg. On rejette le Dieu personnel parce qu’il est le Dieu des personnes, et l’on adore un Dieu cosmique
80 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
180l affirme sans cesse que ce n’est pas une opinion personnelle qu’il expose, mais la position officielle du Parti et du Führer. » À
81 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
181structure des classes, mais bien le balayage d’un personnel politicien dont l’action paraissait néfaste aux intérêts de la nation
82 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
182 type de femme échappe de plus en plus au mystère personnel, et se trouve déterminé par Hollywood — et bientôt par l’État. Double
183 occidentale, et le fondement solide de toute vie personnelle ; selon le second, l’union monogamique serait la forme la plus ration
83 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
184s qu’il a risquées. C’est donc un parti pris tout personnel que je vais tenter de définir maintenant, et après coup, tel que je l
185mier thème peut être situé par rapport à un drame personnel dont les données biographiques nous sont suffisamment connues. On sai
84 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
186avaient le gage, par la foi, qu’une Volonté toute personnelle et « lumineuse » se substituerait à la leur. Ce n’était pas le dieu s
85 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
187 écrivain que de se borner à déclarer son système personnel de références. Ce que j’appelle Orient, dans cet ouvrage, c’est une t
188périence vécue autant que de nouvelles recherches personnelles, tout cela m’amène aujourd’hui à une conception de la cortezia à pein
86 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
189és, aux lois de la raison humaine et de l’intérêt personnel. Illusion si l’on veut, mais sans laquelle nulle civilisation et null
190éclare la guerre sous des prétextes juridiques et personnels, où l’honneur national n’a rien à voir. Querelles de gendre et de bea
191culture ; elles détendent ses ressorts intimes et personnels. L’amour, dans l’entre-deux-guerres, fut un curieux mélange d’intelle
192ntérieur et à la base, on stérilise les problèmes personnels, à l’extérieur et au sommet le potentiel de passion s’accroît de jour
87 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
193 type de femme échappe de plus en plus au mystère personnel, et se trouve déterminé par « Hollywood » — ou par l’État. Double inf
194 occidentale, et le fondement solide de toute vie personnelle ; selon le second, l’union monogamique serait la forme la plus ration
195donner le destin collectif ou natif à la décision personnelle. ⁂ Il est clair que la crise présente du mariage, en Europe comme en
88 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
196s qu’il a risquées. C’est donc un parti pris tout personnel que je vais tenter de définir maintenant, et après coup, tel que je l
197mier thème peut être situé par rapport à un drame personnel dont les données biographiques nous sont suffisamment connues. On sai
89 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
198e puissance de l’homme, qui est sa responsabilité personnelle. 16. Les partis sont mauvais non point parce qu’ils sont trop puissan
90 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
199rcés, écrit Calvin, de ne pas mettre nos opinions personnelles [p. 30] à la place de l’exposition simple et fidèle de la pure Parole
200ion de ces diversités, multiplicité des vocations personnelles : tout cela, Calvin l’a voulu dans un plan strictement ecclésiastique
201doctrine calvinienne de l’Église et des vocations personnelles ? Je n’hésite pas à le dire : c’est le fédéralisme. Cette thèse pourr
202ler est dans un camp de concentration, prisonnier personnel du Führer, ce n’est point parce qu’on lui reproche son énergie ou ses
91 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
203ne qui ne s’accommode plus du tout de sa vocation personnelle. Voici donc le dilemme où nous placent la culture actuelle et le mond
204ités objectives qui rendraient vaine toute action personnelle. Il n’y a de loi, répétons-le, que là où l’homme renonce à se manifes
205uisent en fait qu’un immense affaissement du sens personnel dans les parties de l’humanité contemporaine exténuées par la misère.
92 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
206mple, est à la fois la condition d’une entreprise personnelle, et la juste contrepartie des risques qu’on y court, du travail qu’on
93 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
207es. Certes, nous avons peu ou point de polémiques personnelles : mais c’est peut-être moins par tolérance réelle que par prudence. L
208re indépendance nationale, c’est encore notre foi personnelle. Car c’est elle qui reste la source de notre amour de la vraie libert
94 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
209 je m’y retrouve avec aisance. C’est là mon ordre personnel, mon « arrangement » fédéraliste, conforme au sens et aux qualités pr
210n Suisse, les esprits les plus libres et les plus personnels sont ceux qui se rattachent : sentimentalement à une région ; légalem
211un organisme fédéral. Or il existe en Suisse un « personnel » plus apte qu’aucun autre à préparer les bases de la Fédération euro
212arer les bases de la Fédération européenne. (Un « personnel » : il faut sauver ce mot de sa déchéance bureaucratique. Normalement
95 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
213tien et des routines bourgeoises excluant le Dieu personnel, nous accuse et nous prive en même temps de tout recours à Celui qui
214s mieux réveillés : « Pourquoi parler d’un Diable personnel ? Nous voyons bien le péché, mais pas le Diable. Ne peut-on pas en fa
96 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
215otalitaires, c’est-à-dire : la présence active et personnelle du Démon dans nos passions ; dans notre besoin de sensations ; dans n
216t de bonne guerre s’ils vous assurent le prestige personnel et la faveur intéressée des grands. Mr. Carnegie au contraire est d’u
217onvaincues qu’elles n’ont pas droit à l’existence personnelle, les âmes moyennes utilisées. Comme on le voit, le régime totalitaire
97 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
218ons de masse. Partout où un individu prend sa vie personnelle en dégoût, le totalitarisme trouve un candidat. Certes, il n’y aurait
219’extinction presque totale du sens de la vocation personnelle. Admettons que tout y concourt dans l’ère collectiviste et rationalis
220 Nous sommes bien trop intéressés à nier le péché personnel pour que j’accorde à l’hypothèse matérialiste le droit de se dire obj
98 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
221e soit pas de nous… 61. L’exorcisme, ou l’ordre personnel Le Diable et sa colonne d’anges noirs « qui n’ont pas conservé leur d
222t premier de l’ordre impérissable. Or cet élément personnel doit s’encadrer dans un ordre cosmique, et se réaliser dans un ordre
223igurant la condition de possibilité de tout ordre personnel, le second sa condition de fécondité. [p. 198] 62. L’ordre cosmique
99 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IV : L’accusateur (5 novembre 1943)
224ien et des routines bourgeoises, excluant le Dieu personnel, nous accuse et nous prive en même temps de tout recours à Celui qui
100 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
225é totalitaire, c’est-à-dire la présence active et personnelle du Démon dans nos passions, dans notre besoin de sensation, dans notr