1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Almanach 1925 (septembre 1925)
1arches de la vieille société », pour reprendre la pittoresque définition de M. A. [p. 1163] Eloesser dans l’Almanach du 25ᵉ anniver
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Otto Flake, Der Gute Weg (septembre 1929)
2folles hors de la réalité, ils forment un cortège pittoresque et désolant à celui qui, revenu de l’étranger dans le désordre de son
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Les Bestiaires (septembre 1926)
3ns ces Bestiaires, presque malgré leur sujet trop pittoresque. « Honneur et longue fidélité aux taureaux braves et simplets d’espri
4 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
4s si concis et achevés, n’est ni un album de vues pittoresques, ni le journal plus ou moins lyrique auquel nous ont habitués les voy
5 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
5illeux : si particulier, il prêtait à des abus de pittoresque, de couleur locale, de détails techniques ou de fastidieuses explicat
6 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
6sance plus intégrale de soi. Mais pour être moins pittoresque et plus « entachée d’utilitarisme », la décision réfléchie, aussi peu
7 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
7perdraient leur temps à recenser les incohérences pittoresques de ce petit livre. Quant à ceux que certaines envolées magnifiques et
8 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
8 régner. Je salue leur Loi. » Le récit grassement pittoresque dans la description du milieu juif, prend une âpre rapidité avec l’as
9 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
9ntroduire, et nous ne saurions trouver guide plus pittoresque. Celui-ci s’était égaré en avant, très en avant, sans s’en apercevoir
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
10uxquels je crois encore, et pas seulement pour le pittoresque. — Attrape !   Il n’existe pas de théorie du salut. Il n’existe que d
11 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
11s des bénitiers : on voit trop qu’ils trouvent ça pittoresque. Et le plaisir d’être nu devant un public supposé dévot, et qui n’ose
12 fraîche. Ainsi, jusque dans votre mépris pour le pittoresque, vous témoignez d’un goût du bizarre qui révèle le littérateur. Nous
12 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
13plus sensible. Et il ne se borne pas à des effets pittoresques : ce récit coloré et précis, admirablement objectif, est aussi, mais
13 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
14turbulence, d’une propreté joliette à un désordre pittoresque, d’un scepticisme poli à une excitation agressive. La simple visite d
14 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
15 5. Café amer En Hongrie l’on est assailli par le pittoresque, mais il s’agit de le déjouer au moyen de toutes sortes de ruses et d
16t fin, encore que juste, mais si je me défends du pittoresque, ce n’est qu’amour jaloux du merveilleux, avec quoi l’on est trop sou
17 Je vais cependant dire quelque chose d’une scène pittoresque. Mais c’est une autre fois que je l’ai vue, à Pest, lors d’un autre s
15 1930, Articles divers (1924–1930). « Vos fantômes ne sont pas les miens… » [Réponse à l’enquête « Les vrais fantômes »] (juillet 1930)
18e celui des autres. Nous avons vu des amateurs de pittoresque essayer, au hasard, des incantations tout juste bonnes à évoquer la b
16 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
19arpe et un piano près des étoiles, et qu’il est « pittoresque », cas déplorable, s’agissant d’un poète authentique. Le pittoresque.
20déplorable, s’agissant d’un poète authentique. Le pittoresque. D’abord je crains que la notion n’en soit toute relative aux modes d
17 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
21le légèreté, — en littérateur qui cherche l’effet pittoresque. « Les curés de tous les dieux blancs se sont mis à convertir ces ido
18 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
22nes gagne à cette retenue mondaine ce que perd le pittoresque de l’action, encore que l’évocation de cette haute société anglaise n
19 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
23st guère qu’un décor conventionnel, un élément de pittoresque, un sublime tout fait, dont on agrémente des digressions sur l’ordre
20 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
24 leurs mémoires s’attachent d’ordinaire aux faits pittoresques ou exceptionnels qui marquèrent leur vie ; ils négligent volontiers c
21 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
25oins, j’eusse un beau jour cédé à la tentation du pittoresque et défini, au goût du temps, les frontières de certains pays dont on
22 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
26 v Café amer En Hongrie l’on est assailli par le pittoresque, mais il s’agit de le déjouer au moyen de toutes sortes de ruses et d
27t fin, encore que juste, mais si je me défends du pittoresque, ce n’est qu’amour jaloux du merveilleux, avec quoi l’on est trop sou
28 Je vais cependant dire quelque chose d’une scène pittoresque. Mais c’est une autre fois que je l’ai vue, à Pest, lors d’un autre s
23 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
29arpe et un piano près des étoiles, et qu’il est « pittoresque », cas déplorable, s’agissant d’un poète authentique. Le pittoresque.
30déplorable, s’agissant d’un poète authentique. Le pittoresque. D’abord je crains que la notion n’en soit toute relative aux modes d
24 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
31 dont la mesure ne doit pas être cherchée dans le pittoresque, ni dans l’ingéniosité, ni dans l’harmonie de sons, mais bien dans la
25 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
32ressant dans la mesure même où il est dépourvu de pittoresque, c’est à dire, dans ce cas, de traits humains révélateurs, ce qui est
26 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une main, par C. F. Ramuz (juin 1933)
33e ; qui soit donc le contraire de la recherche du pittoresque. Aucune de ses œuvres mieux qu’Une Main n’en convaincra. On y sent, p
27 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
34Dostoïevski dans la bourgeoisie bien-pensante. Le pittoresque, le pathétique de l’aventure que vivent quotidiennement les membres d
28 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
35te lecture, passionnante non seulement à cause du pittoresque violent des faits, non seulement à cause des plongées directes qu’ell
29 1935, Esprit, articles (1932–1962). Roger Breuil, Les uns les autres (avril 1935)
36 ne l’eût fait un « observateur » : non dans leur pittoresque, mais dans leur vie intime, leurs relations. On serait tenté de dire 
30 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
37 des exceptions, de la statistique et [p. 597] du pittoresque. Mais où trouver la description des journées, des occupations, des ma
31 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
38ées des meetings communistes symbolisent non sans pittoresque l’impudeur d’une caste impuissante, abandonnée à des curiosités fatal
32 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
39que nous perdrons sans doute, mais volontiers, en pittoresque superficiel et discutable. Des philosophes aux disciples puissants no
33 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
40 dont la mesure ne doit pas être cherchée dans le pittoresque, ni dans l’ingéniosité, ni dans l’harmonie des sons, mais bien dans l
34 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
41anecdote, l’aperçu. C’est qu’il ne cherche pas le pittoresque, ni le sentiment pour lui-même, mais l’enseignement objectif, au sens
35 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
42ue résumer l’opération. Il y aurait cent exemples pittoresques à fournir sur la manière dont les Messageries conçoivent le commerce
36 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
43 journal intime, la culture des impressions ou le pittoresque. Ce séjour, par ailleurs plein d’agrément, ne m’a permis de faire jus
37 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
44côté de la pissotière et de l’arrêt des autocars. Pittoresque, on peut le dire… 8 octobre 1934 Du rôle pratique de la raison. — 
45e silence où plus rien ne palpite et n’attend, le pittoresque du décor devient un désordre sordide, les singularités curieuses des
46t d’attendre « des gens » en général, une dose de pittoresque, de caractère et de gentillesse que les conditions de leur existence
38 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
47ans gestes et sans [p. 242] flots de paroles. Nul pittoresque. Rien à « remarquer » parmi les danseurs du quartier, alors que dans
39 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
48 de polémique qui peut flatter en nous le goût du pittoresque ; l’élan génial, la violence loyale d’une certitude pesante, vraiment
40 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
49 de polémique qui peut flatter en nous le goût du pittoresque ; l’élan génial, la violence loyale d’une certitude pesante, vraiment
41 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
50n romantique de la grande tradition. Mais tout ce pittoresque humain revêt un drame spirituel, le drame de l’absolu chrétien qui dé
51commande tout naturellement une suite d’incidents pittoresques ou dramatiques, à quoi l’auteur ne se prive pas d’ajouter quelques tr
42 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
52nder d’où il venait, où il allait), ce bergsonien pittoresque et succulent, devisant à la terrasse des Deux-Magots, n’a pas eu le t
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
53’autres cultivent ce poison qui donne des visions pittoresques. Presque tous publient le secret… Tristan, lui, a trouvé l’amour. Mai
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
54es médiévales par une foule d’éléments épiques et pittoresques. ⁂ Cependant la forme d’art que Wagner a choisie n’est pas sans recré
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
55crivent. Tout cela n’est plus qu’ornements d’art, pittoresque, anecdotes interprétées par la fantaisie individuelle du poète. Les f
46 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
56ces rythmes, goûter ce vocabulaire, et dégager le pittoresque enfoui sous des amas d’abstruse érudition. Il fallait être Schmidt po
47 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
57re ce qui frappe ce jour-là, et l’on se fait trop pittoresque. En somme, le journal exigerait une [p. 28] discipline plus grande en
48 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
58 donc d’une peinture impossible, ou trop aisément pittoresque, on tentera de décrire l’œuvre du Diable au temps présent, en face de
49 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
59? Un mythe ou une réalité ? Derrière l’image d’un pittoresque inefficace et désuet — y a-t-il quelqu’un ? Cette fois-ci, la questio
50 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
60eur polémique qui peut flatter en nous le goût du pittoresque ; l’élan génial, la violence loyale d’une certitude pesante, [p. 134]
51 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
61re ce qui frappe ce jour-là, et l’on se fait trop pittoresque. En somme le journal exigerait une discipline plus grande encore que
52 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
62 dont la mesure ne doit pas être cherchée dans le pittoresque, ni dans l’ingéniosité, ni dans l’harmonie des sons, mais bien dans l
63é à son sens goethéen du symbole. Il ne va pas au pittoresque dans les choses, mais au particulier, qui est la substance du général
53 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
64 n’essaye plus de maquiller ! La couche de vernis pittoresque et brillante que décrivaient à satiété — l’un copiant l’autre — les a
54 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
65l ne se lève pas à l’Occident. Mais au-delà de ce pittoresque accidentel, je sens quelque chose d’important. Que le Nord domine, vo
55 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
66opie à votre intention quelques petites nouvelles pittoresques : « Alamogordo (New Mexico). La population est très excitée par l’ann
56 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
67t cessez de répéter sur notre compte des sottises pittoresques ou méprisantes. Nous sommes adultes. Comment un Américain moyen voi
57 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
68 ? Et quel jugement porter sur les histoires d’un pittoresque extravagant qui nous viennent de là-bas ? Puérils, ils le sont à nos
58 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
69 accident, dont à vrai dire les suites sont assez pittoresques pour qu’un « poète » (au sens banal) préfère en ignorer la cause ? L’
59 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
70rumeurs, ou de réputations fondées sur le [p. 78] pittoresque, l’esprit, le succès personnel ou la rareté. L’écrivain aux États-Uni
60 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
71ns la coutume de Reno. Reno n’est pas une légende pittoresque, mais une nécessité pratique créée par les étranges législations qui
61 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
72t cessez de répéter sur notre compte des sottises pittoresques ou méprisantes. Nous sommes adultes. 16. Comment un Américain moyen
62 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
73e, et Pascal aux digests ou les gratte-ciel à nos pittoresques taudis ; parlons en égaux différents. Alors, entre les meilleurs Euro
63 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
74e, et Pascal aux digests ou les gratte-ciel à nos pittoresques taudis ; parlons en égaux différents. Alors, entre les meilleurs Euro
64 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
75e la moitié vivent de l’industrie. Avec moins de pittoresque et de politesse patriarcale, c’est dans une atmosphère assez semblabl
65 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
76gine volontiers la Suisse comme un pays de pâtres pittoresques qui chantent des jodels, font des trous dans le fromage, et vendent t
66 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
77r, elles n’en ont pas moins apporté un élément de pittoresque au débat sur l’union de l’Europe : M. Molotov, qui voit grand, jugean
67 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Carlo Curcio, Europa, Storia di un’idea (septembre 1959)
78e pensée où le sublime voisine avec l’absurde, le pittoresque avec le raisonnable, mais dont se dégage finalement une idée générale
68 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.5. Les étymologies
79 le vrai sens. a) Voici d’abord l’interprétation pittoresque proposée par un médecin brabançon du xvie siècle, Johannes Goropius.
69 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
80rner à relever brièvement les traits originaux ou pittoresques qui les caractérisent, respectivement. Le plus moderne sans nul doute
70 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
81voyages, consacrés à la description plus ou moins pittoresque ou polémique d’un pays d’outre-mer, d’un continent, d’une religion, o
71 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
82e la moitié vivent de l’industrie. Avec moins de pittoresque et de politesse patriarcale, c’est dans une atmosphère assez semblabl
72 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
83même, au nom de laquelle on refuse l’union. 2° Si pittoresques et voyants que soient les contrastes entre Suédois et Grecs, par exem
73 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
84e même Chaplin, Le Dictateur. Non pas un monstre pittoresque comme Attila ou Gengis Khan, mais un petit bourgeois déclassé, brimé
74 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
85 croyait bien connaître ou d’inconnus profonds et pittoresques ; soit par certaines ambiguïtés, par des raccourcis polémiques, ou pa
75 1979, Cadmos, articles (1978–1986). Écologie, régions, Europe fédérée : même avenir (printemps 1979)
86 Tyrol, etc. Ce sont les plus évidentes, les plus pittoresques, les plus explosives, celles aussi dont la cause paraît la plus facil
76 1979, Réforme, articles (1946–1980). Écologie, régions, Europe fédérée : même avenir (19 mai 1979)
87 Tyrol, etc. Ce sont les plus évidentes, les plus pittoresques, les plus explosives, celles aussi dont la cause paraît la plus facil