1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
1les jeunes écrivains d’aujourd’hui. La « critique philosophique » qu’il voudrait inaugurer « ne se contenterait pas d’étudier les œuv
2 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
2 à la Fédération vint interrompre les discussions philosophiques provoquées par ces deux travaux. Avec la conférence de M. Jean Cadier
3 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
3ne peut empêcher que son attitude ne porte un nom philosophique : c’est au plus pur, au plus naïf matérialiste que nous avons affaire
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
4 collèges. Mon dessein est assez différent, moins philosophique et point du tout technique. J’apporte un témoignage personnel, une ré
5 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Julien Benda, La Fin de l’Éternel (novembre 1929)
5artager toutes les idées de M. Benda, sur le plan philosophique en particulier, où je me sens bien plus près de M. Gabriel Marcel, qu
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
6te M. Babelon, Hölderlin écrit de nombreux essais philosophiques.) Le tragique de Hölderlin, c’est qu’il parviendra de moins en moins
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
7nregistrée. Rien de très neuf dans cette trilogie philosophique, mais un bel ensemble d’observations justes et souvent profondes sur
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
8e thème de la montagne une inspiration lyrique ou philosophique génératrice d’œuvres marquantes. Qu’aurions-nous à opposer à un Shell
9 héroïque qu’elles inspirent. Ce thème éthique et philosophique paraît bien être le plus fécond et le plus adéquat à la nature alpest
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
10près de Tokyo, dans une atmosphère de discussions philosophiques fort curieuse, où les doctrines bouddhistes, chrétiennes, matérialist
10 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
11alité. [p. 19] Le système D n’est pas un système philosophique. Ainsi se dessineraient, si nous étendions l’analyse, deux « natures 
11 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
12serait des poèmes d’amour, des romans, des drames philosophiques, les meilleurs de son époque. Cela ne donnera pas un portrait de Goet
12 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
13ace. Dans toute la jeune génération littéraire et philosophique, c’est en vain que l’on chercherait un « esprit libre » selon le vœu
13 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
14e devient une réalité, une vérité. » À la formule philosophique homo finitus non capax infiniti, Barth répond par la formule chrétien
14 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
15roduit à la connaissance des cœurs ? 2° Raisons philosophiques C’est la bourgeoisie qui, la première, a pris au sérieux la matière,
16. Telle est la « ligne générale » de la démission philosophique. Nombreux sont, parmi nos penseurs salariés, ceux qui prennent au sér
15 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
17nt l’humanisme, loin d’être une simple conception philosophique, est une attitude devant la « vie pratique », — comme on dit, mais y
16 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
18le fondement réel de la personne ? Est-ce une vue philosophique ? Est-ce une attitude nietzschéenne ? Est-ce un choix subjectif ? Vou
17 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
19 toutefois qu’ils ne sont pas sans justifications philosophiques, voire même théologiques… mais nous en parlerons une autre fois. Deu
18 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
20nt l’humanisme, loin d’être une simple conception philosophique, est une attitude devant la « vie pratique », — comme on dit, mais y
19 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
21ns immédiates, à une opposition d’apparence toute philosophique : celle de l’individu et de la personne. L’Égalité contre la Frater
20 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
22est pourquoi vous pensez qu’elles n’étaient pas « philosophiques » au même titre que les nôtres. Nous revenons à ces doctrines pour le
21 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
234 . Ces discussions, souvent encombrées de jargon philosophique, peuvent apparaître byzantines au grand public. Il n’en reste pas moi
22 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
24ipe de cohésion de ces trois ordres. Dans l’ordre philosophique, L’Ordre nouveau suspendait toutes ses définitions à l’acte constitua
23 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
25le fondement réel de la personne ? Est-ce une vue philosophique ? Est-ce une attitude nietzschéenne ? Est-ce un choix subjectif ? Vou
24 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
26 sur le Mystère ontologique est la première œuvre philosophique qu’il ait publiée depuis sa conversion. On est heureux de constater q
25 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
27ia sous son nom. Tous ses ouvrages esthétiques et philosophiques, de la Répétition à l’Exercice du christianisme, en passant par la Ma
26 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
28es années qu’on nous parle de lui dans les revues philosophiques et littéraires ! Probablement, il s’en fût amusé : tout ce qui toucha
29btilités du « Séducteur », et qui n’a pas la tête philosophique. Cette monographie est à la fois la plus objective et la plus sympath
27 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
30à fait « personnel » pour exprimer une conscience philosophique que l’auteur voudrait d’ailleurs considérer comme le bien commun de s
28 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
31ns immédiates, à une opposition d’apparence toute philosophique : celle de l’individu et de la personne. [p. 15] Thèse I. — Consid
29 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
32t, qui vient de paraître dans la belle collection philosophique de MM. Lavelle et Le Senne, appartient à la première période de la pe
33 qui peut dire : j’ai cette foi-là ? La réflexion philosophique que Kierkegaard enchaîne à l’exemple d’Abraham est admirablement anal
34gique par Karl Barth, et sur le plan d’une poésie philosophique par Kierkegaard, c’est la conception même de la vie du chrétien selon
30 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
35iption, est tellement opposée au véritable esprit philosophique qu’elle conduit fatalement nos professeurs à mépriser les seuls philo
31 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
36e, le terme d’existentiel n’était qu’une locution philosophique « importée d’Allemagne », inassimilable pour nos « clairs esprits lat
32 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
37 accordé pour fabriquer ce petit nègre médical et philosophique dont la saveur ne saurait satisfaire les esprits plus curieux de preu
33 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
38 [p. 460] Recherches philosophiques (septembre 1935) s Ce recueil annuel n’a jamais mieux mérité son t
39 des Recherches d’avoir pris au sérieux le risque philosophique. Et je ne pense pas trahir leur tendance en insistant ici exclusiveme
40nt, c’est que Löwith dégage puissamment l’origine philosophique du conflit qui domine le monde présent. L’effondrement de l’idéalisme
41l’essai de René Daumal sur les Limites du langage philosophique. C’est une recherche des conditions d’activité de l’imagerie philosop
42recherche des conditions d’activité de l’imagerie philosophique, conduite avec un bon sens socratique, un sens du concret de l’esprit
34 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
43gnages qu’on nous propose. Un peu plus d’exigence philosophique conduirait certainement la plupart d’entre nous à récuser la Vérité q
35 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
44lérance serait-elle d’aventure une sorte d’ironie philosophique ? « Parle toujours, tu as la force pour toi, mais moi je sais le sens
36 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
45ice. Fatalité « chosiste » dirait certain langage philosophique. Disons d’un terme moins exact, et assez équivoque mais plus courant 
37 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
46dications politiques de la bourgeoisie cette base philosophique, cette espérance quasi religieuse, cette conscience d’aller dans le s
38 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
47rait : un vêtement de travail. Cette « pauvreté » philosophique — mais quand un peuple a des prophètes, a-t-il besoin de philosophes 
39 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
48ins-là que de chapelles littéraires, que d’écoles philosophiques, que de théories politiques. Ainsi les mots n’ont plus le [p. 76] mêm
49erté, ordre, patrie. Voilà les instruments du jeu philosophique, ou politique, que nous sommes en train de jouer, écrivains ou lecteu
40 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
50avions, de tanks et de parachutes, cette illusion philosophique ? Il est vrai que le monde bourgeois n’a même plus l’énergie de conce
41 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
51 primauté du matériel n’est nullement un problème philosophique ; car de ce point de vue-là, précisément, elle est d’une évidente abs
52, mais tels que le Parti les définit.   Attitude philosophique et religieuse : Il n’est plus nécessaire d’insister sur la direction
42 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
53’une conception de l’esprit pur dont la faiblesse philosophique égale l’hypocrisie pratique. Enfin il serait sage de se garder de tou
43 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
54 se référer à des systèmes de mots ou de critique philosophique, qu’ils ont laissés dans leur tiroir, parce qu’ils ne sont pas portat
55orale, il parlera psychologie. Abordez le domaine philosophique, il ne veut y connaître qu’une seule discipline : la théorie de la co
44 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
56de la personne et de l’individu, ni la définition philosophique de la personne : il me suffit d’avoir, assez [p. 231] minutieusement,
57ational-socialiste n’est pas seulement un concept philosophique, il correspond à la réalité profonde de la Nation, à la réalité préci
45 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
58 de fragments de sermons, de boutades, d’analyses philosophiques, de poèmes, d’anecdotes, d’aphorismes. On s’y perd bien souvent, on y
46 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
59avions, de tanks et de parachutes, cette illusion philosophique ? Il est vrai que le monde bourgeois n’a même plus l’énergie de conce
60’une conception de l’esprit pur dont la faiblesse philosophique égale l’hypocrisie pratique. Enfin il serait sage de se garder de tou
47 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
61distinction que bien des clercs estimaient « trop philosophique ». p. 435 y. « Dictature de la liberté, par Robert Aron (Grasset
48 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
62 et directe, tandis que ses écrits littéraires ou philosophiques ont pour dessein, plus ou moins déguisé, de pousser à l’absurde les a
49 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
63tres du livre en train, non détachables. Un essai philosophique sur la personne : destiné à une revue non payante. Autres ressources 
50 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
64est qu’ils ne constituent pas un système, au sens philosophique du mot, mais qu’ils s’impliquent très étroitement les uns les autres,
65finit notre présent ! Est-ce que nos objections « philosophiques », et notre crainte du « fatalisme » ne reposent pas, le plus souvent
51 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
66tres du livre en train, non détachables. Un essai philosophique sur la personne : destiné à une revue non payante. Autres ressources 
52 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Chançay (mars 1937)
67ne rencontre improvisée, un rendez-vous de chasse philosophique. Mieux comparé : tout ce que l’on voudra qui évoquerait l’état d’espr
53 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
68onsidérée non comme un élément « donné » (au sens philosophique du mot), mais comme un élément créé, ou en voie de création. En effet
54 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
69s bien plus encore que sa forme, c’est le contenu philosophique et religieux du poème de Gottfried que Wagner va ressusciter par l’op
55 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
70me inévitable. [p. 183] On connaît le casse-tête philosophique : qui a commencé, la poule ou l’œuf ? La même question se repose, non
56 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
71tique, mais la conquête ou la propagation d’idées philosophiques… d’avantages immatériels… parce qu’elles allaient mettre en jeu des s
57 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
72. F. de Sade et Temps et Agressivité. (Recherches philosophiques, tomes IV et V.) L’auteur montre que, pour Sade, le mal est l’unique
58 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
734 . Ces discussions, souvent encombrées de jargon philosophique, peuvent apparaître byzantines au grand public. Il n’en reste pas moi
59 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
74tifier leur impuissance pratique par des systèmes philosophiques. Tous les grands systèmes en isme du siècle dernier, même les plus co
60 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
75ation littéraire. Notre culture est beaucoup plus philosophique — je simplifie — que littéraire. Non point par préférence, loin de là
61 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
76ia sous son nom. Tous ses ouvrages esthétiques et philosophiques, de la Répétition à l’Exercice du Christianisme, en passant par la Ma
62 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
77est qu’ils ne constituent pas un système, au sens philosophique du mot, mais qu’ils s’impliquent très étroitement les uns les autres,
78définit notre présent ! Est-ce que nos objections philosophiques et notre crainte du « fatalisme » ne reposent pas le plus souvent sur
63 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
79ation littéraire. Notre culture est beaucoup plus philosophique — je simplifie — que littéraire. Non point par préférence, loin de là
64 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
80ise catholique romaine fut à la tête du mouvement philosophique du Moyen Âge, que les réformes de Luther et de Calvin combattirent av
81uit d’une éducation sans couleur confessionnelle, philosophique ni régionale, et sans aucun lien défini avec une communauté réelle et
65 1946, Politique de la Personne (1946). Préface pour l’édition de 1946
82s. Le personnalisme s’est formé dans l’atmosphère philosophique définie par les noms de Kierkegaard, de Berdiaeff et de Marcel, de He
66 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
83s la diversité, nous avons à chercher la position philosophique centrale qui fonde la communion humaine dans la liberté. Je l’appelle
67 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
84la philologie, puis des systèmes sociologiques et philosophiques qui se mirent à pulluler dès le xixe siècle, et qui se posaient en t
68 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
85tation de me lancer dans une série de définitions philosophiques de ces deux termes : la personne et le fédéralisme. Cette manière d’a
69 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
86’on se voit dispensé de toute autre considération philosophique ou historique tendant à prouver qu’entre Athènes, Rome et Jérusalem,
70 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
87es civilisations : celle qui permit la découverte philosophique de l’individu et de l’atome, la Grèce ; celle qui conçut les droits d
71 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
88 du pays de Gex Essai sur les Mœurs, Dictionnaire philosophique, Tancrède, Irène. Le voilà, l’écrivain « engagé » ! Il ignorait le m
72 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
89nt créé nos régimes — et par les formes de pensée philosophique qui ont permis le développement de nos sciences, et donc de notre pui
73 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
90n d’appliquer les résultats de leurs spéculations philosophiques ou scientifiques, de les concrétiser en techniques utiles ; et cela b
74 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
91t de l’Évangile. Tous ses ouvrages esthétiques et philosophiques parurent sous divers pseudonymes symboliques. Il qualifiait ces ouvra
92e la définit Kierkegaard, est donc une périphrase philosophique pour désigner la foi et sa nécessité. On ne peut que « croire » en Di
75 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
93 statues, ni théories scientifiques, ni doctrines philosophiques propres. Mais il a créé et créera encore des associations de producte
76 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
94 du pays de Gex Essai sur les Mœurs, Dictionnaire philosophique, Tancrède, Irène.   Le voilà, l’écrivain engagé ! Il ignorait le mot
77 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
95andinave, Nouvelle Gauche parisienne, dissidences philosophiques, etc. Que reste-t-il ? Comment juger ? On ne le peut, précise Sartre,
78 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
96se : c’est de notre culture entière, théologique, philosophique et politique, que sont nées toutes nos sciences, et la technique mode
79 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
97e pour les idées politiques, sociales, morales et philosophiques. Elle le doit pour le reste du Monde comme pour elle-même. Car une fé
80 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
98e, redécouvraient que les réalités religieuses et philosophiques n’existent pas hors des contradictions irréductibles qui font le dram
81 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
99ral des complaisances « artistes » ou des clichés philosophiques, s’exerçaient en vertu d’une réflexion passionnément originale. Et je
82 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Heinz Gollwitzer, Europabild und Europagedanke (septembre 1959)
100 auteur dans le contexte historique, religieux et philosophique de l’époque ne pourrait être critiquée que par un marxiste « vulgaire
83 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
101rogressent dans l’univers qu’en vertu du complexe philosophique, éducatif, moral et spirituel qui demeure l’origine permanente de ce
102e pour les idées politiques, sociales, morales et philosophiques. Elle le doit pour le reste du Monde comme pour elle-même. Car une fé
84 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
103s conséquences de cette révolution. Par l’analyse philosophique, la poésie et la musique, l’Alternative, les Fleurs du Mal, Tristan,
85 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — h. Pour une mythanalyse de la culture
104 1° Rechercher les correspondances religieuses et philosophiques des attitudes décrites ou prônées par la littérature actuelle traitan
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
105t de l’Évangile. Tous ses ouvrages esthétiques et philosophiques parurent sous divers pseudonymes symboliques. Il qualifiait ces ouvra
106e la définit Kierkegaard, est donc une périphrase philosophique pour désigner la foi et sa nécessité. On ne peut que « croire » en Di
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
107urs desquelles le Mari réitère à coup d’arguments philosophiques que la décision ne saurait être fondée dans l’argumentation. Rien d’é
108 l’un de ses ouvrages les plus achevés, les Riens Philosophiques 1 34  : Il ne faut pas penser de mal du paradoxe, cette passion de
88 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
109ral des complaisances « artistes » ou des clichés philosophiques, s’exerçaient en vertu d’une réflexion passionnément originale. Et je
89 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
110ur même I Les quatre couleurs de l’amour (Schéma philosophique abstrait, orné d’une illustration.) L’amour étant l’initiateur de tou
111 l’ont montré tant de persécutions religieuses ou philosophiques pour le bien de l’âme de ceux qu’on massacrait, et comme nous le mont
90 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
112és élémentaires de la morale que vos spéculations philosophiques et littéraires ont complètement obscurcies chez vous. Tu aimes beauco
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
113er certaines conclusions constructives, à la fois philosophiques et proprement politiques, du grand remue-ménage de la Renaissance et
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
114ets d’ailleurs, autant de manœuvres politiques et philosophiques, autant de prises de conscience critiques du rôle de l’Europe dans le
115blimes que les plus profonds d’entre les systèmes philosophiques de l’antiquité païenne la secondent et que, d’autre part, elle cultiv
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
116la France, voici d’Espagne le message non moins « philosophique » d’un partisan de l’Europe fédérée… par l’Instruction : Melchior-Gas
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
117nsolateurs), bien que leur code, conçu de manière philosophique ou diplomatique, n’ait ou ne puisse avoir la moindre force légale (pu
118nt révolus ; voici venu le temps de la « barbarie philosophique », des économistes et des cyniques. « La gloire de l’Europe est étein
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
119s au Père, au Fils et au Saint-Esprit ; en termes philosophiques à ce qu’il appelle l’en soi, le pour soi, et l’en soi-et-pour soi (« 
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
120 bien sans mélange de mal, et que la civilisation philosophique contient le mal sans mélange de bien… Si je considère la civilisation
121ené successivement les restaurations du paganisme philosophique, du paganisme religieux et du paganisme politique. Aujourd’hui le mon
122836, dans une revue de Moscou, sa première Lettre Philosophique (traduite du français en russe). Toutes les ambiguïtés que nous retro
123e, de la continuité, de l’unité… Dans ses Lettres philosophiques, il reprend l’idée que la Russie n’a rien donné au monde : Solitaire
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
124 semblables, cependant que de nouvelles doctrines philosophiques, acclamées par toutes les nations — Treitschke en Allemagne, Barrés e
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
125s l’idéal romain selon Virgile, est dû à l’esprit philosophique de Virgile lui-même. Car, au sens où un poète est un philosophe (par
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
126le de l’Europe », qu’est-ce à dire ? C’est l’idée philosophique immanente à l’histoire de l’Europe, ou ce qui revient au même, sa tél
100 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
127urs desquelles le Mari réitère à coup d’arguments philosophiques que la décision ne saurait être fondée dans l’argumentation. Rien d’é
128 l’un de ses ouvrages les plus achevés, les Riens philosophiques 107  : Il ne faut pas penser de mal du paradoxe, cette passion de l