1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1e tout dans les livres des jeunes, dites-vous, le pire et le meilleur, toutes les vieilleries morales et immorales, tous les
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
2urquoi Gide écrit ailleurs : « En chaque être, le pire instinct me paraissait le plus sincère. » La sincérité spontanée, ver
3 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
3: « La Révolution… tout ce qui n’est pas elle est pire qu’elle… » Expérience faite, l’absurde retrouve ses droits. C’est ain
4 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
4 de rire au coin de sa bouche dans les moments de pire découragement ; et beaucoup d’autres hiatus de ce genre, qui l’intrig
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
5 conception démocratique du monde. Entrons, c’est pire encore. Beaucoup d’enfants ont un frisson de dégoût au moment de pass
6ence de style est encore un style : c’est même le pire.
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
7 quelque chose d’assez hideusement provincial, au pire sens du terme. M. Nizan se refuse à montrer aucune compensation : « l
8ux aujourd’hui, (Freud, etc.), qui croient que le pire est toujours le plus vrai ; que la prose est plus vraie que la poésie
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
9es toutes les épreuves d’un peuple misérable, des pires brutes qu’il recueille dans sa chambre, et qu’il couvre de ses propre
10 se poser comme juste et de juger ses semblables. Pire que cela, elle portait à croire que tous les hommes sont coupables. C
8 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
11les de jeu, et personne n’a l’idée d’y croire. Le pire mensonge est dans la vie réputée pratique, parce qu’il n’y est pas av
9 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
12oici l’homme livré à lui-même, c’est-à-dire à son pire ennemi. Morne triomphe de l’analyse psychologique. Un siècle de ce ré
10 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
13ueuse contradiction ! Comme s’il n’était pas bien pire de commettre un acte qui vous laisse dans le doute (et l’on s’attire
11 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
14 responsable du capitalisme commettent une erreur pire que celle qui consisterait à reprocher à Euclide d’avoir permis le dé
12 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
15’ils font la même chose, c’est-à-dire qu’ils font pire que ceux qu’ils attaquent. Cela commence à se savoir. Ils promettent
13 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
16ant sa langue, adoptent ses préjugés, singent ses pires faiblesses et bénissent ses canons. Bien moins encore que tout cela,
14 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
17timi pessima : le conformisme des révoltés est le pire. Il ne suit pas de là, contrairement à ce que prétendent certains écr
18du capitaliste conservateur. En réalité, dans ses pires errements, le protestantisme garde toujours la possibilité de transce
15 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
19te. Machiniste et productiviste, elle consacre la pire gradation qu’une « civilisation » ait imposée à l’homme. Si nous refu
16 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
20 disparaît, et il ne reste à ce dernier, livré au pire capitalisme, qu’à se ruiner « anonymement » ou à thésauriser. Absent
17 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
21 déjà, prendre une position, mais, à coup sûr, la pire ! Nous nous sommes laissés endormir. Nos maîtres les plus respectés o
18 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
22 tout est déjà sauvé. Crever de faim n’est pas le pire des risques que je cours. Le pire des risques, c’est de manquer cet a
23im n’est pas le pire des risques que je cours. Le pire des risques, c’est de manquer cet acte par lequel je saisis le salut
19 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
24ant sa langue, adoptent ses préjugés, singent ses pires faiblesses et bénissent ses canons. Bien moins encore que tout cela,
20 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
25’ils font la même chose, c’est-à-dire qu’ils font pire que ceux qu’ils attaquent 52 . Cela commence à se savoir. Ils promett
21 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
26tre même avant quiconque, si l’on veut éviter les pires malentendus. Je ne reprendrai pas ici les distinctions théoriques que
22 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
27tre qu’un esclavage. La liberté réelle n’a pas de pires ennemis que les libéraux ; sinon en intention, du moins en fait. Les
23 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
28, déjà, prendre une position, mais à coup sûr, la pire ! Nous nous sommes laissés endormir. Nos maîtres les plus respectés o
24 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
29 ont bien changé. On dirait même qu’elles sont au pire, mais il faut prendre garde de laisser croire à nos contemporains que
30arde de laisser croire à nos contemporains que ce pire ne puisse être aggravé, si tant est qu’ils s’y abandonnent. Qu’est-
31armi nous, de cette pensée impitoyable. Remède du pire ? Il fallait bien qu’on se sentît malade pour aller rechercher le méd
25 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
32 pris de n’en jamais avoir, qui est sans doute le pire des partis pris. La littérature romanesque décrit depuis cent ans nos
26 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
33tion, par une erreur assez inexplicable. Mais les pires adversaires de l’Église ne sont pas toujours au-dehors. Voici ceux qu
27 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
34bré que hors les murs, et qui souffre partout des pires vexations), il ne fait pas droit davantage à la grande revendication
28 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
35rs, cette forme du monde que le chrétien découvre pire encore que ne le pensaient les socialistes par exemple, elle appelle
36ns ce qu’il a de meilleur, non dans ce qu’il a de pire ; dans la tentation qu’il nous offre d’un idéal humanitaire en lieu e
29 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
37 l’Académie, mises en boîte par des journalistes, pire encore, honorées sous forme de statues allégoriques, à l’entrée [p. 3
30 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
38s et embaumés : déjà, on leur fait des musées. Ou pire : ils n’ont jamais été vivants pour cette génération sans but. On nou
31 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
39mphant de la bonté naturelle des autres. Mais les pires malentendus, à leur tour, naissent de confusions faites sur les mots.
40ut le reste est bavardage, illusion romantique ou pire encore : dogmatisme ! Le clerc d’église n’avait pas bien vu l’homme :
41ueuse contradiction ! Comme s’il n’était pas bien pire de commettre un acte qui vous laisse dans le doute (et l’on s’attire
32 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
42transcende toujours ses effets. Pour prévenir les pires erreurs sur l’acte, nous disposons d’un seul moyen, et c’est la conna
33 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
43interprétations, aux distinguos infinis par où le pire subjectivisme, celui de la prudence opportuniste, s’insinue jusqu’au
34 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
44 public qu’il faut sans cesse prévenir contre les pires malentendus, l’on jugera mieux de la qualité de tension et de décisio
35 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
45ux, poses et amusettes, une ironie, ou ce qui est pire, un soupçon d’insondable ironie. Un soupçon : car peut-être, l’acte d
36 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
46ne permet de penser que les choses n’iront pas au pire : d’ici quelques années, la crise persistant, il n’y aura plus en Fra
37 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
47cette racine de la guerre, on ne peut empêcher le pire, qui devient dès lors fatalité. Le jacobinisme, l’esprit centralisate
38 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
48e m’apparaît paradoxale, tantôt meilleure, tantôt pire que celle du chômeur normal — si j’ose dire — jamais tout à fait pare
39 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
49taterait alors ne serait en fait que la limite du pire désordre, et c’est la mort. Cas purement idéal bien entendu puisque l
40 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
50fées d’odeurs, fumées grasses. La zone, terme des pires déchéances, on le dit… Des familles de huit personnes couchant dans u
51 démission confortable ! Août 1935 [p. 250] La pire injustice du chômage : il vous oblige à prendre la première place qu’
41 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
52 de l’examiner. Notons seulement, pour écarter le pire malentendu, que Luther ne nie pas du tout la réalité de notre volonté
42 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
53alors ne serait en fait que la limite [p. 374] du pire désordre, et c’est la mort. Cas purement idéal bien entendu puisque l
43 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
54on constante avec notre neutralité, et ce qui est pire, avec la mission même qui justifie cette neutralité. Elle se permet d
55neutralité, conçue comme une prudence, devient la pire des imprudences au milieu de l’Europe fasciste. Notre instruction pub
44 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
56it 46 . Et l’on y lit que les fascistes sont les pires adversaires « de la personne humaine, cette grande force spirituelle 
45 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
57 pourquoi s’allie-t-elle avec Staline ? Il a fait pire que nous contre la liberté. »   Chaque fois que l’on m’envoie un livr
46 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
58térature, bavardage de théoriciens, ou ce qui est pire, de « réalistes ». [p. 71] J’ai reçu récemment d’Allemagne une lettr
47 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
59e racine de la guerre, on ne peut être sûr que du pire. Le jacobinisme, l’esprit centralisateur, le principe de la nation ar
48 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
60e Désir, qui devient aussitôt, et par là même, le pire ennemi de la vie, la séduction du Rien. Mais dès lors que le Verbe s’
49 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
61onstamment réfutée par un formalisme délirant. Le pire, c’est que la plupart des discussions pèchent par l’absence d’un élém
50 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
62e je ne puis le suivre. Ce serait donner dans les pires utopies. Et mon auteur lui-même n’a pas été si loin : il s’est conten
51 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
63tre qu’un esclavage. La liberté réelle n’a pas de pires ennemis que les libéraux ; sinon en intention, du moins en fait. Les
52 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
64ouve l’occasion de s’extérioriser sans causer les pires dégâts. Que, par la suite, le lien social vienne à faiblir, ou que le
65ale que les élites du siècle rêvent d’opposer aux pires « folies » dont elles se sentent menacées. La coutume de la chevaleri
53 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
66ou les orthodoxies. On affecta de voir en elle la pire menace sociale. Ses fidèles furent massacrés, leurs écrits dispersés
54 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
67 ». Que ce soit, la plupart du temps, au prix des pires dénis du sens critique, je n’ai pas à le montrer ici dans le détail :
55 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
68! Aimez-moi donc toujours, faites-moi souffrir de pires douleurs encore ! » Vers la fin du xviiie siècle, c’est une autre fe
56 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
69t [p. 318] garantie « pour le meilleur et pour le pire » par un serment. Il le cherche au contraire par le moyen d’une nouve
57 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
70e Désir, qui devient aussitôt, et par là même, le pire ennemi de la vie, la séduction du Rien. Mais dès lors que le Verbe s’
58 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). « Le matin vient, et la nuit aussi » (7 juin 1939)
71 cela partout, depuis vingt ans. Comme si rien de pire n’était imaginable. Comme si le désordre était sans précédent et sans
59 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
72courte est une vue fausse ; où la prudence est la pire imprudence. Que cette heure ait sonné pour la Suisse, qu’il soit temp
60 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
73r contrecoup, et il est sage de s’attendre à bien pire. C’est donc le moment ou jamais de se montrer très rigoureux dans le
74tre même avant quiconque, si l’on veut éviter les pires malentendus. [p. 15] Je ne reprendrai pas ici les distinctions théor
61 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
75nti-Suisse de l’histoire. C’est donc pour nous la pire menace. Mais en même temps, la plus belle promesse ! Maintenant, la p
62 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
76on fréquente avec notre neutralité, et ce qui est pire, avec la mission même qui justifie cette neutralité. Elle se permet d
77neutralité, conçue comme une prudence, devient la pire des imprudences au milieu de l’Europe fasciste. Notre instruction pub
63 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
78e plan des idées. Sur le plan de la morale, c’est pire encore. Je ne vais pas refaire ici, après tant d’autres, le procès de
64 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
79ra de rien. [p. 203] 5. Notre matérialisme. — Le pire danger qui nous menace : nous avons renversé l’échelle des valeurs. L
80itique digne de ce nom consiste à prévoir même le pire, et même la réalisation prochaine de nos plus lointaines ambitions. O
65 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
81isse de toute l’histoire. C’est donc pour nous la pire menace. Mais en même temps, la plus belle promesse ! Maintenant, la p
66 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
82hors d’état d’imaginer à la fois le sublime et le pire. «Trop beau pour être vrai », c’était un de nos proverbes. Et lorsqu’
83ontraints brutalement à des sacrifices mille fois pires, inévitables et stériles. Le plus étrange est que ces sacrifices se r
67 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
84rayonne encore, quoi qu’il arrive, oui même si le pire arrive. Au cœur physique de notre Confédération se dresse le massif d
68 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « À cette heure où Paris… » (17 juin 1940)
85qu’au jour bien plus terrifiant que le jour de la pire vengeance où, s’arrêtant enfin, ils comprendront qu’aucun triomphe ne
69 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
86sible réparation. Il est au monde une seule chose pire que de douter du bien et du réel, et c’est de douter du pardon, une f
87ardon pour nous forcer à fuir dans les remèdes du pire. L’Apocalypse le désigne comme « l’Accusateur de nos frères, celui qu
70 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
88qu’au jour bien plus terrifiant que le jour de la pire vengeance où, s’arrêtant enfin, ils comprendront qu’aucun triomphe ne
89, dans l’ère de l’Accroissement des Monstres. Les pires sottises et les thaumaturgies les plus grossières sont destinées à su
71 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
90illeurs que les autres. Mais nous serons sûrement pires si nous ne faisons pas notre métier. 27. Signalement du Diable dégu
91 sans conditions est un fantôme, annonciateur des pires tyrannies. J’en nommerai une. 30. Le Démon de la Police Le voyageur
92s, elle allait me démontrer que j’étais un Rouge, pire encore, que j’étais un Blanc… Autour de moi régnait un religieux sile
93 pensez comme un Blanc ? Voilà qui rend votre cas pire encore. Il n’y aura pas de pétitions dans les journaux. Vous serez un
72 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
94e prive point d’en faire sans le savoir, et de la pire, quand il « adore Dieu dans la forêt mieux qu’à l’Église », quand il
95ter et de dire leur mot sur tout : ce ne sera pas pire.) Alors le vertige de Babel s’empare de l’esprit humain. Comme tout v
96vraisemblablement la même : notre temps n’est pas pire qu’un autre, en dépit des triomphes du Progrès. Seule, la distributio
97t si l’alliance primordiale du mariage n’a pas de pire ennemi que « l’amour » tel qu’on le parle, c’est que [p. 159] le plus
98erdre le contrôle de soi. C’était tout perdre, ou pire : c’était mal vu. Aujourd’hui l’obsédé se rend intéressant. Tous les
99vent les romanciers, et certainement, il y a bien pire. Surtout, il y a de moins en moins de passions fortes, simplement par
100n l’autre ou soi ? Et dans soi, le meilleur ou le pire ? Tous les critères sont annulés [p. 168] par l’intensité même des pa
101sans réserves. Mais à ce point, il donne aussi le pire. Le pire en lui, il s’y était accoutumé, établissant une sorte d’équi
102rves. Mais à ce point, il donne aussi le pire. Le pire en lui, il s’y était accoutumé, établissant une sorte d’équilibre du
103connaît la logique de la passion. Il attend votre pire souffrance, son seul baume. Il a cessé de sourire, il est à son affai
104vous voici comme exclu de la réalité. Mais il y a pire. La passion la plus forte est celle qui se nourrit d’obstacles, et qu
105uvre du Diable. Il intervient, pour les porter au pire, dans les circonstances limites où, pour ne point faillir, il eût fal
73 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
106s raison, qu’elle [p. 208] achèvera mieux que les pires tyrannies d’ahurir notre sens moral… J’allais écrire que le seul remè
74 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IV : L’accusateur (5 novembre 1943)
107 Il n’est peut-être au monde qu’une seule chose pire que de douter du bien et du réel, et c’est de douter du pardon, une f
108ardon pour nous forcer à fuir dans les remèdes du pire. L’Apocalypse le désigne comme « l’Accusateur de nos frères, celui qu
75 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
109leurs que les autres ». Mais nous serons sûrement pires si nous ne faisons pas notre métier. p. 2 o. « Les tours du Di
76 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
110utient l’homme contre Dieu. Et cependant, dans le pire désespoir, jamais de défi, ni d’hybris. Pureté du chrétien, non du su
111s n’est plus alors qu’un défi, qu’un sarcasme, ou pire encore, n’est plus qu’une évasion. L’homme ne joue pas son tout sur l
112 ont bien changé. On dirait même qu’elles sont au pire, mais il faut prendre garde de laisser [p. 88] croire à nos contempor
113laisser [p. 88] croire à nos contemporains que ce pire ne puisse être aggravé, pour si peu qu’ils s’y abandonnent. 2. Qu’e
114parmi nous de cette pensée impitoyable. Remède du pire ? Il fallait bien qu’on se sentît malade pour aller rechercher le méd
77 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
115) Mais lui, l’émigré, l’excité, le belliciste, et pire : l’homme dépourvu de tact, que disait-il ? La France aime tant la pa
116s cela partout depuis vingt ans. Comme si rien de pire n’était imaginable. Comme si le désordre était sans précédent [p. 24]
78 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
117isse de toute l’histoire. C’est donc pour nous la pire menace. Mais en même temps, la plus belle promesse ! Maintenant, la p
79 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
118ils s’endorment épuisés, [p. 68] sur un talus, ou pire encore : ils en ont au réveil, affreux bonheur d’une illusion rapide,
119qu’au jour bien plus terrifiant que le jour de la pire vengeance où, s’arrêtant enfin, ils comprendront qu’aucun triomphe ne
80 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
120s passagers gardent encore l’air de s’attendre au pire, tandis qu’ils font leur premier tour de pont. Ils se rappellent sans
121ces ! Eh bien, que vont-ils faire de moi, dans la pire éventualité ? Ils ne peuvent pourtant pas me jeter à la mer… Subiteme
81 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
122 religion va de soi pour les Américains. C’est le pire danger pour leur foi. 12 novembre 1940 Efficiency. — L’accident le
82 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
123 coudre, entre autres. Eh bien, monsieur, c’était pire que sans rien ! J’ai dû les jeter par la fenêtre. Il me raconte encor
124te-avions dans le Rio de la Plata ne feraient pas pire effet, — bien au contraire. 8. Les libéraux donnent tous les signes
83 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
125 de se faire tuer pour cela, ou à l’inverse, mais pire encore, ils croiront que le jazz, la libre concurrence, et la radio,
84 1946, Journal des deux Mondes. 11. Intermède
126n profonde, dans une mise en question générale au pire moment, à l’heure de moindre résistance. Notre angoisse était de pens
127sort vous paraissait enviable, à juste titre. Les pires tourments de l’esprit et du cœur ont toujours paru préférables à la t
85 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
128in. Il se souvient que tout peut arriver, même le pire. Il pressent que le sort, l’État, la science, le monde moderne et sa
86 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
129eut penser tout ce que l’on veut de ces films, du pire au bien ; j’en retiens pour ma part qu’ils présentent enfin le petit
87 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
130nne qui cherche à renouveler quoi que ce soit… Le pire c’est que tout le monde le sait ou le pressent depuis un certain temp
88 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
131ltiplié par vingt mille la liberté de craindre le pire à chaque instant. Tout cela, nous disent non sans raison les gouverna
89 1946, Lettres sur la bombe atomique. 14. Problème curieux que pose le gouvernement mondial
132Europe. J’ai cru longtemps que la guerre était le pire désordre imaginable à notre époque ; et que ceux qui la tenaient enco
90 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
133c à l’état de guerre larvé ou déclaré, qui est le pire des crimes sociaux. On ne sortira de ce cercle vicieux qu’en supprima
91 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
134eux que j’ai [p. 115] prévus ? La souffrance sera pire, l’agonie de la terre un peu plus longue, la fin de l’humanité non mo
92 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
135et de l’hérésie unitaire. Certes, il n’est pas de pire menace pour le mouvement œcuménique que l’utopie et la tentation d’un
93 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
136rmés, même n’ayant rien appris, et justifiant les pires méfiances qu’inspire l’histoire des vingt dernières années, ils ne pe
94 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Demain la bombe, ou une chance d’en finir avec la terre (30 juin 1946)
137lage ! à l’existentialisme ou au surréalisme ! et pire encore : à l’hitléro- trotskisme, à l’anarcho-cléricalisme sournoisem
95 1946, Esprit, articles (1932–1962). « Un divorce entre le christianisme et le monde ? » (août-septembre 1946)
138oute. Il me paraît au contraire rassurant. Car le pire danger pour le christianisme serait de cesser d’être chrétien, sans s
96 1946, Combat, articles (1946–1950). Les intellectuels sont-ils responsables ? (5 juillet 1946)
139tre qu’un esclavage. La liberté réelle n’a pas de pires ennemis que les libéraux ; sinon en intention, du moins en fait. Les
97 1946, Réforme, articles (1946–1980). Deux lettres sur la fin du monde (29 juin 1946)
140ents de ceux que j’ai prévus ? La souffrance sera pire, l’agonie de la terre un peu plus longue, la fin de l’humanité non mo
98 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Deux presses, deux méthodes : l’Américain expose, le Français explique (4 avril 1946)
141 meilleur d’un des termes à la moyenne ou même au pire de l’autre. Il resterait à opposer la tenue littéraire, mettons du F
99 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
142u’il est de son [p. 28] essence d’être mal vu. Ou pire encore, de n’être jamais vu du tout, étant toujours unique, incompara
100 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
143 de rire au coin de sa bouche dans les moments de pire découragement ; et beaucoup d’autres hiatus de ce genre, qui l’intrig