1 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
1ne ironie secrète et pour moi douloureuse encore. Pitoyable, trop visiblement, tu prêtais bien quelques voiles à mon dégoût d’un
2 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
2es, mots d’ordre politiques, tels sont les ersatz pitoyables que nous proposent l’Argent et l’État. Giovinezza ! Tod den Juden ! N
3 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
3 des déterminismes de plus en plus pesants, cette pitoyable mythologie est à l’origine du désordre proclamé aujourd’hui dans tout
4omme par son effort. Le silence et l’intelligence pitoyable sont l’œuvre seule du Pardon. J’assume l’anathème prononcé sur ceux q
4 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
5 d’eux me frappe par une difformité particulière, pitoyable ou irritante. Il me semble que je découvre cette laideur pour la prem
5 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
6des, baveuses et difformes. Il faut voir les yeux pitoyables de ces grands chiens qui tremblent sous la pluie, groupés au maigre a
6 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
7des, baveuses et difformes. Il faut voir les yeux pitoyables de ces grands chiens qui tremblent sous la pluie, groupés au maigre a
7 1937, Esprit, articles (1932–1962). Marius Richard, Le Procès (juin 1937)
8ait s’arrêter dès qu’il nous a fait voir le monde pitoyable : sans ajouter à ce qui est, dire ce qui est comme un homme l’a senti
8 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
9ngagement ne se rendait pas « intéressant », mais pitoyable ou méprisable. La synthèse catholique s’efforçait de marier l’eau et
10e qu’il n’est plus d’obstacles entre elle et lui. Pitoyables victimes d’un mythe dont l’horizon mystique s’est refermé depuis long
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
11e sa grande peine… Mais la dame n’a point le cœur pitoyable, le jour passe et l’espoir est déçu ! Ici la Dame au cœur impitoyabl
12alités d’homme » le lient de fait à une condition pitoyable. C’est ce qu’il dit dans sa Chanson de la Grande Peste, chef-d’œuvre
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
13ngagement ne se rendait pas « intéressant », mais pitoyable ou méprisable. La synthèse catholique s’efforçait de marier l’eau et
14e qu’il n’est plus d’obstacles entre elle et lui. Pitoyables victimes d’un mythe dont l’horizon mystique s’est refermé depuis long
11 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
15e ressaisir, et où je me montre dolent, geignant, pitoyable. » « Si plus tard on publie mon journal… » Voilà qu’il y pourvoit lui
12 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
16tir, tuer, et nous exclure, nous pouvons faire de pitoyables [p. 200] fautes d’orgueil, de négligence ou de calcul, mais nous ne p
17it si les mots démocratie et liberté en sont une, pitoyable ou scandaleuse, dans la bouche de milliers de nigauds ou de cyniques
13 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
18e ressaisir, et où je me montre dolent, geignant, pitoyable ». « Si plus tard on publie mon journal… » Voilà qu’il y pourvoit lui
14 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
19otidiennes apparences l’être touchant, bizarre et pitoyable que chacun de nous dissimule. Alors on verrait le réel, alors on cess
15 1946, Lettres sur la bombe atomique. iv. La vérité n’est plus du côté des canons
20 donc qu’une personne déplacée dans notre siècle, pitoyable caricature de cette tout autre Vérité qui n’a point trouvé de lieu où
16 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
21tes de brique monotones, des conditions d’hygiène pitoyables, tandis que la transformation d’un glacier en énergie électrique ne d
17 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
22était impossible de ne pas voir en même temps ces pitoyables visages d’hommes, ces jeunes filles fanées, ces enfants tordus et bou
18 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
23était impossible de ne pas voir en même temps ces pitoyables visages d’hommes, ces jeunes filles fanées, ces enfants tordus et bou
19 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
24dont on se demande si elle est plus indécente que pitoyable. A-t-on jamais « le droit » de s’indigner d’un crime ? Oui, disent-il
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
25] par une figure, pour la plupart, aux dimensions pitoyables et menues, mais susceptible de croître. Les degrés que nous observons
21 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
26tes de brique monotones, des conditions d’hygiène pitoyables, tandis que la transformation d’un glacier en énergie électrique appe
22 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
27est l’État qui paiera ». Et cent autres sophismes pitoyables exonérant tour à tour notre moi, notre profession, notre classe, au n