1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, Mon corps et moi (mai 1926)
1 solitude le laisse en face de quelques réactions physiologiques dont la pauvreté le rejette dans une angoisse qu’il nomme « élan mort
2 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
2 qui passent tellement la « mesure » parisienne — physiologique et morne — que le fait même de s’y essayer définit ce qu’on nomme à P
3 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
3lleures intentions ne sauraient en rien voiler la physiologique évidence d’une telle remarque. Précisons : réaliser une pensée, ce n’
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
4re de toute contrainte sociale, culturelle, voire physiologique ; le dessin se simplifiera jusqu’au schème unique, le rythme se préci
5 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
5ertains critères statistiques : sociaux, raciaux, physiologiques, rigoureusement indépendants des « goûts » individuels, donc des pass
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
6s ces processus vitaux autre chose que le support physiologique de la dialectique passionnelle. Il faut bien que la passion se serve
7isés comme relevant de la nécessité temporelle et physiologique, c’est-à-dire de l’exil des âmes captives dans la prison des corps. C
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
8 jeu, dans le cas de la passion, que des facteurs physiologiques, on ne comprendrait plus rien au mythe de Tristan. La sexualité est u
9 tour, ne se ramène-t-elle pas à des dispositions physiologiques sublimées ? Rien ne permet de l’affirmer historiquement. En théorie c
10— ou au contraire d’une sublimation de phénomènes physiologiques, lesquels seraient à la base de ce qui se trouve exprimé ? Quelle que
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
11eprésentât qu’une survivance psychologique, voire physiologique. La tentative de normalisation bourgeoise de la passion, visant à rec
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
12 cela confirme la liaison naturelle, c’est-à-dire physiologique, de l’instinct sexuel et de l’instinct combatif. Mais il serait vain
13 ni cette origine religieuse, ni cette complicité physiologique des instincts de combat et de procréation ne suffisent à déterminer l
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
14ertains critères statistiques : sociaux, raciaux, physiologiques, rigoureusement indépendants des « goûts » individuels, donc des pass
11 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
15 général, combinés avec une espèce de soulagement physiologique. Mais dans les peuples régnera l’Ennui. Viendront alors les nouveaux
12 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
16ulation dans un visage est, au contraire, un fait physiologique. Stravinsky l’a souligné en exagérant l’importance de la moustache et
13 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
17ge des gages moraux, financiers, idéologiques, et physiologiques. Trouvez donc deux Américains qui s’engagent à vous entretenir en cas
14 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
18sur la nature qui est à l’origine des expériences physiologiques, physiques et mécaniques, que certains eurent le courage de risquer à
15 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
19ose qu’un « bas instinct » ou une simple fonction physiologique, se trouve qualifiée par l’esprit, requise par l’âme, mise en relatio
16 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
20s passions qui déjouent les « programmes » de vie physiologique enregistrés par nos chaînes de chromosomes, démentent les prévisions
17 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
21susceptibilités, dont le lien n’est peut-être que physiologique ». C’est le siège de l’amour sous ses formes diverses : amour de dési
18 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
22 II « Croissez et multipliez » Vu sous l’aspect physiologique, l’érotisme est l’usage de la sexualité pour d’autres fins que la pro
23sexuel, reste de l’ordre naturel, pour ainsi dire physiologique, tandis que chez l’Occidental il est masqué et relégué aux arrière-pl
24r) ne nous semble pas correspondre à des réalités physiologiques. Le semen ne revient pas en son lieu, mais dans le canal de l’urètre,
19 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
25ne telle formule, s’accomplit un énorme processus physiologique, dont le mouvement grandit chaque jour, — le phénomène du rapprocheme
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
26ne défense désespérée de son être et de son avoir physiologiques, toute sa mémoire lui est revenue confusément. Ses grands hommes et s
21 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
27 seulement du point de vue le plus élémentaire et physiologique (voir le rapport sur les aliments !) mais du point de vue des arts. D
22 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
28sur la nature qui est à l’origine des expériences physiologiques, physiques et mécaniques, que certains eurent le courage de risquer,
23 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
29erchant des analogues de ce phénomène à un niveau physiologique, je ne trouve guère que le mécanisme de l’allergie : réaction excessi
24 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
30ou [p. 26] cette sensation de bonheur animique et physiologique, que rien ne mesure et qui vaut plus que tout ? Bien sûr, les choix s
31ant de moi, individu sans précédent historique ni physiologique, pour rejoindre les fins dernières qui m’appellent, je ne puis pas al
25 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
32Tout ce qui peut s’observer dans le noyau humain, physiologique mais aussi psychique, s’inscrira dans l’Histoire un jour ou l’autre.
26 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
33ace juridique puis le « terrain » social (au sens physiologique) nécessaires à la croissance industrielle. Celle-ci va se propager d’
27 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
34nue par des méthodes de conditionnement social et physiologique, dont le principe général sera d’obnubiler et de refouler avec une ex
28 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
35Tout ce qui peut s’observer dans le noyau humain, physiologique mais aussi psychique, s’inscrira dans l’Histoire un jour ou l’autre.
29 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
36On peut sentir d’autres réalités que physiques et physiologiques — réalités sociales, culturelles, politiques. Quand les « indicateurs
30 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
37sont proches, aujourd’hui, dans un sens physique, physiologique et « matériel », seul sens auquel l’immense majorité des hommes de ce
31 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
38oit révolter, c’est moins la menace contre la vie physiologique que le mensonge à froid des dirigeants de sociétés productrices d’éne
32 1978, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Bof ! disent les jeunes, pourquoi ? » (1er décembre 1978)
39 dans un sens spirituel — dans un sens simplement physiologique, de manière que l’histoire dure encore. Je sais bien, si on s’en rapp