1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1 comme le Joueur de rugby. C’était le poids de la pierre, plus que celui du corps de l’athlète ; l’œuvre n’atteignait pas enco
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
2ures, amères comme un destin, comme le goût d’une pierre rêche sur ta langue et grinçante sous ta dent. Des souplesses qui se
3 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
3antes qui commencent à des dieux et finissent aux pierres précieuses en passant par toutes les formes animales. Pour lui, les c
4 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Saisir (juin 1929)
4e que ton cœur se détache de toi comme une lourde pierre. » Le corps, que l’âme quitte, redevient minéral, statue dans le sile
5 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
5ne aussi). Soudain se dresse une énorme maison de pierre brune, puis une banque en style hongrois, façade aux grandes lignes v
6lurée de bleu, d’or et de violet. Puis une rue de pierre grise toute boursouflée de prétentions munichoises. Puis un palais go
7r [p. 2] de Buda la Turque s’élève la montagne de pierre de St-Gellert. Elle tombe en hautes falaises dans le Danube, froide e
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
8de grande villa baroque assez décrépite, décor en pierre brune peu solide, rongé de petites roses cramoisies. On longe une gal
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
9ait merveilleux, la mort, lui-même, la terre, les pierres, le sable, la nourriture, les femmes, les filles, les bateaux à vapeu
8 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
10 Le monde latin connaît un tragique aux arêtes de pierre taillée : conflits d’actes, de faits ou de droits ; l’Europe centrale
9 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
11antes qui commencent à des dieux et finissent aux pierres précieuses en passant par toutes les formes animales. L’âme du monde
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
12lla ou palais baroque assez décrépit, un décor en pierre brune peu solide, rongé de roses Crimson. On longe une galerie couver
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
13ns. À [p. 133] gauche je domine un pesant pont de pierre rougeâtre, trois arches dont les piles s’avancent en éperons. Encastr
14sous une voûte de feuillage, la table de [p. 140] pierre et son banc en demi-cercle. L’air est encore humide dans cette grotte
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
15ecteur. On la distingue de loin, seule bâtisse de pierre parmi les fermes de brique au toit de chaume. Un appel : l’inspecteur
13 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
16uvres, l’on se sentait tenté de marquer ici d’une pierre blanche « l’année du roman protestant ». À la réflexion, l’on y a ren
14 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
17énérale, dans le désordre inévitable, elle est la pierre de touche de l’événement imprévu. Ceux qui la possèdent seront les se
15 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
18s du cristal. Ou, du moins, si l’architecture des pierres et des constellations à son tour, fait entendre un langage qui n’est
16 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
19 ! que c’est donc facile et rassurant de jeter la pierre à Nicodème ! Nicodème, [p. 164] l’orgueilleux Nicodème qui refusait s
17 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
20 se bâtirent en ville des « steenen » (manoirs en pierre), servirent dans l’armée comme cavaliers, marièrent leurs filles de p
18 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
21t de choses, qu’il s’agisse d’élever des blocs de pierre à la hauteur d’un cintre, de labourer la terre ou d’écrire un ouvrage
19 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
22aux qu’on peint, les statues qu’on taille dans la pierre ou qu’on coule en bronze, — à cela, à nulle autre chose. Nous atteign
20 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
23hercher dans les flaques d’eau tiédie ou sous les pierres, des palourdes qu’on reconnaît aux deux petites cheminées rapprochées
24d des dunes, très doucement inclinée, et sans une pierre. Merveilleuse piste de bicyclette. Nous nous sommes procuré deux vieu
21 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
25 et lumineux. Toutes les nuances du gris, herbes, pierres, oliviers, et quelques touches de vert humide au fond des vallons, de
26 l’on accède par quelques marches et un balcon de pierre. L’on descend par d’étroits escaliers aux quatre autres terrasses du
27 colline. Simard et moi leur avons lancé quelques pierres, pour voir. Ils s’éloignaient un peu, en se retournant à chaque saut,
28’est un groupe de hautes bâtisses compliquées, en pierre ocrée, enfermant une cour à deux étages. On devine un reste de jardin
29ine un reste de jardin, avec quelques cyprès, une pierre tombale, et la margelle d’un puits. La plupart des vitres sont cassée
22 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
30 colline. Simard et moi leur avons lancé quelques pierres, pour voir. Ils s’éloignaient un peu, en se retournant à chaque saut,
31’est un groupe de hautes bâtisses compliquées, en pierre ocrée, enfermant une cour à deux étages. On devine un reste de jardin
32ine un reste de jardin, avec quelques cyprès, une pierre tombale, et la margelle d’un puits. La plupart des vitres sont cassée
23 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
33ins calculées sont parfois les plus efficaces. La pierre qu’on lance « sans viser » va droit au but. En vérité, c’est qu’on vi
24 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
34us l’imagerie chrétienne, dans le Saint Graal, la pierre sacrée des Iraniens et des Cathares, la coupe de Gwyon 165 , divinité
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
35géants. C’est une voûte dont la clef est faite de pierres précieuses. Au milieu trône un lit de cristal, etc. Mais voici ce qui
26 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
36Adam-microcosme, Belleau décrivant les Amours des Pierres précieuses, Peletier du Mans versifiant l’Éloge du Nombre Un, Du Ches
27 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
37am. Tout au bas, tout au fond de l’ombre, dans la pierre et dans les vestiges d’une civilisation qui déserte… Je me suis enfer
38rs et notre raison d’être ; c’est l’image même en pierre verdâtre, de ce qu’il nous faut combattre impitoyablement si nous vou
28 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
39rocher, assis les jambes pendantes sur une grosse pierre, un idiot, un goitreux, à corps grêle et à face énorme, riait d’un ai
29 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « À cette heure où Paris… » (17 juin 1940)
40s détruite : elle s’est éteinte. Désert de hautes pierres sans âme, cimetière… L’envahisseur avait prophétisé : le 15 juin, j’e
30 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
41ue époque a son utopie. Le Moyen Âge cherchait la pierre philosophale dans les cornues des alchimistes. Nous essayons de disso
31 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
42 détruite : elle s’est éteinte. Désert des hautes pierres sans âme, cimetière… L’envahisseur avait prophétisé : le 15 juin, j’e
32 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
43moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église. » Le Seigneur donne à Pierre les plus grands p
44hommes. » Qu’est-il donc arrivé ? Comment cette « pierre » sur qui l’Église vient à peine d’être posée est-elle déjà devenue p
45 vient à peine d’être posée est-elle déjà devenue pierre d’achoppement ? Pourquoi cet homme, auquel le Christ vient de dire qu
46nnaît la légende du Moyen Âge : le Diable portant pierre parmi les ouvriers qui édifient la cathédrale. J’imagine que ce Diabl
47agine que ce Diable va devenir à son tour une des pierres de la cathédrale, la pierre d’angle grotesque, la chimère pétrifiée q
48r à son tour une des pierres de la cathédrale, la pierre d’angle grotesque, la chimère pétrifiée qui regarde la plaine avec mé
49. Les uns faisaient la brique qui leur servait de pierre, les autres le bitume qui leur servait de ciment ; d’autres encore n’
33 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
50uels, de nos passions courtes et agitées. Sur une pierre de cimetière danois, l’on peut lire cette inscription nue : « Le soli
51i de Kierkegaard traversent notre âge comme cette pierre et ce mot gravé, qui ne cessent de nous accuser dans leur silence d’é
52a terre, la lune, les plantes, les animaux et les pierres parlaient et prophétisaient, pareils aux prophètes. C’est de ce comme
34 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
53aux qu’on peint, les statues qu’on taille dans la pierre ou qu’on coule en bronze, — à cela, à nulle autre chose. Nous atteign
35 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
54 a bâti sur le Sommet du Monde un amphithéâtre de pierre où les amateurs du pays jouaient du Shakespeare avant la guerre. Les
36 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
55am. Tout au bas, tout au fond de l’ombre, dans la pierre et dans les vestiges d’une civilisation qui déserte… Je me suis enfer
56 école primaire démesurée, c’est l’image même, en pierre verdâtre, de l’esprit qu’il nous faut combattre si nous voulons mérit
37 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
57s détruite : elle s’est éteinte. Désert de hautes pierres sans âme, cimetière… L’envahisseur avait prophétisé : le 15 juin j’en
38 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
58âtiments de brique rose aux fenêtres encadrées de pierre et surmontés de clochers fins au bulbe d’or, devant le couvent luxueu
59erein. Point de barrières ni d’allées. De simples pierres dressées sur le gazon, irrégulièrement espacées. Ce pays qui n’aime p
39 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
60nwich village 9 , au haut d’une vieille maison de pierre brune, et quitté non sans soulagement mon hôtel. [p. 157] Un planche
61ieux prêtre anglican, dans une crypte [p. 160] de pierre nue. Exorciser en moi la part du diable, celle qu’il a sans doute pri
40 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
62: cheminée à la bretonne, toit d’ardoise, grosses pierres grises, sur un tertre entouré d’un ruisseau, piqué de saules pleureur
41 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
63 a bâti sur le Sommet du Monde un amphithéâtre de pierre où les amateurs du pays jouaient du Shakespeare avant la guerre. Les
64es ou légèrement obliques. Seule la Banque est en pierres blanches, ornée de colonnes et d’un fronton de temple grec. Je compte
42 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
65s ou légèrement obliques. Seule, la Banque est en pierres blanches, ornée de colonnes et d’un fronton de temple grec. Je compte
43 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
66 une autre église gothique aux flèches banales en pierre grise : Saint-Patrick, cathédrale catholique. Puis l’anglicane Saint-
44 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
67e me suis fait un plaisir de la donner. C’est une pierre plate dans un cimetière danois, sur laquelle on peut lire ces mots :
45 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
68 une autre église gothique aux flèches banales en pierre grise : Saint-Patrick, cathédrale catholique. Puis l’anglicane Saint-
46 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
69acaron ocré, trop hautes et maigres, hérissées de pierres en relief et de balcons de fer, enfermées dans des barrières de barbe
47 1948, Suite neuchâteloise. VIII
70x et coupés çà et là de murs bas faits de grosses pierres entassées avec art. Nous passions les clédars (beau mot celtique, l’u
48 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
71ui en occupe le centre, s’élèvent des colonnes de pierre noire, hérissées de demi-soucoupes : ce sont des lampes, et tout s’al
72hostiles et insistants. Sur les grandes dalles de pierre, l’urine des vaches sacrées se répand lentement en larges nappes. À d
49 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
73 — le temps de mériter ce titre qui figure sur sa pierre tombale : Reconstructeur de la patrie. Mais il savait qu’aucun de nos
50 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
74’il joue avec les démons cachés dans le feu ou la pierre, dans l’eau courante ou l’animal, et plus tard dans ses songes ou ses
51 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
75avidiens et aux Crétois : le caducée, l’arbre, la pierre, le serpent, le taureau, et la Déesse-Mère.) Admettons que le régime
52 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
76es : le grégarisme médiéval dans l’entassement de pierre d’une vieille cité à l’intérieur de ses murailles circulaires, l’indi
53 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
77’il joue avec les démons cachés dans le feu ou la pierre, dans l’eau courante ou l’animal, [p. 190] et plus tard dans ses song
54 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
78tension pure, ou n’est plus rien. Lancé comme une pierre qui ricoche à la surface de l’eau, il s’enfonce instantanément dans l
79et se réjouit, jusqu’à ce qu’il butte contre « la pierre d’achoppement », la statue de pierre du Commandeur. Mais le Commandeu
80 contre « la pierre d’achoppement », la statue de pierre du Commandeur. Mais le Commandeur est un esprit ! C’est même un reven
81cloué à la déception et devenu lui-même l’hôte de pierre, et il éprouvera le désir d’un repas du soir de la connaissance ! qui
55 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
82’avril, petit monde complexe et fortuit, terre et pierres, herbe humide, ciel clair entre les branches, aubépines, profondeur d
56 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — i. L’amour selon les évangiles
83 de vous qui est sans péché jette, le premier, la pierre contre elle. Jésus se remet à écrire sur la terre. Tous s’en vont. R
84e désert, il le tente par la faim (transforme ces pierres en pains), par la magie (jette-toi dans le vide du haut du Temple et
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
85fresques, mosaïques ou cratères, vases décorés ou pierres gravées. Il a fixé pour nous le décor printanier où les poètes, sculp
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
86 les plus utiles. Restent donc les parfums et les pierres précieuses qu’elle est obligée de tirer du dehors, mais ce sont là de
59 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
87gatoire pour chacun de ses actionnaires, comme la pierre de touche de la plus haute culture — l’enthousiasme pour cette magnif
60 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
88té, votre pèlerinage sera pour les Puissances une pierre d’achoppement. Les Puissances ont rejeté votre pierre de l’édifice eu
89re d’achoppement. Les Puissances ont rejeté votre pierre de l’édifice européen, et voici que cette pierre deviendra la pierre
90 pierre de l’édifice européen, et voici que cette pierre deviendra la pierre angulaire et la clef de voûte de l’édifice futur 
91 européen, et voici que cette pierre deviendra la pierre angulaire et la clef de voûte de l’édifice futur ; et celui sur qui e
92rand édifice politique européen il ne restera pas pierre sur pierre. […] Et vous crierez au despotisme étranger comme à une en
93e politique européen il ne restera pas pierre sur pierre. […] Et vous crierez au despotisme étranger comme à une enclume sourd
94Europe est aussi précieuse que la Russie ; chaque pierre y est douce et chère à son cœur. L’Europe n’était pas moins notre pat
61 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
95tension pure, ou n’est plus rien. Lancé comme une pierre qui ricoche à la surface de l’eau, il s’enfonce instantanément dans l
96et se réjouit, jusqu’à ce qu’il butte contre « la pierre d’achoppement », la Statue de pierre du Commandeur. Mais le Commandeu
97 contre « la pierre d’achoppement », la Statue de pierre du Commandeur. Mais le Commandeur est un esprit ! C’est même un reven
98cloué à la déception et devenu lui-même l’hôte de pierre, et il éprouvera le désir d’un repas du soir de la connaissance, qui
62 1963, Preuves, articles (1951–1968). Le mur de Berlin vu par Esprit (février 1963)
99 arborèrent son insigne… apportant eux aussi leur pierre à l’œuvre nationale ». L’Allemagne de l’Est, jusqu’ici, n’est donc pa
63 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
100les autres de la truelle ; les uns taillaient les pierres tandis que d’autres convoyaient les matériaux par mer ou par terre ;
101les architectes entre eux, ceux qui roulaient les pierres, entre eux, et ceux qui les taillaient, et ainsi de chaque groupe spé
64 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
102les autres de la truelle ; les uns taillaient les pierres tandis que d’autres convoyaient les matériaux par mer ou par terre ;
103les architectes entre eux, ceux qui roulaient les pierres, entre eux, et ceux qui les taillaient, et ainsi de chaque groupe spé
65 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
104arde sont clouées sur place par des avalanches de pierre et de troncs d’arbre. La Panzerdivision embouteillée ne peut se déplo
66 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
105princes. Le château qui domine la petite ville en pierre jaune fut celui des rois de Bourgogne transjurane, au xe siècle, pui
67 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
106e fois n’ai-je pas lu cette devise gravée sur une pierre tombale ou imprimée au bas d’un faire-part de décès, en lieu et place
68 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
107e fois n’ai-je pas lu cette devise gravée sur une pierre tombale ou imprimée au bas d’un faire-part de décès, en lieu et place
69 1966, Preuves, articles (1951–1968). André Breton (novembre 1966)
108 comme il savait aimer un arbre, une feuille, une pierre de lune, ou le feu pâle d’une aigrette, autant qu’un de ces paysages
70 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). André Breton à New York (8-9 octobre 1966)
109n assurer l’occasion quotidienne. Le culte d’une pierre bleue Dès notre première vraie rencontre, j’avais découvert quelque c
110, et pourquoi ne pas la fonder sur le culte d’une pierre bleue ? » Changer la vie La grande contradiction qui a tendu l’arc
71 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
111les autres de la truelle ; les uns taillaient les pierres tandis que d’autres convoyaient les matériaux par mer ou par terre ;
112les architectes entre eux, ceux qui roulaient les pierres, entre eux, et ceux qui les taillaient, et ainsi de chaque groupe spé
72 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
113uer avec les démons cachés dans le feu ou dans la pierre, dans l’eau courante ou l’animal, comme dans ses songes et ses rêves
73 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
114sa Toute-Puissance, avait le pouvoir de créer une pierre si lourde qu’il ne pourrait pas la soulever. L’un des passe-temps, à
74 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
115mondial évoque l’image d’une très grosse boule de pierre libérée en pleine tempête sur le pont d’un bateau, dévastant tout. L
75 1981, Cadmos, articles (1978–1986). L’apport culturel de l’Europe de l’Est (printemps 1981)
116té, votre pèlerinage sera pour les Puissances une pierre d’achoppement Les Puissances ont rejeté votre pierre de l’édifice eur
117rre d’achoppement Les Puissances ont rejeté votre pierre de l’édifice européen, et voici que cette pierre deviendra la pierre
118 pierre de l’édifice européen, et voici que cette pierre deviendra la pierre angulaire et la clef de voûte de l’édifice futur 
119 européen, et voici que cette pierre deviendra la pierre angulaire et la clef de voûte de l’édifice futur ; et celui sur qui e
120rand édifice politique européen il ne restera pas pierre sur pierre. […] Et vous crierez au despotisme étranger comme à une en
121e politique européen il ne restera pas pierre sur pierre. […] Et vous crierez au despotisme étranger comme à une enclume sourd
76 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
122reenwich Village, au haut d’une vieille maison de pierre brune, et quitté non sans soulagement mon hôtel. Un plancher bleu f
123vant le vieux prêtre anglican, dans une crypte de pierre nue. Exorciser en moi la part du Diable, celle qu’il a sans doute pri