1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
1ude du peuple rustique de France ». En effet — le phénomène n’est pas particulier à la France — les paysans sont en train de rede
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2uvelle face de la vérité. Bornons-nous à noter le phénomène, puis à en suivre quelques conséquences. Connaissance intégrale et c
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
3rne un décor utile et beau. Or « la grande ville, phénomène de force en mouvement, est aujourd’hui une catastrophe menaçante pour
4ieurs se sont mis à calculer la réalisation de ce phénomène de haute poésie — la « ville contemporaine ». Un labeur précis et ano
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Bopp, Interférences (décembre 1927)
5tient à cette attitude scientifique, vis-à-vis du phénomène littéraire. La « Promenade » du héros de Bopp est une sorte de pensum
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conseils à la jeunesse (mai 1927)
6 Seulement, il y a tout de même un ou deux petits phénomènes sociaux de notre temps que cette méthode ne suffirait pas [p. 187] à
7us les « vices romantiques ». — Citez-m’en de ces phénomènes ! — Mon Dieu, que dire… Il y aurait, par exemple, ce fait du triomphe
6 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
8, possède la philosophie la plus rudimentaire. Le phénomène n’est pas nouveau en Occident, mais il est ici tragiquement aigu. Est
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
9des efforts « fournis » au cours du trimestre. Ce phénomène déconcertant s’explique justement par cette psychologie de l’enfant d
8 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Julien Benda, La Fin de l’Éternel (novembre 1929)
10nel », la chute de l’idée dans la matière, est un phénomène exactement aussi vieux que le monde. Mais M. Benda distinguera, et il
9 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
11ci serrer de trop près les origines secrètes d’un phénomène qui produit ses effets sur tous les plans, celui de la guerre y compr
10 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
12 Goethe, certes, mais une idée de l’importance du phénomène Goethe. Maintenant ajoutons que l’homme fut supérieur à la somme de t
11 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alexandre, par Klaus Mann (septembre 1932)
13 personne, alors qu’Alexandre est tout de même un phénomène assez bouleversant. Klaus Mann a raconté cette histoire avec beaucoup
12 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une main, par C. F. Ramuz (juin 1933)
14n nous donne ainsi l’analyse élémentaire d’un des phénomènes les plus importants d’aujourd’hui : la démoralisation. Démoraliser un
13 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
15domaine restreint. Si l’on cherche à décrire le « phénomène fasciste » comme tel, en [p. 133] Allemagne et en Italie, on ne trouv
14 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
16tif de persona. Spirituellement, il se produit un phénomène parallèle : le païen qui se convertit se voit d’une part racheté de s
17rsonne. Voici, à mon avis, les causes de ces deux phénomènes. En Russie, en Allemagne, à Rome et en Espagne, la distinction entre
18italisme moderne, avec sa concurrence sans frein, phénomène de piraterie sociale, de mépris du bien commun, phénomène typiquement
19e de piraterie sociale, de mépris du bien commun, phénomène typiquement individualiste 69 . Un dernier exemple vous fera sentir,
15 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
20 que Scheler étudie dans ce petit livre, c’est le phénomène que Nietzsche a baptisé ressentiment. Pour Nietzsche, on s’en souvien
16 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
21iquement beaucoup de clercs ; il a compris que le phénomène homme ne se produit en fait qu’au niveau des objets, et que tout ce q
17 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
22nnes, et l’un pour l’autre le prochain. Ainsi le phénomène personnel demeure situé dans l’individu, mais dans un individu transf
18 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
23 formule de ce style est la contagion. Je mets ce phénomène en relation avec la théorie de la métaphore qu’on trouvera p. 257. Th
24it à cet égard la révolution hitlérienne comme un phénomène incomparablement plus important que l’établissement brutal de l’étati
19 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
25même chez les Turcs, le rendit attentif à tant de phénomènes que son vocabulaire ne pouvait y suffire. Ce grand esprit qui savait
20 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
26é personnaliste a pour fin l’extension maximum du phénomène de la personne. On peut concevoir et souhaiter une « personnalisation
21 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
27nous sommes en train d’assister depuis un an à un phénomène nouveau, et dont les suites pourront avoir un certain intérêt pour no
22 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
28 moments de l’histoire, les hommes ont éprouvé ce phénomène : soudain ce n’est plus eux qui posent des questions en vertu de la p
23 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
29élisme, simplement, sans préjuger de la nature du phénomène qui lie l’économique et la culture : interaction, subordination de l’
24 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
30a résume les effets nécessaires de deux séries de phénomènes se développant parallèlement. Une série culturelle, obéissant à la lo
31oici qu’apparaît la liaison organique de ces deux phénomènes culturels : finalité de la civilisation et actualité de l’esprit. Qu’
25 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
32n exemple ne saurait suffire quand il s’agit d’un phénomène aussi complexe, en apparence tout au moins. Nous considérerons alors
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
33ble illustre par ailleurs la relation de ces deux phénomènes. Lorsque les chefs de la nouvelle bourgeoisie président en 1303 les f
34renouvelées, et qu’il faut formuler d’urgence. Ce phénomène de dissociation aboutit à la Renaissance, au triomphe passager des hu
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
35rc y perd ses droits et n’est plus à l’échelle du phénomène… Raison de plus, chance de plus, dirai-je, d’essayer d’élargir cette
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
36l ne tient pas compte des dimensions profondes du phénomène collectiviste, et de la nécessité cosmique qu’il exprime. Les critica
29 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
37onnes, et l’un pour l’autre le prochain. Ainsi le phénomène personnel demeure situé dans l’individu, mais dans un individu transf
30 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
3842  » ⁂ « Qu’on n’aille pas chercher derrière les phénomènes : ils sont eux-mêmes enseignement » dit Goethe. Il n’y a rien à voir
39 la faculté du concret chez un homme.) ⁂ « Car le phénomène de l’art est un phénomène d’incarnation (ce que l’école ne comprend p
40z un homme.) ⁂ « Car le phénomène de l’art est un phénomène d’incarnation (ce que l’école ne comprend pas). » Toute l’esthétique
41leur sens étymologique, c’est toujours revenir au phénomène de l’incarnation, c’est retrouver la langue à cet état naissant dont
31 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
42rc y perd ses droits et n’est plus à l’échelle du phénomène… Raison de plus, chance de plus, d’essayer d’élargir cette critique,
43l ne tient pas compte des dimensions profondes du phénomène collectiviste, et de la nécessité cosmique qu’il exprime. Les critica
32 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
44l’agent qui a su concrétiser, en l’occurrence, ce phénomène. Restent donc les grands éditeurs. On pourrait concevoir qu’il se tro
33 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
45lle, nous ne cherchâmes pas plus loin la cause du phénomène. Il est vrai qu’on a beau porter un nombre excessif de jupons, cela n
46’est à prévoir. Un écrivain qui se rend compte du phénomène que j’ai décrit ne peut plus s’adonner sans scrupules à certains jeux
34 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
47nc à son détriment, surtout lorsqu’il s’agit d’un phénomène spirituel et culturel de première importance. Ensuite, cette impartia
48 « ne sont pas autre chose » que des photismes, « phénomènes d’automatisme sensoriel de nature hallucinatoire ou pseudo-hallucinat
35 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
49vier 1937) z On a voulu, parfois, identifier le phénomène capitaliste à la civilisation occidentale. C’est un point de vue des
50abaissement moral. Le schématisme inhumain de ces phénomènes rend leur étude et leur exposition relativement aisées : ils paraisse
51a réapparition, au début de notre xiiᵉ siècle, du phénomène capitaliste, se signale par une transformation immédiatement sensible
52r important quelle date il assigne à l’origine du phénomène capitaliste. Une lecture superficielle risquerait d’induire en erreur
53r nous, qui caractérisons le capitalisme comme un phénomène de dissociation occidentale, signalé par la déconcrétisation des rapp
54plus totalitaire. Vers 1912-1913, l’on assiste au phénomène prévisible de la fixation des classes, et conjointement, à un début d
55loitation artificielle des marchés nationaux. (Ce phénomène n’est pas sans rappeler le repliement des municipalités du xivᵉ siècl
36 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
56la révolution redevenait à peu près invisible. Le phénomène est d’ailleurs bien connu : c’est aux premiers contacts que l’on perç
57e, de boire et de penser ensemble. En réalité, ce phénomène est aussi vieux que les Allemagnes ; il ne peut donc rien expliquer d
37 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
58isir, qu’il soit intéressant de choisir entre les phénomènes tertiaires (fascisme) et les phénomènes secondaires (nationalisme et
59entre les phénomènes tertiaires (fascisme) et les phénomènes secondaires (nationalisme et socialisme) d’une maladie aussi vieille
60 à une reconstruction plus ou moins cohérente des phénomènes apparents, c’est-à-dire à une description. Et dès lors qu’il s’agit d
61re à une description. Et dès lors qu’il s’agit de phénomènes aussi complexes, on n’a pas de mal à faire « coller » cette descripti
62s échapper, c’est le principe d’actualisation des phénomènes, ou si j’ose dire : c’est la grâce efficace. Les choses ont tourné de
63as en parlant d’hystérie qu’on peut comprendre le phénomène fondamental de la reconstruction d’une communauté autour d’un sentime
64uvreté et le malheur ne peuvent expliquer que des phénomènes extérieurs. La raison profonde d’un mouvement comme le nôtre est irra
65se et ramassée la nature proprement religieuse du phénomène totalitaire allemand. Mesurons maintenant la naïveté des « réalistes 
38 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
66er de prendre conscience de la nature du [p. 666] phénomène, c’est à quoi se résume l’ambition des analyses qui précèdent ; mais
67naissance plus exacte et largement vulgarisée des phénomènes sexuels. L’abondance même de ces recherches 92 et de ces recettes me
39 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
68ui tend à ruiner la personne. Mais ce sont là des phénomènes complexes et collectifs, qui échappent en partie aux vues individuell
40 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
69 de la psychose créée dans le monde actuel par ce phénomène multiforme, insaisissable et saisissant : qu’un innocent, ou qui se c
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
70r-passion, mais j’ai tenté de le décrire comme un phénomène historique, d’origine proprement religieuse. Or les hommes, et les fe
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
71seut, ce ne sera plus seulement le Roman, mais le phénomène qu’il illustre, et dont l’influence n’a pas cessé de s’étendre jusqu’
72ce, par un effort d’abstraction, à l’extérieur du phénomène commun au romancier et au lecteur, pour qui assiste à leur dialogue i
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
73e [p. 81] tout ce qui menace de donner un sens au phénomène qu’ils passent leur vie à étudier. Il est vrai que Wechssler, dans un
74 génie de notre race. Il reste donc d’une part un phénomène étrange, et d’autre part, de fort savantes réfutations de tout ce qui
75croire du tout, et cela tient à l’essence même du phénomène dont elle essaie de rendre compte : à la fois historique et archétypi
76ngage de l’amour-passion. 10. Vue d’ensemble du phénomène courtois Revenant après de longues années sur les problèmes soulevés
77une réalisation (ou épiphanie dans l’Histoire) du phénomène que nous venons d’imaginer au paragraphe précédent. Si nous cherchons
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
78 psychologie la plus simple rendrait compte de ce phénomène. Mais il ne sert ici que de prétexte et d’image matérielle pour repré
79permettront d’entrevoir les raisons de ce curieux phénomène : [p. 169] « l’abus » du langage amoureux en religion doit être ratta
80 esprit » ou la « matière » qui sont la cause des phénomènes où tous les deux sont impliqués. Par exemple, dans le cas du langage
81e première — ou au contraire d’une sublimation de phénomènes physiologiques, lesquels seraient à la base de ce qui se trouve expri
82t-on que le même mot puisse servir à désigner des phénomènes aussi divers ? En vérité, il n’y a pas moins d’amertume dans la doule
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
83illeur exemple au xve et au xvie siècle. Par un phénomène remarquable, mais auquel on pouvait s’attendre, certains auteurs de c
84n avis, c’est une erreur favorable au désir. « Ce phénomène, dit-il, vient de la nature qui nous commande d’avoir du plaisir et q
85La vérité, c’est que Stendhal est la victime d’un phénomène spirituel que ses croyances matérialistes ne sont plus en mesure de j
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
86court ont très bien senti l’identité foncière des phénomènes de la guerre et de l’amour au xviiie . Voici dans quels termes ils dé
87timentalisme précéda et accompagna la Révolution, phénomène beaucoup plus passionnel que politique, au sens strict du terme. 182
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
88he. Essayer de prendre conscience de la nature du phénomène, c’est à quoi se résume l’ambition des analyses qui précèdent ; mais
89naissance plus exacte et largement vulgarisée des phénomènes sexuels. L’abondance même de ces recherches 194 et de ces [p. 312] r
90e l’Occident. Enfin, certains signes annoncent un phénomène plus profond, peut-être comparable à celui qui envahit la psyché coll
48 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
91ui tend à ruiner la personne. Mais ce sont là des phénomènes complexes et collectifs, qui échappent souvent aux prises individuell
49 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
92ousiasme des femmes pieuses, souvent affectées de phénomènes extatiques, vivant hors des cloîtres… mais finissant par constituer d
50 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
93tif de persona. Spirituellement, il se produit un phénomène parallèle : le païen qui se convertit se voit d’une part racheté de s
94rsonne. Voici, à mon avis, les causes de ces deux phénomènes. En Russie, en Allemagne, à Rome et en Espagne, la distinction entre
95italisme moderne, avec sa concurrence sans frein, phénomène de piraterie sociale, de mépris du bien commun, phénomène typiquement
96e de piraterie sociale, de mépris du bien commun, phénomène typiquement individualiste 10 . [p. 52] Un dernier exemple vous fera
51 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
97arquantes se situent au début du siècle passé. Le phénomène le plus remarquable des débuts du xixe siècle a été, en effet, et da
98 création d’armées considérables, agrandissant le phénomène de la guerre, brusquement, aux proportions de la nation entière. Voic
99oute communauté naturelle. Et alors se produit le phénomène auquel nous avons assisté depuis une trentaine d’années. L’homme isol
100’observation microscopique modifie en réalité les phénomènes que l’on observe. Et les savants nous disent aujourd’hui que les fame
52 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
101Aujourd’hui, le costume ne signifie plus rien. Le phénomène du déguisement s’est intériorisé en évasion morale. C’est devant soi-
102 Comme on demandait à C. G. Jung s’il croyait aux phénomènes occultes, le grand psychanalyste se contenta de répondre par l’anecdo
53 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
103partient de laisser une description valable de ce phénomène, pour les générations à venir. Je dis qu’avant la guerre de 1939, la
104ristianisme, mais de la religion en général comme phénomène humain, cause et produit de toute communauté vivante. Je parle d’un i
54 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
105 parle ici comme un Européen qui a vu de près des phénomènes bizarres de désintégration démocratique et de conversion au fascisme.
55 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
106d au contraire. Nous sommes donc en présence d’un phénomène à sens unique : la transmutation du temps en argent, sans retour. Cer
107vous articulerez serviront encore le mensonge. Ce phénomène peut se décrire en termes physiques et corporels. Tant que vous êtes
108e dans ce siècle. La meilleure interprétation des phénomènes collectifs d’aujourd’hui fut donnée vers 1848 par l’écrivain danois S
109non d’autres. Les véritables causes et racines du phénomène moderne des masses sont dans notre attitude spirituelle. La foule n’e
110ire, il propose une explication fort naturelle du phénomène de confusion des langues. Si les hommes ne se sont plus entendus lors
111rouve et se refasse un habitacle à sa mesure ? Le phénomène le plus notable des débuts du siècle dernier fut, en effet, le brusqu
112 création d’armées considérables, agrandissant le phénomène de la guerre, brusquement, aux proportions du continent. [p. 150] Ai
56 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
113e dans ce siècle. La meilleure interprétation des phénomènes collectifs d’aujourd’hui fut donnée vers 1848 par l’écrivain danois K
114non d’autres. Les véritables causes et racines du phénomène moderne des masses sont dans notre attitude spirituelle. La foule n’e
57 1944, Les Personnes du drame. Introduction
115e responsable de son existence. Il s’agit là d’un phénomène qui déborde dès l’origine le fait d’écrire, le style au sens étroit.
58 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
116hologue « Qu’on n’aille pas chercher derrière les phénomènes : ils sont eux-mêmes enseignement », dit Goethe. Il n’y a rien à voir
117ure le sens du concret chez un homme.) ⁂ « Car le phénomène de l’art est un phénomène d’incarnation (ce que l’école ne comprend p
118z un homme.) ⁂ « Car le phénomène de l’art est un phénomène d’incarnation (ce que l’école ne comprend pas) ». Toute l’esthétique
119ots dans leur sens étymologique, c’est revenir au phénomène de l’incarnation, c’est retrouver la langue à son état naissant, dont
59 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
120e doit affecter la collectivité. Ainsi décrire un phénomène de masses en terme d’étiologie de la personne, ce serait fournir la n
121kegaardiennes. Esquissons donc une description du phénomène national-socialiste en partant des catégories que nous venons de déga
60 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
122erts échangent leurs vues, je constate un curieux phénomène : tout se transpose dans mon esprit en petits problèmes de langage. I
123re. Notre amertume et notre indignation devant le phénomène totalitaire naissent d’un désir secret, d’une tentation, d’une espèce
61 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
124ie en ville et la pluie « en campagne » sont deux phénomènes bien distincts, aussi distincts que la vie civile et la vie militaire
62 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
125armes aux postes de police a permis d’observer le phénomène suivant : au jour fixé, tous les employés de la Légation nazie se son
63 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
126n. C’est donc toujours « exagérer » les traits ou phénomènes que l’on veut dégager. Admettons que les armées retiennent une bonne
64 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
127sion d’une anti-religion totalitaire, mais par un phénomène contraire de dispersion individualiste. Autre exemple : l’Angleterre
65 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
128sens commun, aux images que pourrait se former du phénomène un observateur non-savant. Maintenant, ces phrases dans leur ensemble
66 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
129rme » où l’esprit se libère. La volupté serait un phénomène analogue à celui de l’hypnose : un état de l’âme ou de l’esprit rétré
67 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
130urs, et me disait : « Il n’est de science que des phénomènes que l’on peut reproduire à volonté. Quel est ce nœud, réel, unique, i
68 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
131s impuissants à penser notre mort dans le vif, ce phénomène doit normalement être aperçu comme négligeable ; et s’y attarder sera
69 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
132 l’Amérique se forme une conscience nationale. Le phénomène est-il probable ? Et s’il l’est, devons-nous le redouter ? Je répondr
133st, devons-nous le redouter ? Je répondrai que le phénomène est non seulement probable, mais en train de s’accomplir sous nos yeu
70 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
134taient plus proches d’un public influent. Mais le phénomène américain qui mérite tout notre intérêt d’explorateur reste à n’en pa
71 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
135se que l’Amérique en tant qu’américaine ignore le phénomène que nous nommons passion. J’écrivais dans un livre récent : « Rien de
136ine, qui explique peut-être, en fin de compte, le phénomène du divorce américain. De la sexualité Je mets en fait que le purita
72 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
137 si c’est mal ou bien : je constate simplement le phénomène. Je ne tiens pas la foi pour une vertu plus que l’absence de foi pour
73 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
138S’agit-il de compensations, ou bien l’un des deux phénomènes serait-il la rançon de l’autre ? Sommes-nous dans une situation globa
74 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
139ion originelle de la personne. Prenons d’abord le phénomène de la révolution, si typiquement européen. Remarquez que le mot révol
140ale, changeant tout — le Chemin de Damas — est un phénomène caractéristique du christianisme. De même, nous constatons que la not
141béissance aux lois sacrées. Prenons maintenant le phénomène de la passion dans les rapports individuels. La passion, c’est l’amou
75 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
142seul à ramener les Suisses dans leurs limites. Un phénomène d’un tout autre ordre allait les y contraindre, de l’intérieur : la 
143s xviie et xviiie siècles, il faut rattacher un phénomène extrêmement curieux qui se produisit à la même époque, en manière de
76 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
144 trouvent habiter leur commune d’origine, mais ce phénomène n’a pas affecté jusqu’ici le statut des « bourgeoisies ». La Suisse c
77 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
145des fermes faisait l’étonnement des étrangers, le phénomène de désaffection des campagnes ne se faisait pas sentir avec autant d’
78 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
146ssé de se séculariser. Aux causes générales de ce phénomène, qui agissent dans toute la civilisation occidentale, s’ajoute en Sui
79 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
147nt, et disparaissent, les nations et leurs États, phénomènes de nature et de durée très variables, et qui ne sont devenus mortels
80 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
148 seule passion. Ici paraît la forme religieuse du phénomène et de son mythe. On voit l’homme et la femme entrer dans la passion c
149 le nom de Révolution. L’idée et la réalité de ce phénomène, je l’ai dit, sont inconnues dans tout l’Orient, qu’il s’agisse des e
150fanatique à ses débuts… Tout porte à rattacher le phénomène de la révolution à quelque qualité ou défaut spécifique de l’Occident
151a révolution, c’est-à-dire du modèle spirituel au phénomène politique et social, ne semble pas aller de soi. Il paraît même doute
81 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
152t l’exemple le plus pur 20 . Certes, il s’agit de phénomènes de même nature, et dont l’opposition ne résulte peut-être que des mét
82 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
153 qu’on a peur, mais au contraire de l’imprévu des phénomènes. Loin d’essayer de se libérer de ces lois, on espère bien que les sai
154ons n’étaient pas attendus. Prise de court par un phénomène qui l’étonnait merveilleusement, et dont elle ne pouvait mesurer l’am
155s la morale individuelle reste sans prises sur un phénomène qui évolue au niveau des mythes collectifs : le profit dépend toujour
156ssez puissante, désormais, [p. 18] pour régler le phénomène technique, sera donc la morale sociale, définie par les grands États.
83 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
157 cette immense offensive anonyme contre l’humain, phénomène dont l’histoire n’a pas vue le précédent. Mais l’Europe est elle-même
84 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
158indiscutable, c’est l’importance psychologique du phénomène ; mais son sens historique reste conjectural : on ne sait encore ni d
159 libre de les appliquer. Quant au sens général du phénomène, j’ai dit qu’il est encore conjectural. On ignore, on effet, son vrai
160ique et mondial. Au total, je ne pense pas que le phénomène relève d’une dialectique justifiante de l’Histoire (ainsi que le veul
85 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
161doute que « cela s’explique » ? Mais expliquer un phénomène social n’est pas encore le justifier. p. 53 v. « Sur l’Europe à
86 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
162 seule passion. Ici paraît la forme religieuse du phénomène et de son mythe. On voit l’homme et la femme entrer dans la passion c
163 le nom de Révolution. L’idée et la réalité de ce phénomène, je l’ai dit, sont inconnues dans tout l’Orient, qu’il s’agisse des e
164fanatique à ses débuts… Tout porte à rattacher le phénomène de la révolution à quelque qualité ou défaut spécifique de l’Occident
165a révolution, c’est-à-dire du modèle spirituel au phénomène politique et social ne semble pas aller de soi. Il paraît même douteu
87 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
166« découvrir » l’Europe. Mais comment expliquer ce phénomène unique à partir de ces « causes » variées ? Un exemple précis va nous
88 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
167t l’exemple le plus pur 56 . Certes, il s’agit de phénomènes [p. 166] de même nature, et dont l’opposition ne résulte peut-être qu
89 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
168 qu’on a peur, mais au contraire de l’imprévu des phénomènes. Loin d’essayer de se libérer de ces « lois », on espère bien que les
169ons n’étaient pas attendus. Prise de court par un phénomène qui l’étonnait merveilleusement, et dont elle ne pouvait mesurer l’am
170s la morale individuelle reste sans prises sur un phénomène qui évolue au niveau des besoins collectifs : le profit dépend toujou
171morale assez puissante, désormais, pour régler le phénomène technique, sera donc la morale sociale, définie par les grands États.
90 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
172ocraties. Il voit naître la science appliquée aux phénomènes sociologiques. Il entrevoit la possibilité de vaincre, au moyen de la
173 Comment mesurer, dans notre monde présent, si le phénomène personnel devient plus fréquent et plus ample — ce serait la seule pr
91 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
174 L’URSS et la Chine ne représentent-elles pas des phénomènes d’occidentalisation (trop rapide) d’une large partie de l’humanité, a
175ondition. Tous les peuples civilisés ont connu le phénomène des classes vouées à la misère héréditaire. Jamais cependant le prolé
92 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
176lions aussi démontrer l’impossibilité de certains phénomènes, ou de certaines conceptions que l’Asie tient pour vraies : la magie,
93 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
177 éprouvions tous ait empêché toute description du phénomène. Ce qui vient de se produire dans la conscience européenne — et dans
94 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
178os pays l’occasion d’exprimer leurs vues sur « le phénomène festival ». Jamais, croyons-nous, un tel sondage n’avait été opéré à
95 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
179tre prestigieux, c’est d’abord qu’on transpose le phénomène nation à l’échelle d’une Europe continentale qui serait moins unie qu
180s ne mangerons pas de ce sacré‑là. D’ailleurs, le phénomène est à peu près unique. Ni l’Allemagne, ni l’Italie, ni la Hollande, n
96 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
181t soudain les traits d’une tête humaine. C’est le phénomène inverse qui se produit à la lecture des trois romans : vous regardez
182ne sœur réelle et vivante… Incontestablement, des phénomènes analogues sont fréquents. Dans plus d’une existence, la sœur imaginai
97 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
183culture au-delà des élites traditionnelles est un phénomène qui n’est apparu qu’au xxe siècle, et qui est exactement contemporai
184se, les modes, cette espèce d’aura qui entoure le phénomène culturel, sans être elle-même de la culture. Ceux qui sont touchés pa
185e la consommation de la culture. Je répète que ce phénomène est contemporain du développement de la technique ; peut-être même en
98 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Henri Brugmans, Les Origines de la civilisation européenne (septembre 1959)
186» ? — Troisièmement : Est-il permis de séparer le phénomène national de son contexte général et de l’isoler comme s’il était le p
187ntexte général et de l’isoler comme s’il était le phénomène déterminant qui, à lui seul, expliquerait l’histoire ? En quelques p
99 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Note liminaire
188 regard puisse embrasser un champ mieux unifié du phénomène humain : corps-âme-esprit. On va donc trouver dans ces pages des réfl
100 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
189 l’Amour. — Dans cet ensemble infiniment varié de phénomènes que l’Europe seule a désignés par le seul et même terme d’amour 4 , c
190e d’influence du christianisme. C’est pourquoi le phénomène que je nomme érotisme, englobant le mariage d’amour, la passion mysti
191« chrétienté ». On ne saurait donc interpréter ce phénomène — dans son évolution au cours des siècles et dans sa situation contem