1 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
1her cette tendance morale de celle qui poussa les physiciens de la Grèce à créer la notion d’atome, les philosophes à formuler le
2 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
2olitique, le rôle que jouait l’atome aux yeux des physiciens du dernier siècle : il est l’élément insécable qui marque la limite d
3 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
3her cette tendance morale de celle qui poussa les physiciens de la Grèce à créer la notion d’atome, les philosophes à formuler le
4 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
4s as du très petit groupe de mathématiciens et de physiciens qui a mis au point la bombe atomique. Tout à l’heure, devant ma fenêt
5t dit en si peu de signes. Mais je ne suis pas un physicien, et n’ai d’autre spécialité que de réfléchir aux conséquences général
5 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
6chiffre total supérieur à 135. Le génie, s’il est physicien par exemple, n’en sera pas moins un spécialiste de Kierkegaard ou de
6 1946, Lettres sur la bombe atomique. 5. Ni secret, ni défense
7es Danois peut-être. Et je ne connais pas un seul physicien qui n’ait nié, expressément, et en toute occasion publique, devant le
7 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
8un des as du petit groupe de mathématiciens et de physiciens qui a mis au point la bombe atomique. Tout à [p. 40] l’heure, devant
9t dit en si peu de signes. Mais je ne suis pas un physicien, et n’ai d’autre spécialité que de réfléchir aux conséquences général
8 1946, Lettres sur la bombe atomique. 17. La fin du monde
10’an prochain. Je tiens ma petite information d’un physicien des plus remarquables. Il n’en fait pas de secret, mais ne la publiez
9 1946, Lettres sur la bombe atomique. i. Les cochons en uniforme ou. Le nouveau déluge
11uvenez-vous d’autre part des prédictions de notre physicien touchant la probabilité d’une fin du monde par raz-de-marée. 3. Une p
10 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Demain la bombe, ou une chance d’en finir avec la terre (30 juin 1946)
12rophes possibles, de dimensions continentales. Un physicien de New York a cru de son devoir d’avertir son gouvernement que l’évap
11 1946, Combat, articles (1946–1950). Ni secret ni défense (19-20 mai 1946)
13es Danois peut-être. Et je ne connais pas un seul physicien qui n’ait nié expressément, et en toute occasion publique, devant les
12 1946, Réforme, articles (1946–1980). Deux lettres sur la fin du monde (29 juin 1946)
14été prochain. Je tiens ma petite information d’un physicien des plus remarquables qui, d’ailleurs, n’en fait pas de secret, bien
13 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
15ais. Toutes choses égales d’ailleurs, prenez deux physiciens. Ils ont trouvé tous les deux, le même jour, le secret de la bombe at
14 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
16ue celle de la science. C’est elle dont usent nos physiciens, chimistes et mathématiciens, pour formuler ce qu’ils appellent des l
15 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
17re de physique. Certes, beaucoup d’athées ont été physiciens, mais le mouvement créateur de la science — comme il est avéré par l’
18emi-siècle plus tard, Schrödinger écrivait : « Le physicien d’aujourd’hui, à l’intérieur du domaine propre de sa recherche, ne pe
16 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
19it en Occident de grands spirituels, ou de grands physiciens en Orient ? Mais personne n’a l’idée de parler de l’Orient scientifiq
17 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
20re de physique. Certes, beaucoup d’athées ont été physiciens, mais le mouvement créateur de la science — comme il est avéré par l’
21emi-siècle plus tard, Schrödinger écrivait : « Le physicien d’aujourd’hui, à l’intérieur du domaine propre de sa recherche, ne pe
18 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
22un et l’Université européenne, les députés et les physiciens nucléaires, les bureaucrates et la culture, la cour de justice et la
19 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
23oblèmes concrets, non des passeports. Historiens, physiciens, biologistes, économistes et sociologues, compositeurs et directeurs
20 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
24 dit : Vous, écrivains, philosophes, sociologues, physiciens, biologistes et artistes, hommes de l’esprit, de l’âme et de l’intell
21 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
25éjà, les grandes « écoles » de mathématiciens, de physiciens et d’astronomes, reconnaissent qu’elles diffèrent essentiellement par
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
26ilhelm von Leibniz (1646-1716) fut mathématicien, physicien, alchimiste, naturaliste, psychologue, logicien, métaphysicien, histo
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
27ra déclenchée, pour emprunter leur mot favori aux physiciens d’aujourd’hui. Ce n’est pas à la guerre avec l’Inde, ni aux complicat
24 1963, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Le Dieu immanent, qui s’annonce à leur cœur » (9-10 novembre 1963)
28urrait pas faire de physique. Certes, beaucoup de physiciens après lui se sont dit athées, mais cela ne change rien au fait que le
25 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
29 un théologien d’aujourd’hui, lisant l’œuvre d’un physicien, ne serait plus en mesure de le juger comme l’Église jugea Galilée, p
30mplement, il ne comprendrait pas de quoi parle le physicien, et a fortiori ne saurait pas si le rapport entre les conclusions du
31aurait pas si le rapport entre les conclusions du physicien et la dogmatique de l’Église doit être estimé négatif, positif ou ind
32 négatif, positif ou indifférent. J’ajoute que le physicien ne saurait pas davantage si sa démarche est conforme ou non à la théo
33 leur département. Je reprends ici mon exemple du physicien et du théologien. Pour répondre à l’hindou qui interroge l’Occident s
34métaphysique indiscutable. Et il faudrait que les physiciens qui en discutent sachent que la dialectique de leurs problèmes actuel
35 autres de construire des machines à traduire. Un physicien étudiant le principe de l’irréversibilité du temps est amené à écrire
36sibilité du temps est amené à écrire « qu’une vue physicienne stricto sensu du cosmos est trop étriquée » ; et que la physique de d
26 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
37 un théologien d’aujourd’hui, lisant l’œuvre d’un physicien, ne serait plus en mesure de le juger comme l’Église jugea Galilée, p
38implement il ne comprendrait pas de quoi parle le physicien, et a fortiori ne saurait pas si le rapport entre les conclusions du
39aurait pas si le rapport entre les conclusions du physicien et la dogmatique de l’Église doit être estimé négatif, positif ou ind
40 négatif, positif ou indifférent. J’ajoute que le physicien ne saurait pas davantage si sa démarche est conforme ou non à la théo
41 leur département. Je reprends ici mon exemple du physicien et du théologien. Pour répondre à l’hindou qui interroge l’Occident s
42métaphysique indiscutable. Et il faudrait que les physiciens qui en discutent sachent que la dialectique de leurs problèmes actuel
43 autres de construire des machines à traduire. Un physicien étudiant le principe de l’irréversibilité du temps est amené à écrire
44sibilité du temps est amené à écrire « qu’une vue physicienne stricto sensu du cosmos est trop étriquée ; et que la Physique de dem
27 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
45e. Quelques-uns des plus grands mathématiciens et physiciens modernes, dont Einstein et Pauli, y ont étudié et professé, mais la s
28 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
46te culture est lutte permanente contre ce que les physiciens ont baptisé la loi de l’entropie, loi de l’égalisation croissante des
29 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
47crée la masse corpusculaire, alors que naguère le physicien matérialiste croyait qu’il fallait une masse préexistante pour qu’un
30 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
48le et Proudhon, mais aussi aux écoles récentes de physiciens et de logiciens pour lesquels la complémentarité de phénomènes, défin
31 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
49 de la recherche scientifique. — La situation des physiciens mérite une mention particulière. Nous nous bornerons à citer à ce suj
32 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
50 un théologien d’aujourd’hui, lisant l’œuvre d’un physicien, ne serait plus en mesure de le juger comme l’Église jugea Galilée, p
51implement il ne comprendrait pas de quoi parle le physicien, et a fortiori ne saurait pas si le rapport entre les conclusions du
52aurait pas si le rapport entre les conclusions du physicien et la dogmatique de l’Église doit être estimé négatif, positif ou ind
53 négatif, positif ou indifférent. J’ajoute que le physicien ne saurait pas davantage si sa démarche est conforme ou non [p. 108]
54 leur département. Je reprends ici mon exemple du physicien et du théologien. Pour répondre à l’Hindou qui interroge l’Occident s
55métaphysique indiscutable. Et il faudrait que les physiciens qui en discutent [p. 111] sachent que la dialectique de leurs problèm
56 autres de construire des machines à traduire. Un physicien étudiant le principe de l’irréversibilité du temps est amené à écrire
57sibilité du temps est amené à écrire « qu’une vue physicienne stricto sensu du cosmos est trop étriquée ; et que la physique de dem
33 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
58 simpliste. Je demandais un jour à l’un des trois physiciens qui ont réalisé la fission de l’atome comment il travaillait à cette
34 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
59le et Proudhon, mais aussi aux écoles récentes de physiciens et de logiciens, pour lesquels la complémentarité de phénomènes défin
35 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
60le et Proudhon, mais aussi aux écoles récentes de physiciens et de logiciens pour lesquels la complémentarité de phénomènes, défin
36 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
61ques », mais abandonnées depuis longtemps par les physiciens nucléaires. De ces relations, je ne faisais pas grand-chose dans ma p
37 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
62CERN, qui occupe aujourd’hui 4 500 personnes. Nos physiciens pourront rester Européens, mais l’Europe, pour autant, n’est pas fait
63 Peter Wiles, A. Doucy, Sir Oliver Franks — et de physiciens tels que Lew Kowarski et W.E. Groth. Le prof. Max Beloff, d’Oxford, f
64nse Georg Picht, traduisant l’opinion de tous les physiciens vraiment sérieux, je veux dire vraiment libres. La veille, George Tho
38 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). C.J.B. l’Européen, 1891-1974 (printemps 1974)
65at au cycliste imbattable en passant par le grand physicien et le monstre sacré du cinéma, qui ne sont, après tout, que des spéci
39 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
66uite stockés dans des cavernes 39 . Cependant, le physicien Leprince-Ringuet affirme pour sa part 40 que « l’un des bons procédé
40 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
67e l’environnement. Déjà, nombre de scientifiques (physiciens plus que biologistes) dans nos pays de l’Ouest (donc librement) sembl
41 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
68einte ». Des utopies de Wells vont s’inspirer les physiciens qui construiront la théorie de la fission de l’atome, les premières p
42 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Avertissement
69des européennes, Genève. [p. 9] Manfred Siebker, Physicien et sociologue, Bruxelles. Robert Triffin, Économiste, professeur à Ya
43 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
70 ; et un groupe sciences, avec notamment le grand physicien nucléaire Lew Kowarski, l’un des trois « inventeurs » de la fission d
44 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
71ues. J’ai été passionné dès le début par des amis physiciens qui me parlaient de ces recherches. Je trouvais cela très bien, mais